L’UE et son culte “inverti” du cargo

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2239

L’UE et son culte “inverti” du cargo

Je n’ai pu m’empêcher de remarquer un phénomène très curieux qui s’est récemment emparé de l’Europe occidentale et qui ressemble beaucoup à un culte du cargo, mais à l’envers.

Dans un culte du cargo classique, les tribus indigènes qui se sont habituées à l’indignité des vols réguliers qui leur apportent une aide humanitaire sous la forme, par exemple, de bière et de pizzas, lorsqu’elles sont privées de cet affront à leur dignité, construisent de fausses pistes d’atterrissage avec de fausses tours de contrôle et des feux de joie en guise de feux de piste dans l’espoir d’attirer davantage d’avions de transport chargés de la bière et des pizzas susmentionnées.

Dans le cadre d’un culte du cargo inversé, les tribus indigènes, qui se sont habituées à l’indignité des vols réguliers apportant une aide humanitaire sous la forme, par exemple, de bière et de pizza, ayant soudainement pris conscience de l’effet délétère de la bière et des pizzas sur la santé publique, – le pergélisol arctique ou l’alignement planétaire dans mon analogie, – se mettent à barricader les pistes d’atterrissage et à démonter les tours de contrôle dans l’espoir d’empêcher l’atterrissage d’autres avions de transport chargés de la bière et des pizzas susmentionnées. Les indigènes restent alors affamés et sobres jusqu’à ce que la raison revienne et que le trafic aérien soit rétabli.

C’est ce dernier scénario qui semble se dérouler ces derniers temps dans l’Union européenne, où les tribus indigènes ont déployé des efforts considérables pour limiter leur accès à la bière et à la pizza fournies par les Russes, préférant manger de l’herbe et boire de l’eau du marais – au sens figuré : par “bière et pizzas”, j’entends le gaz naturel et le charbon, et par herbe et eau du marais, les éoliennes et les panneaux solaires. Par “bloquer les pistes d’atterrissage et démonter les tours de contrôle”, je veux dire bloquer ou retarder la construction des gazoducs South Stream et Nord Stream 2, jouer avec leur propre sécurité énergétique en liant le prix des contrats de gaz naturel à long terme à des marchés à terme de type casino, et développer des manigances politiques avec les gazoducs qui traversent la Pologne et l’Ukraine. Enfin, l’effet supposé “délétère de la bière et des pizzas sur la santé publique” est représenté par le pergélisol arctique ou l’alignement planétaire dans leurs effets supposés destructeurs pour la planète des émissions de CO2 provenant de la combustion d’hydrocarbures.

Si vous trouvez ces analogies farfelues, laissez-moi vous expliquer.

Dès le départ, dissipons un certain flou, à savoir qu’il est possible de décarboner l’économie mondiale, en la conduisant à des émissions nettes de dioxyde de carbone nulles. Le zéro net est un objectif politique, comme “une guerre pour mettre fin à toutes les guerres” ou “le charbon propre” ou “un budget équilibré”, et n’a rien à voir avec la réalité. Plusieurs gouvernements se sont engagés à poursuivre un tel objectif, sur la base de certaines recherches scientifiques que nous aborderons dans un instant, mais Bank of America a récemment publié une étude qui examine le coût réel d’une telle entreprise et démontre qu’elle est totalement irréaliste. Selon l’étude, pour que le monde entier atteigne le niveau zéro en 30 ans, il faudrait 150 000 milliards de dollars d’investissement, soit 5 000 milliards de dollars par an. Cela dépasse tous les investissements en infrastructures existants dans le monde entier et il n’y a pas de place dans les budgets pour un tel coup de force. Mais cela déclencherait une hyperinflation (“choc inflationniste” est leur euphémisme préféré), après quoi aucun autre investissement en capital ne serait possible et aucune impression de monnaie ne produirait d’autre résultat qu’une hyperinflation encore plus importante.

Une alternative facilement accessible consiste à réduire l’utilisation des combustibles fossiles et à laisser tout le monde geler et mourir de faim dans l’obscurité. Il se trouve que c’est la stratégie de l’Europe à l’heure actuelle, poursuivie par le biais du culte du cargo inversé qui consiste à bloquer les importations d’énergie russe. L’aspect “cargaison” est évident : il s’agit des différents types de combustibles fossiles transportés par des vraquiers, des wagons de charbon, des navires-citernes de gaz naturel liquéfié et des gazoducs. L’aspect “culte” nécessite une explication plus approfondie : si tout le monde doit geler et mourir de faim dans le noir, c’est parce que la combustion de combustibles fossiles émet du dioxyde de carbone. Et la raison pour laquelle le dioxyde de carbone est mauvais est que, selon “La Science”, il est sur le point de déclencher une catastrophe climatique à moins que nous n’arrêtions de brûler des combustibles fossiles, sinon il sera trop tard, le moment du “trop tard” avançant généralement en temps réel depuis des décennies maintenant. Il s’agit là d’une caractéristique essentielle de la plupart des cultes apocalyptiques : chaque fois que la date à laquelle le monde est censé arriver à une conclusion calamiteuse passe sans incident, elle est simplement repoussée tandis que les dirigeants du culte prétendent qu’il n’y a rien à voir ici, que tout le monde passe son chemin maintenant. Par exemple, la prédiction faite par Al Gore en 2008 d’un Arctique sans glace d’ici 2013 : l’année est passée, il y a maintenant plus de glace dans l’Arctique qu’il n’y en avait à l’époque, et pourtant Gore ne s’est pas arraché les yeux et n’est pas allé errer dans le désert comme Œdipe. C’est assez typique des cultes apocalyptiques en général.

L’interdiction de remettre en question “La Science” est un signe révélateur d’une secte. Tout doute que vous exprimerez sera accueilli par un regard incrédule, et si vous persistez, vous serez étiqueté “négationniste du climat” et pourchassé par des foules en délire criant “Crucifiez-le !”. Si une conversation avec les adeptes de la secte est possible, elle s’articulera autour de l’idée que le changement climatique catastrophique dû aux émissions anthropiques de dioxyde de carbone se trouve être le consensus scientifique. Ce n’est pas le cas, mais cela n’a pas d’importance, car dans tous les cas, la science réelle (par opposition à “La Science”) ne fonctionne pas sur la base d’opinions ou de consensus, scientifiques ou autres. Dans la phrase “la grande majorité des scientifiques sont d’accord sur le fait que...”, vous pouvez remplacer “scientifiques” par “études de lettres anglaises” et la signification, ou le manque de signification, de la phrase ne changerait pas du tout. “La grande majorité des lettrés anglais sont d’accord pour dire qu’à cause des émissions anthropogéniques de dioxyde de carbone, ils aiment bouger/bouger”. Bien, qu’il en soit ainsi.

J’ai passé une décennie à travailler en tant qu’ingénieur sur diverses expériences scientifiques très médiatisées et j’ai bu de nombreuses bières avec divers scientifiques. Cela m’a donné une bonne perspective sur la démarche scientifique. L’un de ses aspects remarquables est le haut degré de spécialisation : les scientifiques ont tendance à en savoir beaucoup sur leur propre discipline et beaucoup moins sur toutes les autres. Un ornithologue et un herpétologiste peuvent parler de la tectonique des plaques, mais se taisent dès qu’un géophysicien entre dans la pièce. Mais ce sur quoi tous les scientifiques doivent être clairs et d’accord, pour être des scientifiques, ce sont quelques règles de base. Une hypothèse est une proposition dont la valeur de vérité ne peut être déterminée que par l’expérience ou l’observation. Une fois qu’elle a été testée par rapport à la réalité et qu’elle s’est avérée valide, elle est promue au rang de théorie qui peut alors être utilisée pour faire d’autres prédictions. Toutes les hypothèses ont le droit d’exister, mais seules certaines d’entre elles sont choisies pour être testées expérimentalement, car les ressources sont limitées, et la détermination est basée sur les preuves disponibles, les intuitions, les sentiments et, enfin et surtout, la politique. Si les prédictions d’une théorie s’avèrent trop inexactes pour être utiles dans la pratique, ou si une meilleure théorie est découverte, elle est écartée. Une théorie scientifique est un outil, et non un objet d’adulation publique ou un test décisif pour l’adhésion à un parti politique.

L’idée que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone provoqueront un réchauffement catastrophique de la planète n’est pas une théorie – c’est une hypothèse, car tout ce qui a été observé jusqu’à présent, ce sont quelques fluctuations climatiques et une légère augmentation de la température moyenne de la planète depuis la toute fin de l’ère préindustrielle, alors que des réchauffements temporaires d’un ordre de grandeur similaire se sont produits pendant l’ère préindustrielle elle-même. Pour être promue au rang de théorie, cette hypothèse doit être confirmée par l’observation. C’est assez délicat, car même si un réchauffement planétaire catastrophique devait être observé pendant la durée de vie plutôt courte de la civilisation humaine, il faudrait encore prouver, d’une manière ou d’une autre, que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone en sont la cause principale. Cela semble être une très mauvaise idée de dépenser des milliers de milliards de dollars de fonds publics pour une hypothèse non vérifiée. “Mais alors il sera trop tard !” pourraient s’écrier les membres de la secte, angoissés. Trop tard pour quoi ? Pour faire encore plus de prédictions infondées sur l’imminence d’une catastrophe climatique, puis pour avancer la date tranquillement lorsqu’elles ne se réalisent pas ? Merci mon Dieu pour cela !

Une hypothèse non prouvée similaire a déjà été utilisée comme base de la politique internationale : celle qui a servi de justification au protocole de Montréal de 1987. Selon cette hypothèse, les réfrigérants chlorofluorocarbonés détruisaient la couche d’ozone qui bloque les rayons ultraviolets nocifs et nous menaçaient de cancer de la peau et de cataracte. Comme preuve de cet effet, on a montré des données sur l’expansion des trous dans la couche d’ozone au-dessus du pôle nord pendant l’hiver arctique et du pôle sud pendant l’hiver antarctique. Une autre hypothèse est que les molécules d’ozone (O3) instables sont formées temporairement à partir de molécules d’oxygène (O2) stables sous l’effet du rayonnement solaire, et que les trous au-dessus des pôles se forment pendant leurs hivers respectifs parce qu’il y fait sombre. Les données en faveur de cette hypothèse incluent le fait qu’un trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique a été observé des décennies auparavant, alors que les CFC n’étaient pas encore inventés, et que l’interdiction des CFC ne l’a pas réduit. Il est ensuite apparu clairement que le protocole de Montréal était une ruse astucieuse pour procurer aux entreprises chimiques transnationales un avantage concurrentiel déloyal, bien que vous ayez du mal à trouver des informations à ce sujet en anglais en raison de la censure sur Internet.

Lorsqu’on formule des hypothèses à tester expérimentalement, il est évident qu’il faut se concentrer sur les plus prometteuses en raison des ressources limitées. Mais aucune pression de ce type ne devrait exister lorsqu’il s’agit d’hypothèses relatives au climat, qui ne peuvent être testées expérimentalement et ne peuvent être évaluées que sur la base de mesures dont la collecte prendra plusieurs siècles – à moins que cette pression ne soit politique. Politique mise à part, il existe une raison parfaitement valable d’envisager l’hypothèse selon laquelle l’augmentation du CO2 atmosphérique provoquera un refroidissement global plutôt qu’un réchauffement global. Le mécanisme proposé est le suivant. L’augmentation des concentrations de CO2 dans l’atmosphère absorbera des quantités croissantes de rayonnement infrarouge solaire (dans une fourchette étroite), l’empêchant d’atteindre la surface et de la réchauffer. Elles empêcheront également une certaine quantité de rayonnement infrarouge réémis par la surface de s’échapper directement vers l’espace, mais il s’agit d’un effet mineur, puisque la plupart des pertes de chaleur en surface se font par convection (l’air chaud monte) et évaporation (transition de phase de H2O de liquide à gazeux), et non par rayonnement. Si vous voulez tester cette hypothèse, vous pouvez réaliser l’expérience suivante, très bon marché. Prenez un morceau de verre, qui bloque une partie du rayonnement solaire, et suspendez-le en plein soleil de midi à une distance arbitraire au-dessus d’une parcelle de terrain (disons un mètre). Après un certain temps, mesurez la température du sol dans l’ombre du verre et à l’extérieur. Observez que la température du sol dans l’ombre du verre est inférieure, et non supérieure, à la température du sol directement exposé au soleil.

“Mais ce n’est pas comme ça qu’on construit une serre !” pourrait s’exclamer un écolier précoce à ce stade. “Où sont les murs ?” Et l’écolier aurait bien sûr tout à fait raison : ce serait une serre défectueuse, et “l’effet de serre” est une métaphore erronée. Les serres ne fonctionnent pas en empêchant le rayonnement infrarouge renvoyé par le sol de s’échapper vers l’espace ; elles fonctionnent en empêchant l’air chaud de s’échapper du volume de la serre grâce à un toit et des murs étanches à l’air. Si vous percez un tas de gros trous dans le toit d’une serre, la température à l’intérieur deviendra inférieure à celle de l’extérieur. Vous pouvez en conclure, en utilisant vos propres facultés mentales, que l’hypothèse du réchauffement climatique anthropique n’est pas aussi univoque que certains voudraient le faire croire, et que mes enfants sont plus susceptibles que d’autres d’être envoyés dans le bureau du directeur pour avoir déclaré que “le réchauffement climatique est une connerie”. Bien sûr, je préférerais qu’ils disent plutôt que “l’hypothèse selon laquelle les émissions anthropiques de dioxyde de carbone provoquent un réchauffement climatique catastrophique n’a pas été vérifiée et est suspecte depuis le début parce qu’elle semble avoir des motivations politiques”, mais c’est un peu long pour un enfant, alors “conneries” reste, pour l’instant, une approximation acceptable.

Bien que la plupart des gens raisonnables puissent être persuadés de concéder que l’hypothèse ci-dessus n’a pas été prouvée puisque les événements qu’elle prédit ne se sont pas encore produits, ils peuvent pointer du doigt les modèles climatiques informatiques qui les prédisent et prétendre que cela est suffisant pour justifier une action immédiate. Hélas, on ne peut faire confiance aux modèles informatiques que s’ils ont été validés par l’expérience ou l’observation. Par exemple, les simulations informatiques sont utilisées, avec une précision raisonnable, dans la conception de toutes sortes d’infrastructures critiques, mais c’est uniquement parce qu’elles ont été soigneusement validées par des tests en laboratoire sur des composants physiques réels et qu’elles sont appliquées dans des domaines où toutes les variables peuvent être maintenues dans des limites prédéterminées. Le climat de la Terre n’est pas un tel domaine et les modèles climatiques n’ont pas été validés sur de longues périodes de temps. On entend aussi parfois l’affirmation selon laquelle si les modèles climatiques peuvent modéliser le passé du climat, on peut aussi leur faire confiance pour prédire l’avenir du climat. Les personnes qui font cette affirmation devraient peut-être d’abord essayer d’en démontrer la validité sur un système beaucoup plus petit et plus simple que le climat planétaire, comme le marché boursier. Cela aurait l’effet secondaire positif de faire rire les courtiers en bourse et les investisseurs ; le rire déclenche la libération d’endorphines qui peuvent temporairement soulager la douleur de pertes financières importantes.

Cela nous ramène aux climatologues (et/ou aux élites anglaises qui veulent bouger/bouger à cause du dioxyde de carbone), dont 99,9% sont d’accord pour dire, pour citer leur championne Greta Thunberg, “bla-bla-bla”. S’agit-il de vrais scientifiques, ou de faux politiques ? Les vrais scientifiques sont très divers. Beaucoup d’entre eux travaillent dans l’obscurité sur des domaines de recherche qui n’intéressent qu’eux-mêmes, poussés par la curiosité scientifique : pour eux, quelque chose vaut la peine d’être étudié simplement parce qu’il n’est pas encore bien compris. De temps en temps, certains découvrent quelque chose que les médecins ou les ingénieurs trouvent extrêmement utile, mais c’est rare. Certains se disent scientifiques mais travaillent sur des problèmes tels que la réduction du goût des substances alcalines dans le dentifrice. Quelques-uns font un travail réellement maléfique, par exemple en rendant les coronavirus plus infectieux et plus mortels. Et puis il y a ces scientifiques qui utilisent la terminologie et les techniques scientifiques pour poursuivre un programme politique ou pour obtenir un avantage commercial par le biais d’une concurrence déloyale. Le plus utile serait qu’ils aient des caractéristiques physiques distinctives, comme un nez grotesquement allongé ou un pantalon en feu en permanence, mais malheureusement ils ressemblent à tous les autres. Ils ont cependant deux caractéristiques distinctives : on les trouve souvent accompagnés de politiciens et de lobbyistes de l’industrie ; leurs recherches ont tendance à être financées de façon somptueuse et leur produit, appelé facétieusement “La Science”, est porté à bout de souffle dans la presse.

Pour comprendre pourquoi la science climatique sur mesure est si généreusement financée et si bruyamment vantée, il suffit de poser la question habituelle et d’y répondre : Qui bono ? A qui cela profite-t-il ? Elle est financée et annoncée à grands cris principalement par les pays occidentaux, qui sont unis pour être des utilisateurs prodigues de combustibles fossiles tout en étant pauvres en ressources et dépendants des importations. Auparavant, ils étaient également unis pour avoir beaucoup d’argent à consacrer aux subventions aux énergies renouvelables, qu’ils pouvaient imprimer à volonté, non pas tant pour remplacer leur consommation de combustibles fossiles (cela ne marcherait pas) que pour signaler au monde entier à quel point ils sont vertueux en sauvant la planète d’une catastrophe climatique inventée. Confrontés à la perspective de devoir payer de plus en plus cher des importations d’énergie de plus en plus rares, ils ont élaboré un plan astucieux : imposer des droits de douane sur toutes les importations en fonction de leur empreinte carbone supposée : la quantité de dioxyde de carbone émise au cours de leur production. Et puisque l’Occident, qui a investi dans les éoliennes et les panneaux solaires, peut prétendre que son empreinte carbone est plus faible et qu’il n’est donc pas soumis à ces droits de douane, cela rendrait sa production nationale plus compétitive. Il s’agit de permettre la concurrence déloyale, encore une fois, vous voyez !

Heureusement, ceux qui ont mis au point ce plan génial ont oublié un détail important. Ils ont supposé que l’Occident est indispensable en tant que consommateur de tout et que payer son consumérisme avec de la monnaie imprimée – sa principale fonction depuis des décennies – est un service essentiel dont l’économie mondiale ne peut tout simplement pas se passer. Mais ce qui se passe plutôt, c’est que la consommation suit la production : d’abord, ils ont délocalisé la fabrication ; maintenant, la consommation se délocalise également. Le résultat final sera le suivant : pas d’importations d’énergie, encore moins de fabrication nationale, et pas trop de produits importés non plus. Et sans importation d’énergie pour équilibrer l’offre irrégulière et la demande fluctuante, les sources d’énergie renouvelables ne seront d’aucune utilité, la fabrication nationale deviendra impossible et le fait d’imprimer encore plus d’argent incitera simplement les producteurs étrangers à retenir leurs exportations en espérant que les prix augmenteront en réponse, ce qui est déjà le cas.

Nous le constatons déjà aujourd’hui : les producteurs occidentaux d’aluminium ferment leurs portes en raison d’une pénurie de magnésium chinois ; les fabricants occidentaux d’engrais azotés ferment leurs portes en raison du coût élevé du gaz naturel russe ; et toutes sortes d’autres entreprises occidentales sont contraintes de fermer ou de réduire leurs activités parce que les matières premières dont elles dépendent sont soit trop chères, soit tout simplement indisponibles. Et s’il est possible de vivre pendant des années sans nouvelles voitures ou nouveaux avions, vivre sans engrais ne signifie qu’une chose : la faim. Et il est peu probable que les personnes affamées se soucient beaucoup du catastrophisme climatique : échec et mat pour “La Science”. En outre, la faim ne manquera pas de causer des problèmes aux élites occidentales actuelles, qui semblent avoir oublié ce qui est arrivé à Marie-Antoinette. Elles seraient bien avisées de changer soudainement de cap et d’annoncer qu’elles se soucient d’abord de leur propre peuple et ensuite du climat, sans tenir compte des accusations de populisme qui s’ensuivront, car l’alternative est bien pire.

Mais alors, qu’adviendra-t-il du climat ? Devons-nous immédiatement sauter à la conclusion que nous sommes tous condamnés ? Eh bien, faites-vous plaisir, mais le scénario probable, presque toujours, est que nous verrons simplement plus de la même chose. Le climat a été exceptionnellement stable au cours des dix mille dernières années environ, et ce que nous voyons maintenant semble être un retour à la normale, avec beaucoup plus d’ouragans, d’inondations, d’incendies de forêt, de sécheresses, de tornades et ainsi de suite, mais cela n’a rien d’extraordinaire si vous faites un zoom arrière. Au-delà de cette instabilité parfaitement normale, si l’on fait un zoom arrière, le climat mondial se refroidit très progressivement depuis des millions d’années, probablement en raison du taux de désintégration nucléaire dans le noyau de la planète ou de processus au sein du soleil, personne n’en est sûr. Mais il ne se contente pas de se refroidir progressivement : il est bistable, basculant dans une fourchette relativement étroite. Au bas de cette fourchette se trouvent les périodes glaciaires qui durent des dizaines ou des centaines de milliers d’années ; au haut de cette fourchette se trouvent des périodes interglaciaires beaucoup plus courtes et un peu plus chaudes, comme celle que nous vivons actuellement.

Comme pour la plupart des processus sur Terre, le passage d’une période à l’autre est dû à l’eau : si la planète se réchauffe suffisamment pour que beaucoup d’eau s’évapore et que la couverture nuageuse soit importante, les nuages reflètent une grande partie de la lumière solaire, ce qui entraîne un refroidissement de la surface et la formation de calottes polaires et de glaciers. Ensuite, les nuages se dissipent en grande partie, mais une partie suffisante de la surface reste couverte de glace qui continue à refléter une grande partie de la lumière solaire, de sorte que le climat reste froid et que la glace continue à se former. Finalement, une telle quantité d’eau est piégée dans la glace que le niveau des océans baisse, exposant beaucoup plus de terres, qui se réchauffent, initiant une tendance inverse, et le cycle se répète. Nous avons dépassé d’un millier d’années la température optimale interglaciaire, qui était beaucoup plus chaude qu’aujourd’hui, et si la très courte période actuelle de consommation de combustibles fossiles doit avoir un quelconque effet, cela pourrait accélérer le début de la prochaine période glaciaire, qui pourrait survenir n’importe quel millénaire maintenant.

Quel est le rapport entre tout cela et le dioxyde de carbone ? Eh bien, pas grand-chose ! Normalement, la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère augmente avec la température et diminue avec la température, ce qui en fait un bon indicateur de la température globale. Mais actuellement, la combustion de combustibles fossiles fausse la lecture, ce qui la rend pratiquement insignifiante. Oui, il est plus élevé qu’avant, mais c’est en fait une bonne chose, car il permet aux plantes de pousser plus vite, ce qui facilite la production de denrées alimentaires dans les régions où la saison de croissance est courte, comme en Russie. Elle reste inférieure à celle que la plupart des exploitants de serres (c’est-à-dire ceux qui possèdent de véritables serres, avec des murs et un toit, et non des serres métaphoriques défectueuses) préfèrent fixer dans les leurs afin d’obtenir une productivité optimale.

Le refrain “nous en saurons plus dans quelques milliers d’années” doit être assez dérangeant pour les membres du culte du climat catastrophique. Mais ce qui devrait les déranger bien davantage, c’est leur avenir immédiat. Tout le présupposé sur lequel repose leur culte s’est effondré : l’Occident n’est plus un consommateur indispensable qui peut extorquer une compensation pour ses émissions de dioxyde de carbone aux pays qui lui fournissent tout ce dont il a besoin en échange d’argent imprimé. Cela ne va pas leur procurer l’avantage concurrentiel déloyal qu’ils souhaitaient. Leur dernier stratagème désespéré – le culte du cargo inversé consistant à bloquer les importations d’énergie en provenance de Russie – a été un désastre et a entraîné une forte inflation, des pénuries et des fermetures. “Ce n’est pas la catastrophe que nous avons commandée !” ont-ils beau crier d’angoisse, seul un écho leur répondra, selon les mots intemporels de Greta Thunberg : “bla-bla-bla”.

Le 29 octobre 2021, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone