«This is war», du Wisconsin aux USA

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 236

La situation à Madison et, plus généralement, dans le Wisconsin, est désormais plus un modèle qu’un test ; un modèle de ce qui pourrait et devrait arriver dans d’autres Etats de l’Union (Nebraska, Ohio, Indiana, Michigan, etc.) soumis aux mêmes conditions (un gouverneur républicain, des lois radicales contre les dépenses et les fonctions publiques, une très forte mobilisation, radicale et pugnace, contre ces lois), – plus qu’un test dont l’issue déterminerait et terminerait une bataille locale dans les normes de la loi. La situation présente en effet le modèle de conflit insoluble par des voies de compromis légal, entre une direction élue avec une majorité légale, donc légalement dans son droit de voter la législation qu'elle a votée ; et une population qu'on peut juger majoritaire et qui se montre mobilisée et prête à des actions radicales, avec le soutien, volontaire ou forcé, de structures politiques et syndicales puissantes.

Pour les protestataires, l’action du gouverneur Walker faisant voter sa loi à partir de dispositions légales ressemblant à une manœuvre de couloir, malgré l’absence de quorum due à l’absence de l’opposition démocrate au Sénat de l’Etat, s’apparente à un “coup d’Etat”. (On parlera des “protestataires” plus que des démocrates, le mouvement ayant du mal à rester dans les normes d’un parti officiel washingtonien, tant un tel parti est discrédité.) La réponse est aussitôt organisée sous la forme d’une mobilisation très intense, qui ressemble plus à la préparation d’une nouvelle bataille sur un nouveau terrain, beaucoup plus explosif que ce qui a précédé, qu’à un baroud d’honneur.

Les plus modérés, dans les structures du parti démocrate, envisagent d’accélérer des procédures d’annulation d’élections très contestées d’au moins six sénateurs républicains de l’Etat (voir Huffington.post du 10 mars 2011). Un renversement du résultat dans ces élections, très probable dans le climat actuel, changerait l’équilibre dans le Sénat de l’Etat et rendrait l’application de la loi votée quasiment impossible ; on imagine aisément quelles conditions de tension, et quels affrontements, devraient faire naître de tels prolongement.

L’opinion plus générale, plus militante, est celle du projet de grève générale dans l’Etat du Wisconsin. Peter Rothberg, de The Nation, repris par CommonDreams.org le 10 mars 2011, s’interroge sur la nécessité d’une grève générale, avec l’idée évidente que poser la question c’est y répondre, – positivement, certes. Cela donne une idée du climat, qui est certainement un fait majeur de la situation politique dans le Wisconsin : «It seems to me that just the very fact that the idea of a general strike is being discussed shows how far our political discourse has come and how deeply Scott Walker and prolonged economic anxiety have radicalized otherwise moderate masses.

Puis suivent quelques précisions, détails, etc., effectivement significatifs du climat, commençant par la position de l’associations des travailleurs du Wisconsin, avant quelques autres…

«The IWW website is making a strong case for a general strike as the most effective tool to combat Walker's bill and copycat legislation cropping up in numerous other states. […]

»The South Central Federation of Labor, a federation of 97 labor organizations representing 45,000 workers, has already endorsed the need to prepare for a general strike and David Dayen reports at FDL that the of the protesters, who stormed the Capitol on word of the bill's passage, echoes that resolution. “You could see some kind of near-term labor walkout, at least in Madison and possibly throughout the state.” […]

»Joe Conway, the charismatic president of the Madison firefighters’ union, said recently that the political situation has grown so dire in Wisconsin, he’d support a general strike. “We should start walking out tomorrow, the next day. See how long they can last,” he told reporters with The Uptake. “This is a nation-wide movement to attack all working men and women in Wisconsin and the United States.”»

Sur le Rachel Maddow Show de MSNBC, du 10 mars 2011, on a pu voir et entendre l’intervention mobilisatrice de Michael Moore, désormais très présent dans cette bataille. “C’est la guerre”, proclame-t-il («This is War. This is a Class War That's Been Leveled Against the Working People of This Country… Takes on the Banksters, Hails those Fighting Back in Wisconsin and Beyond»).

Justement, cette intervention de Michael Moore, qualifié lui-même dans le texte de «porcine propagandist», marque l’entame d’un article du Wall Street Journal (le WSJ), ce 10 mars 2011, prenant comme titre le «This is War» de Moore. («“This is war,” Michael Moore declared last night on MSNBC's “Rachel Maddow Show.” The porcine propagandist referred to the Wisconsin Senate's 18-1 vote earlier in the evening in favor of legislation, supported by Gov. Scott Walker, that would strip politicians of the power to reward government employee unions for their political support by committing taxpayer money to their members' extravagant pensions and other fringe benefits.»)

L’article parle, lui aussi, d’un “coup d’Etat”, mais du fait des protestataires, contre la légalité que représente le gouverneur Walker. Le WSJ est évidemment à 100% du côté du gouverneur, et il considère comme extrêmement dangereux, justement s’apparentant aux prémisses d’un coup d’Etat, l’attitude de divers groupes syndiqués de policiers, ou de la police de Madison en général dans les diverses manifestations, prenant partie nettement pour les protestataires. Si les gardiens de l’ordre public se rangent du côté de ceux qui troublent l’ordre public, c’est une tentative de coup d’Etat et, pour le moins, c’est l’amorce d’une guerre civile…

«…And yet it is just possible that Moore is on to something. One can imagine a situation in which attacks on the legislative process by government employee unions and Democrats escalate into something resembling civil war. We do not suggest that this is a likely outcome, merely a worst-case scenario – but one that is worth thinking about.

»The key is the group of government employees on whom we depend to maintain the public order necessary for a republic to function: the police. Many cops are unionized, and although the Wisconsin bill exempts them from the ban on so-called collective bargaining, there are signs, as blogger and legal scholar William Jacobson notes, that some cops have been “taking sides in this political dispute” – and worse, that these guardians of public order are siding with those using lawless tactics to disrupt the legislative process.

»In a Feb. 27 post, Jacobson linked to a video of a cop –“presumably off-duty but wearing what looks like a police-issue sweater with insignia” and, on the back, the words COPS FOR LABOR in big letters – “who addressed the crowd of protesters inside the Wisconsin Capitol building on February 24, and threatened disobedience to state government”… […] Here is the transcription by a supporter of the police protest of the key passage:

»“. . . This is not a budget issue! This is a CIVIL RIGHTS ISSUE! . . . Mr. Walker! . . . We know pretty well now who you work for! [applause] Let me tell you who WE work for! [points to self and police emblem] We work for all of these people! [applause] We are not here, Mr. Walker, to do your bidding! We are here to do their bidding! . . . Mr. Walker, this not your House! This is all of our House!...”

»In today's post, Jacobson quotes from a Milwaukee Journal Sentinel report: “It was clear Wednesday night, after thousands descended on the Capitol in reaction to the Senate vote . . ., that police were not going to try to stop protesters from entering what was supposed to be a building closed for the night.”

»In a later update, citing a blog called “Badger 14” (the title a derisive reference to the AWOL Democratic senators), Jacobson adds: “The State Police did make an initial effort to keep protesters out last night. But, once most protesters had left the building, several dozen protesters were allowed to sleep in [the] antechamber of the Assembly overnight, rather than being removed per court order.”

»Milwaukee's WTMJ-AM also reports that “the State Department of Justice confirms that it is investigating several death threats against a number of lawmakers.” The station quotes an email sent to Republican senators last night that began: “Please put your things in order because you will be killed and your familes [sic] will also be killed due to your actions in the last 8 weeks.”

»Blogress Ann Althouse, herself a Wisconsin government employee, reports that the Capitol “protesters” entered through the window of a Democratic representative's office. She relays an on-scene report from her husband, Laurence Meade, on their efforts this morning to disrupt the législature… […]

»Where are the police in all this? We do not know. Possibly the sheer size of the mob is making it difficult to restore order. Possibly they are acting in accord with their orders in adopting a relatively nonconfrontational approach, on the theory that it is wise to avoid heavy-handed tactics that might provoke the mob to violence.

»But the threat of disobedience issued by that COP FOR LABOR raises a much more troubling possibility: that the police are aiding a political movement that is breaking the law in order to disrupt the legislative process. If that is the case, then what is going on in Madison is not so much anarchy as an attempted coup d'état – a challenge to Wisconsin's republican form of government by those who have been entrusted to safeguard it.»

Il est difficile de penser que l’action du gouverneur Walker et la vigueur des réactions qui ont suivi, engageant autant des associations diverses que des “protestataire de base”, alors que des batailles légales s’annoncent, que l’on parle activement d’une grève générale, que la même bataille générale se prépare dans d’autres Etats, – il est difficile de penser que tout cela puisse déboucher sur un apaisement ou un compromis. Les deux partis se sont trop retranchés dans des positions radicales et maximalistes ; trop d’intérêts contradictoires sont en jeu, trop de groupes incontrôlables et activistes sont impliquées, trop de situations pathétiques et de résolution furieuse dans la population existent, trop de publicité a été faite sur cette tension et l’enjeu en cause, pour que cette crise s’apaise d’elle-même, selon les procédures légales du Système qui protègent sa propre stabilité, comme c’est l’habitude aux USA. D’ailleurs, on se trouve dans une ère où les crises ne se résolvent pas, et même s’enchaînent sans être résolues… Et, plus que jamais, cette affaire de Madison, Wisconsin, avec possibilité, sinon probabilité, d’extension à plus d’une dizaine d’autres Etats de la même querelle, nous apparaît comme l’un des très fermes verrous de l’axe Le Caire-Madison, et de la transversale qui diffuse la même psychologie furieuse et déstructurante.

Soudain, il apparaît que cette querelle se constitue comme le terrain, le champ de bataille idéal de la tension générale qui ne cesse de déchirer plus cruellement deux “camps” aux contours mal définies, aux buts mal éclairées, aux caractères mal précisées, qui n’ont pour particularité que d’exprimer un antagonisme, une haine intérieure aux USA d’une vigueur qui a peu de précédent, d’une puissance irrationnelle qui nous semble sans retour possible. (Les jugements n’ont pas manqué, de Jimmy Carter à Noam Chomsky, pour comparer le climat politique actuel aux USA, à celui qui a immédiatement précédé la Civil War, ou Guerre de Sécession.) Madison, Wisconsin, représente ce qu’est cette crise elle-même certes, c’est-à-dire un affrontement entre deux visions fondamentalement différentes des situations et des relations sociales ; mais il est extrêmement inattendu, et tout autant significatif, que la querelle s’envenime à ce point malgré ce qu’on jugeait être comme un ciment indestructible, qui est l’américanisme avec tous ses mécanismes habiles et insinuants pour étouffer l’expression populaire ; ce qui conduit à penser que la crise de Madison, Wisconsin, c’est l’expression de quelque chose qui est bien plus que la crise de Madison, Wisconsin, que c’est l’expression du constat fondamental de la déstructuration progressive, de l’éclatement latent de cet artefact monstrueux de puissance que sont les USA, c’est-à-dire le cœur et le moteur du Système. Il y a déjà eu des situations qui ont fait penser à cette représentation dynamique et symbolique de la désunion fondamentale des USA ; aucune n’a réuni les conditions, le caractère, le climat et surtout la psychologie qui en feraient le “perfect storm” qui atteindrait l’Amérique elle-même après que les pratiques de l’américanisme ait déclenché cet ouragan dans tant de territoires extérieurs. Alors, l’ouragan relayé par Madison, Wisconsin, pourrait faire passer le stade de la “déstructuration progressive” à celui de la déstructuration précipitée et explosive…

Alors certes, plus que jamais, – “Le Caire et Madison, même combat”. Il y a dans ces événements impressionnants de puissance, de rythme et de rapidité, nombre de caractères pour faire penser qu’est effectivement entamé le dernier parcours de la Chute finale du Système.


Mis en ligne le 11 mars 2011 à 06H49