Tension en Mer Noire

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 625

La situation dans la Mer Noire est un point particulier de la tension entre la Russie et l’Ouest, disons le point opérationnel central de cette tension. Un article du Times de ce jour met particulièrement l’accent sur ce point, à la lumière d’une indication également alarmiste venue cette fois de Poutine et non de Medvedev («Dmitri Peskov, a spokesman for Vladimir Putin, the Prime Minister, declared that Russia was taking “measures of precaution” against American and Nato naval ships. “Let’s hope we do not see any direct confrontation in that,” he said. Any attempt by countries in the West to isolate Russia would “definitely harm the economic interests of those states”, he said.»).

Peut-on parler d’une tactique délibéré et concertée des pays occidentaux en Mer Noire? C’est beaucoup s’avancer. Dans ce cas, il s’agit essentiellement des USA, avec des implications parcellaires comme la présence d’un navire canadien par exemple. Il y a même des réactions particulièrement inhabituelles, comme celle du quartier-général Centre-Europe (SHAPE), qui représente le commandement opérationnel de l’OTAN. Avant-hier, devant les affirmations diverses selon lesquelles l’OTAN soutenait ou même prenait à son compte cette présence navale “occidentale” en Mer Noire et surtout face aux avertissements russes, le SHAPE a précisé que seuls trois navires en Mer Noire intervenait sous son autorité, et que ces trois navires “se trouvaient à quai” en Géorgie, – c’est-à-dire, hors des circonstances pouvant conduire à une confrontation.

Le Times écrit à propos de cette situation en Mer Noire:

«Russia criticised the US for using naval ships to deliver aid to Georgia. The US Coast Guard cutter Dallas delivered supplies to the Georgian port of Batumi yesterday, three days after the guided-missile destroyer USS McFaul docked in the port. The US sailors were greeted with chants of “USA! USA!”

»By choosing Batumi, the US opted for a less confrontational move than docking at Poti, another Georgian port where Russian troops are dug in. The US may have also suspected that the Russians had mined the harbour at Poti, possibly one of the precautionary measures referred to by Mr Putin’s spokesman.

»General Anatoli Nogovitsyn, deputy chief of the Russian General Staff, accused Nato of “ratcheting up tension” in the Black Sea. Mr Peskov said: “It’s not a common practice to deliver humanitarian aid using battleships.”»

Ce que ne précise par l’article, ce sont les circonstances de l’arrivée du USS Dallas à Batumi. Une source à l’OTAN rapporte qu’il y a eu une évolution assez inattendue des Américains. «Les Américains n’ont pas planifié leur opération en décidant dès l’origine d’éviter Doti, où il y a effectivement des forces russes à terre, avec lesquelles des incidents sont possibles. Ils ont d’abord annoncé que le bateau allait accoster à Doti. Puis, quatre heures plus tard, sans autre explication, ils ont annoncé que le bateau avait accosté à Batumi, là où ils ne risquaient pas un incident puisqu’il n’y a pas de forces russes.» La même source observait qu’on n’a absolument pas d’indication que l’opération ait répondu à une seule autorité centrale, et qu’il est très possible que la décision de changement de port d’accueil soit venu d’une autorité différente de celle qui avait d’abord choisi Doti.

De ce point de vue de la situation opérationnelle, l’impression générale est plutôt confuse. Du côté US, cette impression est très forte. Il semble n’y avoir aucune planification centralisée précise concernant les mesures décidées, ce qui était d’ailleurs évident dès les premiers jours du conflit, lorsque Bush annonça (le 11 août) que des unités de l’U.S. Navy arrivaient en Mer Noire, et que cette annonce s’avéra prématurée.

Le silence du secrétaire à la défense Robert Gates à propos de la crise géorgienne est assourdissant. Il est tout à fait concevable, et même d’une logique évidente, que les mêmes pressions contradictoires, les même divergences d’appréciations, les mêmes différences d’action des différents pouvoirs US se manifestent à propos de l’affaire géorgienne et de la tension avec la Russie, qu’elles se sont manifestées pendant plus de deux ans avec la crise iranienne. Ce désordre des pouvoirs aux USA devrait encore plus se manifester, parce que l’enjeu est plus important encore (qu’avec l’Iran), que les militaires US devraient encore plus se défier d’une action incontrôlée, et de l’activité de l’administration Bush dans cette occurrence. Il faut noter qu’une fois de plus, avec la situation en Mer Noire, c’est l’U.S. Navy qui est la première concernée. La même source de l’OTAN déjà citée observait également, en guise de commentaire: «Heureusement que Gates et l’amiral Mullen sont fermement en place au Pentagone.» (On ajoutera que SHAPE, qui dépend du SACEUR, qui est un général US, est dans ce cas un simple relais du Pentagone.)


Mis en ligne le 28 août 2008 à 09H06