Sur la corruption systémique

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1861

Sur la corruption systémique

Le philosophe  Slavoj Žižek  a, entre autres, fait une distinction utile entre la violence subjective, qui a lieu entre les individus, et la violence systémique, qui est perpétuée par les institutions. Žižek est marxiste, et une partie de sa justification pour introduire cette distinction est de justifier la violence révolutionnaire comme moyen de s’opposer à la violence systémique des systèmes oppressifs. Cela peut se discuter puisque la violence révolutionnaire est souvent elle-même systémique, née d’une idéologie qui dicte un changement radical d’une sorte ou d’une autre, alors que le résultat final d’un changement révolutionnaire selon les lignes marxistes est souvent un État totalitaire qui élève la violence systémique à un tout autre niveau. Peu importe : je pense que la distinction est cependant utile.

Elle est utile parce qu’elle permet de tracer une certaine différence – entre l’action libre et action forcée – qui ne passe pas seulement par la violence mais par toute forme de vilenie et de perfidie. La violence subjective est un exemple de l’action libre : vous frappez une personne que vous n’aimez pas et vous effectuez un acte selon votre opinion personnelle. La violence systémique, par contre, c’est là où, par exemple, des drones dépersonnalisés se comportent comme des primates et n’ont d’autre choix que d’emprisonner les parents pour l’absentéisme de leurs enfants – rien de personnel, les règles sont les règles. Cette forme de l’action forcée traverse de nombreux aspects du comportement individuel et collectif. Le mensonge, par exemple, peut se faire en privé (pour épargner les sentiments de quelqu’un ou pour donner une leçon à un idiot) ou en public (par exemple en excluant près de 100 millions d’Américains au chômage de longue durée du calcul du taux de chômage officiel).

En particulier, un objectif est remarquablement présent lorsque l’on observe le phénomène qui est fréquemment utilisé pour faire triompher la violence révolutionnaire en tant que violence subjective : la corruption. La corruption est souvent perçue comme le fléau des pays sous-développés et appauvris, dont les dirigeants et les fonctionnaires sont souvent accusés de népotisme, de favoritisme, de corruption, de détournement de fonds, de blanchiment d’argent, de complot et de collusion avec des criminels, etc. Un tel comportement est souvent acceptable pour leurs maîtres néocolonialistes, qui ne voient rien de mal à ce que l’argent prêté à un pays en voie de développement finisse sur des comptes bancaires privés en Suisse ou aux États-Unis des meilleurs et des plus brillants éléments du pays, laissant le reste de la population aux prises avec une dette permanente et forcé de travailler gratuitement pour des générations. Ce n’est que lorsque les dirigeants d’un pays décident de contester cet état de fait, de répudier les dettes du pays, de nationaliser ses industries clés ou de contester le stationnement de troupes étrangères (surtout américaines) sur son sol que leur corruption devient soudain un problème et que le gouvernement, rebaptisé “régime”, devient un objet justifié de la violence révolutionnaire.

La technologie du “regime change” est maintenant assez avancée. Les téléphones intelligents, les médias sociaux et les messageries cryptées rendent l’organisation d’une telle manifestation synthétique très économique. La protestation soi-disant spontanée est organisée en une structure strictement hiérarchique composée de dizaines, de centaines, de milliers et ainsi de suite, où à chaque niveau, seulement dix personnes connaissent la seule personne dont elles doivent répéter sans réfléchir le comportement. L’utilisation de participants mineurs, de bébés en poussette et de personnes handicapées en fauteuil roulant, associée à l’abondance de vidéos diffusées sur des blogs, limite les choix des personnes chargées de préserver l’ordre public. Une fois l’ordre public détruit et le chaos régnant, le changement de régime devient facile à opérer. L’ancien régime corrompu est discrètement écarté et le nouveau régime corrompu est installé à sa place et immédiatement reconnu politiquement, bénéficie d’un large soutien financier et d’une couverture médiatique. Aujourd’hui, tout cela est devenu une procédure standard et des exemples en sont facilement observables dans de nombreuses régions de la planète.

Bien sûr, ceux qui participent aux manifestations ont souvent l’impression d’avoir des griefs légitimes qui les forcent à agir, mais là n’est pas la question. Leurs chefs sont peut-être corrompus, mais les éliminer, c’est comme poursuivre des termites à titre individuel tout en laissant intact leur nid. Tout ce qu’ils peuvent espérer, c’est faire de la place pour plus de termites. L’épicentre de la corruption, qui fait que seuls les termites sont autorisés à gouverner, est bien au-delà de la portée de tout mouvement local de protestation. Là-bas, la corruption va bien au-delà des transgressions mineures des acteurs privés, mais elle est ancrée dans les systèmes de droit, de police et de réglementation. C’est cet épicentre de corruption systémique, qui se cache derrière des lois trop compliquées, de vastes bureaucraties, des médias soumis, des systèmes éducatifs dociles et des agences de renseignement et d’application de la loi intéressées, qui rend les protestations locales largement futiles et toute victoire qu’elles remportent éphémère et incomplète. Il est impossible de poursuivre le bien commun dans un environnement où l’ensemble du système est conçu pour servir les intérêts d’un petit clan financier transnational par tous les moyens nécessaires, jusqu’au génocide inclus.

Un événement marquant a eu lieu récemment : des représentants de chaque nation africaine se sont réunis à Sotchi, cette ville“subtropicale”dans l’extrême sud de la Russie, et leur but était simple : ils veulent tous chasser les régimes néocolonialistes européens et américains qui pillent la richesse des Africains depuis des générations, et chasser les sociétés transnationales qui ont volé leurs ressources, et il leur faut la formule secrète de la Russie pour y parvenir. La Russie a hérité ce savoir-faire de l’URSS : au cours de la guerre froide, toute une série de nations africaines, asiatiques et sud-américaines ont acquis leur indépendance des anciens centres impériaux. Puis l’URSS s’est effondrée et les anciens colonialistes ont commencé à y retourner de force, fomentant des guerres civiles pour maintenir l’équilibre entre les pays, favorisant et protégeant les intérêts des sociétés transnationales, imposant aux pays une lourde dette et renversant des gouvernements qu’ils n’aimaient pas – tout ce qui les empêchait de piller le pays. Mais maintenant, la Russie est de retour et les Africains savent qu’avec son aide stratégique, ils peuvent arrêter le pillage et devenir riches et stables.

Les Russes poursuivent la stratégie classique qui consiste à “résoudre les problèmes les plus difficiles d’abord”. Au Moyen-Orient, ils se sont d’abord occupé de la Syrie, la transformant d’un champ de bataille d’intérêts régionaux rivaux avec les États-Unis à la manœuvre en un modèle de coopération internationale où les États-Unis sont réduits à garder – et voler une partie – du pétrole syrien. En Afrique, l’un de leurs premiers ordres du jour a été de mettre fin à la guerre civile apparemment sans fin en République centrafricaine, une république riche en ressources, mais sujette à une extrême violence, en évinçant les Français, pires qu’inutiles, qui étaient ses anciens maîtres coloniaux. Maintenant, le gouvernement de ce pays aura la liberté d’agir dans son propre intérêt, et si ses anciens maîtres se lèvent pour tenter un changement de régime, ils entendront un “nyet” tranquille mais très ferme des Russes et rentreront chez eux.

Que se passera-t-il lorsque les Européens et les Américains rentreront chez eux et seront forcés de commencer à payer pour leurs ressources naturelles, au lieu de simplement les voler dans le cadre d’un plan de corruption ? L’accumulation de richesse et la préservation de leur position est tout ce qui compte pour les bénéficiaires de ces repaires de corruption, et ils ne sont pas du tout dégoûtés des méthodes qu’ils utilisent pour y parvenir. Si la demande faiblit, il est temps d’endetter la société. Si l’offre faiblit, il est temps de supprimer la demande en exigeant le remboursement des dettes. Si une nation s’interpose entre eux et “leur” pétrole, il est temps de détruire cette nation. S’ils ne peuvent pas continuer à voler les producteurs, il est temps pour eux de commencer à tuer les consommateurs.

Le génocide est dans leur ADN. Les Américains ont supervisé le plus long et le plus grand génocide au monde, exterminant plus de 100 millions d’Amérindiens. Ce n’est pas non plus une histoire ancienne : pendant la Grande Dépression, les autorités américaines ont creusé un trou démographique estimé à environ 10 millions de personnes, brûlant des céréales et déversant du lait dans les rivières alors que les gens mouraient de faim. Ceux qui ont eu l’audace de se plaindre de cet outrage ont ensuite été persécutés en tant que communistes. Les Américains ont appris le génocide des Britanniques. Pour vous faire une idée, essayez de rechercher “Génocide britannique” sur le net et commencez à suivre les liens qui vont apparaître.

Il ne fait aucun doute qu’il y a beaucoup de corruption dans le monde. Les hauts fonctionnaires placent leurs fils, cousins et cousines et neveux en position d’autorité. Les policiers acceptent des pots-de-vin pour divers services qui ne sont pas strictement légaux. Des fonds sont détournés, des entrepreneurs paient des pots-de-vin, etc. Mais c’est de la corruption équivalent à du commerce de détail – de gré à gré et à titre personnel – comme l’achat d’un  falafel  de corruption à un vieil homme avec une charrette à bras, alors que la corruption au centre impérial de Washington est un véritable buffet à volonté de corruption où vous pouvez manger un repas de corruption à trois plats avec plusieurs excursions au bar à salades et un choix de desserts corrompus, où un serveur vous apportera une boisson corrompue de votre choix chaque fois que vous claquerez des doigts, et qui, après avoir atteint le point d’éclatement, vous apportera un bol d’eau avec des pétales de rose flottant dedans pour que vous puissiez rincer la corruption du bout de vos doigts.

A Washington, en particulier, il y a des lobbyistes qui rédigent des lois que les législateurs signent sans les lire. Partout aux États-Unis, il y a des médecins qui ne pensent rien de la production de millions d’opiomanes – tant que c’est rentable – tout en refusant un traitement médicalement nécessaire si ce n’est pas rentable. Il existe également un système judiciaire corrompu qui arrête et condamne les personnes qui n’ont pas les moyens de se défendre afin de les utiliser comme esclaves dans des prisons privées. Et tout le système est présidé par des avocats et des banquiers suceurs de sang qui finiront par assécher tout le pays. C’est un monde où ceux qui sont au bas de l’échelle et qui ont le plus de raisons d’essayer de s’en tirer en magouillant sont relativement honnêtes, tandis que ceux qui sont au sommet pourraient vivre à l’aise sans commettre d’actes répréhensibles majeurs, mais sont tous des criminels pur jus, et alors, ceux qui sont vraiment tout en haut sont par définition des tueurs de masse.

Lorsque les cannibales sont à court de non cannibales à manger, le résultat inévitable est un cannibalisme de second ordre, où les cannibales se mangent entre eux. Finalement, il ne reste plus de cannibales de second ordre, et certains d’entre eux sont forcés de devenir des cannibales de troisième ordre, qui ne mangent que des cannibales qui mangent d’autres cannibales. Et ainsi de suite. Alors, qu’est-ce qu’un non cannibale doit faire ? Fuir, bien sûr !

 

06 novembre 2019,  Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 210 € sur 3000 €

faites un don