Sodome ou Gomorrhe : A vous de choisir

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 5091

Sodome ou Gomorrhe : A vous de choisir

En 1997, je suis revenu de Russie aux États-Unis, je venais de me marier et, après avoir observé de première main l’URSS après son effondrement, une question évidente m’est venue à l’esprit : Quand les différents États vont-ils suivre l’exemple de l’URSS et déclarer leur indépendance vis-à-vis d’un gouvernement fédéral désespérément corrompu et inopérant ? Alors que la principale cause de l’effondrement de l’Union soviétique était l’ennui, – les gens vivaient bien mais s’ennuyaient et voulaient vivre encore mieux, – il était manifeste qu’il faudrait quelque chose de plus pour que les États-Unis s’effondrent. De quoi s’agit-il ?

Après quelques recherches, j’ai commencé à m’intéresser à ce que l’on a appelé le pic pétrolier : le fait que la production de pétrole aux États-Unis avait atteint son maximum en 1970 et qu’elle était en train de le faire dans tous les pays du monde. Dans le même temps, les États-Unis, avec leur mode de vie non négociable, étaient le pays le plus dépendant du pétrole au monde, et il serait vain d’essayer d’arracher les clés de voiture des doigts froids et morts des Américains – jusqu’à ce que la rigidité cadavérique les lâche. En effet, les Américains ont choisi de délocaliser la quasi-totalité de leur industrie en Chine (qui était à l’époque extrêmement riche en charbon) simplement pour continuer à rouler sans but dans des SUV de plus en plus grands. La dette fédérale américaine s’est alors accrue à vue d’œil, ce qui ne pouvait pas bien se terminer.

Au bout d’un certain temps, un mouvement quelque peu populaire en faveur du pic pétrolier s’est formé aux États-Unis et je m’y suis impliqué de manière indirecte, en faisant des exposés lors de quelques conférences et en mentionnant le pic pétrolier ici et là dans mes livres et mes articles. Pendant un certain temps, les choses se sont déroulées comme prévu : la production mondiale de pétrole conventionnel a atteint son maximum en 2005-2006, les prix du pétrole ont grimpé en flèche jusqu’à près de 150 dollars le baril et, bien sûr, un peu plus tard, en 2008, le secteur financier américain est devenu extrêmement malade et a dû être réanimé par d’importantes injections d’argent gratuit, puis maintenu sous assistance respiratoire à l’aide de taux d’intérêt proches de zéro.

Mais une chose étrange s’est alors produite : par pur désespoir, les compagnies pétrolières et gazières américaines ont eu recours à une vieille technologie soviétique appelée fracturation hydraulique pour extraire le pétrole piégé dans les roches de schiste – et un petit miracle s’est produit. Cette technologie, baptisée “fracking” et progressivement améliorée, a permis aux États-Unis d’établir de nouveaux records de production de pétrole et de gaz, redevenant ainsi un exportateur majeur de ces deux produits, ce qui leur a permis de continuer à rouler sans but tout en s’endettant de plus en plus et en important à peu près tout ce dont ils avaient besoin.

En conséquence, le mouvement du pic pétrolier a pratiquement disparu. Quelques personnes ont continué à y prêter attention, soulignant que le “fracking” n’a jamais rapporté d’argent, qu’il a fait perdre aux investisseurs environ mille milliards de dollars, qu’il n’aurait jamais vraiment décollé s’il n’y avait pas eu des taux d’intérêt proches de zéro (qui sont maintenant un lointain souvenir) et qu’il est absolument horrible pour l’environnement, empoisonnant les nappes phréatiques et provoquant des tremblements de terre. Mais le mouvement, autrefois très dynamique, qui visait à inciter les Américains à abandonner leurs maisons individuelles et leurs voitures individuelles énergivores au profit d’autobus, de tramways et d’immeubles d’habitation économes en énergie n’a pratiquement pas abouti. En tout cas, au fil du temps, il a été infesté de vieux hippies issus de communes où l’on consomme de l’herbe, de visionnaires de l’ayahuasca, de colporteurs de permaculture, de druides, d’elfes et de lutins, d’adeptes du changement climatique catastrophique et du reste du cirque écologiste à trois pistes.

En juin 2023, une nouvelle recrue vient s’ajouter au mouvement du pic pétrolier : le redoutable Igor Sechin, patron de Rosneft, la plus grande compagnie pétrolière du monde et, pendant un certain temps, la seule rentable. Certains pourraient prétendre que Rosneft appartient au gouvernement russe, mais ce n’est pas vrai : le gouvernement russe ne possède qu’une seule action de Rosneft. L’actionnaire majoritaire de Rosneft est Rosneftegaz AO, qui est… attendez… à 100% détenue par le gouvernement russe. Voilà qui est dit !

Lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, qui s’est tenu la semaine dernière et auquel ont participé 150 délégations officielles venant de 130 pays (oui, la Russie est tellement isolée !), la présentation d’Igor Sechin était intitulée “Sodome et Gomorrhe sur les marchés de l’énergie : Colère de Dieu ou chaos organisé ?” et sous-titrée (en français) “Sauve qui peut !”. Au cours de son intervention très suivie, M. Sechin n’a épargné aucune vache sacrée. En voici un résumé.

Tout d’abord, il a abattu la théorie du réchauffement climatique avec un peu de pratique du réchauffement climatique. Oui, le climat se réchauffe, en particulier dans l’Arctique, mais il change constamment. Cela est lié aux cycles solaires et aux variations de l’orbite de la Terre. Cette partie n’est pas du tout controversée – en dehors de l’Occident. L’observation selon laquelle la Terre semble se réchauffer du centre vers l’extérieur et que cela semble se produire également sur d’autres planètes est un peu plus controversée, mais Sechin n’a pas abordé ce sujet. Il a souligné que le réchauffement climatique stimule la demande d’énergie – pas tellement aux États-Unis, où tous ceux qui peuvent se permettre d’avoir l’air conditionné l’ont déjà, mais beaucoup plus en Chine, en Afrique du Sud et au Nigéria, où l’air était auparavant refroidi par le vent.

Ensuite, Sechin a souligné que la transition énergétique tant vantée vers des technologies neutres en carbone n’est pas vraiment en train de se produire. Elle nécessiterait près de 10 000 milliards de dollars par an, et les fonds ne sont tout simplement pas là. En outre, le nombre de voitures électriques dans le monde n’atteindra pas le nombre nécessaire et, même avec un nombre aussi faible, le réseau électrique de la plupart des pays n’est pas en mesure de les recharger toutes. Si un quartier entier d’employés de bureau arrive en même temps dans sa cité-dortoir et s’y branche, le réseau va certainement s’effondrer dans ce quartier, et une fois que le prix de la mise à niveau du réseau sera intégré dans le prix du kilowattheure, tout le monde essaiera d’échanger sa voiture électrique contre une voiture à essence ou à diesel. En tout état de cause, aucune combinaison de technologies existantes, quel que soit le niveau de financement, ne permettra d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 (l’objectif déclaré) ou de limiter le réchauffement de la planète à 2 °C (un autre objectif déclaré). Il s’agit là de chimères.

Ensuite, Sechin a abordé le problème imminent de la faillite des États-Unis. La dette, a-t-il souligné, a augmenté de 34 fois depuis 1980, alors que le PIB n’a augmenté que de 9 fois. Il a qualifié le récent relèvement de la limite de la dette de « faillite retardée ». Quoi qu’on fasse, la dette ne sera jamais remboursée et, étant donné que l’ère des taux d’intérêt les plus bas est révolue, la dette deviendra bientôt impossible à soutenir puisqu’elle engloutit toute la partie variable du budget fédéral. Sechin ne l’a pas dit, mais je vais le faire : la seule solution est de démanteler les États-Unis en ses États constitutifs. Ce que Sechin a dit, c’est qu’il y a trois voies possibles : l’hyperinflation, le défaut de paiement et la guerre. Il n’a pas précisé si la guerre serait ou non entre les États.

Quoi qu’il arrive, il y aura un certain nombre de perdants (autres que les États-Unis eux-mêmes). Il s’agit des principaux détenteurs de la dette fédérale américaine. Parmi eux, les gagnants (si l’on peut dire) sont le Japon et la Chine (Hong Kong inclus), avec plus de mille milliards de dollars chacun. En Europe, les plus grands perdants seront la Grande-Bretagne, avec environ 700 milliards de dollars, suivie de la Belgique, avec environ la moitié, puis de la Suisse, de l’Irlande et de la France. Le Brésil et le Canada souffriront également, à hauteur d’environ 200 milliards de dollars chacun. Enfin, les banques offshores comme le Luxembourg et les îles Caïmans seront en mesure d’essuyer les plâtres. Pendant ce temps, les banques américaines, a souligné Sechin, sont déjà en mauvaise posture, le secteur bancaire s’effondrant au début du mois de mars 2023, et les banques régionales s’en tirant moins bien que le secteur bancaire dans son ensemble, ayant perdu un quart de leur valeur. Des tonnes de dollars fraîchement imprimés seront probablement nécessaires pour les empêcher de sombrer, ce qui ne manquera pas de faire des merveilles pour l’inflation.

La citation qu’il a retenue est la suivante :  « Le dollar américain perdra lentement sa position, mais nous devons le sauver immédiatement. » Il y a deux problèmes interconnectés : trouver d’autres monnaies de réserve (à terme) et mettre en place d’autres systèmes de paiement internationaux (immédiatement). Étonnamment, ce sont les États-Unis qui donnent une forte impulsion à ces deux processus, en faisant du dollar américain un instrument de sanctions unilatérales. Sechin s’est moqué de la réponse de Biden à la crise bancaire, qui a déclaré : « C’est ainsi que fonctionne le capitalisme ». Ce n’est PAS ainsi que fonctionne le capitalisme !!! Il y a déjà eu des épisodes de forte inflation, mais jamais ils n’ont été accompagnés d’une crise de la dette d’une telle ampleur.

Il n’y a aucune chance non plus que les États-Unis, ou le G7, puissent se sortir de cette situation difficile par la croissance : la croissance de la productivité au sein du G7 (mesurée comme la croissance de la valeur du produit par unité de travail) n’a été en moyenne que de 0,8% par an. Au lieu de stimuler l’investissement dans des activités productives, l’argent nouvellement emprunté a servi à alimenter les activités spéculatives et à faire grimper le prix des actifs en papier.

Qu’est-ce qui pourrait remplacer le dollar américain en tant que monnaie de réserve ? Il y a, bien sûr, le yuan. La valeur du rouble russe est extrêmement bien soutenue par la vaste base de ressources et ne rencontre que deux problèmes : l’hostilité des États-Unis et de leurs nations vassales et son taux de change imprévisible. Une fois ces obstacles éliminés, le rouble russe pourrait devenir une monnaie importante au niveau régional.

Nous assistons à l’agonie de la Pax Americana – un processus douloureux et désagréable qui comporte de nombreuses possibilités d’excès indésirables. La politique des portes ouvertes, inaugurée par les États-Unis au début du XXe siècle, est en train de se transformer en une politique des portes fermées. À l’époque, les États-Unis étaient assurés de leur compétitivité et de leur productivité ; aujourd’hui, ils n’ont ni l’une ni l’autre. Il s’agit là d’un facteur clé. Pour discuter de manière productive de l’avenir du marché mondial de l’énergie, ou de l’économie mondiale dans son ensemble, nous devons d’abord accepter un fait indiscutable : l’économie de marché ne fonctionne plus comme un régulateur des mouvements de capitaux mondiaux. Une inflation élevée, des taux d’intérêt élevés, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, des déficits sont désormais la norme.

Par conséquent, l’accent est mis sur la sécurité nationale et sur les gouvernements nationaux qui en sont les garants. Les tâches de réindustrialisation, de localisation de la production stratégiquement importante, de militarisation de l’économie, de sécurisation des stocks de produits essentiels – le capital privé est incapable de les mener à bien. Le seul moyen d’avancer est un partenariat entre l’État et le secteur privé.

La combinaison de l’ingérence politique et des marchés libres a été fatale à l’industrie européenne. Elle a perdu l’accès au gaz russe bon marché et est devenue complètement dépendante des sources américaines de gaz naturel liquéfié, mais depuis que la fracturation a atteint ses limites, cette ressource est restreinte. À l’heure actuelle, l’Europe n’a pu remplacer que la moitié du gaz russe et a été contrainte de fermer une grande partie de ses capacités industrielles. La production chimique a baissé de 18 %, l’acier de 17 % depuis décembre 2021. Bien que les prix du gaz naturel se soient modérés, une destruction de la demande d’environ 17 % (par rapport aux niveaux de 2017-2022) a déjà eu lieu. En mars 2023, la production industrielle a chuté de 3,5 % par rapport à décembre 2022 et l’Allemagne – la puissance industrielle de l’Europe – est entrée en récession.

En ce qui concerne le pétrole, Sechin assure que les prix vont certainement augmenter. La demande devrait augmenter d’environ 15 millions de barils par jour, soit 15 %, en grande partie en Afrique, qui connaît une forte croissance démographique. Celle-ci devrait augmenter de 3/4 d’ici 2050 et représenter plus d’un tiers de la population mondiale. La demande d’énergie suivra l’augmentation de la population.

Quant à l’offre… nous avons un gros problème. Le taux de remplacement des ressources par une nouvelle production n’est que d’environ 90 % et les nouvelles découvertes sont minuscules par rapport aux découvertes majeures des années 1970. Malgré des ressources relativement importantes (70 ans pour l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, 100 ans pour le Koweït et l’Irak), le monde est confronté à un déficit imminent de capacité de production et l’OPEP ne sera pas en mesure de répondre à la demande. Cette situation sera exacerbée par l’apogée de la production de schiste aux États-Unis, où l’inventaire des puits forés et non achevés a chuté de 73 % depuis 2020 et représente désormais moins de deux mois d’approvisionnement.

Dans le même temps, le taux de forage de nouveaux puits a chuté de 15 à 20 % depuis 2020 (selon Baker Hughes) et devrait encore baisser maintenant que le taux des fonds fédéraux est passé de 0 à 5,25 % en un an seulement, ce qui rend le financement de nouveaux puits plus difficile à obtenir. La base de ressources du Venezuela est énorme, mais son développement reste très risqué. Les seuls pays où la production de pétrole est susceptible d’augmenter sont ceux du Moyen-Orient, la Russie, le Kazakhstan et la Guyane, où ExxonMobile vise une production de 1,2 million de barils par jour en 2027. Ailleurs, la production diminuera. La base de ressources de la Russie est comparable à celle du reste du monde combiné, mais la moitié de la production russe est consommée à l’intérieur du pays et cette fraction n’est pas susceptible de diminuer.

Selon Sechin, son entreprise Rosneft est prête à relever tous ces défis, mais elle a besoin des éléments suivants

• Un nouveau système de paiement international indépendant des “monnaies toxiques” (à savoir le dollar américain et l’euro).

• Une logistique d’assurance et de transport qui soit, elle aussi, indépendante des régimes hostiles.

• La disponibilité et l’accessibilité du crédit, en ciblant spécifiquement les zones où le développement économique est nécessaire.

Il a également mentionné un certain nombre de problèmes internes à la Russie concernant la tarification de l’électricité, le manque de gazoducs orientés vers l’est plutôt que vers l’ouest et le développement de réseaux de distribution internes pour le gaz naturel. Tous ces problèmes sont en train d’être résolus, mais peut-être pas au rythme qui plairait à Sechin.

Si vous comprenez un peu le russe ou si vous souhaitez simplement regarder ses diapositives, l’intégralité de la conférence est disponible sur ce lien.

Le 20 juin 2023, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone.

Donations

Nous avons récolté 940 € sur 3000 €

faites un don