S-300 pour la Syrie et Netanyahou à Sotchi-Canossa

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 501

S-300 pour la Syrie et Netanyahou à Sotchi-Canossa

Durant ses tribulations en Russie et en Italie la semaine dernière, à l’escale romaine pour être précis, le secrétaire d’État Kerry a du répondre à une question d’un journaliste US sur la possible livraison de missiles sol-air russes S-300 à la Russie dont l’on parle tant depuis presque une semaine. Kerry a répondu d’une façon intéressante, en deux temps, d’abord en écartant de facto la question, puis, sans autre sollicitation de la part des journalistes, en y revenant sur sa dernière intervention, littéralement comme s’il avait réalisé que certaines précisions devaient être données, ou comme si on les lui avait rappelées en lui passant discrètement une petite note... (Transcription officielle, du 9 mai 2013 : entre les deux réponses de Kerry, la seconde terminant la conférence de presse, se situe une intervention assez conséquente de la ministre italienne des affaires étrangères Bonnano qui faisait “conférence commune” avec Kerry.) :

Question: «Do you have nothing to say about the Russian – the reports of Russian surface-to-air missiles, pretty state-of-the-art, going to Syria now?

Secretary Kerry: «I had my say with President Putin and I had my say with Sergey Lavrov, and we made an agreement to go to a negotiation in the next days. And I’m not going to get into here, now, at this moment, as I said, distinguishing features between one country’s aid and another country’s aid and who’s doing what. That would be counterproductive to what we’re trying to accomplish. I think we’ve made it crystal clear we would prefer that Russia was not supplying assistance. That is on record; that hasn’t changed. But I’m not going to get into the qualitative differences at this moment.» [...]

Secretary Kerry: «Can I just add, so that you can go back to the record on this, because I want you to have it – we have previously stated that the missiles, particularly the [inaudible] [S]-300, is potentially destabilizing with respect to the state of Israel. And so we’ve made it very clear historically that that is a concern of the United States. But again, I think drawing the “which is more important” relative balance, which is clearly going to be part of the negotiation in Geneva, at this point is – doesn’t take us where we need to go, notwithstanding that we believe, as I said, that it is destabilizing.»

DEBKAFiles, qui avait lancé la nouvelle (des S-300 mais aussi des SS-26, voir le 8 mai 2013]), poursuit son analyse à partir des déclarations de Kerry, en dramatisant la situation. Pour DEBKAFiles, les livraisons sont imminentes et ouvrent un afflux de systèmes d’armes très avancés en Syrie, avec l’extension et l’intensité haussée des combats qui iront avec. L’analyse est très critique autant pour la politique générale du bloc BAO, mais particulièrement de la politique US jugée “capitularde”. (DEBKAFiles, le 10 mai 2013.)

«...Thursday, May 9, US Secretary of State John Kerry warned that the transfer of advanced missile defense systems from Russia to Syria would be a “destabilizing factor for Israel’s security.” [...] In his comments, Kerry said nothing about how the US intended to stop the sale or respond to the deployment in Syria of weapons that would not only affect Israel’s security but lock the sky against US air action against Syria and the imposition of a no-fly zone. [...]

»Washington, the West and Israel have been progressively losing bargaining chips in the weeks since a coalition of Syrian, Hizballah and Iranian Bassij troops began turning the tide of war against the rebels, pushing them out of one area after another which they had captured, including parts of the main cities of Damascus and Aleppo. This pro-Assad military alliance and its gains have been largely ignored by Western media. [...]

»In view of the US administration’s head in the sand and the spreading of a strong Russian umbrella for Bashar Assad over to his Lebanese Hizballah ally as well, Hassan Nasrallah was not surprisingly cockier than ever when he declared in a speech Thursday night that Syrian territory rather than Lebanon would henceforth be the stage for the combined Syrian-Iranian-Hizballah “resistance” front against Israel.»

• L’information sur les S-300 (seulement), initialement venue de DEBKAFiles, avait été reprise par le Wall Street Journal (WSJ) à partir de ce que l’article présentait comme des confidences d’“officiels” de l’administration Obama, mentionnant des préoccupations israéliennes concernant une possible vente de S-300 à la Syrie. (WSJ du 9 mai 2013) : «Israel has warned the U.S. that a Russian deal is imminent to sell advanced ground-to-air missile systems to Syria, weapons that would significantly boost the regime's ability to stave off intervention in its civil war. U.S. officials said on Wednesday that they are analyzing the information Israel provided about the suspected sale of S-300 missile batteries to Syria, but wouldn't comment on whether they believed such a transfer was near.»

• Reuters reprend la nouvelle du WSJ le même 9 mai 2013, l’assortit d’un avis israélien qui fait sérieux («We have raised objections to this [sale] with the Russians, and the Americans have too,” an Israeli official told Reuters») ; et, surtout, clôt sa dépêche sur des “confidences” d’un “expert” de l’authoritative groupe de publication Jane’s selon lequel le S-300, c’est peanuts pour Israël. Remarquons aussitôt que ce n’est peut-être pas faux ... Alors, comme dit le grand Will, Much Ado About Nothing ? Remarquons également que l’agitation provoquée par la perspective des S-300 fait tout de même des peanuts en question des cacahuètes à potentialité sacrément explosive.

«Robert Hewson, an IHS Jane's air power analyst, said that were Syria to receive the S-300 it would probably take several months to deploy and operate the system. But he suggested it would not pose a big challenge for Israel's hi-tech air force. “It's a fairly well-established, fairly well-understood system, so there is a corpus of knowledge, particularly among Israel's friends, about how to deal with this system,” he said. Once activated, the S-300 could easily be spotted thanks to its distinctive radar signal, Hewson said, “and from there it's a fairly short step to taking it out. It's not a wonder-weapon.”

»Cyprus bought the S-300 and eventually positioned it on the Greek island of Crete. Israel, which has close ties with Nicosia and Athens, may have tested its jets against that S-300's capabilities during Mediterranean overflights, Hewson said.»

• Et les Russes, que disent-ils ? Le grand “Serguei”, remis de ses effusions avec John Kerry et redevenu aussi grave qu’un Métropolite, affirme qu’il n’y a rien de nouveau. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de “plan” pour vendre quelque chose de nouveau mais il y a certainement l’intention d’exécuter les contrats d’ores et déjà signés, – et il en existe un, datant de 2010, portant sur $900 millions et quatre batteries de six lanceurs avec 144 missiles S-300. Outre Russia Today le 10 mai 2013, Antiwar.com du 11 mai 2013 rapporte la nouvelle en ces termes : «Russian Foreign Minister Sergey Lavrov has responded to US and Israeli pressure on arms sales to Syria by saying that no “new” deals would be made in the near future to sell Syria any additional defensive weaponry. At the same time, Lavrov confirmed that there are standing contracts already signed for defensive weapons to Syria, and that such contracts would be fulfilled irrespective of US opposition.» (Le même 11 mai 2013, un communiqué du ministère russe des affaires étrangères annonce que les missiles seront livrés.)

• La plus récente nouvelle (du 11 mai 2013), qui prolonge l’intérêt de l’affaire en la dramatisant, c’est l’annonce d’une visite, décidée d’une façon impromptue, de Netanyahou à Poutine, dans la ville de Sotchi probablement. Visite impromptue et, semble-t-il, d’urgence, et à la demande de Netanyahou semble-t-il encore, et enfin dont il semble difficile qu’elle ne comprenne pas comme “plat du jour” la question des S-300 en connexion avec les attaques israéliennes. DEBKAFiles commente abondamment la nouvelle ce même 11 mai 2013, la présentant évidemment comme une requête pressante du Premier ministre israélien de ne pas livrer des S-300 à la Syrie.

«Our sources now add that the prime minister’s chances of averting the sale are extremely slim. A series of prominent figures have already tried talking the Russian president out of the sale and failed, starting with US Secretary of State John Kerry on May 7, followed Friday May 10 by British premier David Cameron who saw Putin in Sochi and German Foreign Minister Guido Westernwelle who met his Russian opposite number Sergei Lavrov in Warsaw. [...]

»Rejecting all their arguments, Putin said his government would stand by all its commitments to the Syrian ruler Bashar Assad and defend his regime. After Israel’s air strike against Damascus on May 5, nothing would now stop the S-300 deliveries. [...] He later spurned the approaches by Western leaders by stating that Moscow would never permit another US-led NATO air campaign against Assad like the one that overthrew Muammar Qaddafi in Libya in 2011. He added that Russian arms sales to Syria and Iran were Moscow’s response to the large arms packages US Defense Minister Chuck Hagel brought to Israel and US Gulf allies in the last week of April.»

Ainsi sont rassemblées les pièces de ce qui était au départ, soit un canard qui permettait tout de même à la Russie de laisser penser qu’elle montrait une réelle fermeté face aux attaques israéliennes en Syrie, soit une réelle information annonçant un renforcement militaire nécessaire du côté syrien après l’attaque israélienne, avec affirmation russe. C’était le sens de ce que l’on pouvait observer lors de l’apparition des premières rumeurs (voir le 8 mai 2013). Au lieu de quoi, nous avons, comme à l’habitude lorsque le système de la communication s’empare de ce qui n’est qu’une rumeur officieuse pour lui donner une dimension officielle, une affaire qui s’avère en partie fondée (encore, nul ne parle des SS-26, partie non moins intéressante de la nouvelle) mais qui devient politique et se parcellise aussitôt en de multiples pistes où se mélangent des avertissements indirects, des tentatives d’apaisements indirects, des marques de flexibilité sinon de compromission et des marques de durcissement. Dans ce désordre, comme d’habitude, les Russes émergent comme les plus déterminés, les plus décidés à s’en tenir au respect de certaines règles, de certains principes, d’où ils sembleraient déduire désormais qu’il est peut-être temps que le bloc BAO prenne la situation syrienne au sérieux et qu’eux-mêmes, les Russes, vont les y aider.

Jusqu’au 11 mai et au communiqué du ministère russe des affaires étrangères, l’on ne savait rien de précis, en quoi que ce soit, y compris concernant les S-300 : avaient-ils été livrés ? Allaient-ils être livrés ? Y aurait-il des S-300 ? Serviraient-ils à quelque chose ? Etc. Il n’est pas très simple de trouver une explication satisfaisante de l’attitude israélo-américaniste de rendre l’affaire publique, alors qu’en cette circonstance, après les attaques israéliennes illégales contre la Syrie qui ont placé les pays arabes anti-Assad dans une position difficile et mis l’ensemble BAO sur la défensive, un renforcement de la défense aérienne syrienne devrait apparaître comme tout à fait justifié et légitime ; alors que certains “experts”, par ailleurs appartenant à des cercles de sécurité nationales proches du Système, se précipitent pourtant pour nier la capacité opérationnelle des susdits S-300, rendant l’alarme israélo-américaniste d’autant plus singulière... On y verrait aussi bien l’effet de l’action et de la pression de certains centres de pouvoir, notamment les militaires au Pentagone et en Israël, qui craignent les interférences russes en Syrie, dans ce domaine de la défense aérienne où ils (les Russes) excellent. (L’hésitation et la réponse en deux temps de Kerry dans sa conférence de presse de Rome, – alors qu’il était au courant à propos des S-300 depuis sa rencontre avec Poutine, – marquent peut-être une déconnexion de circonstance due aux différences de point de vue à cet égard entre, disons, le département d’État et le Pentagone.) Le concept qui en émerge dans la bouche de Kerry (“destabilizing factor for Israel’s security”), dans le chef du S-300, arme de défense aérienne confiée à un pays agressé, qui deviendrait un facteur de déstabilisation du pays déstabilisateur, d’ores et déjà agresseur du premier sans rencontrer de réelle résistance, tout cela constitue une appréciation particulièrement grotesque par rapport à la situation qui le détermine, et à ceux qui la commentent honnêtement. On peut avancer que l’interprétation contribuera puissamment à mettre encore plus en évidence la complicité active des USA et d’Israël, et le parti pris des USA, encore plus en faveur d’Israël que des rebelles syriens bien entendu ; et cela, à nouveau aux yeux des pays arabes anti-Assad et donc alliés des USA.

Les Russes, eux, jouent sur le velours, une fois de plus, et cette fois avec leur fermeté appuyée sur les principes pas loin de se transformer en intransigeance de leur attitude opérationnelle. Placés face à la publicité inattendue et officielle faite à cette question des S-300, ils ripostent en rappelant qu’il n’y a rien de nouveau, rien de prévu en tant qu’acte novateur, mais l’on sait bien que dans ce qui est déjà signé figure effectivement un contrat S-300, – et sur ce point leur position est d’une remarquable fermeté. Dans le contexte général de l’agression israélienne et à la lumière brutale de cette publicité faite à cette question des S-300, leur politique qui était de plus en plus contestée d’honorer les contrats déjà passés avec la Syrie s’en trouve brusquement revalorisée, re-légitimée, dès lors qu’on trouve parmi ces contrats la possible livraison de S-300 dans les conditions nouvelles et si défavorables au bloc BAO du fait de la complète illégalité des attaques israéliennes ... Les Russes défenseurs des principes, qui se trouvent dans cette occurrence comme d’éventuels fournisseurs d’armes de défense à un pays agressé par Israël, voient effectivement ces principes remis en évidence, et notamment celui d’honorer des contrats passés avec la Syrie, fussent-ils d’armements avancés. Le fait pour eux de livrer des S-300 en se contentant d’honorer des contrats déjà signés, et en réponse à des attaques qui constituent des agressions internationales patentées qui n’ont pourtant soulevé aucune remarque particulière du bloc BAO si sourcilleux pour la défense de la morale internationale, renforce leur image de médiation dans l’“affaire syrienne”, et de puissance la plus responsable en l’occurrence. Cela n’empêche pas que les Israéliens, d’ailleurs à cause de leur propre démarche concernant les S-300, peuvent et doivent effectivement concevoir que de nouvelles attaques contre la Syrie risqueraient désormais d’amener d’autres réactions russes, cette fois directes et dangereuses, et par avance légitimées par le contexte. DEBKAFiles estime que l’impossibilité pour Netanyahou d’obtenir l’abandon d’une livraison des S-300, l’amènerait à tenter de chercher un accord sur le terrain entre Israël et la Russie pour ne pas risquer d’affronter les Russes, – en même temps que la situation nouvelle (S-300) pèserait lourdement sur la liberté d’action de l’aviation israélienne dans les cieux libanais et syriens notamment. (Ce dernier point soumis à l’avis des “experts”, mais déjà entré dans l’appréciation politique du contexte général.)

Dans tout cela, on ne voit pourtant pas trace d’une stratégie quelconque. Les Israélo-américanistes ont mis cette affaire sur la place publique d’une façon qui nous fait penser qu’il s’agit là de l’effet du désordre qui règne dans leurs politiques et de la division, sinon la parcellisation de leurs pouvoirs, sinon encore la frayeur soudaine devant la conséquence de leur politique inconséquente, illégale et de violation constante des souverainetés. L’argument de la “course aux armements” est ressorti des vieilles armoires de la Guerre froide par ceux qui surarment Israël et les États du Golfe, qui envoient des Patriot sur la frontière syrienne de la Turquie, etc. Il (l’argument) ne manque pas d’exotisme et du goût du bloc BAO pour les narrative romancées. On verra bien pour la “course” mais apprécions pour l’instant la découverte d’une situation inédite où le “dur”, l’intransigeant et arrogant Netanyahou, se juge obligé de se rendre séance tenante à Sotchi voir Poutine comme, en d’autres temps, le roi d’Allemagne, d’Italie et de Bourgogne, et futur empereur d’Occident Henri III se rendait à Canossa pour s’humilier publiquement et tenter d’obtenir l’indulgence du pape Grégoire VII. Face à ce désordre, comme en bien d’autres occurrences, les Russes n’ont qu’à laisser faire, éventuellement à exécuter les contrats déjà signés, éventuellement à livrer de nouvelles armes pour faire pièce aux agressions illégales du bloc BAO, dont ils jugeraient qu’elles justifient de nouveaux “contrats” ; le désordre, encore plus que le temps et surtout plus vite que le temps, travaille pour eux puisqu’il travaille effectivement à accentuer continuellement les étranges gesticulations du bloc BAO.


Mis en ligne le 13 mai 2013 à 04H52