Russie-Irak : armements et accélération de l’Histoire

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 854

Russie-Irak : armements et accélération de l’Histoire

12 octobre 2012 – Il y a six ou neuf mois, il était de bon ton, dans la presse-Système, de dauber sur les mésaventures de la Russie, isolée, exclue de partout, fort peu fréquentable puisque dépouillée de toute carte d’accès au club BAO, conduite à soutenir désespérément le régime syrien barbare et d’ailleurs condamné pour tenter sans espoir de conserver son seul et dernier allié au Moyen-Orient. Aujourd’hui, il est admis que la Russie est en train, avec une perspective raisonnable de grande influence, de soutenir, – vraiment, pour le cas, – un triangle Irak-Iran-Syrie, auquel il ne serait pas impossible de voir s’en rapprocher l’Égypte, que Lavrov visitera en novembre. La crise syrienne a tout changé, ou bien a tout révélé c’est selon, dans tous les cas grâce à la remarquable maladresse du bloc BAO, dont la politique évolue évidemment dans le sens de l’entropisation. Il semblerait que la position de la Russie est en train de retrouver la force qu’avait celle de l’URSS, au moins dans les années 1970, mais dans une situation générale complètement différente bien sûr, qui est beaucoup plus favorable à ce pays.

L’évolution la plus intéressante concerne pour l’occasion que nous évoquons ici l’évolution entre la Russie et l’Irak, avec la visite du Premier ministre irakien Maliki à Moscou. On en a une appréciation substantielle dans le long article de M K Bhadrakumar, sur Atimes.com, le 11 octobre 2012. C’est l’évolution russe par rapport au Moyen-Orient qui est traitée en général, avec de longs passages consacrés aux relations entre la Russie et l’Irak, et, notamment, un passage sur la question de fournitures d’armement puisqu’un marché de plus de $4 milliards est conclu lors de cette visite. Cet aspect est mis en relation avec les fournitures d’armement US à l’Irak, et la concurrence qui s’établit à cette occasion, et le jeu irakien dans ce cadre…

«Moscow announced on Tuesday that Iraqi Prime Minister Nouri al-Maliki was in town and the two countries signed contracts worth “more than” US$4.2 billion in an arms deal that includes Iraq's purchase of 30 Mi-28 attack helicopters and 42 Pantsir-S1 surface-to-air missile systems that can also be used to defend against attack jets.

»The joint Russian-Iraqi statement issued in Moscow revealed that discussions had beem going on for the past five months over the arms deal and that further talks are under way for Iraq's purchase of MiG-29 jets, heavy-armored vehicles and other weaponry. A Kremlin announcement said Maliki is due to meet President Vladimir Putin on Wednesday and the focus of the discussions will be energy cooperation between Russia and Iraq.

»The stunning news will send US politicians into a tizzy. Reports say the phone kept ringing in Maliki's office in Baghdad as soon as it transpired that he was to travel to Moscow and something big could be in the works. Queries were coming in from the US State Department and the National Security Council as to what warranted such a trip at this point in time. The point is, Maliki still remains an enigma for Washington. He is no doubt a friend of the US, but he is also possibly more than a friend of Iran. Now, it seems, he is also fond of Russia – as Saddam Hussein used to be.

»Washington and Ankara have annoyed him repeatedly, taking him for granted, even writing off his political future, by consorting with the northern Kurdistan over lucrative oil deals, ignoring his protests that Iraq is a sovereign state and Baghdad is its capital and that the country has a constitution under which foreign countries should not have direct dealings with its regions bypassing the capital and the central government.

»They not only ignored Maliki's protests but also chastised him for opposing the plan for “regime change” in Syria and for robustly supporting President Bashar al-Assad. Lately, they even started needling him on providing facilities for Iran to send supplies to the embattled regime in Syria. They then exceeded all proprieties and gave asylum to an Iraqi Sunni leader who is a fugitive under Iraqi law.

They are currently endeavoring to bring together the disparate Sunni groups in Iraq in an ominous move that could lead to the balkanization of Iraq.

»Kurdistan is already a de facto independent region, thanks to US and Turkish interference. The game plan is to further weaken Iraq by sponsoring the creation of a Sunni entity in central Iraq similar to Kurdistan in the north, thus confining the Iraqi Shi'ites to a moth-eaten southern region.

»The Russia visit shows that Maliki is signaling he has had enough and won't take this affront to Iraqi sovereignty anymore… […]

»Indeed, much depends on the composure with which the US is able to adapt itself to the new realities in the Middle East. As things stand, the US has succeeded in selling $6 billion worth of arms to Iraq. It is indeed comfortably placed. The US State Department's initial reaction exuded confidence. Spokesperson Victoria Nuland said the Russian deal doesn't signify any scaling down of Iraq's “mil-to-mil” ties with the US, which are “very broad and very deep”.

»She revealed that discussions are going on for “some 467 foreign military sales cases” with Iraq worth more than $12 billion “if all of those go forward.” Nuland said, “We're doing some $12.3 billion worth of military business with Iraq, so I don't think one needs to be concerned about that relationship being anything but the strongest.”

»But the touch of anxiety in Nuland's words cannot be glossed over, either. The plain truth is, the “Russians are coming” and this time they are capitalists and globalists; they also know the Iraqi market, while the Iraqi soldier is familiar with the Russian weapon. During the Saddam era, Iraq was a major buyer of Russian weaponry and Moscow is estimated to have lost contracts worth about $8 billion due to the US-sponsored “regime change” in Baghdad in 2003…»

A côté du marché d’armement russe de l’Irak, il y a effectivement le (les) marché(s) US de l’Irak. Les précisions données par Nuland (mentionnées dans la citation) sont plantureuses et semblent irrésistibles. Pourtant, un bémol est nécessaire, car il règne autour de ce(s) marché(s) un certain flou. Emblématique de cette situation est la commande de 36 F-16, commande particulièrement importante bien entendu, effectivement plongée dans le flou. Une autre source (le 9 octobre 2012, dans le quotidien saoudien Al Hayat) développe cette question des armements, avant les résultats annoncés de la visite de Maliki à Moscou. Il y est d’abord question du marché russe de l’Irak, avec des détails intéressants sur les circonstances puisque la visite de Maliki a été précédée de celle du ministre irakien de la défense Dulaimi, en juillet, pour négocier ce marché. On y apprend que Dulaimi prolongea à deux reprises sa visite à Moscou et que le marché négocié passa dans l’entretemps d’un peu plus de $1 milliard à un peu plus de $4 milliards, – ce qui en dit long sur l’atmosphère des négociations…

«It is noteworthy that, while in Russia, Defense Minister Dulaimi twice contacted Prime Minister Maliki to request the latter’s consent for extending the trip, thus making it “the longest working trip undertaken by any official in the history of the Iraqi state,” in the words of a senior source in the Iraqi Ministry of Defense. He confirmed to Al-Hayat that “Iraq’s deal with Russia was initially planned not to exceed one billion dollars, but was expanded following additional deliberations among the Iraqi delegation. Moreover, it is likely to grow to over four billion dollars, after the delegation visited many arms-production sites and held meetings with representatives of local arms manufacturers as well as Russian military experts. Their interest deepened in advancing the bilateral arms relations with Iraq, within Moscow’s well known regional goals and in connection with Russia’s alliance with the regimes in Tehran and Damascus.”

»According to the same source, there are “deals for fully equipped aircraft which should be signed when Maliki visits Russia. It will include 30 Mi-28 helicopters, and a number of MiG-29 combat planes.”»

On voit qu’il y est question d’avions de combat MiG-29, comme cela est également évoqué dans le texte de M K Bhadrakumar, – avec la précision que cet aspect du marché est encore en discussion, – avec le constat qu’on sera alors, si l’accord sur les MiG est conclu, bien au-delà de $4 milliards… Un autre point intéressant à propos des MiG-29 est qu’il s’agit de matériels directement concurrentiels des F-16 du point de vue commercial et technologique, autant que du point de vue opérationnel ; des appareils, par conséquent, qui peuvent éventuellement apparaître comme des substituts aux F-16. Pour le moins, ce constat confirme les incertitudes à propos du marché des F-16, qui est le type même de marché “flottant”, dont on vous dit un jour qu’il est bouclé, qui est remis en cause radicalement le lendemain… Le même texte d’Al-Hayat donne donc également des précisions à propos de l’affaire des F-16.

«Iraqi officials believe that the deal will “give Iraq freedom to act as an independent decision-maker, removed from US pressure,” alluding to the F-16 deal Iraq had concluded with the US. It was initially projected to deliver its first planes to Baghdad in early 2014 as part of a broader purchase of 36 planes.

»Yet, documented Iraqi military sources revealed that the delivery of American F-16 planes will be delayed until 2015, claiming that “the entire deal now hinges on regional and Iraqi security developments, and it is possible that the planes will not be delivered at all.” The same sources highlighted “US security fears that advanced American technological secrets could be leaked to states that are both hostile to Washington and widely influential in Iraq,” in a clear allusion to Iran. They elaborated that “these fears could be behind the delay in delivering the F-16s.”»

Al-Hayet précise également qu’il y a eu des échanges téléphonique acerbes de Maliki avec la partie US, notamment le vice-président Biden, pour se plaindre de difficultés diverses de livraisons d’armes US à l’Irak, d’ores et déjà commandées. Al-Hayek poursuit avec des précisions d’un député du parti irakien de Maliki, au pouvoir, Qassem al-Araji, concernant les conditions qui seraient imposées par les USA à l’emploi des F-16, en cas de livraison, ou plutôt, disons comme condition de ces livraisons… « [A]mong the guarantees requested by the US before fulfilling its end of arms packages concluded with Iraq were that the weapons would not be used to fight against the Israeli enemy. In other words, Washington wants a first-rate guarantee of Israel’s regional security.” […] [T]he US side is attempting to intervene in Iraqi affairs despite the presence of an elected national government that was able, after prolonged negotiations, to expel the American occupier from Iraq, which effectively abolished its authority to work toward changing this country’s policy.”

»Araji added, “We will not permit the American occupation to return to Iraq under any name; its demands to refrain from striking the Zionist entity or to alter the Iraqi position on the present situation in Syria are illegitimate. These two issues are being used as leverage against Iraq due to the army’s need for weapons.” He stressed that “the Iraqi government has begun to seriously consider diversifying its sources of arms procurements for the Iraqi army, through concluding agreements with several states renowned for good, advanced weapons manufacturing. This is what we saw on Acting Defense Minister Saadoun al-Dulaimi’s visit to Russia for consultations on this matter”»

Ces diverses précisions sont du plus grand intérêt, tout comme celles qui sont apportées concernant d’éventuelles restrictions sur les technologies des F-16, ceci et cela expliquant largement le retard du délai prévu de livraison avant que ce retard ne prenne une dimension politique, – comme c’est le cas présentement. On retrouve la machinerie américaniste tournant à plein régime, dans ce cas pour les livraisons d’armements, avec des exigences qui sont des incursions sans la moindre précaution ni la moindre vergogne des USA dans la souveraineté opérationnelle des acheteurs. Il paraît extrêmement vraisemblable que ces diverses péripéties constituent le facteur technico-bureaucratique qui est à la base des difficultés de livraison, facteur fondé sur une méfiance viscérale des USA vis-à-vis du gouvernement irakien, et un mépris complet de la souveraineté de ce même gouvernement considéré comme une “marionnette” des USA par cette bureaucratie et traité comme telle. (Les précisions plus haut concernant l’attitude US et turque par rapport à la situation politique intérieure de l’Irak vont dans le même sens.) A cet égard, les précisions triomphantes données par Nuland, rapportées par M K Bhadrakumar, nous paraissent pour le moins excessives et audacieuses. Pour les livraisons d’armement, la bureaucratie du Pentagone et alentour, notamment avec un Congrès affreusement méfiant d’un Irak soupçonné de faire le jeu de l’Iran, sont absolument maîtresses du jeu. Le département d’État ne peut que suivre…

Mais le contexte général, entretemps, est devenu brusquement hautement politique. Dans cette circonstance, les ventes d’armements et les accords qui vont avec se transforment soudain, d’une façon irrésistibles, en de très puissants arguments et moyens politiques. De ce point de vue et bien entendu concernant l'Irak, Washington n’est plus seul du tout dans sa position qu'il estime dominatrice, croyant encore faire la pluie et le beau temps. Outre le rapprochement Iran-Irak et la possibilité d’un accord de sécurité Irak-Iran, il y a l’extraordinaire accélération de la perspective de très importants marchés d’armes russes pour l’Irak. Les détails donnés par Al-Hayet concernant l’évolution en volume du marché irakien d’armements russes, sur place à Moscou, lors des négociations préliminaires à la visite de Maliki, sont caractéristiques de très fortes volontés politiques de part et d’autre, ce qui induit aussitôt la perception de l’affirmation d’une nouvelle alliance Irak-Russie. A cette lumière, la position US, fondée sur le passé d’une invasion brutale et d’une manipulation grossière et maladroite des pouvoirs en Irak, se trouve embourbée dans les habituelles exigences US de restriction, de violation de la souveraineté, de lourdeur paranoïaque de la bureaucratie.

Les sommes astronomiques annoncées par la neocon Nuland ressortent de l’habituel technologisme quantitatif qui marque la démarche US. Qui plus est, beaucoup dans le volume de ces “commandes” renvoie au rachat “en solde” des masses colossales de matériels que les forces armées US ont transféré à l’armée irakienne en cours de reconstitution, ou ont simplement laissé sur place pour ne pas faire de leur départ une opération encore plus coûteuse que l’invasion de l’Irak elle-même : là aussi, lourdeur bureaucratique et de la matière elle-même, comme la marque de l’énorme impuissance à laquelle conduit désormais l’énorme puissance militaire US.

Au contraire, les rapports Russie-Irak sont marqués, comme on le voit, par une dynamique créatrice en pleine accélération. Les matériels russes commandés ou discutés par l’Irak, notamment de défense anti-aérienne au sol (Pansir S1) et de défense aérienne pure (MiG-29), marquent une volonté irakienne de s’opposer à des incursions aériennes qui peuvent être turques et qui pourraient être israéliennes… On comprend, dans ce cas, combien les exigences US peuvent complètement contrecarrer les commandes irakiennes envisagées de matériels US, et favoriser les commandes de matériels russes qui ne sont surchargés d’aucune de ces restrictions. (In illo tempore, la France aurait été dans ce jeu ; mais la France, aujourd’hui, n’est-ce pas…)

Aujourd’hui, la perception c’est tout

Nous en sommes, ici et là, au stade de discussions de contrats considérables, et sans doute encore assez loin de livraisons effectives. Mais il y a une dynamique politique qui est illustrée et surtout suscitée par la perception qu’on a de ces marchés en discussion, pour les conditions politiques impliquées et aussitôt appréciées comme du comptant ; et cette perception règle l'évolution politique implicite avec ces marchés d'armement, avant que ces marchés ne se concrétisent. Pour les USA, c’est le cas, on l’a vu, d’une façon intrinsèque d’ores et déjà ; notamment et singulièrement avec des intentions de contrôle extrêmement précises, impliquant des conditions de violation de souveraineté qui peuvent jouer un rôle fondamental et qui rendent les Irakiens furieux, et expliquent en bonne partie leur évolution des trois derniers mois vers la Russie. Pour la Russie, justement, c’est également le cas, on dirait in vivo, dans la dynamique même des négociations pour un marché d’armement qu’on voit passer en quelques semaines de plus d’$un milliard à plus de $4 milliards, et ce n’est pas fini ; et les Russes, eux, promettent des livraisons rapides, ce qui rajoute un élément psychologique à dimension politique de plus (quelle que soit la signification chronologique exacte de ce “rapides”).

Par conséquent, nous ne parlons pas pour l’instant d’un processus réel et immédiat de renforcement militaire d’un pays (l’Irak), mais de la perception (la psychologie) qui accompagne ces agitations et ces négociations. Alors, pourtant, nous parlons de l’essentiel… Deux choses s’imposent et nous apparaissent devoir être aussitôt réalisées :

• De la perception d’un statut de pays massacré et pulvérisé par la “libération” US et du bloc BAO, donc pays réduit à une sorte d’insignifiance politique et cantonné au soupçon massif d’être un pays-vassal du nihilisme du Système, l’Irak impose soudain, dans un renversement complet, la perception d’un statut d’acteur majeur dans le désordre extraordinaire de la région. Cela est dû essentiellement à la crise syrienne, un tribut de plus rendu à l’habileté sans fond, plongée dans un trou noir incommensurable, de la non-politique du bloc BAO. Désormais l’Irak apparaît comme un pays potentiellement très important dans la région, à cause de sa position par rapport au bouillonnement en Syrie et au reste, par rapport à ses nouvelles relations avec la Russie, par rapport à son affirmation pro-iranienne qui lui vaudra des renvois d’ascenseur, par rapport à son hostilité antiturque qui rencontre un sentiment de plus en plus répandu dans divers groupes et pays de la zone depuis le tournant (anti-syrien, pro-US) d’Erdogan de l’été 2011.

• Par le biais de ses nouveaux rapports en développement accéléré avec l’Irak, la Russie transmue soudain la perception d’une politique fragmentée en perception d’une stratégie fondamentale. Jusqu’ici, il y avait le soutien russe du principe de souveraineté et de non-intervention en Syrie, amenant à un certain soutien d’Assad contre les attaques déstructurantes du bloc BAO ; et une opposition à une attaque de l’Iran, au nom des mêmes principes, conduisant à un certain soutien également “objectif” de l’Iran. Avec le cas irakien, c’est-à-dire l’évolution russe vis-à-vis de l’Irak et l’affirmation de l’Irak vis-à-vis de la Russie, mais aussi de l’Iran et de la Syrie, cette “politique” fragmentée russe devient une stratégie cohérente et puissante de soutien, voire d’alliance à un triangle de facto, – ou un “axe” stratégique Iran-Irak-Syrie. Cet axe-là pourrait en intéresser d’autres (l’Égypte ?) tandis qu’il permet à la Russie de montrer par proximités interposées avec les pays de l’“axe” une certaine hostilité aux pays du bloc BAO, et notamment à la Turquie, sans s’engager elle-même sur une voie clairement hostile.

…Tout cela, alors que nous sommes bien loin de la livraison du premier avion de combat, fût-ce un MiG-29, voire tout de même un F-16 (ce dont nous doutons de plus en plus, pour le F-16). Les évènements vont si vite et ils se font tant dans des contextes où la violence est d’abord et souvent seulement celle de la communication que ce qui compte, désormais, est l’annonce, la négociation, les intentions, etc., bien plus que la réalisation des choses. Bien qu’il faille toujours déplorer la violence, il reste qu’il y a encore eu bien peu de violences dans la crise syrienne, par rapport à ce que devrait être véritablement cette crise dont on juge qu’elle a une dimension apocalyptique, qu’elle est quasiment un détonateur pour une possible conflagration générale. La crise dure, les pertes et dégâts qu’on y enregistrent sont évidemment terribles mais ils restent ceux d’une crise régionale ; mais la perception est celle d’une crise apocalyptique de dimension mondiale, où le Système même est en question, où les forces antiSystème sont dénoncée, etc. L’interception d’un avion civil syrien avec quelques caisses dans sa soute, dont les Turcs clament qu’il s’agit d’armements qui peuvent changer le cours de l’histoire du monde, et qu’ils examinent depuis deux jours pour en être sûrs (minutieux, ces Turcs), est présentée comme un cas pouvant aboutir à une opprobre mondiale de la Russie “démonisée”, – ce qui ne se fera évidemment pas mais qui, en attendant, fait monter la tension à mesure. Ainsi se poursuit le terrible conflit autour de la crise syrienne, qu’on nous présente comme générateur de la Troisième et ultime guerre mondiale… C’est bien l’ère de la psychopolitique à la place de l’ère géopolitique ; le système de la communication domine tout, avec sa représentation du monde si diverse selon les perceptions, et ce système prenant le pas sur les faits et les actes qu'il substantive en les anticipant.

C’est encore plus vrai pour les armements dans le cas qui nous occupe. D’une façon générale, dans l’ère géopolitique, c’était la livraison des armements qui, peu à peu, faisait d’un pays l’allié de son fournisseur (par exemple, l’Égypte par rapport à l’URSS entre 1954 et 1967). Dans l’ère psychopolitique, c’est l’ouverture de négociations pour la livraison d’armes, à partir d’une demande modeste qui se transforme en quelques semaines en une intention colossale, qui forme soudain la perception d’une nouvelle alliance fondamentale, – et perception acquise, comme si la chose (l’alliance) était également acquise. En quelques semaines, la Russie est catapultée, dans la perception, d’une position d’acteur exclu du jeu à une position d’un des maîtres du jeu, sinon le maître du jeu ; cela s’est fait pour la Syrie elle-même, cela se fait désormais pour la situation dans toute la région fondamentale du Moyen-Orient. Tout cela n’est que perception mais il se trouve qu’aujourd’hui la perception c’est tout.

Nous sommes de nouveau placés devant le phénomène d’accélération et de contraction de l’Histoire, ou métaHistoire, avec la rapidité qui va avec, bien sûr. Nous ne cessons de relever ce caractère avec le “printemps arabe”, comme nous le faisions déjà le 16 août 2012, à propos de Morsi, de l’Égypte (et d’un autre commentaire de Bhadrakumar). Nous ne citions pas encore l’Irak parmi les pays en pleine évolution si accélérée, mais depuis ce pays s’y est mis, signe a contrario selon cette citation-là, de cette accélération…

«Finalement, l’argumentation de M K Bhadrakumar est peut-être, outre d’être convaincante, la plus éclairante sur le phénomène en cours en Égypte, – mais aussi en Syrie en un sens, et aussi en Turquie, et peut-être en Arabie, et ainsi de suite, comme un caractère fondamental du “printemps arabe” et, au-delà, des évènements généraux en cours, dans le cours de la crise haute en constant renforcement : leur rapidité, leur rythme, leur capacité de se générer eux-mêmes en quelque chose de différent. Son argumentation va en effet plus loin que le cas lui-même qu’elle entend traiter. Elle devient simplement exemplaire, au travers d’un cas qui ne cesse de nous stupéfier par son rythme, du rythme d’un séquence historique devenue métahistorique.

»On dirait une fois de plus que l’Histoire accélère, et comme ce constat était déjà fait le 1er février 2011, on dira alors qu’elle ne cesse d’accélérer. (Déjà, le 30 janvier 2011, un parlementaire US cité dans le texte référencé disait : “We’re still trying to get our hands around this. We’re not sure what to say yet. […] Things are moving so fast, it’s hard to really know what is happening [inside Egypt] with real certainty.”) Ou bien, l’on dira encore, variation sur un même thème qui montre l’infini richesse du phénomène, que le temps se contracte, ce qui était le même constat fait, déjà, le 22 février 2011, par l’amiral Mullen, alors président du comité des chefs d’état-major US. (“‘It’s stunning to me that it’s moved so quickly,’ America's highest-ranking military officer said of the revolts. ‘We've talked about the underlying issues for a long time, but it's the speed with which this is happening,’ he told reporters.”)»

Ce que souligne et confirme puissamment cette affaire d’armement, c’est combien sont liés, d’une part les phénomène de la puissance quasi exclusive de la communication aux dépens de la puissance des situations relevant en général du système du technologisme (la perception de la future disposition d’armes, versus la disposition bien réelle d’armements) et, d’autre part, les phénomènes d’accélération et de contraction de l’Histoire. Les premiers alimentent et servent (au sens d’être au service de) les seconds. Ainsi la métaHistoire poursuit-elle sa chevauchée, et peut-on considérer que de la quincaillerie comme le Pantir S1 et le MG-29 ont une dimension métahistorique. Cela doit les rendre vertueux à nos yeux.


Donations

Nous avons récolté 195 € sur 3000 €

faites un don