Regardez qui ne rit pas !

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1904

Regardez qui ne rit pas !

La politique internationale est un sujet intimidant pour beaucoup. Pour comprendre ce qui se passe, il faut connaître l’histoire, avoir une expérience de première main de divers pays et cultures, une certaine compréhension des langues étrangères (puisque l’information disponible en anglais a tendance à être incomplète et tendancieuse dans une direction particulière) et bien d’autres choses. Mais il existe une autre approche qui peut produire de bons résultats même pour un enfant de sept ans : la lecture des expressions faciales et du langage corporel des dirigeants mondiaux.

Quand tout est normal, les dirigeants du monde parviennent généralement à ne pas montrer leur émotions, comme au poker ou (dans le cas des politiciens américains), à sourire bêtement avec un regard vide et fixe. Mais quand les choses deviennent intéressantes, toutes sortes de tics, de grimaces et d’étranges gestes et postures commencent à apparaître. Et quand vous voyez l’un des “leaders mondiaux” (entre guillemets parce que j’utilise le terme de façon facétieuse) qui a l’air de voir défiler toute sa vie devant ses yeux lors d’une conférence de presse commune, vous pouvez être sûr qu’il se passe quelque chose de très funky.

Voici donc dans ce cas le nouveau président ukrainien, Vladimir Zelenski, élu par le peuple, apparaissant aux côtés de Donald Trump et cherchant le monde entier du regard comme s’il ne voulait vraiment pas y être. Un enfant de sept ans intelligent vous en dirait autant (j’ai vérifié), mais nous, les adultes, nous voulons en savoir plus. C’est pourquoi je vais me faire un plaisir de vous donner quelques détails importants.

Pourquoi “Ze” (comme l’appellent les jeunes Ukrainiens branchés) a-t-il l’air si triste ? À moins d’avoir été détenu en secret dans une cabane en rondin dans les montagnes, vous savez probablement que Trump subit une tentative de destitution par la Chambre des Représentants du Congrès des États-Unis, qui est tenue par ses ennemis démocrates. Le procès en destitution est promis à l’échec de finir lettre morte parce que le Sénat (tenue par ses amis républicains) en jugera ainsi. La mise en accusation pour la destitution est que Trump aurait contraint Zelenski à déterrer des informations sur son rival Joe Biden lors d’un appel téléphonique secret, l’allégation reposant sur une note secrète anonyme qui s’est révélée ne contenir que des preuves par ouï-dire.

Maintenant, c’est tout simplement trop drôle parce que Joe Biden, étant un vieux foulque sénile, a déjà expliqué de lui-même, devant la caméra et pour que tout le monde puisse bien en savoir, comment il avait forcé l’ancien oligarque président de l’Ukraine, Petro Porochenko, horriblement corrompu et tenu par les Américains, à renvoyer son procureur général qui enquêtait sur diverses affaires louches concernant son fils Hunter Biden, un accro à la coke, liées à la société ukrainienne de gaz Burisma Holdings. Et ledit procureur a maintenant déclaré publiquement qu’il avait été congédié exactement pour cette raison. Voilà le tableau.

Néanmoins, le bricolage selon lequel Trump a tenté de contraindre Zelenski à déterrer des informations sur Biden (plutôt que de simplement le lui demander gentiment) aurait pu avoir une certaine solidité en contrôlant soigneusement toutes les informations pertinentes obligeamment répercutées par les médias américains de masse. Mais Trump a fait quelque chose d’indicible : il a retiré la classification top secret de la transcription de son appel téléphonique avec Ze et l’a publiée (tandis que le mémo secret anonyme était divulgué par la commission idoine de la Chambre). Les présidents américains ont le pouvoir de divulguer des informations secrètes à leur entière discrétion.

Faisons une pause sur ce point un instant. Il y a une excellente raison pour laquelle les conversations téléphoniques entre chefs d’État sont considérées comme top secret : si elles ne l’étaient pas, il serait insensé que les chefs d’État se parlent entre eux en privé. Ils pourraient simplement faire des déclarations publiques, aucune entente ne serait jamais négociée et les relations internationales s’effondreraient complètement.

La volonté de Trump de déclassifier et de publier la transcription d’une conversation téléphonique avec le dirigeant d’une nation supposée souveraine signale deux choses : la nation en question n’est pas souveraine et son dirigeant n’est pas un véritable dirigeant. Certaines choses dites par Trump lors de sa conférence de presse conjointe avec Zelenski ont clarifié sa position sur l’Ukraine. Il a déclaré que soutenir l’Ukraine est un problème européen et non un problème américain. Il a également dit que Zelenski devrait régler ses problèmes en parlant à Poutine.

De toute évidence, Trump considère l’Ukraine comme une partie de l’héritage d’Obama qu’il est prêt à vendre pour un dollar, sauf que personne ne voudra l’acheter parce que c’est un état failli. Pourtant, Trump a été assez gentil pour dire que l’Ukraine a un bel avenir grâce à toutes les belles prostituées, je veux dire les mannequins… de concours de beauté… peu importe. Je suis sûr que Trump parlait d’expérience de première main.

A quel point l’Ukraine est-elle un pays failli ? Eh bien, voici une révélation sensationnelle : l’Ukraine vient de perdre une centrale nucléaire. La centrale  Khmelnitskaya Atomic Energy Station  n’est plus. Ses deux réacteurs sont en panne, probablement de façon permanente. L’un est censé être fermé pour “entretien de routine” – mais rien n’est particulièrement routinier dans ce pays de nos jours. L’autre réacteur est en arrêt complet en raison de la surchauffe causée par un chiffon absorbant qui a été laissé à l’intérieur du circuit de refroidissement.

L’Ukraine comptait autrefois six usines avec 15 réacteurs ; aujourd’hui, il n’y en a plus que cinq et seulement neuf réacteurs. Ceux-ci fonctionnaient à plein régime en raison des pénuries de gaz et de charbon, produisant plus de la moitié de l’électricité du pays. Cette panne nécessitera un million de tonnes de charbon supplémentaire (200-300 trains de marchandises de 50 wagons chacun) et ce charbon ne peut provenir que de… Russie, bien sûr ! Parce que le charbon ukrainien est de trop mauvaise qualité, – 50 % de déchets, – et les centrales ukrainiennes de l’ère soviétique ne peuvent le brûler qu’en le mélangeant avec du charbon russe de meilleure qualité. Mais cela ne peut pas se faire parce que les chemins de fer ukrainiens manquent cruellement de locomotives et de matériel roulant et n’ont déjà pas été en mesure d’acheminer la récolte de blé jusqu’aux quais de chargement pour son expédition, alors pour ce qui est du transport des masses de tonnes supplémentaires de charbon... Oh, et puis la Russie devra être payée pour le charbon, mais les Ukrainiens n’ont plus d’argent.

Il est possible de continuer dans cette veine et d’accumuler les preuves que le pays est en train de s’effondrer. Plus de trois millions d’Ukrainiens sont actuellement en Russie, essayant de gagner leur vie en tant que travailleurs invités ou tentant de s’y installer définitivement. Beaucoup d’autres travaillent en Pologne ou dans d’autres parties de l’UE. L’ancien président ukrainien, qui a été massivement boudé en faveur de Ze, a une pile d’affaires pénales en cours contre lui… et ainsi de suite.

La saison froide nécessitant du chauffage a commencé, mais les réserves de gaz naturel de l’Ukraine sont beaucoup trop faibles pour tenir l’hiver et il n’y a pas d’accord pour de nouvelles importations en provenance de Russie, ni la moindre trace d’une négociation en cours. Les habitants de l’Est du pays (qui faisait partie de la Russie jusqu’à ce que Lénine la donne à l’Ukraine) se démènent pour obtenir des passeports russes. Le gouvernement est impatient de lever le moratoire sur la vente de terres agricoles à des étrangers, l’un des rares atouts ukrainiens restants est son sol fertile. L’Ukraine a perdu certaines des parties les plus précieuses de son territoire lorsque la Crimée a voté pour la sécession et que les régions orientales fortement industrialisées ont fait sécession de facto. Bref, c’est une triste histoire sans fin.

Dans ce contexte, il y a l’Ukraine en tant que construction politique. Elle est conçue comme une entité pro-occidentale, pro-américaine et anti-russe. L’utilisation de la langue russe (qui représentait auparavant environ 95 % de l’utilisation totale de la langue) a été interdite. Une fausse histoire alternative de l’Ukraine a été concoctée et est maintenant enseignée dans les écoles. Les nationalistes ukrainiens marchent régulièrement autour de Kiev avec des insignes nazis et des torches. Les collaborateurs nazis de la Seconde Guerre mondiale, responsables du massacre des Polonais et des Juifs, ont été consacrés comme héros nationaux. Le récit officiel, dont aucun politicien ukrainien ne peut jamais s’écarter, est que l’Ukraine est en guerre avec la Russie. C’est très amusant, parce que l’inverse n’est évidemment pas le cas : si la Russie était effectivement en guerre avec l’Ukraine, l’Ukraine aurait cessé d’exister, comme je l’ai dit dans un article  publié il y a cinq ans.

Cette construction politique a été conçue par des responsables américains (avec la participation de Canadiens) sur la base de la théorie du “grand échiquier” de Zbigniew Brzezińskiselon laquelle la perte de l’Ukraine contrarierait les ambitions impérialistes de la Russie. Ils ont tous manqué deux points évidents : que la Russie n’a pas d’ambitions impériales (elle a toutes les terres et les ressources qu’elle pourrait vouloir) ; et que pour la Russie, l’Ukraine a été un drain et un fardeau, donc bon débarras  

A des époques antérieures, le territoire ukrainien avait été essentiel sur le plan militaire – en tant que tampon terrestre entre la Russie et un Occident hostile. Mais maintenant qu’une fusée hypersonique lancée depuis le centre de la Sibérie peut faire sauter le Pentagone de manière expéditive 18 minutes plus tard, la Russie n’a plus besoin de tampons terrestres pour défendre son territoire. Si elle est attaquée, la Russie détruira ceux qui ont ordonné l’attaque, où qu’ils vivent dans le monde.

Si l’Ukraine, en tant que partie du monde russe, est importante, une condition importante pour faire partie du monde russe est la volonté de mourir pour lui. Les habitants de l’Est de l’Ukraine ont fait preuve d’une telle valeur et reçoivent donc une aide humanitaire et d’autres formes d’assistance et se voient délivrer des passeports russes peu après en avoir fait la demande (et avoir présenté tous les documents requis). Pour les autres, ils ont fait preuve d’une certaine hostilité envers les Russes et d’une volonté écrasante de ne rien faire pendant que leur pays est pillé et détruit, et ils n’auront donc rien.

La dernière utilisation qu’il reste à la Russie pour l’Ukraine est celle d’un conduit de gaz naturel vers l’Europe. Mais étant donné la situation politique et l’état de délabrement du réseau de transit du gaz ukrainien, la Russie a travaillé dur pour construire des pipelines qui contournent l’Ukraine. Ceux-ci sont maintenant sur le point d’être achevés, ce qui va permettre d’éviter le transit de gaz ukrainien. Il convient de garder à l’esprit ceci : alors que l’Europe gèlerait et sombrerait dans le noir si elle était privée de gaz naturel russe, la Russie pourrait arrêter complètement ses exportations de gaz naturel et continuer à enregistrer un excédent commercial. L’accord actuel sur le transit du gaz expire fin 2019, et le nouvel accord a été bloqué au stade des discussions générales et il est peu probable qu’il passe un jour au stade des négociations proprement dites.

Compte tenu de tout cela, essayons de nous mettre à la place de Zelenski. C’est un Juif russe. Sa langue maternelle est le russe, comme c’est le cas pour tous les Juifs russes, où qu’ils vivent, Israël et Ukraine inclus. Il parle un ukrainien passable, comme deuxième langue, mais il retombe souvent sur le russe en essayant de parler ukrainien. L’anglais de Zelenski est rudimentaire. Une bonne connaissance de l’ukrainien est rare chez les Juifs russes. L’importante population juive d’Ukraine, centrée sur Odessa, est instruite, appartient à la classe moyenne et fait partie intégrante de la grande culture russe depuis au moins le siècle dernier. Historiquement, il y a un peu d’amour vache entre les Juifs des villes et les paysans parlant l’ukrainien habitant l’arrière-pays rural, qui n’ont même pas été autorisés à entrer dans les villes jusqu’après la Révolution russe.

N’est-ce pas hilarant qu’un Juif russe ait été élu pour gouverner une bande de nazis qui haïssent la Russie ? Ajoutez à cela le fait que Zelenski est un acteur comique. Il a joué dans une émission de télévision intitulée “Serviteur du peuple” dans laquelle il jouait justement le président ukrainien. Sa campagne électorale s’inscrivait dans la continuité du spectacle, rendue facile par la nature détestable de son prédécesseur, et il a été élu triomphalement, obtenant même une large majorité parlementaire.

Mais sa présidence s’est transformée en un prolongement de son émission comique, avec des résultats prévisibles. En fait, tout cela est prévisible. Pendant les quelques brèves périodes d’indépendance politique de l’Ukraine, la politique ukrainienne n’a jamais cessé de dégénérer en une farce. Une bande de nationalistes nazis ukrainiens qui sont présidés par un juif russe (qui est en outre un comédien professionnel) est, vous devez l’admettre, une situation complètement grotesque.

Mais Zelenski ne rit pas ; en fait, assis à côté de Trump, il projette l’image d’un accablement consternant. Que lui arrive-t-il ? Les raisons sont claires. En publiant la transcription de leur conversation téléphonique, Trump l’a traité comme une non-entité à laquelle les règles habituelles du secret régissant les communications privées entre dirigeants de nations souveraines ne s’appliquent pas. Et puis à la lecture de la transcription, il devient clair que Zelenski s’est honteusement mis à plat ventre devant Trump, a mal parlé de Merkel et Macron et s’est globalement ridiculisé. Le contexte dans lequel la transcription a été publiée a plongé Zelenski au beau milieu d’une lutte partisane acharnée aux États-Unis, dans laquelle il n’a aucune porte de sortie : s’il refuse d’enquêter sur Burisma Holdings, qui est au cœur du scandale Biden, Trump ne lui parlera plus jamais ; si l’enquête continue, les ennemis jurés de Trump voudront son scalp.

Et puis il y a le fait que Trump, en quelques phrases courtes, a complètement démoli toute la construction politique de l’Ukraine moderne. Pour Trump, il s’agissait d’un projet hérité de l’ère Obama/Clinton et, comme tout ce que ces deux personnes ont touché, d’un échec et d’un poids mort selon son point de vue. Par conséquent, le message de Trump est le suivant : vous êtes renvoyé, et si vous voulez de l’aide, parlez aux Européens (que vous venez d’insulter). Ensuite, Trump veut de bonnes relations avec la Russie et n’a pas besoin d’une Ukraine russophobe télécommandée par des éléments du  DeepState. En disant à Zelenski d’aller parler à Poutine, Trump a bloqué toute une direction improductive et nuisible de la politique étrangère américaine. Les retombées ont été rapides : l’envoyé spécial des États-Unis en Ukraine, Kurt Volker, a rapidement démissionné.

Zelenski est maintenant complètement isolé. Il ne peut pas parler à Trump parce que Trump n’est pas intéressé. Il ne peut pas parler aux Européens parce qu’il vient de les insulter. Et on lui a dit de parler à Poutine… sauf qu’il ne peut pas. Tout d’abord, Poutine a été dépeint à l’infini comme l’image de l’ennemi dans la presse ukrainienne, et si Zelenski essaie de faire la paix avec Poutine, il aura l’air d’un traître et pourrait faire face à une rébellion de l’intérieur de ses propres rangs.

Deuxièmement, Poutine a clairement indiqué qu’il n’y a rien à discuter tant que Zelenski n’aura pas tenu ses promesses, comme le prévoient les accords de Minsk. A savoir, la partie ukrainienne doit se retirer militairement et adopter une législation pour mettre en place une structure fédéralisée dans laquelle Donetsk et Lugansk, et d’autres régions si elles le souhaitent, se verraient accorder une large autonomie. Mais si cela devait se produire, l’Ukraine, dans sa conception actuelle d’un État unitaire mono-ethnique, cesserait d’exister parce qu’il n’y a pas de terrain d’entente possible entre les Nazis pro-occidentaux et les Russes à l’Est.

Auparavant, le gouvernement ukrainien se débattait entre ces deux extrêmes, dans une sorte de trouble bipolaire. Mais au cours des cinq dernières années, les lignes de front entre les deux parties se sont durcies et se sont matérialisées, avec des tranchées, des redoutes et des armes militaires tirant à balles réelles des deux côtés, et la seule solution plausible est le divorce en raison de différends inconciliables. Mais là aussi, il y a un problème : alors que la partie pro-Russe à l’Est de l’Ukraine peut espérer un certain soutien russe, même s’il n’est pas inconditionnel, la chance que l’Union européenne, dans son état actuel de désunion, et étant donné la nature politiquement peu recommandable des nazis ukrainiens, s’engage et aide l’Ukraine occidentale, est pratiquement nulle.

Compte tenu de tout cela, il est parfaitement compréhensible que le clown-président Ze soit devenu un clown triste. C’est une triste situation pour lui. Il est très talentueux en tant qu’acteur, et très drôle (mais seulement lorsqu’il parle russe), mais maintenant il a endossé un rôle nettement moins drôle, qu’il sera néanmoins forcé de jouer pendant cinq longues années à pleurer et à saigner du nez ! Quel destin !

C’est une triste histoire à propos d’un président triste, mais tous les présidents du monde ne le sont pas. Pour compenser, ensuite, je vous raconter l’histoire d’un président heureux, souriant et rieur : Hassan Rouhani d’Iran. Je n’ai pas vu un président aussi heureux depuis longtemps, et je vous expliquerai ce qui doit le rendre si heureux.

 

Le 30 septembre 2019, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone.

Donations

Nous avons récolté 247 € sur 3000 €

faites un don