RapSit-USA2022 : Les Cent-Jours de Trump ?!

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4042

RapSit-USA2022: Les Cent-Jours de Trump ?!

21 décembre 2022 (14H55) – Je ne peux m’empêcher de vous faire cette communication en temps réel, sur un événement en cours, insaisissable, etc.... On trouve sur une vidéo de ‘TheDuran.comdu 20 décembre, une conversation à trois avec Christoforou, Mercouris et un invité US, l’avocat Robert Barnes, fameux depuis plusieurs années pour son activisme populiste, pro-Trump et anti-démocrate. On trouve sur cette vidéo un Robert Barnes frétillant, venant de l’état-major du parti républicain où l’on débat ferme. Le sujet : le nouveau Congrès issu des élections de novembre, avec une Chambre des Représentants dans une situation extraordinaire.

Le parti républicain a une très faible majorité à la Chambre. Selon les circonstances et les orientations de certains élus républicains telles qu’elles se sont affirmées, il y aurait assez de votes pour empêcher l’élection par la Chambre du candidat républicain McCarthy pour la fonction de ‘Speaker’ (président de la Chambre, n°3 dans l’ordre de succession, après le président et le vice-président), mais pas assez pour assurer l’élection d’une autre personnalité à cette fonction. Trump, qui domine largement le groupe républicain veut McCarthy et aucun autre parmi les élus. Cela fait que la Chambre se retrouverait sans ‘Speaker’ élu...

Mais, nous dit Sanders, il se trouve que, selon une des nombreuses étrangetés de la loi américaniste, le ‘Speaker’ peut très bien ne pas être un élu issu des élections législatives, donc non-membre de la nouvelle Chambre ni d’aucune fonction élective, mais un citoyen Lambda, si les choses se mettent dans ce sens, et si ce citoyen Lambda obtient les votes nécessaires.

Note de PhG-Bis : « On vous parle là directement d’après l’audition de la vidéo ‘TheDuran.com’, PhG aussi étonné que le sont Christoforou-Mercouris et incapable d’en dire plus. Simplement Barnes n’est pas un rigolo pour ces matières et il des tonnes d’expériences et de relations politiques, ainsi qu’un accès direct à la direction républicaine et à Trump. »

Barbes rapporte qu’une majorité se dessine dans le camp Trump pour proposer un compromis : proposer Trump comme candidat pour la fonction de ‘Speaker’ pour cent jours, pour laisser le temps aux républicains de régler leur problème de direction et s’entendre sur un candidat précis, tout en assurant la présidence de la Chambre dans l’intérim. Trump, qui avait écarté l’idée de se présenter à la Chambre il y a deux ans, et aussi l’idée de devenir ‘Speaker’, est dans ce cas en train de se faire partisan d’une telle proposition qui, lui a-t-on fait comprendre, présente le double avantage :

1). de prendre des décisions importantes, de faire des nominations stratégiques, d’interférer dans les démarches de la fin de l’enquête contre lui (pour les événements du 6 janvier 2021), voire de son inculpation, etc., pendant ses “Cent-Jours”, en plus de retrouver une exposition médiatique extraordinaire face à son adversaire Biden, qu’il pourrait se payer le luxe de rencontrer le plus constitutionnellement du monde ;

2). d’être très vite libéré pour retrouver une liberté d’action dans la perspective des présidentielles de 2024.

« Il pourrait même décider d’aller en Ukraine pour négocier un accord de paix en tant que ‘Speaker’ ! ... Les Ukrainiens ont déjà dit il y a quelques mois qu’ils ne voulaient pas de Trump, qu’ils le mettaient presque sur leur Liste Noire parce que prorusse, mais que pourraient-ils faire dans ce cas, alors que c’est lui qui détiendrait le pouvoir pour autoriser ou non des transferts d’argent vers l’Ukraine ?! » (Sanders)

Des gloussements non dissimulés de Christoforou-Mercouris ont accueilli ces informations à la pensée d’une direction européenne, de Borrell à von Leyen, obligés de montrer déférence et respect pour ce Trump, devenu pour Cent-Jours personnage essentiel de la direction impériale !

« Robert, it’s not only fun, It’s extraordinary fun! I imagine the people in Brussels… » (Mercouris)

Mais tout cela n’est pour l’instant que supputation pleine d’espérance, qu’un peu de sable effacerait si cela ne se faisait pas. On savoure un instant cette possibilité qui ne manquerait pas de frapper le DeepState d’un ACV de fameuse ampleur.

« Restez à l’écoute la prochaine semaine, ou les prochaines semaines d’ici l’élection du Speaker... »,

nous conseille Sanders. On ferons ça et on verra. En attendant, et comme disait Sacha, « Rêvons un peu », – ça nous fera passer un bon moment...