RapSit-USA2020: Les cons volant en escadrille...

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3088

RapSit-USA2020: Les cons volant en escadrille...

... Il est plus facile de les haranguer en groupes puisqu’une escadrille forme un groupe très structuré et distribué avec précision à cause de la fluidité et de l’insaisissabilité de l’environnement opérationnel. Au reste, les escadrilles montrent de la discipline et un savoir-faire technique qui impliquent que d’autant plus d’attention est demandée à ses participants s’ils se situent au niveau que l’on suggère. Il faut qu’ils s’exécutent d’autant plus vite, sinon c’est l’accident fatal... Mais, comme le dit fort justement Georges Brassens, « Quand on est con, on est con », et c’est bien là que se situe le problème.

Ce phénomène à la fois physique, technique et social qui touche les démocrates US et leurs partisans et sommeliers européens, se fera d’autant plus aisément sentir que, pour être cons comme il est dit, ces mêmes cons n’en sont pas moins les critiques impitoyables des cons, selon le Principe-d’Audiard dans ce cas, – comme confirmation de Brassens. Effectivement, ce Principe nous dit ceci qui implique que notre audience sera considérable, avec notamment nombre de chefs d’État et de gouvernement des pays européens du bloc-BAO qui ont déjà signé leur principal trait de caractère en envoyant leurs félicitations au nommé Joe Biden :
« Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ». Ainsi en sera-t-il, pour notre cas, pour nos responsables suprêmes ou quasi-suprêmes, dans nos pays d’une civilisation extrêmement fatiguée, où l’intelligence courante se transmue à une très grande vitesse en une médiocrité complète de l’esprit, un enfermement de la perception, une désagrégation complète du caractère... Et il faut faire évoluer tout cela en escadrille !

Il importe pour s’expliquer de la plus aimable des façons, c’est-à-dire sans excès de langage, de simplement présenter un résumé de certaines remarques de ZeroHedge.com. sur les perspectives objectives à attendre du processus en cours On note le style saccadé de l’extrait présenté, indiquant que les choses rappelées sont ici d’une simplicité extrême, et l’auteur animé d’un certain agacement d’avoir à répéter et répéter les choses comme l’on fait pour les enfants mal élevés et naturellement grossiers, par rapport aux exclamations et déclarations qui nous ont soulé hier toute la journée, jusqu’à déranger un curieusement-nommé Jonathan Swift :

« Les grands médias ont lancé un effort coordonné pour proclamer Joe Biden Président élu.
» Le président Trump et son équipe de campagne ont rappelé aux Américains que “ce sont les votes légaux qui décident qui est président, et non les médias”.
» Comme l’explique Jenna Ellis, juriste spécialisée en droit constitutionnel : “Joe Biden n'est pas le président élu simplement parce que les médias le déclarent”.
» Les efforts coordonnés des médias tentent de déclarer simplement Joe Biden comme président et d'ignorer l’État de droit.
» Il n’y a pas de vainqueur officiel tant que chaque vote légal n'est pas compté avec précision, que les États ne certifient pas les résultats et que toutes les contestations judiciaires ne sont pas résolues.
» Pour rappel, voici les dates officielles qui comptent (contrairement à ce que nous aboient CNN & Cie.)
» • 8 décembre : les États doivent résoudre les controverses au moins six jours avant la réunion des électeurs.
» • 14 décembre : les électeurs se réunissent dans les États respectifs pour certifier leurs votes pour le président et le vice-président.
» Comme Trump l’a dit plus tôt, “cette élection est loin d'être terminée”. »

Il est évident que le spectacle offert samedi, entre les diverses manifestations de joie qui ressortaient, plutôt d’une sorte de super-géante “Rave-Party”, – faisant fort bon marché des consignes furieuses des démocrates pour un confinement ad vitam aeternam, – l’espèce d’attribut unilatéral de censure antitrumpiste que s’est adjugé tout l’appareil du la communication-Système (presseSystème et GAFAM), et enfin les certitudes bombastiques des dirigeants du parti démocrate relayés par les dirigeants-Système du bloc-BAO, ce spectacle témoignait d’une situation absolument extraordinaire par rapport aux normes précises de l’État de droit exemplaire que prétendent être les États-Unis. Il est complètement absurde et très fatigant pour la perception d’être forcé à entendre comme la source d’une Vérité-officielle des moyens de communication notoirement, et d’ailleurs naturellement soumis aux aléas subjectifs de leurs statuts économique et culturel.

La question n’est pas tant de savoir ce que dit cette pseudo-“source”, mais bien la place qu’on lui attribue par rapport aux droits et aux devoirs des citoyens. C’est alimenter d’une façon exponentielle les possibilités d’affrontements brutaux et nécessairement irrésistibles. Le point le plus surprenant devient alors que les risques d’affrontements qu’on a identifiés en cas de résultats serrés devient un risque d’auto-affrontement des démocrates avec leur propre position, par simple affirmation d’une réalité alternative.

Tout cela doit évidemment être placé dans un contexte légaliste plus général, qui justifie les jugements sévères que l’on porte sur les démocrates, qui renvoie aux simples réalités de l’activité en cours du camp trumpiste. En effet, le président Trump ne s’est pas dissipé ni désintégré, ni dissous comme la saleté sous l’action de cette poudre à laver  qui « lave plus blanc que blanc » ; tout détestable et pendable qu’il soit, Trump existe toujours, et idem pour son armée d’avocats et pour les plaintes pour fraude qui commencent à s’empiler puisqu’elles concerneraient, selon diverses sources, les résultats dans au moins trente États.

Certains, décidés à prendre ces plaintes au sérieux, estiment même que Biden n’a pas parlé sous le coup de la sénilité, sous l’empire de Big Pharma, etc., lorsqu’il a sorti sa fameuse phrase, faisant l’objet de notre commentaire récent, sur le parti démocrate qui aurait mis en place le “système de fraude électorale” le plus efficace de l’histoire politique des USA :

« On comprend que le passage “we have put together, I think, the most extensive and and inclusive voter fraud organization in the history of American politics” signifie : “Nous avons mis en place, je pense, l’organisation la plus extensive et la plus intégrée de fraude électorale dans l’histoire de la politique américaine...” Et Dieu sait si Biden dit distinctement ‘fraud’, s’il insiste et même s’attarde gravement sur le mot, comme si ce mot vraiment constituait l’essentiel du message... C’est d’ailleurs le cas, bien entendu, et nous voyons Freud, tout au fond là-bas, qui fait des signes ironiques d’approbation (tiens, pourquoi ‘ironiques’ ?).
» Ce passage est effectivement fascinant, effectivement par la netteté et l’assurance que met Biden a prononcer le mot ‘fraud’, qui est après tout un mot légalement employé, au fond comme s’il parlait d’une organisation officielle, reconnue, et ayant notamment et de façon ouverte la fraude électorale parmi ses activités. La remarque a été faite par un expert activiste ou fonctionnaire, évidemment anonyme, de tendance démocrate, qui a travaillé avec le procureur spécial Mueller dans l’enquête sur le Russiagate. Ce travail a permis parallèlement et discrètement, comme service aux amis, de faire des ‘audits’ de certaines organisations alliées, dont le groupe Clinton-Obama avec leurs fondations et leurs réseaux. “La façon dont Biden, qui n’a tout de même pas toute sa tête et parle de façon automatisée souvent, quand il arrive à retenir, la façon dont il prononce l’expression ‘voter fraud organization’, montre que c’est une expression qu’il a lue dans un rapport, et cela a été fait au sein de l’enquête Mueller, pour le compte des Clinton-Obama...” » 

Le fait est que, ces derniers jours, certains ont commencé à prendre cette affirmation pour du comptant, selon l’idée que Biden aurait bel et bien dit tout haut la vérité démocratique du parti démocrate, simplement avec la certitude d’être intouchable et l’irresponsabilité qui habitent les esprits usés, vieillis, fantasques et manquant singulièrement de finesse et de respect pour les autres. C’est une équation acceptable, qui ne doit rien à la tricherie habituelle au Système, même si l’on peut continuer à défendre la thèse du colossal ‘lapsus freudien’ et colossalement révélateur.

En attendant on ne sait quoi exactement, on peut s’informer sur les conditions générales menant à la contre-attaque trumpiste, aux accusations de fraude, etc., par ailleurs tout à fait justifiées à la lumière du traitement totalement anti-démocratique que subit Trump au niveau de la communication, – ce qui laisse à penser ce que serait son score électoral si simplement la presseSystème et les GAFAM observaient une attitude de simple neutralité ; en attendant nous vous proposons la lecture d’un texte de la philosophe et essayiste Anne-Sophie Chazaud, sur une élection présidentielle américaine marquée par des allégations de fraudes et des censures médiatiques, renvoyant la double image d’un pays divisé et d'une démocratie en piteux état. (Texte publié sur RT-France le 7 novembre 2020.)

« Entre soupçons de fraude et censure

» L’élection présidentielle américaine a toujours suscité l’intérêt et la curiosité du monde entier. Elle a pris cette année une tournure de mauvais scénario hollywoodien, renvoyant l’image d’une démocratie malade et d’une société très profondément fracturée.

» Le système électoral américain en tant que tel n’est pas à remettre en cause, quand bien même certains points semblent interroger en matière de pratiques, notamment la question du vote par correspondance et l’absence de réel contrôle de cette procédure, ouvrant évidemment la voie à toutes les manipulations possibles, qu’il s’agisse de fraudes réelles ou de fraudes supposées (car possibles). Rappelons que le vote par correspondance fut du reste aboli en France précisément pour lutter contre la fraude électorale, et l’on ne voit donc guère pourquoi certaines causes produiraient des effets différents d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique…

» Revenons toutefois sur la manière dont les choses se déroulent depuis quelques jours.

» Le président en exercice, Donald Trump, à qui les sondeurs, les médias mainstream, le milieu du showbiz au quasi grand complet, le monde intellectuel, universitaire et culturel, promettaient une cuisante déroute sous forme de mystérieuse «vague bleue», s’est en réalité retrouvé au coude-à-coude avec le candidat démocrate le soir de l’élection. C’est dire la résilience de ce vote et, surtout, de la partie du peuple qu’il incarne. Un peuple traité de «deplorable» par Hillary Clinton, méprisé par beaucoup, considéré comme globalement inculte, haineux, raciste, sexiste et stupide.

» Un peuple aussi que l’on avait un peu tôt réduit à quelque appartenance ethnique supposée (mâle blanc), alors même que les statistiques démontrent que les femmes, les latinos (notamment cubains) et les noirs n’ont pas spécialement boudé le vote pro-Trump, préférant considérer les questions économiques aux grandes envolées de morale, de bons sentiments et autres délires sociétalistes désormais très haut perchés. Rappelons par exemple qu’à l’occasion de cette élection, au cours de laquelle les électeurs des différents Etats étaient appelés à se prononcer également sur d’autres questions, ce sont les républicains de Floride qui ont voté pour le relèvement des bas salaires, tandis que les Californiens à l’âme si généreuse, so cool, refusaient par référendum, entre un smoothie bio et une séance de yoga feng-shui, de consolider le statut précaire des travailleurs de l’ubérisation.

» Le petit peuple méprisé a donc confirmé son existence, son droit à être visible et entendu, et il s’est d’ailleurs déplacé physiquement, n’a pas voté par correspondance, en dépit de tout ce qui a été entrepris depuis le vote de 2016 pour tenter de le faire rentrer dans le rang d’une mondialisation (économique, idéologique et morale) qu’il refuse, malgré tout ce qui a été entrepris pour lui faire honte, le disqualifier et le faire taire.

» Donald Trump est accusé par les belles âmes depuis le soir des élections 2020 d’en contester la légitimité parce qu’il évoque les soupçons lourds de fraude, notamment liée au vote par correspondance, tandis que des témoignages pour le moins accablants remontent (grâce aux réseaux sociaux), laissant penser que l’on est face à un phénomène pour le moins étrange au plan démocratique.

» Le président en exercice, parfaitement conscient de ces possibilités de tricherie, en a fait part le soir même des élections, après que Joe Biden s’est empressé de prendre la parole dans un discours de quasi victoire, semblant confiant en l’intervention de quelque ‘Deus ex machina’ qui viendrait opportunément lui servir la victoire et les ajustements nécessaires.

» Le président a donc immédiatement contre-attaqué. Cela lui a valu l’habituel procès en populisme, désinformation et complotisme, curieusement déployé par ceux-là mêmes qui n’ont pas hésité à voir la main de Poutine à tous les coins de rues américaines pendant quatre ans. Cela lui vaut aussi l’accusation de vouloir délégitimer le processus électoral.

» Pourtant, si l’on regarde bien comment les choses se sont déroulées depuis quatre ans, c’est bien l’élection régulière de Donald Trump qui a fait l’objet d’un constant procès en illégitimité, et qui a été contestée de manière parfaitement antidémocratique par tous les moyens possibles par des adversaires politiques n’ayant jamais accepté leur défaite : grotesque procédure d’impeachment, accusations permanentes d’intrusions russes, insurrections de rue encouragées par les belles âmes à l’occasion notamment du mouvement Black Lives Matter, plongeant sans scrupule le pays au bord de la guerre civile, tirs de batterie constants de la part de la plupart des médias partisans et militants.

» Partageant la même vision mondialiste, libre-échangiste et militante au plan sociétal, la gouvernance des grandes entreprises du web n’a également pas cessé d’intervenir dans le débat public et politique, s’invitant directement au rang de prescripteur d’opinion et de grand inquisiteur. Ainsi, de nombreux tweets du président en exercice ont régulièrement fait l’objet de censures de la part de Twitter qui n’aura pas ménagé sa peine dans ce constant procès en délégitimation. Le soir même des élections, un tweet de Donald Trump évoquant la question de la fraude était ainsi supprimé.

» Une allocution du chef de l’Etat était jeudi soir (5 novembre) purement et simplement coupée par de nombreuses chaînes de télévision qui la diffusaient en direct, pour la même raison, considérant qu’évoquer une fraude relevait de la désinformation.

» Voici donc tous les preux chevaliers de la chasse aux fake news subitement incapables de faire autre chose que de censurer plutôt que d’aller faire leur travail : en l’occurrence, aller vérifier sur le terrain, recouper toutes les informations troublantes qui sautent aux yeux de n’importe quel observateur doté d’un cerveau normal. Bref, faire un vrai travail de journalisme. Sans doute parce qu’il ne s’agit justement pas de journalisme, mais simplement de faire passer des messages idéologiquement corrects visant à reprendre le pouvoir par tous les moyens. La déontologie et le sérieux journalistiques attendront.

» Le pouvoir médiatique s’est donc intronisé lui-même en maître-censeur aux yeux du monde entier, ne se rendant même pas compte qu’il entérinait, ce faisant, les soupçons et le discours trumpiste, « populiste », dans sa méfiance réitérée à l’encontre des médias mainstream. Avec des ennemis comme ceux-là, Trump n’a pas besoin d’amis pour asseoir ses propos…

» Avec ce nouvel épisode, c’est toute la social-démocratie occidentale qui témoigne de son mauvais état. Elle démontre aussi que les tenants du libre-échangisme, adversaires de l’idée de frontières, de nations, de souveraineté des peuples (y compris économique, rappelons que Donald Trump a excellé à rapatrier au sens propre de nombreuses entreprises qui avaient été délocalisées, se souciant davantage du sort des classes populaires de son pays que des élucubrations sociétales portant obsessionnellement sur les questions de sexe et de couleurs de peau…), que ces tenants du libre-échangisme sont donc prêts à tout pour s’emparer ou reprendre un pouvoir qu’ils considèrent comme leur revenant de droit.

» Cette partition est la même qui avait conduit à ne pas vouloir accepter, de la part d’élites boboïsées, le vote britannique en faveur du Brexit. En France, le même ver de la sécession des élites est dans le même fruit depuis le péché originel du piétinement du «non» au référendum de 2005 contre le Traité constitutionnel européen et son contournement par la trahison parlementaire du Traité de Lisbonne.

» De la même façon, l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron a été rendue possible, on le sait, grâce au raid médiatico-juidiciaire permettant d’une part la disqualification expresse de son principal concurrent en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, et grâce au ralliement caricatural de la quasi-totalité des médias («faites ce que vous voulez, mais votez Macron !»). Lorsque le peuple rendu invisible a tenté, en se revêtant de jaune fluo, de se rappeler au bon souvenir de ce pouvoir conquis de façon douteuse (ce qui ne veut pas dire illégale), on sait la répression de masse dont il a été l’objet. On sait aussi ce qu’il arrive aux médias qui ne rentrent pas, d’une manière ou d’une autre dans le rang, et RT France n’est pas si mal placée pour le savoir… Les techniques de déréférencement du web, de suppressions de comptes, de censures de certains messages ou informations, d’enfouissement, bref d’invisibilisation, font désormais partie du paysage et chacun a appris désormais à les contourner habilement.

» Ce qui demeurera amusant dans toute cette affaire américaine est la curieuse disparition des pulsions permanentes de «fact-checking» des «journalistes» qui n’ont de cesse de brandir habituellement cet argument alors que, pour une fois, il y aurait matière à aller enquêter sur ces très lourds soupçons de fraude.

» Bref, de nombreux médias ont démontré qu’ils n’étaient plus là pour faire du journalisme ni du travail d’enquête, mais bien pour servir le pouvoir au regard d’une certaine idéologie, et cela par tous les moyens, en particulier par la censure dont normalement la presse était auparavant victime. C’est donc elle qui désormais la pratique ! Il n’est pas certain que cet épisode navrant ne vienne a contrario conforter le camp qualifié de «populiste», et il sera bien difficile de lui expliquer doctement qu’il se trompe. »

Anne-Sophie Chazaud

 

Mis en ligne le 8 novembre 2020 à 14H55

Donations

Nous avons récolté 846 € sur 3000 €

faites un don