“Queue de comète” en Arizona

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2635

“Queue de comète” en Arizona

Il est question ici de l’Arizona. James Howard Kunstler s’amuse bien dans son commentaire du 14 mai (traduction du Sakerfrancophone), toujours d’actualité tant les choses sont longues à se résoudre, si elles se résolvent un jour... Il s’amuse bien parce qu’on est dans un « cercle vicieux », où tout le monde fait la bête, fait de l’obstruction, relance l’enquête, accuse, dénonce, conclut, furieusement tout cela. La tension reste à son comble dans un domaine qui, comme tout ce qui concerne Trump & tout ce qui fait le cosmique bordel américaniste, est une sorte de nerf à vif de l’hystérie par saccades d’emportement.

Par exemple, regardez l’extraordinaire colère de Joe Scarborough, sur la chaîne wokeniste MSNBC (archivée il y a trois jours par le lecteur Muzzik sur le réseau social Gab.com), à propos de ce re-recomptage/re-vérification du vote en Arizona. (« Un très grand nombre de parties intéressées ne veulent pas que l’examen complet du scrutin de 2020 en Arizona se poursuive... », observe benoîtement Kunstler). Vous avez une mesure de la tension non moins extraordinaire qui continue à régner pour tout ce qui concerne l’affrontement précisément de la gauche wokeniste, (parfaitement le cas de Scarborough) du parti démocrate avec Trump ; vous avez une mesure de la bombe à retardement que continue à constituer le vote de novembre 2020, avec nombre de procédures toujours en cours, et d’autres à venir.

Moi, je l’avoue, je n’y comprends rien : la “queue de la comète” est un formidable nœud gordien de légalisme, de procédurisme, d’argumentisme et de coups fourrés, alors que la polémique au moment des décomptes avait la clarté des scandales furieux qui vous font croire à l’explosion de toutes ces folles embrouilles. Par conséquent, le texte de Kastler, toujours bourré de cette ironie qui le caractérise, est parfait pour éclairer cette sombre clarté qui rebondit de faux-miroir en faux-miroir. Vous comprenez alors que vous ne comprenez rien, que personne ne comprend rien, et Kunstler éclate de rire en vous racontant comment on peut n’y rien comprendre tout en comprenant parfaitement de quoi il retourne.

Vous sortez de cette lecture persuadé encore un peu plus que cette élection présidentielle de 2020 fut absolument une vaste empoignade de désordre, d’escroquerie, d’emballages et de simulacres ; et tout ça pour nous sortir du chapeau haut-de-forme de l’Oncle Sam un “Ol’White Joe”, de son vrai nom “Sleepy Joe”, le plus formidable simulacre de totem insaisissable, toussotant, trébuchant, qui ait été donné à la présidence.

Vous gardez de cette lecture, si vous avez l’esprit large et le regard de l’aigle royal, une sorte de conviction intuitive que l’ampleur, la profondeur, l’enfermement de cette Grande Crise en elle-même et au cœur de la Grande République de l’américanisme sont irrémédiables, sans retour et sans appel, sans rien du tout d’ailleurs. Pourtant, vous hésitez et vous n’y croyez pas vraiment ? Écoutez Joseph Delteil, qui aimait l’Amérique essentiellement par amitié pour Henry Miller, ce qui est tout à fait honorable, et par amour pour sa femme de cette nationalité, ce qui est tout à fait pardonnable : « Il y a une poésie de la distance qui arrose de plausibilité les événements les plus anormaux. »

En Arizona et ailleurs, très loin de chez nous, l’usine à gaz cosmique est sur ses rails et rien n’arrêtera sa déconstruction minutieuse, son démantèlement en une diversité si complètement progressiste-sociétale que nous pourrons enfin aller « jouer avec cette poussière »... La tragédie-bouffe se transmue en une GrandeCrise-bouffe, un effondrement total et absolument soft, à “bas-bruit”, par caniveaux interposés, querelles sans fin et hystérie sur le très long terme rapidement comblé...

La tragédie-bouffe de la civilisation-bouffe se trame sous nos yeux sans vraiment nous impressionner, nous avons bien assez à faire avec notre masque-arabe. Il est vrai, vous rappellerais-je pour être encore plus précis selon des pistes de bien base extraction, que nous sommes bien assez occupés à ferrailler à propos des urnes en Arizona, des machines à compter les votes, des mots de passe pour parvenir au disque dur du décomptage. Il n’empêche et rien à faire ! C’est la GrandeCrise-bouffe ! La GrandeCrise-bouffe c’est le spectacle central qui se fait « sous le plus grand chapiteau du monde », le cirque qui donne ses représentations à guichets fermés, car il y a foule qui s’y confine pour voir le Grand-Effondrement...

Catastrophique certes, mais surtout hollywoodien. Tout est perdu sauf “The Show Must Go On”.

Pour PhG-bouffe : Semper Phi

_________________________

 

 

Le cercle vicieux

L’Arizona pourra peut-être adopter le nouveau programme de mathématiques californien favorable aux minorités avant que l’audit électoral ordonné par le Sénat de l’État d’Arizona ne soit terminé dans un mois ou deux. Selon ce nouveau système de mathématiques, ou maff, deux plus deux ne sont pas égaux à quatre, mais à plus, cinq plus cinq sont beaucoup plus, et 1 672 143 moins X est égal à “ne pas me déranger avec tes chiffres racistes”.

Il faudra une sorte de mathématique ou de maff pour percer le mystère des résultats des élections de 2020 en Arizona, et les personnes qui dirigent le comté de Maricopa – c’est-à-dire Phoenix et sa ceinture d’astéroïdes suburbaine, soit environ 60 % de la population de l’AZ – ne veulent pas que ce mystère soit résolu. Ils ne répondent donc pas à une assignation à comparaître ordonnée par un tribunal pour produire les preuves, à savoir les fichiers de totalisation des votes de leurs machines à voter Dominion Systems, les routeurs des serveurs du comté, ou les enregistrements de la chaîne de conservation des lots de bulletins de vote en papier des circonscriptions. Les serveurs du comté indiquent que le dossier contenant la base de données des résultats de l’élection a été supprimé quelque temps après l’élection, de sorte que le comté n’a aucune trace du vote. Hmmmm….

Par une assignation précédente, le Sénat de l’État a pris possession de 2,1 millions de bulletins de vote et de près de 400 machines électorales Dominion et les a remis à la société Cyber Ninjas, engagée pour effectuer l’audit. Le problème est que le comté n’a pas remis les mots de passe des machines Dominion. Les fonctionnaires affirment qu’ils n’ont jamais eu les mots de passe, ce qui suggère que le County Board of Elections n’a jamais eu le contrôle de ses propres élections, dont il est légalement responsable. Une situation curieuse, car le comté affirme avoir effectué un examen préalable de ses machines à voter des semaines après l’élection. Comment ont-ils pu faire ça sans les mots de passe de Dominion ?

Peut-être que les données n’étaient pas stockées sur les machines de Dominion mais sur des disques durs externes, ce qui serait contraire aux règles. Ou peut-être que les machines Dominion étaient connectées à Internet et que les informations ont été introduites dans les machines du Dominion depuis un autre endroit de la planète Terre. Ce serait très très contraire aux règles. Si c’était le cas, les fichiers de journalisation des événements des machines indiqueraient l’heure et l’origine de l’information extérieure. Cela suffirait-il pour que le Sénat de l’État décertifie les résultats des élections en Arizona ? Ou de demander des audits dans d’autres États où le résultat est encore contesté : Géorgie, Pennsylvanie, Michigan et Wisconsin ?

Un très grand nombre de parties intéressées ne veulent pas que l’examen complet du scrutin de 2020 en Arizona se poursuive, y compris maintenant le ministère américain de la justice, qui a envoyé une lettre de sa division des droits civils à la présidente du Sénat de l’État, Karen Fann, la menaçant d’une action en justice contre les agents chargés de vérifier si les électeurs vivaient réellement aux adresses indiquées sur leurs bulletins de vote par correspondance. Le DOJ affirme que cela serait menaçant et coercitif pour les électeurs – si tant est qu’on puisse les trouver à ces adresses. C’était il y a une semaine. Jusqu’à présent, les auditeurs n’ont pas envoyé de démarcheurs et le Ministère de la Justice n’a pas bougé.

Cependant, le DOJ renforce les défenses de son siège social en nommant une certaine Susan Hennessey à sa division de la sécurité nationale et une certaine Lisa Monaco au poste de procureur général adjoint, chargée de diriger le petit crétin du bureau d’angle, Merrick Garland. Sentent-ils que quelque chose se prépare… une menace potentiellement mortelle à laquelle il faut répondre par une contre-attaque enragée ? Hennessey était le conseiller général du Lawfare Institute, la bande d’avocats qui a coordonné avec le DOJ, le FBI et le New York Times la campagne RussiaGate, l’enquête Mueller qui a suivi, et les manigances entourant le  “lanceur d’alerte”Eric Ciaramella et l’inspecteur général de l’IC Michael Atkinson dans le premier impeachment de Trump. Lisa Monaco était conseillère spéciale de Robert Mueller lorsqu’il était directeur du FBI et dirigeait auparavant la division de la sécurité nationale du DOJ. Auparavant, elle faisait partie du groupe de travail du DOJ qui a été cité pour faute de poursuite dans l’affaire Enron. Elle est le genre d’avocate dont Shakespeare parlait dans Henry VI, partie 2, acte IV.

Le procureur de Manhattan, Cyrus Vance Jr, serait en train de préparer une inculpation de Donald Trump pour fraude financière. Il tourne autour du pot depuis des années. Vous vous demandez pourquoi il a choisi ce moment pour agir ? L’accusation d’une condamnation pour crime contre l’ancien président permettrait d’annuler tout résultat indésirable de l’audit électoral du comté de Maricopa et de toute autre enquête officielle dans d’autres États concernant les élections de 2020. On n’appelle pas ça du Lawfare pour rien. Le problème, c’est qu’en fin de compte, vous utilisez peut-être la loi pour vous neutraliser et vous vaincre. On pourrait dire que ces smoothies ont presque réussi à le faire. Nous sommes un pays si loin sur le chemin de l’autodestruction, que la vérité a été déclarée ennemie du peuple.

James H. Kunstler