Prévisions pour les années 2020

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2275

Prévisions pour les années 2020

Bien que de nombreux commentateurs jugent bon de publier leurs prévisions pour l’année à venir, je trouve qu’une seule année est trop courte pour pouvoir faire des prévisions valables. Pour moi, plus ou moins cinq ans, c’est à peu près la bonne taille de marges d’erreur à placer sur n’importe quelle prévision en ce qui concerne le calendrier, ce qui permet de prévoir tout changement majeur à l’intérieur d’une séquence d’une vingtaine d’années. Il se trouve qu’une autre décennie s’est écoulée depuis que j’ai publié ma dernière série de prévisions pour les États-Unis dans les  années 2010, il est donc temps d’en établir une nouvelle, pour les années 2020.

Ma dernière série de prévisions s’est révélée modérément bonne. Bien que dans certains cas, le processus n’ait pas encore abouti, les tendances sont toutes évidentes et il faut s’attendre à ce que les processus que j’ai décrit se poursuivent et, dans certains cas, s’achèvent au cours de la nouvelle décennie. Mais cette fois-ci, je vais tenter de faire des prédictions plus précises.

En ce qui concerne l’économie, quelque chose va forcément se briser, peut-être dès le début de la décennie, et être la tendance lourde pour la suite. Il y a un écart croissant entre l’économie financière, qui fonctionne selon des règles que les gens peuvent établir, et ils le font au fur et à mesure de leurs besoins, et l’économie physique de l’exploitation minière, de la fabrication et de la logistique. Il n’y a aucune raison de faire particulièrement confiance aux statistiques officielles en ce qui concerne la croissance économique, le chômage, l’inflation, les évaluations boursières : ce sont toutes des contrefaçons astucieuses. Une bourse ou un marché immobilier suffisamment effervescent peut être maintenu par des injections de fausse monnaie en quantité nécessaires, distribuées à des initiés importants. Mais si l’on considère la quantité de marchandises fabriquées et expédiées, la quantité de nouvelles infrastructures publiques construites et d’autres facteurs physiques de ce type, on peut déjà observer une détérioration constante de l’économie.

Alors que les gars de la finance et les économistes, qui traitent de quantités sans dimension identifiée si ce n’est par des symboles mystiques quasi-religieux tels que $, €, ¥ et £, travaillent inlassablement pour maintenir la fausse façade Potemkine d’une économie florissante, une telle suspension théâtrale d’incrédulité n’est plus possible si on considère les tonnes, les mètres cubes ou les kilowattheures. Une bande d’escrocs financiers impitoyables s’associant à des économistes au chapeau pointu passent leurs journées à raisonner de manière circulaire sur la détermination du prix, tout en confondant résolument la création d’argent avec la création de richesse. Pendant ce temps, une économie physique en déclin, obscurcie par une dette galopante, reste sur une trajectoire de collision avec la réalité ; une fois la collision survenue, le résultat sera similaire à ce qui s’est passé lors de l’effondrement financier de 2007-2008, sauf que les manipulations financières désespérées qui avaient alors été utilisées pour l’arrêter ne fonctionneront plus du tout et l’économie physique, qui languit déjà, s’arrêtera.

Un canari particulier dans la mine de charbon est probablement l’industrie de la fracturation du pétrole de schiste. Elle n’a jamais vraiment rapporté d’argent, mais elle a permis aux États-Unis de se remettre des ravages du pic pétrolier. Et maintenant, la production des puits fracturés atteint son maximum, les taux d’épuisement augmentent, les compagnies de fracturation font faillite et les puits nouvellement forés sont moins huileux et plus gazeux, le gaz n’étant pas particulièrement de qualité ou valorisable. À un moment donné au cours de cette décennie, les États-Unis seront de nouveau obligés de compter sur l’importation de la majeure partie de leur pétrole et de leur gaz. En attendant, toute tentative de  Green New Deal  pour décarboner l’économie américaine se traduira par une structure de coûts pour l’électricité et le transport qui rendra pratiquement tout type de production industrielle non concurrentielle, comme cela s’est déjà produit partout où cela a été tenté, y compris au Royaume-Uni et en Allemagne.

Un autre canari pourrait s’avérer être le marché de la dette du Trésor américain. Alors que les États-Unis ont expédié leur industrie à l’étranger et ont remplacé la production industrielle par une économie de services avec des avocats, des médecins et des dentistes hors de prix, beaucoup d’escrocs dans l’immobilier, les finances, la planification de la retraite, l’assurance et l’éducation, et beaucoup de barmans, de toiletteurs pour chiens et de professeurs de yoga sous-payés, une règle non écrite était que les partenaires commerciaux, qui fabriquent maintenant tout ce que les États-Unis doivent importer, devaient investir leur excédent commercial dans la dette du Trésor américain, permettant aux États-Unis de continuer à obtenir ces choses pour rien. Mais ces derniers temps, la Chine, la Russie et d’autres pays ont commencé à liquider leurs réserves de dette américaine et à utiliser leurs excédents commerciaux toujours croissants pour stimuler leurs industries d’exportation et pour fournir des crédits d’importation à leurs nouveaux partenaires plus solvables parmi les pays en développement. Cette évolution pousse la Réserve fédérale à se diriger vers une monétisation directe de la dette, ce qui est en quelque sorte illégal pour elle, mais elle peut facilement contourner cette restriction en mentant à ce sujet. La monétisation directe de la dette a une tendance prononcée à entraîner une hyperinflation, ce qui est particulièrement vrai dans un pays comme les États-Unis, qui affiche des déficits budgétaires et commerciaux incroyablement élevés. Ce canari particulier a subi un arrêt coronarien lors de la crise du REPO de septembre 2019, et la Réserve fédérale maintient ce marché en vie depuis.

En ce qui concerne les questions militaires, il semble sûr de déclarer que d’ici la fin des années 2020, l’empire américain sera définitivement derrière nous. Il est déjà établi que les États-Unis ne peuvent même plus menacer une longue liste de pays, en particulier ceux qui sont armés des nouveaux systèmes de défense aérienne russes qui peuvent établir des zones d’exclusion aérienne pour les avions américains, alors que l’armée américaine ne peut plus du tout fonctionner si on lui refuse la supériorité aérienne. En outre, toute la flotte de porte-avions américains est déjà obsolète et inutile, car les derniers missiles russes peuvent les couler de manière fiable sur des distances plus grandes que celles que peuvent atteindre les armements ou les avions que ces porte-avions transportent.

Ajoutez à cela le fait que les derniers missiles russes, qui peuvent atteindre Mach 20 et qui ne peuvent être interceptés par aucun système de défense antimissile actuel ou prévu, permettent d’éliminer des cibles sur le continent américain, y compris le Pentagone lui-même, si jamais les États-Unis attaquaient la Russie. Les États-Unis disposent toujours de la dissuasion nucléaire, ainsi que de la capacité de causer des méfaits mineurs en armant et en entraînant des groupes terroristes dans le monde entier, mais ils sont si terriblement en retard sur la Russie en matière de développement d’armes, retard qu’ils ne rattraperont probablement jamais malgré le fait qu’ils dépensent constamment plus que la Russie en matière de défense, selon un ratio de 1 à 10.

La position de la Russie à l’égard de l’entraînement, des rodomontades et des provocations des troupes de l’OTAN aux frontières russes a été largement méprisante. La Russie s’est largement réarmée avec de nouvelles armes basées sur de nouveaux principes physiques connus seulement de ses scientifiques, ingénieurs et concepteurs et elle réduit maintenant son budget de défense tout en gagnant des milliards de dollars provenant de l’augmentation des ventes d’armes dans le monde. Les États-Unis ne peuvent pas rattraper leur retard, non pas par manque d’argent (tant que l’imprimante à dollar continue de tourner), mais par manque de cerveaux.

Lorsque l’impuissance de l’armée américaine deviendra évidente, l’alliance de l’OTAN se désagrégera. D’abord avec la Turquie, qui est le deuxième plus grand pays membre de l’OTAN, mais un membre qui ne tient que par un fil car elle est beaucoup plus intéressée à coopérer avec la Russie et l’Iran sur les questions de défense qu’avec les États-Unis. Malgré cela, le complexe militaro-industriel américain continuera son existence de zombie jusqu’à ce que l’argent se tarisse, moment auquel ma prédiction initiale selon laquelle les troupes américaines resteront bloquées dans une multitude d’endroits à l’étranger, sans ressources disponibles pour les rapatrier, se réalisera.

En attendant, l’armée américaine fera ce qu’elle peut pour justifier son existence en organisant périodiquement des provocations contre des adversaires aussi petits mais invincibles que l’Iran et la Corée du Nord tout en se mêlant de la politique des nations plus faibles et moins stables qui se trouvent avoir des ressources que l’industrie américaine veut  » libérer «  (que ce soit le pétrole vénézuélien ou le lithium bolivien pour les voitures électriques). Elle sera toujours à deux doigts de déclencher une confrontation militaire totale, mais refusera de s’engager dans une telle confrontation pour trois excellentes raisons.

Premièrement, compte tenu de toutes ses expériences récentes en Irak, en Afghanistan et au-delà, elle sait qu’elle ne peut pas gagner. Deuxièmement, elle sait qu’elle ne peut même plus se battre pendant longtemps parce que la base industrielle nécessaire au réapprovisionnement des troupes sur le terrain n’existe plus. Troisièmement, elle sait qu’elle ne peut plus protéger le continent américain ; il suffirait de quelques attaques à la roquette pour détruire les grands transformateurs des lignes électriques qui assurent le maintien du réseau électrique et les stations de pompage des oléoducs et des gazoducs qui assurent le reste de l’infrastructure énergétique, et toute son économie s’arrêterait tout simplement.

Dans l’ensemble, je suis optimiste qu’une guerre à grande échelle sera évitée, par le simple fait que les guerres sont menées pour être gagnées, et non pour être perdues. S’il est immédiatement évident qu’une action militaire à grande échelle entraînera de manière fiable une défaite complète et totale, l’humiliation et la ruine, alors il devient suicidaire d’ordonner cette action. Les échelons supérieurs de la chaîne de commandement militaire ne sont pas dotés de personnel de type suicidaire ; ils n’ont pas passé la moitié de leur vie à travailler pour obtenir une promotion en faisant de la lèche pour ensuite se retourner et se suicider. Bien sûr, ils vont assassiner des gens et provoquer des catastrophes humanitaires chaque fois qu’ils auront l’impression de pouvoir s’en tirer. Mais si les risques qu’ils courent pour eux-mêmes sont suffisamment faibles pour les assurer que leur propre existence physique continue, ils éviteront les stratégies qui entraînent des pertes majeures du côté américain, de peur de mettre leurs précieux testicules dans un étau politique.

En ce qui concerne la politique, les États-Unis ont déjà cessé de fonctionner. L’élite dirigeante s’est divisée en deux camps belligérants qui se traitent maintenant l’un l’autre avec la même méchanceté, la même malice et le même dédain qu’ils réservaient auparavant aux étrangers. Cette évolution est inévitable : face à leur propre échec total, les élites ont été forcées de chercher un bouc émissaire – tout le monde sauf leurs bien-aimés eux-mêmes – et se sont trouvées… les unes les autres, bien sûr !

Alors que les camps en guerre de l’élite dirigeante s’entre-déchirent, diverses failles consacrées dans le système de gouvernance américain vont apparaître au premier plan et contrecarrer tous les efforts visant à apporter des changements positifs. La plupart des problèmes proviennent d’un document particulièrement obsolète et défectueux : la constitution américaine. Elle permet à un président d’être élu sans obtenir la majorité aux élections. Elle permet également au parti de ce président de contrôler la chambre haute du parlement tout en ignorant complètement les intérêts des états les plus peuplés au profit de l’arrière-pays sous-peuplé.

Enfin, elle permet à ce président d’empiler ses amis dans l’appareil judiciaire, qui peut alors rejeter toute législation sur la base de ses réinterprétations créatives de n’importe quel texte de loi, y compris cette même constitution défectueuse et obsolète. Et une partie particulièrement insidieuse de la loi tribale anglaise connue sous le nom de “précédent” signifie qu’une loi, une fois enfreinte par un juge (c’est-à-dire réinterprétée) reste enfreinte. Par exemple, certains juges ont décidé que le 2ème amendement permet aux gens d’avoir des armes à feu en leur possession même s’ils ne font pas partie d’une milice d’État, réglant ainsi la question à perpétuité. Ce principe, associé aux graves lacunes de la Constitution et du système dans son ensemble, entraîne une tendance à s’adresser aux tribunaux pour régler tous les litiges, qu’il s’agisse d’une élection présidentielle indécise ou la question de savoir si l’on peut être autorisé à épouser son Saint-Bernard. Le résultat est un gigantesque nœud gordien juridique, tissé à partir d’une myriade de petits cafouillages juridiques.

Cet arrangement constitutionnel imparfait a peut-être fonctionné auparavant, lorsque le pays était plus uni, qu’il avait davantage le sentiment d’avoir un but et un destin communs et qu’il avait une chance d’obtenir des résultats positifs pour une grande partie de ses citoyens. Mais maintenant qu’aucun de ces ingrédients sains n’est disponible, il permet un dysfonctionnement politique maximal à tous les niveaux de gouvernement. Néanmoins, une grande partie de la population des États-Unis estime toujours qu’elle peut agir en votant, restant imperméable aux arguments très simples et logiques selon lesquels les États-Unis ne sont pas du tout une démocratie et que peu importe qui est président. Même si ces mots tomberont très probablement dans l’oreille d’un sourd, il convient de répéter que le pays finira dans la même merde, quel que soit le nom du responsable.

Bien que l’effondrement des États-Unis ne soit pas encore terminé, je pense qu’il est déjà temps de donner aux États-Unis d’Amérique un nom plus approprié. Après tout, ce ne sont pas les seuls États-Unis du continent américain : il y a aussi  Estados Unidos Mexicanos. Ce squattage honteux et égoïste doit cesser un jour ou l’autre. Je propose donc de rebaptiser les États-Unis – peut-être pas immédiatement, mais peut-être dans une décennie, peut-être deux. Comme nouveau nom, j’aimerais suggérer quelque chose comme  la  République de Deteriorado, Degenerado ou Disintegrado. Il est probable que sa langue nationale devienne le  spanglish[Spanish English]. Son emblème national semble déjà être le majeur tendu.

Quant à son drapeau, nous pouvons simplement observer ici quel drapeau est considéré comme suffisamment sacré et inviolable pour entraîner une peine de prison pour quiconque ose le brûler en public. Et il s’avère que c’est le drapeau arc-en-ciel LGBTQ.

 

Le 3 janvier 2020, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone.

Donations

Nous avons récolté 1144 € sur 3000 €

faites un don