Pourquoi faire simple... ?

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 5994

Pourquoi faire simple... ?

(Question ukrainienne posée aux débris de NordStream 2.)

Ainsi va le proverbe, que la langue anglo-américaine reprend complètement en français dans le texte : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? » Ainsi (suite) appliquerons-nous cette recette à l’affaire scandaleuse que rien ne parvient à faire couler, du sabotage du gazoduc du fond de la Baltique, NordStream2.

La grande nouvelle qui permet de compliquer infiniment l’affaire et de passer de la thèse d’une “opération de guerre des USA contre l’Allemagne” à la thèse de “la meilleure façon de se débarrasser du fardeau qu’est devenue l’Ukraine”, se trouve dans un article fleuve-et-choc du New York ‘Times’, dont on sait qu’il ne publie rien d’essentiel sans  tenir la main de sa nounou, ou ‘baby-sitter’, que constitue sa source multidimensionnelle de la communauté de sécurité nationale et du renseignement de Washington. Cette fois donc, le NYT nous annonce qu’il se pourrait bien, – eh oui ! – que ce soit “des Ukrainiens” qui aient attenté à la bonne marche du gazoduc, et que le gouvernement ukrainien n’était peut-être pas au courant, ou bien au contraire et après tout, – eh oui ! – qu’il était peut-être au courant. En même temps, en Allemagne, des articles dans le même sens, ce qui fait comme une sorte de coordination après la visite type-James Bond de Scholz à Joe Biden.

Du coup, nous voilà dans une occurrence bien compliquée, et toute la basse-cour de la presseSystème caquète dans tous les sens en se demandant dans quel sens vont les consignes ; on court de-ci de-là, en plein affolement comme des poulets sans têtes. Faut-il aujourd’hui se préparer à haïr ce que nous avons hier tant adoré ? Vaste programme pour tant de cœurs brisés.

Joe Lauria, rédacteur-en-chef de ‘ConsortiumNews’, consacre donc un article à l’article du NYT (plus ceux des Allemands) en vaticinant autour de l’idée que le gouvernement des États-Unis en a peut-être assez de soutenir, d’armer à grands frais et d’habiller de vastes simulacres l’Ukraine héroïque et combattante. Il y ajoute en complément quelques mots sur l’affaire de Bakhmout, où les Ukrainiens se sont faits encercler au prix de pertes affreuses, ce qui a l’heur de déplaire au Pentagone.

Est-ce la bonne piste ? L’article du NYT a éclaté comme un coup de tonnerre et introduit un énorme élément de désordre et de complication de plus dans cette crise qui n’en avait pas besoin si l’on veut s’y retrouver au milieu de cette mayonnaise de simulacres. Quoi qu’il en soit cette piste nouvelle est ouverte et l’on verra bien où l’on est conduit. Cela n’empêche pas pour autant certains excellents chroniqueurs de s’interroger en sens inverse, loin des nouvelles supputations sur NordStream2 et d’ailleurs un peu avant elle (voir Larry S. Johnson, le 7 mars) ni Seymour Hersh de rire à gorge déployée de la version du NYT dans un message de commentaire à ‘Consortium News’..

Par conséquent, difficile d’écrire du péremptoire dans cet ‘Ukrisis’-là. Il faut s’y habituer et nous y sommes habitués, non sans se demander, si jamais la voie nouvelle “Ukrainiens”-NordStream se poursuivait, – mais dans quel extraordinaire tourbillon se trouveraient pris l’OTAN, les Européens, Ursula, etc. ?  Vous voyez la chose d’ici ? Dans quelle crise dans la crise se trouverait emportée la vaste galère de plusieurs milliers de tonnes, la USS “Ouest-solidaire” ?

Mais cela, à mon avis, c’est le cadet des soucis des cadors de l’establishment-DeepState de Washington D.C. Eux, ils tiennent le gouvernail et le manient comme il leur chante, au gré de formidables trouvailles que leur susurre l’exceptionnalisme américaniste qui n’a pas d’équivalent. Les galériens de l’UE, eux, n’ont qu’à continuer à ramer sans se préoccuper du reste, – et surtout, qu’ils fassent attention à ne pas heurter à nouveau un gazoduc ou l’autre... Maladroits comme ils sont !

L’article du 8 mars de Joe Lauria porte comme titre et sous-titre :

« Alors que Bakhmut tombe, les États-Unis pourraient se détourner de l'Ukraine, en commençant par l’affaire du gazoduc.

» Si la ville de Bakhmut, dans le Donbass, tombe aux mains des Russes, les États-Unis devront peut-être chercher à sauver la face pour renverser la vapeur en Ukraine. »

PhG – Semper Phi

 _________________________

 

 

NordStream2 et “des Ukrainiens” ?

A première vue, l' article du New York Times d'hier, « Le renseignement suggère que le groupe pro-ukrainien a saboté les pipelines, disent les responsables américains », semble destiné à disculper les gouvernements américain et ukrainien de toute implication dans la destruction en septembre dernier du gaz Nord Stream. pipelines entre la Russie et l'Allemagne.  

L'idée maîtresse de l' article du Times est que les Ukrainiens non affiliés au gouvernement de Kiev sont ceux qui l'ont fait, selon les journaux souvent cités, des « responsables américains » anonymes.  

Mais un examen plus approfondi de l'article révèle des couches de nuances qui n'écartent pas le fait que le gouvernement ukrainien a peut-être quelque chose à voir avec le sabotage après tout.  

L'histoire cite des responsables européens anonymes qui disent qu'un État devait être impliqué dans l'opération sous-marine sophistiquée. Le Times fait tout son possible pour dire plus d'une fois que cet État n'était pas les États-Unis. Et tandis que le deuxième paragraphe de l'histoire dit catégoriquement que l'État n'est pas non plus l'Ukraine, l'article laisse ensuite la porte ouverte à une éventuelle implication du gouvernement ukrainien :

« Les responsables américains ont refusé de divulguer la nature des renseignements, comment ils ont été obtenus ou tout détail sur la force des preuves qu'ils contiennent. Ils ont déclaré qu'il n'y avait pas de conclusions définitives à ce sujet, laissant ouverte la possibilité que l'opération ait été menée de manière informelle par une force mandataire ayant des liens avec le gouvernement ukrainien ou ses services de sécurité. » [C’est moi qui souligne.]

Le Times précise ensuite quelles seraient les conséquences pour la “coalition” pro-ukrainienne que Washington a construite dans l'Ouest combiné si le gouvernement ukrainien était impliqué.

« Les responsables ont déclaré qu'il y avait encore d'énormes lacunes dans ce que les agences d'espionnage américaines et leurs partenaires européens savaient de ce qui s'était passé. Mais les responsables ont déclaré que cela pourrait constituer la première piste significative à émerger de plusieurs enquêtes étroitement surveillées, dont les conclusions pourraient avoir de profondes implications pour la coalition soutenant l'Ukraine.

Toute suggestion d'implication ukrainienne, qu'elle soit directe ou indirecte, pourrait bouleverser la relation délicate entre l'Ukraine et l'Allemagne , érodant le soutien d'un public allemand qui a avalé les prix élevés de l'énergie au nom de la solidarité. »

Le Times développe davantage le thème selon lequel l'implication du gouvernement ukrainien pourrait détruire le soutien international à Kiev que les États-Unis ont construit, ainsi que l'immense soutien public à l'Ukraine que la guerre de l'information menée par les États-Unis a développé.

Le Washington Post , qui a publié hier une histoire similaire , a rapporté que le gouvernement ukrainien a nié toute implication dans l'attaque. « L'Ukraine n'a absolument pas participé à l'attaque contre Nord Stream 2 », a déclaré Mykhailo Podolyak, le principal conseiller de Zelenski, se demandant pourquoi son pays mènerait une opération qui « déstabilise la région et détournera l'attention de la guerre, ce qui n'est catégoriquement pas bénéfique pour nous ».

La distanciation commence

L’article précise donc que cette affaire conduit les responsables américains à commencer à éloigner les États-Unis de l'Ukraine, affirmant que Washington a une influence limitée sur Kiev, malgré des années de preuves du contraire. Il semble préparer le public occidental à une volte-face abrupte en Ukraine en raison d'une litanie d'opérations ukrainiennes auxquelles les États-Unis se disent opposés. Il vaut la peine de citer longuement le Times ici :

« Toute découverte mettant en cause Kiev ou les mandataires ukrainiens pourrait provoquer une réaction violente en Europe et rendre plus difficile pour l'Occident de maintenir un front uni en faveur de l'Ukraine.

Les responsables américains et les agences de renseignement reconnaissent qu'ils ont une visibilité limitée sur le processus décisionnel ukrainien.

Malgré la profonde dépendance de l'Ukraine vis-à-vis des États-Unis en matière de soutien militaire, de renseignement et diplomatique, les responsables ukrainiens ne sont pas toujours transparents avec leurs homologues américains au sujet de leurs opérations militaires, en particulier celles contre des cibles russes derrière les lignes ennemies. Ces opérations ont frustré les responsables américains, qui estiment qu'ils n'ont pas amélioré de manière mesurable la position de l'Ukraine sur le champ de bataille, mais ont risqué de s'aliéner les alliés européens et d'élargir la guerre.

Les opérations qui ont déconcerté les États-Unis comprenaient une frappe début août sur la base aérienne russe de Saki sur la côte ouest de la Crimée, un camion piégé en octobre qui a détruit une partie du pont du détroit de Kerch qui relie la Russie à la Crimée, et des frappes de drones en Décembre visait les bases militaires russes, à Ryazan et Engels, à environ 300 milles au-delà de la frontière ukrainienne.

Mais il y a eu d'autres actes de sabotage et de violence d'origine plus ambiguë que les agences de renseignement américaines ont eu plus de mal à attribuer aux services de sécurité ukrainiens.

L'un d'eux était un attentat à la voiture piégée près de Moscou en août qui a tué Daria Dugina , la fille d'un éminent nationaliste russe.

Kiev a nié toute implication, mais les agences de renseignement américaines en sont venues à croire que le meurtre avait été autorisé  par ce que les responsables ont appelé des “éléments” du gouvernement ukrainien. En réponse à cette découverte, l'administration Biden a réprimandé en privé les Ukrainiens et les a mis en garde contre des actions similaires.

Les explosions qui ont rompu les pipelines Nord Stream ont eu lieu cinq semaines après le meurtre de Mme Dugina. Après l'opération Nord Stream, il y a eu des spéculations étouffées – et des inquiétudes – à Washington selon lesquelles des parties du gouvernement ukrainien auraient également pu être impliquées dans cette opération. »

Bien sûr, tout cela ne veut pas dire que les États-Unis n'ont pas mené le sabotage du Nord Stream comme Seymour Hersh l’a rapporté et pourtant accusent toujours cyniquement l'Ukraine. (Hersh a ridiculisé l' histoire du Times dans un e-mail à ‘Consortium News’, qui avait sollicité son commentaire.)

En attirant l'attention sur la possible culpabilité du gouvernement ukrainien, les services de renseignement américains obtiennent un double: ils détournent le blâme des États-Unis et préparent le public à ce que les États-Unis justifient l'abandon de l'Ukraine après tout ce que les États-Unis ont investi dans leur aventure pour affaiblir la Russie et renverser son gouvernement. à travers une guerre économique, de l'information et par procuration, qui ont toutes échoué .  

Un consensus se forme parmi les dirigeants occidentaux sur le fait que la guerre contre la Russie en Ukraine est perdue. Ainsi, Washington devrait sauver la face pour réussir un tel revirement de politique. Insinuer que l'Ukraine a fait sauter les pipelines de son allié l'Allemagne pourrait aider les États-Unis à sortir de leur position stridente de soutien à l'Ukraine.

Les médias allemands aussi, le même jour...

Le même jour de l'article du New York Times d'hier, une enquête conjointe menée par un grand journal allemand, Die Zeit , et le réseau de diffusion ARD, a également rapporté que l'attaque du pipeline était liée à l'Ukraine.  Die Zeit rapporte, selon une traduction automatique :

« Les autorités d'enquête allemandes ont apparemment fait une percée dans la résolution de l'attaque contre les pipelines Nord Stream 1 et 2. Après des recherches conjointes du studio ARD capital, du magazine politique ARD Kontraste , SWR et ZEIT, il a été possible de reconstituer en grande partie comment et quand l'attentat à l'explosif a été préparé au cours de l'enquête. En conséquence, des traces mènent en direction de l'Ukraine. »

Tout comme le rapport du Times , Die Zeit couvre également ses reportages, affirmant que " les enquêteurs n'ont encore trouvé aucune preuve quant à l'auteur de la destruction". Il n'est peut-être pas crédible de blâmer immédiatement l'Ukraine. Les sources de ces articles peuvent employer une tactique pour préparer progressivement le public à un blâme plus définitif plus tard.  Die Zeit fournit cependant un niveau de détail manquant dans le rapport du Times . L'enquête

« a réussi à identifier le bateau qui aurait été utilisé pour l'opération secrète. Il s'agirait d'un yacht loué à une société basée en Pologne, appartenant apparemment à deux Ukrainiens. Selon l'enquête, l'opération secrète en mer a été menée par une équipe de six personnes. On dit qu'il s'agissait de cinq hommes et d'une femme. En conséquence, le groupe était composé d'un capitaine, de deux plongeurs, de deux assistants de plongée et d'un médecin, qui auraient transporté les explosifs sur les lieux du crime et les y auraient placés. La nationalité des auteurs n'est apparemment pas claire. Les assassins ont utilisé des passeports falsifiés par des professionnels, qui auraient été utilisés, entre autres, pour louer le bateau. »

Le fait que les deux articles aient paru le même jour dans les principales publications américaines et allemandes (dont le Washington Post ) pourrait indiquer un degré de coordination entre les services de renseignement américains et allemands. Vendredi, quatre jours seulement avant la parution des articles, le chancelier allemand Olaf Scholz a effectué un voyage inhabituel de Berlin à Washington, où il s'est immédiatement rendu à la Maison Blanche pour une rencontre avec le président Joe Biden.  

Aucun assistant n'était présent dans le bureau ovale avec les deux hommes. La rencontre a duré un peu plus d'une heure. Il n'y a pas eu de conférence de presse par la suite et Scholz n'a pas autorisé la présence de la presse dans son avion. Il est retourné à l'aéroport après la réunion pour rentrer à Berlin. De toute évidence, les deux hommes ne voulaient pas discuter d'un sujet sensible par téléphone ou par liaison vidéo. 

Dire que l'Ukraine ne peut pas gagner 

Le Times a reçu cet article des services de renseignement américains alors que des informations continuent à se répandre,  montrant que les dirigeants occidentaux ne croient pas que l'Ukraine puisse gagner la guerre, malgré leurs déclarations publiques, et que Kiev doit réduire ses pertes et rechercher un règlement avec la Russie. Le Wall Street Journal rapportait il y a 11 jours :

"La rhétorique publique masque des doutes approfondis chez les politiciens britanniques, français et allemands quant à la capacité de l'Ukraine à expulser les Russes de l'est de l'Ukraine et de la Crimée, que la Russie contrôle depuis 2014, et la conviction que l'Occident ne peut qu'aider à soutenir le effort de guerre depuis si longtemps, surtout si le conflit s'installe dans une impasse, disent les responsables des trois pays.

“Nous répétons sans cesse que la Russie ne doit pas gagner, mais qu'est-ce que cela signifie ? Si la guerre dure assez longtemps avec cette intensité, les pertes de l'Ukraine deviendront insupportables”, a déclaré un haut responsable français. “Et personne ne croit qu'ils pourront récupérer la Crimée”. »

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont déclaré à Zelenski lors d'un dîner au palais de l'Élysée le mois dernier qu'il devait envisager des pourparlers de paix avec Moscou, a rapporté le JDD .

Selon sa source, le journal a cité Macron disant à Zelenski que « même des ennemis mortels comme la France et l'Allemagne ont dû faire la paix après la Seconde Guerre mondiale ».

Macron a déclaré à Zelenski « qu'il avait été un grand chef de guerre, mais qu'il devrait éventuellement passer à la politique politique et prendre des décisions difficiles », a rapporté le journal.

Bakhmout : un tournant

Un tournant majeur dans la guerre qui obligerait Washington à prendre une énorme décision pourrait survenir si la Russie parvenait à achever sa prise de contrôle militaire de Bakhmut. 

La bataille pour la ville du Donbass fait rage depuis l'été dernier et s'est intensifiée ces dernières semaines. La Russie a presque encerclé toute la ville, piégeant environ 10 000 soldats ukrainiens à l'intérieur. L'Ukraine a minimisé à plusieurs reprises l'importance de Bakhmut, mais n'en a pas moins envoyé en masse des soldats à la mort. Bakhmut est une plaque tournante importante dans la défense ukrainienne du Donbass.  

Hier, dans une interview accordée à CNN, Zelenski a enfin admis l'importance vitale de Bakhmut pour l'Ukraine. « Nous comprenons qu'après Bakhmut, ils pourraient aller plus loin. Ils pourraient aller à Kramatorsk, ils pourraient aller à Sloviansk, ce serait une route ouverte pour les Russes après Bakhmut vers d'autres villes d'Ukraine, dans la direction de Donetsk », a-t-il déclaré à Wolf Blitzer de CNN. « C'est pourquoi nos gars sont là. » 

La chute de Bakhmut face à la Russie serait une humiliation majeure pour Zelenski et l'Ukraine, ainsi que pour les États-Unis et l'Europe. Les États-Unis auraient un choix majeur à faire : continuer à intensifier la guerre avec le danger qu'elle puisse conduire à une confrontation OTAN-Russie qui pourrait devenir nucléaire, ou faire pression sur l'Ukraine pour qu'elle absorbe ses pertes et cherche un règlement.  

La Russie serait cependant alors en mesure de dicter ses conditions : éventuellement la reconnaissance de quatre oblasts de l'est de l'Ukraine comme faisant partie de la Russie après que les référendums y aient voté pour rejoindre la Fédération de Russie ; L'Ukraine acceptant d'être une nation neutre qui ne rejoindra pas l'OTAN ; démilitarisation de l'Ukraine et dissolution des unités néo-nazies.  

Présenter l'Ukraine comme un partenaire indigne qui a fait sauter des pipelines allemands pourrait aider à minimiser l'humiliation de l'Occident si cela devait se produire. Là encore, les néoconservateurs à Washington et dans les capitales européennes pourraient gagner dans la bataille avec les réalistes et continuer à faire pression sur la guerre, bien que les réalistes à ce stade semblent avoir le dessus.

Joe Lauria

Donations

Nous avons récolté 2095 € sur 3000 €

faites un don