Pour quelle raison les Ukrainiens se battent-ils ?

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2099

Pour quelle raison les Ukrainiens se battent-ils ?

En posant cette question à des prisonniers de guerre ukrainiens travaillant sur des chantiers de construction dans l’actuelle ville russe de Marioupol (qui porte le nom de Marie-Madeleine), les réponses qu’ils ont données sont des plus surprenantes. Elles n’ont rien à voir avec le nationalisme, l’identité nationale ou la langue (la plupart des Ukrainiens parlent bien le russe et mal ou pas du tout l’ukrainien). Elles n’ont rien à voir avec la démocratie ou le désir de faire partie de l’Occident. Ils se battent plutôt par peur.

La peur la plus évidente qui pousse les Ukrainiens à se battre est la peur d’être maltraités par les leurs s’ils ne se battent pas. Derrière chaque groupe de recrues se trouve un certain nombre de volontaires ayant subi un lavage de cerveau idéologique et prêts à les abattre s’ils battent en retraite ou tentent de se rendre.

Il existe également un type de peur moins évident. Les Ukrainiens ont peur de la façon dont les Russes font les choses :

  • Ils ont peur que les Russes leur demandent de mettre leurs papiers en ordre et d’arrêter de les falsifier.
  • Ils ont peur que les Russes leur interdisent de gérer des commerces en liquide sans licence et imposent une taxe sur la valeur ajoutée sur toutes les ventes.
  • Ils craignent que les Russes ne les rendent pénalement responsables de la fourniture de services non conformes aux exigences de sécurité publique.
  • Ils les obligeront à obtenir des permis de construire et inspecteront les résultats, leur infligeant des amendes en cas d’infraction au code.
  • Ils démoliront les bâtiments privés qui ont été construits sur des terrains publics sans avoir obtenu de permis.


Le 22 juin 2024, Club Orlov – traduction du Sakerfrancophone

 

Note du Saker Francophone

Depuis quelques temps, des gens indélicats retraduisent “mal” en anglais nos propres traductions sans l’autorisation de l’auteur qui vit de ses publications. Dmitry Orlov nous faisait l’amitié depuis toutes ses années de nous laisser publier les traductions françaises de ses articles, même ceux payant pour les anglophones. Dans ces nouvelles conditions, en accord avec l’auteur, on vous propose la 1ere partie de l’article ici. Vous pouvez lire la suite en français derrière ce lien en vous abonnant au site Boosty de Dmitry Orlov.