Politiciens au bord de la crise de nerfs

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3535

Politiciens au bord de la crise de nerfs

"Nous sommes au bord de la troisième guerre mondiale !" Cette phrase vous semble-t-elle familière ? Et le fait qu'elle soit répétée à l'infini indique-t-il que nous sommes au bord de la Troisième Guerre mondiale, ou s'agit-il de tout autre chose ? Je crois que c'est tout autre chose : c'est le fait que les hommes politiques européens sont au bord de la crise de nerfs. Ils sont le produit d'une sélection négative effectuée par la CIA pour choisir la bande de nigauds la plus incapable et la plus dépourvue de principes pour perpétuer leurs politiques en Europe. Et maintenant, il s'avère que les États-Unis sont devenus la bande d'imbéciles la plus incapable et la plus dépourvue de principes de toutes ! Ils ont dépassé le stade de la dépression nerveuse (qui s'est produite au cours de la première administration Trump) et sont maintenant en proie à une rage psychotique. Il y a plus à dire sur la psychologie de tout cela, mais pour l'instant, écartons l'idée que la Troisième Guerre mondiale est proche.

Trois conflits armés sont actuellement considérés comme les principaux candidats au déclenchement de la Troisième Guerre mondiale : l'ancienne Ukraine, l'État juif de Palestine (j'hésite à utiliser le terme "Israël" car il s'agit davantage d'une chose mystico-biblique que d'un lieu réel) et Taïwan. Pour chacun d'entre eux, un certain jeu est en train de se jouer. Il s'agit de géopolitique et de finance, pas de poker, mais utilisons le poker comme métaphore. Le camp des perdants, c'est-à-dire l'Occident collectif, n'a pas la possibilité de faire monter les enchères au-delà de ce qu'il peut se permettre de risquer. Il a également la possibilité de se coucher, théoriquement, mais pas politiquement, puisque l'acte de se coucher équivaut à un suicide politique pour tout dirigeant occidental. Ce qui se passe, à mon avis, c'est que le discours haletant sur la troisième guerre mondiale fait partie d'un mécanisme psychologique utilisé pour masquer l'inévitabilité du repli - l'abandon du concept de leadership mondial et le fait de passer les quelques siècles à venir à essayer de recoller les morceaux et à panser les plaies.

Laissons de côté la Palestine occupée par les sionistes et l'ancienne Ukraine occupée par les nazis. En ce qui concerne les sionistes, les Iraniens leur ont récemment montré qui était le patron, les États-Unis ont très discrètement plié l'échine et les sionistes sont retournés à ce qu'ils font le mieux : tuer des Palestiniens. En conséquence, nous devrions nous attendre à ce que les sionistes se comportent un peu mieux alors que leur économie, déjà réduite d'un quart ou d'un tiers, continue de s'effondrer. Rien ne menace autant l'existence de l'État sioniste que le fait qu'il s'agit d'une bande de sionistes et qu'il n'y a pas d'escalade nucléaire qui permette de sortir de cette situation difficile.

Il en va de même pour l'ancienne Ukraine occupée par les nazis. Là-bas, nous assistons aux premiers stades d'un certain réveil : le pouvoir curatif magique de la défaite militaire, associé à l'absence d'électricité et d'eau courante dans les grandes villes, réduit l'efficacité de la propagande antirusse de l'Occident. Les propagandistes ont beau faire, il n'y a pas de nation ukrainienne et il n'y en a jamais eu, tandis qu'individuellement, de plus en plus d'Ukrainiens fictifs (par leur passeport, sinon par leur culture ou leur langue) se rendent compte que leur voie de salut passe par la Russie. Certains États et îlots de l'OTAN (France + pays baltes) envisagent d'envoyer leurs propres troupes pour tenter de défendre l'ancienne Ukraine occupée par les nazis contre les Russes, mais si ces troupes se joignent à la mêlée, elles seront tuées et leur mort n'entraînera aucune sorte d'escalade.

Le déclenchement de l'Armageddon nucléaire par simple embarras semble peu probable, car il existe des moyens beaucoup plus faciles et moins coûteux de détourner l'attention de l'opinion publique. Oui, la perte de l'ancienne Ukraine sera encore plus humiliante pour les États-Unis que la perte de l'Afghanistan mais, pour la dissimuler, Biden pourrait faire une nouvelle chute et Kamala pourrait souffrir d'un anévrisme pour avoir trop ri, puis les médias nationaux américains pourraient ne parler que de cela pendant un mois, après quoi le public américain ne se souviendra plus de ce qu'est l'Ukraine et de ce que tout cela était censé signifier. À la place de l'Ukraine dans les médias, il y aura une nouvelle démocratie dynamique appelée Hawyschtschynya avec sa capitale Lviv, et comme personne ne sera capable de prononcer aucun de ces noms, moins on en parlera, mieux ce sera.

Le 24 Avril 2024, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

 

Note du Saker Francophone

Depuis quelques temps, des gens indélicats retraduisent “mal” en anglais nos propres traductions sans l’autorisation de l’auteur qui vit de ses publications. Dmitry Orlov nous faisait l’amitié depuis toutes ses années de nous laisser publier les traductions françaises de ses articles, même ceux payant pour les anglophones. Dans ces nouvelles conditions, en accord avec l’auteur, on vous propose la 1ere partie de l’article ici. Vous pouvez lire la suite en français derrière ce lien en vous abonnant au site Boosty de Dmitry Orlov.