Persécution de RT, selon Žižek

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2609

Persécution de RT, selon Zizek

2 février 2022 (20H00) – Slavoj Žižek, le « philosophe le plus dangereux de l'Occident » comme il a été qualifié et comme lui-même aime souvent à le rappeler, a parlé à RT (ex-‘Russia Today’) de la situation de RT en Occident. Lui-même, Žižek, est un collaborateur régulier de RT qui est bien loin, précision utile, de partager tous les thèmes et engagements de la “ligne russe”. Il n’hésite pas à l’affirmer sans ambages et on comprend aussitôt qu’il s’agit d’un hommage à RT, je dirais que cela est perçu comme l’expression de la remarquable considération où il tient la chaîne russe :

« La chaîne est persécutée non pas parce qu’elle fait de la “propagande russe”, mais parce qu'elle donne la parole à des opinions marginalisées, affirme le philosophe. [...]

» “Laissez-moi être très clair : il m’arrive souvent d’être en désaccord avec..., – appelons cela la ‘ligne russe’, si vous voulez, – avec ce qui est diffusé sur RT... Mais finalement, avec mon propre cas justement, on doit bien comprendre qu’il y a de nombreux sujets sur lesquels je ne peux exprimer ce que je pense que parce que je peux mettre ces opinions dans les commentaires que je publie sur RT”. »

L’appréciation ne plaira pas à tout le monde. RT, ex-‘Russia Today’, est l’objet d’une chasse féroce dans de nombreux pays du bloc-BAO depuis au moins les débuts de la crise de l’Ukraine en 2014, où l’on est passé au stade de la tentative d’anéantissement dans la bataille contre RT. Le texte cité ici rappelle le dernier épisode en date, qui se déroulait en décembre avant un rebond qui est de la plus complète actualité puisque d’aujourd’hui même :

« L’acte d'hostilité le plus récent à l’encontre de RT a eu lieu en décembre dernier, lors du lancement de la nouvelle chaîne en langue allemande RT-DE, qui fonctionne 24 heures sur 24. La page YouTube de la chaîne a été bloquée le jour du lancement, tandis que l'émission elle-même a été retirée de l'antenne par l’opérateur européen de télévision par satellite Eutelsat peu après, sous la pression de l'autorité allemande de régulation des médias (MABB). »

Depuis, le cas a progressé, sous l’action des diverses autorités allemandes de régulation qui estimer que RT-DE est une entité entièrement allemande, donc soumise à la régulation interne allemande. Ces mises au point ont lieu aujourd’hui même, suffisamment à propos pour soutenir l’argument de Žižek.

MABB avait ainsi transféré le cas à la ZAK qui s’occupe des licences et supervisions internes, lequel ZAK qui vient d’annoncer aujourd’hui que MABB a raison et entend interrompre les émissions du canal du fait de cette situation... Réactions des Russes, les arguments allemands étant d’une hypocrisie courante, accordée au simulacre bien connu, et donc n’ayant nul besoin pour mon compte, – ce serait leur faire bien trop d’honneur, ils risqueraient de défaillir, – d’être exposés :

« RT DE productions a déclaré que “la MABB cherche à présenter faussement RT DE Productions, qui est une société de production indépendante, comme le diffuseur de la chaîne de télévision RT DE, basée à Moscou. Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi un régulateur supposé informé et indépendant chercherait à agir sur ce qui semble être des motivations purement politiques, sous les auspices d'une fausse version de la réalité, pliée à leurs intentions. En permettant à son régulateur d'agir de la sorte, l’Allemagne dit aux autres nations qui respectent les conventions européennes qu'il y a une règle pour eux et une autre pour vous.”

» Anna Belkina, rédactrice en chef adjointe de RT, a déclaré qu’“il est ironique que la simple idée qu'une nouvelle chaîne d’information télévisée avec une voix différente apparaisse en Allemagne ait rendu les autorités locales, y compris le régulateur MABB, si nerveuses et désespérées, au point d'abandonner leurs principes tant vantés comme la liberté d'expression.” [...]

» “C’est une conversation plutôt inutile [avec MABB et le reste], car nous savons parfaitement que nous diffusons depuis Moscou”, avait déclaré le PDG de RT, Alexey Nikolov, en décembre. “Le régulateur allemand nous dit que ce n’est pas vrai. Il est impossible d’argumenter avec cette logique, bien sûr. Quand une personne dit ‘cette couleur est verte’ et que l’autre dit ‘non, c’est bleu’, la seule façon civilisée de résoudre les différends est d'aller au tribunal.” »

On en revient à l’argument de Žižek, qui concerne l’attaque constante menée contre RT. Bien entendu, c’est quitter l’argument technique du jour, simple épisode légaliste d’un ensemble juridique tout entier acharné à harceler, à persécuter RT en tentant de conserver la vertu du Système pour écarter le soupçon, – horreur impensable, - de la censure. (Le gouvernement allemand prend bien soin de répéter qu’il n’a rien à voir avec cette affaire, comme l’avait déclaré la ministre des affaires étrangères Baerbock le 18 décembre dernier).

Lassé de tant de ces manœuvres dilatoires suintantes d’hypocrisie, je crois qu’il est plus sain d’entendre les considérations de Žižek qui représentent le véritable fondement de l’action occidentale contre RT.

« “L’Occident, en faisant ces démarches pour tenter d'exclure RT, affiche fondamentalement sa peur de l'influence possible de RT et même sa [reconnaissance implicite] du pouvoir de RT”, dit Žižek.

» “S’ils étaient sûrs que RT n'est qu’une propagande russe bon marché, [que] personne ne prend au sérieux, alors ils auraient dit : ‘S'il vous plaît, mon Dieu, autorisez-les’. Cela aurait dû être leur attitude et ensuite, ce serait comme écouter un vieux discours stalinien, – les gens en riraient, personne ne serait convaincu.” [...]

» RT est visé parce qu'il s'agit d'une plateforme où certains sujets que l'Occident aurait préféré garder marginalisés sont couverts, estime-t-il. Žižek, qui a été qualifié de “philosophe le plus dangereux de l'Occident”, a déclaré à RT qu'il avait lui-même été marginalisé, seule une poignée de médias ayant osé le publier.

» “Laissez-moi être très clair : il m’arrive souvent d’être en désaccord avec..., – appelons cela la ‘ligne russe’, si vous voulez, – avec ce qui est diffusé sur RT... Mais finalement, avec mon propre cas justement,  je montre bien qu’il y a de nombreux sujets sur lesquels je ne peux exprimer ce que je pense que parce que je peux mettre ces opinions dans les commentaires que je publie sur RT”. [...]

» La raison pour laquelle l’Occident réagit comme il le fait est qu’ils ont peur de quelque chose, pas tant de RT en tant que tel que du fait que quelque chose qu’ils ont essayé d’exclure secrètement de ce qu’ils considèrent comme le médium de leur propre conception de la liberté, revienne dans RT

» Žižek poursuit en affirmant que le concept de “freedom” [liberté de dire ce que l’on veut] est couramment remplacé par le concept de “liberty” [liberté de dire ce qu’il est autorisé de dire] en Occident. La “liberté” telle qu’interprétée par l’Occident permet aux individus de n’être “libres” que dans des limites strictes, alors que la liberté réelle, existentielle, est introuvable.

» “L'Occident aime permettre la marginalité, – une protestation sérieuse ici et là, – pour pouvoir dire : ‘Vous voyez, tout est possible'. Mais ils veillent à ce qu'elle reste marginale”, note le philosophe.

» “Dans notre vie quotidienne, la liberté dont nous jouissons dans une société libérale pacifique, – oui, vous êtes formellement libre, mais vous n'êtes jamais libre dans ce sens profond, existentiel, d'être confronté à des choix clairs”, a déclaré Žižek. “Nous sommes pris dans des compromis quotidiens, nous suivons ce que nous désirons, – et ce que nous désirons est déjà manipulé”. »

Le cas est simple et parfait à la fois, me semble-il, et c’est bien pour cette raison que je l’expose. Žižek est un philosophe connu aux positions tranchées, ce qui est une bonne raison pour qu’il soit “détesté” et ostracisé. Je reprends pour moi-même vis-à-vis de Žižek ce que Žižek dit de RT, « il m’arrive souvent d’être en désaccord avec..., – appelons cela la ‘ligne Žižek’, si vous voulez » ; et c’est une excellente raison pour que je me réjouisse qu’il, soit publié régulièrement par RT, alors que moi-même, comme Žižek, il m’arrive de ne pas épouser tout ce que nous dit RT tout en utilisant librement son excellent matériel d’information. Dans ces occurrences nombreuses, dans mon cas comme dans celui de Žižek, et comme Žižek lui-même le laisse entendre, toute la gloire du respect de la liberté revient à RT. C’est là que se trouve l’essentiel de ce sujet.

RT est vraiment fort bien fait. Plus qu’aucun autre réseau au monde, RT a réussi, techniquement parlant, à intégrer complètement la nouvelle formule des grands médias : d’une part produire à la fois une TV d’information en continu (ce pourrait être aussi publier un grand journal-papier) ; d’autre part publier régulièrement en ligne un site formidablement bien informé, un véritable journal quotidien touchant à l’actualité autant qu’au sujet de fond, couvrant tous les domaines, disposant d’une armée de commentateurs dont les opinions varient notablement, et dont certains, comme Žižek, sont loin d’épouser toute la ligne éditoriale de RT... Et le tout, comme on ne manque jamais de vous le dire avec un sourire entendu et méprisant, étant financé par son gouvernement [horriblement russe, sachez-le !]. RT fait, dans cette formule nouvelle de l’information, infiniment mieux que les divers ‘France-Info’, la BBC, les divers réseaux et quotidiens US, tous financés par le fric-Système (les divers gouvernements pour les uns, les puissances financières du Système pour les autres). A tous ceux-là, il manque, – et je crois intuitivement, en vieux journaliste, que c’est une cause de leur médiocrité technique dans la réalisation de leur travail, – “la gloire du respect de la liberté”.

Il y a quelque chose de vertigineux à considérer que ce phénomène qu’est RT, qui est une de mes principales sources d’information, soit l’héritier indirect du système ‘Pravda’-‘Izvestia’ de l’URSS d’où est ressorti la Russie d’aujourd’hui. Je ne vous dirais pas, durant mes années de Guerre Froide, le jugement catastrophé que j’avais sur cette presse soviétique d’alors, – vous l’imaginez aisément. Que les Russes aient réussi ce tour de force d’une telle transmutation est tout simplement prodigieux.

... Et que nous, de notre côté, nous-Occidentaux dont je ne peux entièrement me déprendre d’être avec la rage au cœur et même si je les voue aux gémonies, que nous ayons réussi à faire la cabriole inverse tout en continuant à porter beau et à nous racler la gorge d’arrogance et de contentement de soi, c’est à la fois vertigineux et prodigieux dans le sens absolument assumé de l’inversion. Je mesure cet abîme d’imposture, en consultant les ‘FactChekings’, les ‘listes noires’, les dénonciations à plume ouverte, les diffamations au nom de la vertu. Tristes balances, piètres donneuses... Je nous plains terriblement ; nous méritons notre décadence, notre catastrophe, notre effondrement.

Donations

Nous avons récolté 1665 € sur 3000 €

faites un don