“Pas une justification, une provocation...”

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4217

“Pas une justification, une provocation...”

• Noam Chomsky sur les causes profondes de la guerre Russie-Ukraine. • Chomsky estime que le « fondement » de cette guerre, un facteur qui fait défaut dans la couverture médiatique dominante, est « l'expansion de l'OTAN ». • Texte de Ramzy Baroud, ‘CommonDream.org’, 25 juin 2022.

L'une des raisons pour lesquelles les médias russes ont été complètement bloqués en Occident, ainsi que le contrôle et la censure sans précédent sur la narrativede la guerre en Ukraine, est le fait que les gouvernements occidentaux ne veulent tout simplement pas que leur public sache que le monde change énormément.

Laissons la guerre se poursuivre avec toutes ses horreurs, avec toute la destruction de l'Ukraine, et laissons-la se poursuivre jusqu'à ce que nous obtenions ce que nous voulons.

L'ignorance peut être une bénédiction, sans doute dans certaines situations, mais pas dans ce cas. Ici, l'ignorance peut être catastrophique, car le public occidental se voit refuser l'accès à l'information sur une situation critique qui l'affecte profondément et qui aura très certainement un impact sur la géopolitique mondiale pour les générations à venir.

L'inflation croissante, une récession mondiale imminente, une crise des réfugiés qui s'envenime, une crise de pénurie alimentaire qui s'aggrave et bien d'autres choses encore sont le genre de défis qui nécessitent des discussions ouvertes et transparentes concernant la situation en Ukraine, la rivalité entre l'OTAN et la Russie et la responsabilité de l'Occident dans la guerre en cours.

Pour discuter de ces questions, ainsi que du contexte manquant de la guerre Russie-Ukraine, nous nous sommes entretenus avec le professeur Noam Chomsky, considéré comme le plus grand intellectuel vivant de notre époque.

Chomsky nous a dit qu'il « devrait être clair que l'invasion (russe) de l'Ukraine n'a aucune justification (morale) ». Il l'a comparée à l'invasion américaine de l'Irak, la considérant comme un exemple de « crime international suprême ». Cette question morale étant réglée, Chomsky estime que le principal « fondement » de cette guerre, un facteur absent de la couverture médiatique dominante, est « l’expansion de l'OTAN ».

« Ce n'est pas seulement mon opinion », a déclaré Chomsky, « c'est l'opinion de tous les hauts fonctionnaires américains des services diplomatiques qui ont une quelconque familiarité avec la Russie et l'Europe de l'Est. Cela remonte à George Kennan et, dans les années 1990, à Jack Matlock, l'ambassadeur de Reagan, y compris l'actuel directeur de la CIA ; en fait, tous ceux qui s'y connaissent ont averti Washington qu'il était imprudent et provocateur d'ignorer les lignes rouges très claires et explicites de la Russie. Cela remonte bien avant (Vladimir) Poutine, cela n'a rien à voir avec lui ; (Mikhail) Gorbatchev, tous ont dit la même chose. L'Ukraine et la Géorgie ne peuvent pas rejoindre l'OTAN, c'est le cœur géostratégique de la Russie. »

Bien que diverses administrations américaines aient reconnu et, dans une certaine mesure, respecté les lignes rouges russes, l'administration de Bill Clinton ne l'a pas fait. Selon Chomsky, « George H. W. Bush ... a fait une promesse explicite à Gorbatchev que l'OTAN ne s'étendrait pas au-delà de l'Allemagne de l'Est, parfaitement explicite. Vous pouvez consulter les documents. C'est très clair. Bush l'a respectée. Mais quand Clinton est arrivé, il a commencé à la violer. Et il a donné des raisons. Il a expliqué qu'il devait le faire pour des raisons de politique intérieure. Il devait obtenir le vote polonais, le vote ethnique. Donc, il a laissé les pays dits de Visegrad entrer dans l'OTAN. La Russie l'a accepté, elle n'a pas aimé, mais elle l'a accepté. »

« Le deuxième George Bush, a soutenu Chomsky, a simplement ouvert la porte en grand. En fait, il a même invité l'Ukraine à se joindre à lui, malgré les objections de tous les hauts fonctionnaires de la diplomatie, à l'exception de sa propre petite clique, Cheney, Rumsfeld (entre autres). Mais la France et l'Allemagne ont opposé leur veto. »

Toutefois, la discussion ne s'est pas arrêtée là. L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN est restée à l'ordre du jour en raison des pressions intenses exercées par Washington.

« À partir de 2014, après le soulèvement de Maidan, les États-Unis ont commencé ouvertement, et non secrètement, à agir pour intégrer l'Ukraine dans le commandement militaire de l'OTAN, en envoyant des armements lourds et en se joignant à des exercices militaires, des entraînements militaires et ce n'était pas un secret. Ils s'en sont vantés », a déclaré Chomsky.

Ce qui est intéressant, c'est que l'actuel président ukrainien Volodymyr Zelensky « a été élu sur un programme de paix, pour mettre en œuvre ce qu'on appelait Minsk 2, une sorte d'autonomie pour la région orientale. Il a essayé de l'appliquer. Les milices d'extrême droite l'ont averti que s'il persistait, elles le tueraient. Il n'a pas eu le soutien des États-Unis. Si les États-Unis l'avaient soutenu, il aurait pu continuer, nous aurions pu éviter tout cela. Les États-Unis se sont engagés à intégrer l'Ukraine au sein de l'OTAN ».

L'administration de Joe Biden a poursuivi la politique d'expansion de l'OTAN. « Juste avant l'invasion, dit Chomsky, Biden ... a produit une déclaration commune ... appelant à étendre ces efforts d'intégration. Cela fait partie de ce qui a été appelé un ‘programme amélioré’ menant à la mission de l'OTAN. En novembre, il a été avancé vers une charte, signée par le secrétaire d'État. »

Peu après la guerre, « le département d'Etat a reconnu qu'il n'avait pas tenu compte des préoccupations de la Russie en matière de sécurité dans ses discussions avec la Russie. La question de l'OTAN, ils ne voulaient pas en discuter. Tout cela est une provocation. Pas une justification mais une provocation et il est assez intéressant de constater que dans le discours américain, il est presque obligatoire de se référer à l'invasion comme à “l'invasion non provoquée de l'Ukraine”. Cherchez sur Google, vous trouverez des centaines de milliers de réponses. »

Chomsky a poursuivi : « Bien sûr, elle a été provoquée. Sinon, ils n'y feraient pas référence tout le temps comme à une invasion non provoquée. À l'heure actuelle, la censure aux États-Unis a atteint un tel niveau qu'elle dépasse tout ce que j'ai connu de mon vivant. Un tel niveau que vous n'êtes pas autorisé à lire la position russe. Littéralement. Les Américains ne sont pas autorisés à savoir ce que les Russes disent. Sauf certaines choses. Donc, si Poutine fait un discours aux Russes avec toutes sortes de revendications farfelues sur Pierre le Grand et ainsi de suite, alors, vous le voyez en première page. Si les Russes font une offre pour une négociation, vous ne pouvez pas la trouver. C'est supprimé. Vous n'êtes pas autorisé à savoir ce qu'ils disent. Je n'ai jamais vu un tel niveau de censure. »

Concernant son point de vue sur les scénarios futurs possibles, Chomsky a déclaré que « la guerre se terminera, que ce soit par la diplomatie ou non. C'est juste de la logique. Si la diplomatie a un sens, cela signifie que les deux parties peuvent la tolérer. Ils n'aiment pas ça, mais ils peuvent le tolérer. Ils n'obtiennent pas tout ce qu'ils veulent, ils obtiennent quelque chose. C'est ça la diplomatie. Si vous refusez la diplomatie, vous dites : “Laissez la guerre se poursuivre avec toutes ses horreurs, avec toute la destruction de l'Ukraine, et laissons-la se poursuivre jusqu'à ce que nous obtenions ce que nous voulons”. »

Par “nous”, Chomsky faisait référence à Washington, qui veut simplement « “nuire à la Russie si sévèrement qu'elle ne pourra plus jamais entreprendre de telles actions”. Eh bien, qu'est-ce que cela signifie ? C'est impossible à réaliser. Donc, cela signifie, continuons la guerre jusqu’à ce que l'Ukraine soit dévastée. C'est la politique américaine. » 

La plupart de ces propos ne sont pas évidents pour le public occidental, simplement parce que les voix rationnelles ne sont « pas autorisées à parler » et parce que « la rationalité n'est pas permise ». C'est un niveau d'hystérie que je n'ai jamais vu, même pendant la Seconde Guerre mondiale, dont je suis assez vieux pour me souvenir très bien."

Alors qu'une autre compréhension de la guerre dévastatrice en Ukraine est interdite, l'Occident continue de ne proposer aucune réponse sérieuse ni aucun objectif réalisable, laissant l'Ukraine dévastée et les causes profondes du problème en place. « C'est la politique américaine », en effet.

Ramzy Baroud