Oups ? Soros & Koch vs. interventionnisme US...

Brèves de crise

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2823

Oups ? Soros & Koch vs. interventionnisme US...

Difficile à penser, à croire, à commenter, voire à hésiter et à mâchouiller en attendant... Caitline Johnstoneelle-même n’en revient pas et hésite zn toute ingénuité ironique à se prononcer. Il reste qu’il y a bien un article du  Boston Globe qui nous informe que Soros (ploutocrate nettement de gauche, pro-guerre) et un des frères Koch (Charles, l’un des deux ploutocrates nettement de droite, pro-guerres) se sont associés ($500 000 de chaque côté) pour fonder le Quincy Institute à Washington, dont la ligne politique est de faire cesser les “guerres sans fin” que mènent les USA partout dans le monde. On s’affiche purement anti-interventionniste, de quoi ravir Tulsi Gabbard.

Diverses réactions tweetées, dans tous les sens, mais avec une bonne dose d’incrédulité, de méfiance sinon de défiance. Un tweet relève tout de même que parmi les autres co-fondateurs, on trouve Trita Parsi, expert d’origine iranienne bien connu pour ses prises de position antiguerre, notamment contre une possible attaque contre l’Iran.

Impossible d’en dire plus, sinon que nous sommes dans une époque étrange où nous n’avons pas fini d’être étonnés... Au reste, il n’y a évidemment rien à perdre puisque les deux hommes sont (étaient ?) des pro-guerres affichés et qu’ils n’ont besoin d’aucune ruse pour faire leur besogne. Comme dit Johnstone, il nous suffit d’attendre pour voir ce que ce Quincy Institute produira. Effectivement, du point de vue de l’antiSystème qui n’a pas l’intention de juger quoi que ce soit de quelque chose qui n’a pas encore été fait, il suffit d’attendre et de juger sur pièces si pièces il y a ; et après tout, si Soros-Koch veulent soutenir Gabbard dans sa campagne antiguerre, ainsi soit-il...

Johnstone le 1erjuillet :

 « Si vous m'aviez demandé à quelle nouvelle je m’attendais le moins en passant en revue l’actualité ce matin, l’idée selon laquelle “des ploutocrates diaboliques d’horizons politiques opposés s’unissent pour tenter de mettre fin aux guerres sans fin de l’Amérique” aurait probablement été parmi mes premières. Et pourtant, bizarrement, c’est bien le cas.
» Un nouvel article du Boston Globe intitulé “Dans un revirement étonnant, George Soros et Charles Koch font équipe pour mettre fin à la politique de ‘guerre sans fin’ des États-Unis” rapporte que les deux milliardaires influents ont investi un demi-million de dollars chacun pour créer un nouveau groupe de réflexion à Washington DC avec l'objectif de faire exactement le contraire de ce que font normalement les think tanks washingtoniens financés par des milliardaires.
» “En plus d'être milliardaires et de dépenser une grande partie de leur fortune pour promouvoir les causes des animaux de compagnie, le financier de gauche George Soros et les frères Koch ultra-conservateurs ont peu en commun”, commence l’article. “Ils pourraient même être considérés comme diamétralement opposés. Soros est un vieux progressiste de type New Deal. Les frères Koch sont des extrémistes de droite qui rêvent de réduire les impôts et de démanteler le gouvernement. Ils ont maintenant trouvé un terrain d'entente : les États-Unis doivent mettre fin à leur ‘guerre sans fin’ et adopter une politique étrangère entièrement nouvelle.”
» “Concrètement, cela signifie que le Quincy Institute préconisera probablement le retrait des troupes américaines d'Afghanistan et de Syrie, un retour à l'accord nucléaire avec l'Iran, des approches moins conflictuelles avec la Russie et la Chine, la fin des campagnes de changement de régime contre le Venezuela et Cuba, et des réductions importantes du budget de la défense”, peut-on lire dans cet article. [...]

» ... Si vous êtes intéressé à voir les événements mondiaux à travers une lentille qui n'est pas contaminée par une gestion narrative corrompue, un certain scepticisme à l'égard de ce nouvel Institut Quincy n'est pas seulement approprié, mais absolument nécessaire.
» Le terme ‘think tank’ désigne presque toujours un groupe d'universitaires engagés par des ploutocrates pour trouver les raisons pour lesquelles il est très bon et intelligent de faire quelque chose de très mauvais et de très stupide, puis de vendre ces raisons à des points d'influence puissants. Ce sont des outils-clef de gestion narrative pour la classe des milliardaires, et les intérêts de la classe des milliardaires sont rarement alignés sur ceux des gens ordinaires. C'est particulièrement vrai lorsque ces milliardaires opèrent de manière bipartisane.
» Mais la bonne nouvelle, c'est que tout ce que nous avons à faire pour connaître la vérité sur les objectifs de ce nouveau groupe, c'est de surveiller son comportement au fil du temps et de prêter attention à qui profite des narrative qu'il finira par favoriser. Il suffit de noter mentalement les informations que vous avez à ce sujet maintenant, et de prêter attention à ce qui se passe quand vous voyez les mots “Quincy Institute” dans les rapports de la classe politique/médiatique à l'avenir. Si ce groupe de réflexion est ce qu'il prétend être, nous le verrons avec le temps dans les effets qu'il aura sur les discours dominants et les politiques gouvernementales. Si ce n'est pas le cas, nous le verrons aussi. »

 

Mis en ligne le 3 juillet 2019 à 14H15

Donations

Nous avons récolté 572 € sur 3000 €

faites un don