Nous allons libérer l’Ukraine! Certes, mais qui en Ukraine allons-nous libérer?

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 599

…En d’autres mots: l’“Ouest”, d’un seul mouvement, se lève pour prendre l’Ukraine dans son sein, dans l’OTAN, dans l’UE, dans tout ce que vous voulez, dans le Manchester United ou le dans le Standard de Liège puisqu’on y est, pourvu qu'il échappe, ce beau pays, aux griffes de Moscou! Mais quelle Ukraine? Celle du président Ioutchenko, bien sûr, l’homme de la “révolution oranger”, l’homo democraticus par excellence selon l’“Ouest”? Le problème est qu’aujourd’hui même, lorsque le président Ioutchenko convoque l’habituel conseil des ministres du mercredi, 11 des 12 ministres du gouvernement de la sémillante Première ministre Tymochenko boycottent la réunion, et Ioutchenko fait à conseil des ministres à deux. C’est peu.

C’est un coup d’Etat, proclame Ioutchenko, un coup d’Etat du Parlement («“A political and constitutional coup d'etat has started in the parliament,” Mr Yushchenko said in a televised speech», selon une analyse de BBC.News, aujourd’hui 3 septembre). En effet, non seulement l’opposition, mais une partie importante, voire écrasante du gouvernement lui-même et sa base parlementaire se liguent contre Ioutchenko. Bref, le Président est complètement en minorité au Parlement, qui menace de voter des mesures pour restreindre ses pouvoirs, et cela, en langage de la “révolution orange” qui précède l’entrée dans l’OTAN, cela s’appelle un “coup d’Etat”. Du point de vue de la popularité du président Ioutchenko, nous avons compris qu’elle se situe entre 0% et 9,99% des personnes consultées («The BBC's Russian affairs analyst Steven Eke says Mr Yushchenko's popularity is at rock bottom at the moment with opinion polls giving him single-digit levels of support.»)

Voyons ce qu’on nous dit des derniers événements:

«Ukrainian President Viktor Yushchenko has threatened to dissolve parliament and call elections after the collapse of the country's ruling coalition.

»Mr Yushchenko's supporters walked out in protest following new laws trimming the president's powers. The laws were introduced by the pro-Russian opposition and backed by Prime Minister Yulia Tymoshenko's party.

»Former allies, the prime minister and president are now at odds despite sharing pro-Western political goals. All but one of 12 ministers from Mr Yushchenko's party boycotted Wednesday's cabinet meeting.

»“A political and constitutional coup d'etat has started in the parliament,” Mr Yushchenko said in a televised speech. “I will use my right to dissolve parliament and decree early elections if a new coalition is not formed within 30 days,” he said.

»But Ms Tymoshenko blamed her rival for the chaos, vowing that the Ukrainian cabinet would continue its work despite the break-up of the coalition. “I am sorry that the president behaves irresponsibly,” she said at a cabinet meeting. “The coalition was destroyed under his instruction.”»

Ainsi donc, l’“Ouest” se mobilise au nom d’un homme, le président Ioutchenko, qui a une opposition pro-russe et anti-OTAN dans son Parlement, qui a accusé dernièrement Tymochenko, la Première ministre normalement du côté de la majorité présidentielle, de “trahison” parce qu’elle ne serait pas du tout fondamentalement opposée à la Russie et qu’elle serait plutôt tiède pour ce qui est de l’entrée de l’OTAN (Tymochenko songe à la prochaine élection présidentielle), – tout cela donnant une majorité anti-Ioutchenko, et donc opposée à l’entrée dans l’OTAN selon les normes démocratiques, au Parlement. La population reste largement opposée à l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN. Quand le USS Dallas de l'U.S. Coast Guard, en mission d’aide humanitaire pour les USA en Géorgie, fait une escale de “bon voisinage” à Sébastopol (en Crimée, Ukraine comme chacun sait), venant d’un port en Géorgie, il est accueilli par une manifestation hostile des habitants russes, majoritaires à Sébastopol.

Sérieusement, l’“Ouest”, qui allons-nous faire entrer dans l’OTAN? Ioutchenko tout seul, et on dira que c’est l’Ukraine, d’accord? Normalement, Cheney, qui doit arriver en Ukraine dans les 24 heures en visite de soutien pour le courant populaire massif favorable à l’entrée dans l’OTAN, devrait remettre tout cela au net.


Mis en ligne le 3 septembre 2008, à 17H13