Notre péché est notre honte

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 5046

Notre péché est notre honte

5 décembre 2022 (21H10) – On s’est déjà attaché, sur ce site et même sous ma plume, à l’explication satisfaite du “roi du chocolat” qui fut président durant un mandat, le ci-devant Porochenko nous expliquant qu’il n’avait signé les accords de Minsk que pour gagner du temps et ainsi permettre à l’Ukraine de s’“otaniser” et de se construire une armée absolument capable d’écraser la Russie. (C’était le 18 juin 2022, – on a le 18-juin qu’on peut, – et le 4 juillet 2022, – on a le 4-juillet qu’on peut.) Il est effectivement question de cet “aveu” d’un Porochenko qui ne se sent coupable de rien, – “Des accords de Minsk pour préparer la guerre”, beau titre n’est-ce pas, – dans l’excellentissime texte de Scott Ritter repris ci-dessous.

Qu’est-ce qu’il nous dit, Ritter ? Eh bien, rien que nous ne sachions déjà, mais rangé selon une logique différente qui devient l’évidence, et moi-même j’avoue en être resté stupéfait de n’y avoir pas pensé dans cet ordre, aussi nettement veux-je dire. Il y a, de ce fait, une bien grande honte aujourd’hui, à être Occidental et, pour mon cas, à être Français. Il suffit de suivre ce que Merkel a confié au ‘Spiegel’, où il lui a bien fallu défendre les accords de Minsk sans trop s’attarder sur l’obligation où elle se trouvait, avec les Français, de forcer les Ukrainiens du “roi du chocolat” à appliquer ces accords, – c’est-à-dire envoyer aux habitants du Donbass des manuels de langue russes autorisées plutôt que des obus de155mm (déjà ceux des HIMARS ?).

Un peu gênée, la Merkel, en bonne universitaire de l’ex-Stasi et correspondante régulièrement écoutée par la NSA, s’est parée des lorgnons et du chapeau strict de Neville Chamberlain... Dans la pièce, Poutine c’est Hitler-sans-moustache, et Macron le “en-même-temps” de la fiesta, à la fois Pétain et de Gaulle... Mais non, d’ailleurs ! Suis-je bête, c’était le président-poire, le Hollande en tulipes qui était de service, mais ils se ressemblent tous vous savez, qu’on peut les mettre ensemble et les inter-changer sans bousculer personne...

Voici ce que nous explique alors Ritter :

« Le résultat de cette analogie est stupéfiant. Oubliez, pour un instant, le fait que Mme Merkel comparait la menace posée par le régime nazi d'Hitler à celle de la Russie de Vladimir Poutine, et concentrez-vous plutôt sur le fait que Mme Merkel savait qu'inviter l'Ukraine à rejoindre l'OTAN déclencherait une réponse militaire russe.

» Plutôt que de rejeter complètement cette possibilité, Mme Merkel a mené une politique visant à rendre l'Ukraine capable de résister à une telle attaque.

» La guerre, semble-t-il, était la seule option envisagée par les adversaires de la Russie. »

L’analyse de Scott Ritter est très intéressante. Au lieu de suivre la logique lénifiante des Français et des Allemands qui plaidaient en 2014-2015 pour un arrangement en croyant, – selon leurs dires, – “protéger” l’Ukraine (sans le dire mais en le sous-entendant : d’une prétendue menace russe), sans s’interroger une seconde, ni sur les circonstances du coup d’État de Kiev (le Maidan de février 2014) ni sur le sort des russophones du Donbass régulièrement canonnés, Ritter nous fait réaliser combien effectivement cet accord de Minsk préparait l’Ukraine à une guerre ; et non pas une guerre dont l’Ukraine était menacée, mais bien une guerre que l’Ukraine serait prête à affronter, sinon à mener puisqu’on lui préparait une armée super-“otanisée”...

(Note de PhG-Bis : « Je doute, pour mon compte, que ces deux-là, Merkel et Hollande-Macron, aient eu des ambitions “impériales” type-neocon à l’encontre de la Russie. Tout juste s’ils susurraient entre eux une romance sur “les droits de l’homme” et des minorités à la mode. Je dirais volontiers  que PhG pense comme cela, d’où sa conclusion sur la sottise et la lâcheté... »)

C’est-à-dire que Ritter nous place devant nos responsabilités par rapport aux évènements en cours actuellement en Ukraine, et aux conséquences à venir. L’histoire, si elle est réaliste et sérieuse, dira qu’effectivement l’Allemagne de Merkel et la France de Hollande-Macron (c’est-à-dire : pas n’importe quelle Allemagne ni n’importe quelle France, mais Allemagne et France postmodernes et déconstruites), – elle dira que ces deux-là, bien, plus que les USA, sont les responsables des horreurs que nous vivons aujourd’hui.

Ce ne sont ni l’impérialisme ni l’expansionnisme qui sont convoqués au tribunal de l’histoire, c’est cet Hydre à deux faces mille fois jaillies : la sottise et la lâcheté. Ce triste cortège, encore plus que notre vassalité et notre servilité à l’égard des brutes d’outre-Atlantique qui se prennent pour des Romains, est notre honte et notre péché à la fois.

Scott Ritter a écrit ce texte pour ‘ConsortiumNews’ le 5 décembre 2022.

Semper-Phi – PhG

_________________________

 

 

Le péché originel du “Collective West

Les récents commentaires de l'ancienne chancelière allemande Angela Merkel ont mis en lumière la duplicité du jeu joué par l'Allemagne, la France, l'Ukraine et les États-Unis avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février.

Alors que le soi-disant “Occident collectif” (les États-Unis, l'OTAN, l'UE et le G7) continue de prétendre que l'invasion de l'Ukraine par la Russie était un acte d’“agression non provoquée”, la réalité est bien différente : La Russie avait été dupée en croyant qu'il existait une solution diplomatique à la violence qui avait éclaté dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, à la suite du coup d'État de Maidan à Kiev en 2014, soutenu par les États-Unis.

Au lieu de cela, l'Ukraine et ses partenaires occidentaux ne faisaient que gagner du temps jusqu'à ce que l'OTAN puisse développer une armée ukrainienne capable de capturer le Donbass dans son intégralité, ainsi que d'évincer la Russie de Crimée.

Dans une interview accordée la semaine dernière à Der Spiegel, Mme Merkel a fait allusion au compromis de Munich de 1938. Elle a fait une analogie avec les choix que l'ancien Premier ministre britannique Neville Chamberlain a dû faire face à l'Allemagne nazie, dans le fait de sa décision de s’opposer à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, lorsque la question a été soulevée lors du sommet de l'OTAN à Bucarest en 2008.

En s'abstenant d’adhérer à l’OTAN, puis en faisant pression en faveur des accords de Minsk, Mme Merkel pensait gagner du temps pour que l'Ukraine puisse mieux résister à une attaque russe, tout comme M. Chamberlain pensait gagner du temps pour que le Royaume-Uni et la France puissent rassembler leurs forces contre l'Allemagne hitlérienne.

Le résultat de cette analogie est stupéfiant. Oubliez, pour un instant, le fait que Mme Merkel comparait la menace posée par le régime nazi d'Hitler à celle de la Russie de Vladimir Poutine, et concentrez-vous plutôt sur le fait que Mme Merkel savait qu'inviter l'Ukraine à rejoindre l'OTAN déclencherait une réponse militaire russe.

Plutôt que de rejeter complètement cette possibilité, Mme Merkel a mené une politique visant à rendre l'Ukraine capable de résister à une telle attaque.

La guerre, semble-t-il, était la seule option envisagée par les adversaires de la Russie.

Poutine : Minsk était une erreur

Les commentaires de Mme Merkel sont parallèles à ceux que l'ancien président ukrainien Petro Porochenko a faits en juin à plusieurs médias occidentaux. “Notre objectif”, a déclaré Porochenko, “était d'abord de mettre fin à la menace, ou du moins de retarder la guerre, de s'assurer huit ans pour rétablir la croissance économique et créer des forces armées puissantes”. Porochenko a clairement indiqué que l'Ukraine n'était pas venue de bonne foi à la table des négociations sur les accords de Minsk.

C'est un constat que Poutine a également fait. Lors d'une récente réunion avec les épouses et les mères des troupes russes combattant en Ukraine, y compris quelques veuves de soldats tombés au combat, Poutine a reconnu que cela avait été une erreur d'accepter les accords de Minsk et que le problème du Donbass aurait dû être résolu par la force des armes à ce moment-là, surtout compte tenu du mandat que lui avait confié la Douma russe concernant l'autorisation d'utiliser les forces militaires russes en “Ukraine”, et pas seulement en Crimée.

La prise de conscience tardive de Poutine devrait donner des frissons à tous ceux qui, à l'Ouest, croient à tort qu'il est possible de parvenir à un règlement négocié du conflit russo-ukrainien.

Aucun des interlocuteurs diplomatiques de la Russie n'a fait preuve d'un minimum d'intégrité lorsqu'il s'agit de manifester un véritable engagement en faveur d'une résolution pacifique des violences ethniques qui ont émané des événements sanglants du Maïdan en février 2014, qui ont renversé un président ukrainien démocratiquement élu et certifié par l'OSCE.

Réponse à la résistance

Lorsque les russophones du Donbass ont résisté au coup d'État et défendu cette élection démocratique, ils ont déclaré leur indépendance de l'Ukraine. La réponse du régime putschiste de Kiev a été de lancer contre eux une attaque militaire vicieuse de huit ans qui a tué des milliers de civils. Poutine a attendu huit ans pour reconnaître leur indépendance, puis a lancé une invasion à grande échelle du Donbass en février.

Il avait auparavant attendu dans l'espoir que les accords de Minsk, garantis par l'Allemagne et la France et approuvés à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU (y compris par les États-Unis), résoudraient la crise en accordant au Donbass une autonomie tout en restant partie intégrante de l'Ukraine. Mais Kiev n'a jamais appliqué les accords et n'a pas été suffisamment pressé par l'Occident pour le faire.

Le détachement dont a fait preuve l'Occident, alors que chaque pilier de la légitimité perçue s'effritait, – des observateurs de l'OSCE (dont certains, selon la Russie, fournissaient à l'armée ukrainienne des renseignements ciblés sur les forces séparatistes russes) ; au format Normandie réunissant l'Allemagne et la France, qui était censé garantir l'application des accords de Minsk; aux États-Unis, dont l'assistance militaire “défensive” autoproclamée à l'Ukraine de 2015 à 2022 n'était guère plus qu'un loup déguisé en mouton, – tout cela a mis en évidence la dure réalité: il n'y aurait jamais eu de règlement pacifique des problèmes qui sous-tendent le conflit russo-ukrainien.

Et il n'y en aura jamais.

La guerre, semble-t-il, était la solution recherchée par "l'Occident collectif", et la guerre est la solution recherchée par la Russie aujourd'hui.

Qui sème le vent récolte la tempête.

À la réflexion, Mme Merkel n'avait pas tort de citer Munich 1938 comme antécédent de la situation en Ukraine aujourd'hui. La seule différence est qu'il ne s'agissait pas de nobles Allemands cherchant à repousser les Russes brutaux, mais plutôt d’Allemands (et d'autres Occidentaux) fourbes cherchant à tromper des Russes crédules.

Cela ne se terminera pas bien pour l'Allemagne, l'Ukraine ou tous ceux qui se sont enveloppés dans le manteau de la diplomatie, tout en cachant l'épée qu'ils tenaient derrière leur dos.

Scott Ritter

Donations

Nous avons récolté 1895 € sur 3000 €

faites un don