Noosphère, VI : Mythologies trinitaires

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1405

Noosphère, VI : Mythologies trinitaires

Il n’y a qu’une seule mythologie trinitaire qui mérite d’être discutée, et c’est le christianisme. Le Dieu chrétien est la Sainte Trinité, composée du Père (le vieux Dieu hébreu), du Fils (Jésus-Christ) et du Saint-Esprit. Dieu le Père est arrivé par l’intermédiaire des textes sacrés juifs, qui se sont trouvés être à vendre juste au moment où le christianisme a commencé à se développer, les Juifs venant de perdre une sale guerre contre les Romains, qui les ont ensuite délogés (encore une fois) de Palestine. Avant d’acheter en gros les textes sacrés juifs, les chrétiens étaient considérés par d’autres sectes, plus instruites, comme « un peuple sans livre ».

L’incorporation des textes sacrés juifs dans la secte chrétienne naissante était en quelque sorte une bénédiction mitigée, car ces textes sont criblés de contradictions internes. Prenons, par exemple, l’exemple assez simple du meurtre. L’Exode 20:13 est très clair sur ce point : « Tu ne commettras pas de meurtre ». Cela concorde assez bien avec les enseignements du Christ, qui vont tout à fait dans le sens opposé au meurtre : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. » [Luc 6:27-28] La justification d’une telle indulgence est que pour punir il faut d’abord juger et que juger est une prérogative de Dieu que les chrétiens ne doivent pas usurper : « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. » [Matthieu 7:1]

Vous pourriez vous exclamer : “Ce n’est pas une façon de gérer un bordel digne de ce nom”, et vous auriez raison, bien sûr. Et c’est ici que l’Ancien Testament a été très utile pour subvertir l’enseignement chrétien originel et le faire servir aux besoins non seulement des tenanciers de bordels mais aussi des empereurs sanguinaires, des maniaques de l’homicide et des oligarques rapaces. Dans l’Exode, qui nous exhorte à ne pas tuer, il est dit ceci : « Quiconque couchera avec un animal sera mis à mort ». [Exode 22:19] Zoophiles, prenez garde ! L’adultère est également un crime capital : « Si un homme commet un adultère avec la femme de son prochain, l’adultère et la femme adultère seront mis à mort. » [Lévitique 20:10] Tout comme l’homosexualité  : « Si un homme couche avec un mâle comme avec une femme, tous deux ont commis une abomination ; ils seront mis à mort » [Lévitique 20:13].

Jésus (selon l’interprétation des auteurs de l’Évangile, quels qu’ils soient) a pris soin de ne pas se présenter comme une sorte de dissident de cette orthodoxie de l’Ancien Testament :  « Ne croyez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu les abolir, mais les accomplir. » [Matthieu 5:17] Sans doute, ce brin de conformisme avait-il beaucoup à voir avec le terrain miné suivant contenu dans le Deutéronome 13 « Si un prophète… apparaît au milieu de vous et vous annonce un signe ou un prodige, et… dit : “Suivons d’autres dieux”…. “et adorons-les”, vous ne devez pas écouter les paroles de ce prophète ou de ce rêveur… Ce prophète ou ce rêveur doit être mis à mort pour avoir incité à la rébellion contre le Seigneur ton Dieu… Vous devez purger le mal au milieu de vous ». Par conséquent, comme le prouvent plusieurs fragments de papyrus sur lesquels les paroles du Christ avaient été consignées, et qui sont antérieurs de plusieurs décennies aux Évangiles, Jésus était plutôt réticent à l’idée de se faire appeler Dieu. Selon ces fragments, la version originale de « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » [Marc 12:17] se terminait par « et à moi ce qui est à moi ».

Vous voyez, la vieille foi hébraïque consiste à tuer, à tuer, puis à tuer encore. Mais tu ne tueras pas, attention ! Les chrétiens auraient peut-être mieux fait de laisser ces textes sacrés hébreux pourrir dans le fossé où les Romains les avaient jetés. Il s’est avéré que toute personne sachant lire pouvait trouver une citation justifiant à peu près n’importe quelle sorte de meurtre et de mutilation et passer directement à l’acte, en la faisant précéder de “car il est écrit…” et en l’accompagnant d’un certain remuement de doigt bien-pensant. Au cours des siècles, beaucoup de sang a coulé pour des questions doctrinales apparemment stupides qui semblaient très importantes à l’époque, et toute l’histoire des hérésies chrétiennes et des efforts inlassables déployés pour les fomenter puis les réprimer constitue une lecture très étrange. Aujourd’hui encore, des sectes telles que les Témoins de Jéhovah (interdits dans la Fédération de Russie, je suis légalement tenu de le mentionner) sont équipées de citations bibliques pour toutes les occasions et les manient de manière experte pour embobiner tous ceux qui leur tombent sous la main.

Et pourtant, à partir de matériaux de construction aussi défectueux, les théologiens chrétiens ont réussi à construire une structure étonnamment solide qui a résisté à l’épreuve du temps. Ils y sont parvenus en utilisant l’élément structurel le plus solide fourni par la nature : le triangle, alias la Sainte Trinité. Jésus-Christ est le fils de Dieu le Père qui a fécondé la Vierge Marie par l’intermédiaire du Saint-Esprit. Jésus est donc un Dieu, mais aussi un être humain en chair et en os, à la fois mortel (il meurt sur la croix) et immortel (il ressuscite d’entre les morts trois jours plus tard). Bien que, durant sa vie terrestre, Jésus se soit qualifié de « Fils de l’homme », il a clairement obtenu une promotion après son sacrifice sur la croix : « …le Fils de l’homme sera assis à la droite de la puissance de Dieu ». [Luc 22:69]. Jésus est un Dieu tout à fait inhabituel : la plupart des dieux exigent que vous leur fassiez des sacrifices, alors que Jésus s’est sacrifié (en mourant sur la croix) pour vous, afin que vous puissiez entrer dans le Royaume des Cieux et obtenir la vie éternelle. Dieu le Père n’a pas « engendré » Jésus, malgré la malencontreuse traduction anglaise du terme grec monogènes par « seul engendré » [Jean 3:16], alors que le sens correct est « unique, le seul de son espèce ». Ainsi, le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont les trois sommets d’un triangle et les trois manifestations différentes d’un seul et même Dieu singulier.

L’Esprit Saint joue un rôle déterminant dans tout cela. C’est l’Esprit Saint qui a fécondé la Vierge Marie qui a ensuite donné naissance à Jésus-Christ. Cela permet d’éviter le problème de Dieu le Père qui engendre des enfants à la manière des païens ; si c’était le cas, pourquoi n’y aurait-il pas de nombreux petits Jésus courant dans tous les sens avec Dieu le patriarche les regardant d’un air approbateur en disant « Le fruit de mes entrailles » ? Zeus, par exemple, était l’heureux père de six enfants : Artémis, Apollon, Hermès, Athéna, Arès et Aphrodite. (Si j’étais Zeus, je serais tout à fait insupportablement fier d’une progéniture aussi illustre et célèbre et je montrerais constamment leurs photos aux étrangers, les régalant des récits de leurs exploits). Mais la relation entre Dieu le Père et la Vierge Marie est purement spirituelle et indirecte : l’incarnation d’une partie de la trinité (Jésus) a été médiatisée par une autre (le Saint-Esprit). Ainsi, la relation père-fils entre deux parties de la Sainte Trinité est strictement métaphorique et existe purement au niveau des archétypes humains plutôt que comme une question de généalogie divine.

Le Saint-Esprit est rarement exploré en détail, et c’est regrettable, car c’est la partie de la Sainte Trinité qui joue le plus grand rôle dans la vie des chrétiens – à travers les sacrements. Il entre dans les enfants (et, chez les anabaptistes, dans les adultes) lors du baptême, bannissant les démons qui les ont possédés jusque-là. Il transforme le pain et le vin en corps et en sang du Christ pour qu’ils puissent les consommer pendant la communion : non seulement le Dieu chrétien est sacrifié pour nous sauver (au lieu que, comme avec la plupart des divinités, nous lui fassions des sacrifices pour nous attirer les faveurs divines), mais nous pouvons aussi manger notre Dieu, devenant dans une certaine mesure ce que nous mangeons. Ainsi, l’Esprit Saint nous offre une expérience directe de l’une des trois manifestations de Dieu : un sixième sens pour la présence du divin.

Il peut s’agir, bien sûr, de rituels creux dépourvus de contenu spirituel, mais si ce n’est pas le cas, ils peuvent, chez certaines personnes, se développer en un sens réel qui nous permet de sentir le Saint-Esprit couler en nous et de sentir sa présence (et, peut-être encore plus important, son absence) chez les autres, creusant des canaux pour le flux de l’empathie. Bien sûr, rien de tout cela ne pourra jamais être prouvé : en vertu d’une politique divine stricte, Dieu ne se présente jamais aux incroyants, sceptiques et autres qui doutent. Quelle que soit leur position, la présence de l’Esprit Saint fait que les personnes atteintes de possession démoniaque se déforment gravement, et c’est toujours amusant à regarder, aussi cruel que cela puisse être. Quoi qu’il en soit, toute action observée du Saint-Esprit peut toujours être expliquée à l’aide d’un ensemble standard d’explications comprenant l’effet placebo, l’auto-hypnose, les soucoupes volantes et/ou le gaz des marais, la raison humaine étant une petite pute en chaleur toujours prête à rendre service.

Le modèle 1+1+1=1 peut sembler être un peu un Rube Goldberg comparé à d’autres mythologies religieuses plus simples, mais il s’est avéré être remarquablement stable. Il faut se rappeler qu’il est apparu à une époque de concurrence extrême entre les mythologies religieuses. Le nombre de cultes différents au sein de l’Empire romain, la plupart païens, certains monothéistes, se comptait par centaines, et tout ce que les Romains demandaient était que chacun honore ses dieux. Mais cette structure mythique chrétienne d’un Dieu unique combinant trois manifestations différentes qui incluent les archétypes du père et du fils, un dieu comestible qui vous est sacrifié et un esprit qui vous habite et habite les vôtres à un excellent effet a fait exploser l’Empire romain. L’empire romain occidental a fini par être abandonné. La vieille Rome s’est retrouvée coincée dans une boucle du Jour de la marmotte, recyclant sans cesse le vieil égrégore fatigué de l’empereur romain sous la forme du pape, le Vatican revendiquant l’extrême prétention d’être le seul bureau de vente de Dieu et le seul concessionnaire autorisé de biscuits de communion sur Terre. Pendant ce temps, le nouvel empire chrétien s’est installé à Constantinople, la nouvelle Rome des Romei, où il a poursuivi sa route pendant mille ans, exerçant une influence majeure sur une grande partie du reste de l’Eurasie.

Ce trépied de spiritualité a résisté à l’épreuve du temps, bien qu’il ait été remis en question de temps à autre par diverses hérésies et schismes. L’une des principales causes de ces hérésies était liée à la double nature paradoxale du Christ : comment quelqu’un peut-il être simultanément un humain et un dieu ? Certains passages de l’Évangile ont donné à réfléchir. Par exemple, il y a ceci : « Il s’avança encore un peu, tomba sur sa face et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi. » [Matthieu 26:39] Ici, l’une des manifestations de Dieu demande à une autre d’être épargnée d’une mort atroce, qui choisit en retour de garder un silence implacable. Ressentir de l’inquiétude – une émotion humaine – est indigne d’un Dieu tout-puissant. Certains hérétiques ont donc décidé que le Christ était purement divin (docétisme), d’autres qu’il n’était pas aussi divin que Dieu le Père mais plutôt humain (arianisme) et quelques-uns qu’il n’était ni pleinement divin ni pleinement humain (apollinarisme). Mais ceux-ci ont fini par être combattus et le paradoxe central du christianisme – un Dieu pleinement divin qui est aussi humain que vous et moi – est resté en place depuis près de deux millénaires maintenant.

Les schismes sont une autre histoire, et ils persistent encore aujourd’hui. C’est un sujet assez complexe, et pour lui rendre justice, il faudrait au moins un autre article de la même longueur que celui-ci, je me contenterai donc d’en souligner les points saillants. Après le schisme orthodoxe/catholique, le catholicisme s’est décomposé en un culte de Jésus et Marie, probablement en raison d’une pénurie du Saint-Esprit pour maintenir la Sainte Trinité collée ensemble. C’était un repli vers une mythologie dualiste, mais sans l’idée d’équilibre dynamique, puisqu’il n’y avait pas de notion de trop de Jésus ou trop de Marie. Puis vint le protestantisme, et une nouvelle déchéance vers une mythologie moniste, incarnée par la déclaration grotesque suivante : « Le vrai christianisme est une relation personnelle avec Jésus-Christ. » Comparez et opposez-la à « Car là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux. » [Matthieu 18:20] Le nom de qui ? C’est juste là, devant et au centre, dans chaque service religieux : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » L’avant-dernière étape de ce voyage est une relation personnelle avec une statuette de Jésus en plastique collée sur le tableau de bord de votre camionnette, signalant une descente jusqu’à l’idolâtrie polythéiste. Et la destination finale est atteinte soit en réalisant spontanément, soit en se faisant expliquer qu’une telle idolâtrie est un pur non-sens. Et cela nous amène jusqu’à NULL.

Il existe également un raccourci pour arriver à NULL : le culte du diable. Pour cela, il n’est pas nécessaire d’accepter littéralement le Diable comme votre seigneur et maître. Il suffit de croire en un anti-système : un système de croyances qui voit le monde, et l’humanité en son sein, comme un mal qui doit être détruit. Par exemple, les êtres humains surpeuplent la planète, évincent les autres espèces et, par conséquent, la croissance démographique doit être arrêtée et inversée par des avortements, la castration chimique et chirurgicale des enfants, la promotion des perversions sexuelles, etc. Autre exemple : les humains détruisent le climat de la planète et il faut donc réduire l’activité humaine pour limiter les émissions de dioxyde de carbone, sans tenir compte du fait que l’hypothèse selon laquelle le CO2 affecte gravement le climat n’a pas été prouvée, que la plupart du CO2 provient du dégazage du magma et d’autres processus naturels et que si toutes les émissions anthropiques de CO2 étaient arrêtées, l’effet serait inférieur à 1% du total.

De tels anti-systèmes apparaissent tous les mille ans environ avec une certaine régularité. La plupart des gens ont entendu parler de la Sainte Inquisition qui a brûlé un grand nombre de sorcières et d’hérétiques sur le bûcher. Beaucoup d’entre eux étaient de véritables adorateurs du diable. Ils étaient difficiles à débusquer car leur credo les obligeait à mentir sur leur credo. Nous ne semblons pas avoir ce problème à l’heure actuelle ; tout ce que nous avons à faire pour trouver des adorateurs du diable est de regarder leurs pages de médias sociaux. Il semble terriblement peu aimable de considérer que ceux qui, actuellement, castrent chimiquement et chirurgicalement des enfants en les incitant à demander un changement de sexe devraient être brûlés sur le bûcher ou torturés à mort. D’un autre côté, Vladimir Poutine a récemment assimilé ce qu’ils font à des crimes contre l’humanité, et il n’est pas du genre à jeter des paroles en l’air.

Mais il y a un autre point à considérer : les adeptes de ces anti-systèmes s’éteignent d’eux-mêmes parce qu’ils ne parviennent pas à se reproduire biologiquement. Cela a été le cas tout au long de l’histoire. Si vous regardez la génération actuelle des élites occidentales, un grand nombre d’entre elles sont sans enfants : Angela Merkel, Emmanuel Macron, Theresa May, Nicola Sturgeon, Jean-Claude Juncker, Mark Rutte… la liste est longue. La situation n’est pas meilleure non plus en bas de la hiérarchie sociale. Pour éviter l’extinction biologique, une nation doit produire une moyenne de 2,1 enfants par femme, et aucune nation européenne ne s’en approche.

Confusion des sexes et absence d’enfants, addiction aux gadgets et culpabilité environnementale, ils semblent accueillir l’oubli à bras ouverts. À cause d’un environnementalisme malavisé, ils sont occupés à détruire l’infrastructure énergétique dont dépend leur survie, ils ont livré leurs gouvernements à la merci d’hommes d’argent transnationaux, et ils permettent à leurs pays d’être inondés de jeunes troglodytes mal élevés provenant d’États en faillite qui seront peut-être assez gentils pour donner le coup de grâce avant longtemps.

Le NULL peut sembler ascendant pour le moment, mais il s’éteindra comme il le fait toujours. Et ce qui viendra après est peut-être mieux suggéré par cette ligne célèbre des Béatitudes : « Heureux les doux, car ils hériteront de la terre. » [Divers théologiens et philosophes ont essayé de gagner leur vie en proposant des interprétations fantaisistes des termes doux” et “la terre”, certains pensant au Royaume biblique d’Israël et à la fin des temps, d’autres, comme Nietzsche, critiquant sévèrement la douceur comme une « morale d’esclave ».]

Mais je trouve que l’explication la plus simple fonctionne le mieux : la terre est le sol sur lequel les choses poussent ; les doux sont les personnes qui le cultivent. Ils sont doux parce qu’ils savent qu’ils ne contrôlent rien et essaient simplement de faire ce qui est bon pour leurs parents, leur mari ou leur femme, leurs enfants, leurs voisins et leur terre natale, en faisant tous les sacrifices personnels nécessaires pour y parvenir. Et ils ont le choix entre plusieurs mythologies, basées sur les chiffres 1, 2 et 3, dont chacune peut donner un sens à leur vie.

Le 4 novembre 2021, Club Orlov, – traduction du Sakerfrancophone