Migration de l’innocence vers le Mal

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3982

Migration de l’innocence vers le Mal

• Séance instructive à l’ONU : les programmes (US, ‘who else ?’) des labos d’Ukrisis sur la migration des pandémies via les albatros. • M.K. Bhadrakumar nous en parle, le Camp du Bien n’en dit mot puisque cela vient des Russes.

M.K. Bhadrakumar n’est pas un rigolo ni un adepte du complotisme. C’est donc avec un intérêt hors de toute intention polémique qu’on peut et doit lire son article de ce joursur une réunion de l’ONU selon la “Formule-Arria”, sur la Sécurité Biologique, à partir d’une communication de la Fédération de Russie concernant les découvertes faites dans les laboratoires biologiques en Ukraine,  – les fameux ‘biolabsqui-n’existent-pas.

Bhadrakumar explique en détails ce qui, dans les labos d’Ukrisis, a été trouvé concernant l’équipement en transporteurs de pandémies d’oiseaux migrateurs (des albatros, aux espèces fort diverses que Bhadrakumar caractérise à sa façon, qui vont des ‘Albatros hurleurs’ aux ‘Albatros à sourcils noirs’, – noble et superbe animal qui a inspiré les plus grands poètes. Tout cela se fit lors d’une réunion à l’assistance fort clairsemée puisque le Camp du Bien, mené par les Anglo-Saxons UK & US comme autant de Laurel & Hardy, avait décidé de ne pas risquer l’infection épouvantable d’une pandémie d’une sorte de Coronavi-Russe. De même pour la presseSystème si prompte à embrasser l’écologie, la protection des biomasses, les animaux et leurs défenses, la “planète-Terre” et toutes ces nobles causes, – pas un mot certes...

Nous prenons ce cas parce que l’auteur est digne de notre estime et a souvent montré le sérieux de ses analyses et la richesse de ses sources, ce qui donne le crédit qu’il faut à son récit et nous permet d’en faire le symbole d’une époque des “temps-devenus-fous” sans devenir fous nous-mêmes. Quant aux expérimentateurs ainsi dénoncés, qu’est-ce qui peut encore nous étonner d’eux entre l’horreur inspiratrice des nazis et le ridicule-bouffe type hollywoodien ; tout cela, par exemple, depuis les expériences de Tuskegee(1939-1970) de la syphilis inoculée à des sujets sains (et noirs), les expériences expérimentales de prises de LSD sur des homo sapiens de couleurs diverses effectuées par la CIA, les cigares explosifs offerts en cadeau à Fidel Castro.

Bref, Bhadrakumar se charge de nous expliquer la chose. L’on songe aussitôt à la beauté d’un albatros, à l’extraordinaire finesse, la fantastique endurance (l’albatros passe 5% de sa vie sur terre, le reste en vol), la précision inouïe des capacités naturelles de localisation et de repérage des longs voyage migratoires. Là contre, toutes nos technologies de petits surhommes et d’avortons transhumanistes à l’ombre de robots déconstructeurs du Rien nous paraissent brusquement pour ce qu’elles sont : une “œuvre au Noir” qui, quittant son sens alchimique propre défendant sa pureté, devient une expression symbolique de la couleur mentionnée, une parabole d’une sorte de Mordorqui s’abriterait dans des tours hypermodernes à cent et mille étages, comme dans autant de souterrains. Notre époque est absolument diabolique ; elle nous révèle combien le monde technologico-bureaucratique tel que nous en avons accouchée hors-contraception en est l’instrument, et les psychologies perverses et perverties qui l’accompagnent les exécutants aveugles, hystériques et hallucinés.

Ukrisis, c’est aussi cela, – et comprenne qui voudra, – ou plutôt, “qui pourra”...

dde.org

_________________________

 

 

Oiseaux migrateurs de destruction massive

Le Conseil de sécurité de l'ONU a été le théâtre d’un événement extraordinaire le 6 avril sous la dénomination de “Réunion de Formule-Arriasur la Sécurité Biologique”, et cela concernant les activités biologiques dans certains pays dont l'Ukraine. Comme on pouvait s'y attendre, les représentants des États-Unis et du Royaume-Uni ne se sont pas présentés à l'événement et les médias occidentaux nous ont offert un grand silence en guise de présentation des débats. Cela n'enlève absolument rien à la signification profonde de ce qui s'est passé. 

Le point fort de la réunion du Conseil de sécurité, qui a duré plus de deux heures, a été la révélation par le général Igor Kirillov, chef des forces de défense contre les radiations, les produits chimiques et biologiques des forces armées russes, que Washington est en train de créer des laboratoires biologiques dans différents pays et de les relier à un système unifié.

Il a déclaré que les États-Unis ont dépensé plus de 5 milliards de dollars dans des programmes biologiques militaires depuis 2005 et il a précisé que dans les seuls territoires limitrophes de la Russie et de la Chine, une soixantaine d'installations ont été modernisées au cours de cette période. Le réseau ukrainien de laboratoires, conçu pour mener des recherches et surveiller la situation biologique, comprend 30 installations réparties dans 14 lieux habités.

Des matériaux hautement sensibles provenant des laboratoires biologiques ukrainiens ont été exportés vers les États-Unis début février, juste avant le début de l’opération spéciale russe, et le personnel a reçu l’ordre d’être détruit le reste pour que rien ne tombe entre les mains des Russes. La dissimulation n'a été que partiellement réussie. En effet, la Russie est en possession de preuves hautement incriminantes. 

Auparavant également, la Russie avait publié un certain nombre de documents relatifs aux activités militaires biologiques du Pentagone, qui pointaient vers un projet mondial visant à installer des laboratoires biologiques dans des pays rivaux dans le but de développer des armes virales ciblées contre ces pays. 

Les actes de la conférence du Conseil de sécurité du 6 avril sont dans le domaine public et sont accessibles. (Voir la vidéo.) 

La Russie a formulé des allégations spécifiques : 

• le financement par le Pentagone des bio-laboratoires en Ukraine ; 

• l’emplacement de ces bio-laboratoires (pas seulement en Ukraine mais dans 36 pays du monde) ; 

• les maladies et épidémies sur lesquelles des travaux de recherche sont en cours, en se concentrant sur les moyens de leur diffusion, les pays où ils sont testés (même à l'insu des gouvernements de ces pays) ; et, bien sûr,

• les expériences relatives au coronavirus (et aux chauves-souris utilisées pour transmettre ce virus). 

Les États-Unis ont jusqu’à présent refusé catégoriquement toute supervision et vérification de ces preuves à charge et ont fait obstruction à la demande d’un mécanisme de vérification. Il est peu probable que les États-Unis autorisent un processus de vérification international susceptible de les exposer comme se livrant à des crimes contre l'humanité, – bien qu'il existe des cadres appropriés, notamment la Convention sur les armes biologiques (CIA) et l'ONU, pour entendre les éclaircissements du pays concerné de manière équitable et impartiale. 

Une “découverte” stupéfiante faite par les forces russes en Ukraine l’utilisation d'oiseaux numérotés par les laboratoires financés par le Pentagone. Cela sort presque de la science-fiction et Sir Alfred Hitchcock aurait pu en faire un film épique où la tromperie se mêle à l'innocence et où la cruauté de l'homme envers la nature devient insupportablement grotesque. Le projet fonctionne comme suit : 

Pour commencer, le Pentagone accède aux données scientifiques disponibles auprès de spécialistes de l'environnement et de zoologistes après avoir étudié la migration des oiseaux et les avoir observés au fil des saisons, en rapport avec le chemin que ces oiseaux empruntent chaque année dans leur voyage saisonnier d’un pays à l’autre et même d’un continent à l'autre. 

Sur la base de ces données, des groupes d’oiseaux migrateurs sont capturés, numérisés et on leur attache des capsules de germes qui portent une puce contrôlée par ordinateur.  Ces oiseaux sont ensuite relâchés dans les troupeaux d'oiseaux migrateurs des pays cibles à l’encontre desquels les services de renseignement américains ont des intentions malveillantes. 

Bien entendu, ces oiseaux migrateurs parcourent de grandes distances d'une région à l'autre, d’un continent à l'autre. L’“albatros errant”, par exemple, est connu pour migrer sur au moins 8500 km vers l’est à travers le Pacifique Sud jusqu’aux côtes de l’Amérique du Sud, et de nombreux “albatros timides” migrent vers l’ouest à travers l’océan Indien jusqu'aux côtes de l'Afrique du Sud.

Pendant le long vol des oiseaux qui ont été numérisés dans les laboratoires biologiques du Pentagone, leur mouvement est suivi pas à pas au moyen de satellites et leur localisation exacte est déterminée.  L'idée est que si l’administration Biden (ou la CIA) a besoin d'infliger des dommages, disons à la Russie ou à la Chine (ou à l'Inde, d'ailleurs), la puce est détruite lorsque l'oiseau se trouve dans leur ciel.  

En clair, il s'agit de tuer l'oiseau porteur de l'épidémie. Je repense avec une grande tristesse au roman de l'auteur américain Harper Lee ‘To Kill a Mocking Bird’, histoire obsédante de l'innocence détruite par le mal. 

Pour revenir à la réalité, une fois que l'oiseau “numérisé” est tué et que la capsule de germes qu'il transporte est libérée, la maladie se propage dans le pays “X” ou “Y”. Cela devient une méthode très rentable pour nuire à un pays ennemi sans qu'il soit nécessaire de recourir à la guerre, au coup d'État ou à la révolution de couleur.

Les Russes ont fait la déclaration choquante qu'ils sont en fait en possession de ces oiseaux migrateurs numérisés dans les laboratoires biologiques du Pentagone. 

Le droit international interdit expressément de numéroter les oiseaux migrateurs parce qu'ils sillonnent librement le ciel bleu et l'air d'autres pays.  En leur fournissant des germes, ces oiseaux deviennent des armes de destruction massive. Quelle ingéniosité humaine ! Mais les Etats-Unis bénéficient d'une immunité totale vis-à-vis du droit international.

En fin de compte, seuls les services secrets américains, – et le président Biden, peut-être, s'il s’en souvient, – sauraient où tous les humains ont été infectés jusqu’à présent au cours de ce siècle par les oiseaux de destruction massive. Le virus Ebola qui a dévasté l'Afrique était-il un test et un précurseur des choses à venir ?

Qu'en est-il du Covid-19, dont on sait qu'il provient de laboratoires financés et administrés par les Etats-Unis ? Il est très probable que les États-Unis aient pu utiliser des oiseaux migrateurs pour tuer des citoyens chinois. Il est clair que les États-Unis, dans leur désespoir d'inverser leur déclin mondial, mettent tout en œuvre pour restaurer leur hégémonie dans un ordre mondial qui se dirige inexorablement vers la multipolarité.

M.K. Bhadrakumar

Donations

Nous avons récolté 305 € sur 3000 €

faites un don