Même les complotistes sont dépassés…

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 293

Même les complotistes sont dépassés…

Dans notre petit inventaire des références significatives à propos de l’événement “extraordinaire-courant”, de “la crise du jour”, – l’affaire chypriote et les prélèvements-braquages sur les comptes bancaires, – il vous faut souffrir que l’on commence avant d’autres considérations qui suivront par la mention explicitée du site exotique What Does It Means de la fameuse (entre nous) Sorcha Faal. (“Fameuse” entre nous, d’abord parce que cette personne mythique serait de tendance féminine, ensuite et surtout parce qu’il nous est déjà arrivé plusieurs fois d’en parler.) Le site est connu, – dans tous les cas entre nous, – pour ses parutions régulières décrivant des montages et des complots extraordinaires, avec parfois une chose intéressante ou l’autre à glaner. Bien entendu et de façon classique pour la manufacture de cette sorte de textes, on y trouve fort peu de références, si pas du tout, puisque la chose est censée venir exclusivement des arcanes secrètes des réseaux de l’auteur. Nous avions commencé à remarquer chez Sorcha Faal, depuis quelques temps, d’abord que le nombre de textes augmentaient, ensuite que ces textes disons “complotistes” étaient de moins en moins de cette sorte de manufacture maison sans autres références que les sources mystérieuses de l’auteur, et de plus en plus avec une présence marquée de références “sérieuses” auxquelles tout le monde a accès.

Le texte du 17 mars 2013 sur l’affaire chypriote passe tout… Après le premier paragraphe classique, type “copié-collé” («A truly grim Ministry of Finance (MOF) report circulating in the Kremlin today says…»), tout le reste n’est effectivement qu’une compilation de nouvelles et d’analyses dites “sérieuses” décrivant la situation à Chypre et les perspectives. (Même la comptabilité y est : dans ce texte de Sorcha Faal d’à peu près 8.000 signes, on en trouve autour de 3.500 utilisés pour des citations directe du site ZeroHedge, du Washington Post, du secrétaire US à la justice, etc., en même temps qu’une quinzaine de liens renvoyant à des références “ouvertes” et “sérieuses” nous est proposé…) Il n’est pas dans notre intention, à partir de l’expérience que nous avons de la technique du métier de journaliste et de commentateur , de supposer que Sorcha Faal est à court d’imagination (si l’auteur était à court d’imagination, l'emprunt aux “sources sérieuses” se ferait surtout sans les citer), alors qu’elle publie de plus en plus ; notre observation est plutôt et d’une façon plus simple du domaine du constat, savoir que la réalité va plus vite que son imagination, pour lui (nous) offrir des occurrences sensationnelles… En d’autres mots, les complotistes n’ont plus besoin d’imaginer et de développer des complots de leur propre cru, ils n’ont qu’à rendre compte des événements qui sont eux-mêmes un “complot” général, – et cela, bien entendu, à un point où le “complot” n’en est plus un (même si l’effet de déstructuration-dissolution est le même, et même pire) puisqu’il se fait à ciel ouvert, au vu et au su de tout le monde, sans la moindre dissimulation.

(Pour rappel, selon notre appréciation et conformément à la définition même du mot, nous sommes de l’avis que pour l’être effectivement un complot doit être à la fois secret et illégal. La circonstance n’est pas du tout ce cas dans l’affaire chypriote, comme dans bien d’autres mais cette fois si évidente, puisque la mesure de “prélèvements-braquages sur les comptes bancaires” aussitôt perçue comme folle à force d’être grossie et incongrue, est annoncée et commentée partout, et qu’elle demande pour être appliquée le vote du Parlement chypriote. Quoi qu’on pense de ces dispositions, y compris de la façon dont on peut faire voter un parlementaire chypriote, il n’en reste pas moins qu’il n’y a ni secret ni illégalité stricto sensu, donc pas de complot. Là-dessus, on peut épiloguer sur l’inversion que subissent certains mots, tel que “légalité”, et épiloguer sur le fait des pressions, des actes subversifs et arbitraires, etc., et c’est toucher là au cœur de la crise générale d’effondrement du Système ; mais nous sommes bien au-delà du complot. Une telle manigance faite à ciel ouvert et soumise à leur “processus démocratique” mesure bien que plus personne n’a besoin de l’imagination des chroniqueurs pour apprécier les caractères tragique, furieux et rocambolesque de la situation.)

Ainsi en arrive-t-on au constat suivant. On parvient aujourd’hui à faire des textes de commentaires, de théories diverses, etc., ayant un effet aussi sinon plus “sensationnel” que la description d’un complot plus ou moins imaginaire, simplement en décrivant une situation réelle. Eliminons donc le mot complot, qui n’a plus de raison d’être dans ce cas : la situation réelle fournit elle-même, sans besoin de supputations imaginatives et rêveuses, tous les éléments d’une nouvelle aussi sensationnelle, et même plus, qu’un complot plus ou moins fantasmagorique. Nous ferions l’hypothèse que l’auteur ne s’aperçoit pas qu’il fait de moins en moins de textes complotistes de son cru. (Nous pourrions croire, par exemple, que, prisonnière de sa formule, Sorcha Faal, l’auteur en question, ne s’aperçoit pas du caractère un peu incongru, et dans tous les cas peu utile pour le reste, de continuer à introduire le texte à propos d’un «[a] truly grim Ministry of Finance (MOF) report…» concernant un événement qui est partout, dans tous les esprits, dans toutes les nouvelles “du jour”, etc., et qui est parfaitement décrit par lui-même sans l’aide du fameux “rapport”.) Sorcha Faal étant prise ici comme exemple, il s’avère alors que le découvreur mystérieux de complots est soudain submergé, dépassé par les événements qui s’imposent par leur caractère sensationnel et dépassent tout ce qu'on pourrait supposer ou imaginer dans le sens d'une machination dissimulée…

L’affaire chypriote est un événement deux fois “sensationnel”… Par lui-même, certes, tel qu’il est, mais aussi par le fait que, d’une façon aussi affirmée, évidente, extraordinaire, il révèle ceci que la vérité du monde s’impose désormais directement et au grand jour dans les circonstances et les événements, d’une façon encore plus sensationnelle et évidente que toutes les occurrences terribles et cachées, tous les actes vicieux, jusqu’aux plus complètement supposées, qu’on peut prétendre débusquer et dans nombre de cas supposer ou imaginer. Le Système et son infamie d’une part, le Système et sa folie d’autre part, ces deux occurrences du même monstrueux sujet s’agitent furieusement, à visage découvert, à ciel ouvert, sans plus s’attacher à se dissimuler de rien. Ce n’est pas un signe de sa surpuissance, c’est un signe de sa surpuissance quand le Système réalise que cette surpuissance est inexorablement productrice de son autodestruction, exactement en même temps qu'elle se manifeste, par sa manifestation même. Parmi les enseignements importants de cette formidable affaire cypriote nous suggère, nous ne serions pas si loin de penser qu’il s’agit peut-être bien du plus important.


Mis en ligne le 19 mars 2013 à 06H21