Manufacture des crises : cette fois à Ferguson, Missouri

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 269

Manufacture des crises : cette fois à Ferguson, Missouri

Il semblerait que la situation du monde sous la domination absolue du Système ne puisse être vécue que sous la forme d’une crise, d’un paroxysme. L’exemple de Ferguson, une petite (21 000 habitants) ville-banlieue de Saint-Louis, dans le Missouri, est remarquable des automatismes qui sont constamment en place et en attente, des autres automatismes qui se développent spontanément, pour transformer une situation née d’un incident en une sorte de “crise majeure” aux USA (quel autre expression employer ?). Tout est né avec un cas habituel avec la police US, celui du jeune Africain-Américain Michael Brown tué samedi d’un certain nombre (huit, dit-on) de balles de revolver d’un officier de police de la ville, alors qu’il était interpellé et, semble-t-il, qu’il obtempérait (certains témoignages disent qu’il avait les mains en l’air). A la suite de cet incident, il y eut une manifestation de protestation, puis la situation échappa à tout contrôle... La manifestation s’est poursuivie, s’est multipliée, s’est reproduite de jour en jour, etc.

Russia Today, le 14 août 2014 : «An overwhelming group of SWAT forces in riot gear has descended on protesters who gathered once again in Ferguson, Missouri, on Wednesday. After nightfall, police deployed tear gas against the crowd, warning the protest was “no longer peaceful.” “This is no longer a peaceful assembly. Go home or be subject to arrest,” police warned through the loudspeaker, shortly before shooting tear gas at the protesters. Prior to that officers were telling people to stay away from the vans. Police were also shooting rubber bullets while smoke grenades and tear gas canisters were falling into the crowd and surrounding neighborhood. Meanwhile, some of the protesters reportedly threw rocks and bottles at the police.»

• Certains pensent aussitôt, comme dans un réflexe à la fois justifié et conditionné, au sempiternel conflit entre les Noirs et les Blancs. En général, ils n’ont pas tort et, dans tous les cas, cela permet de fixer le rôle du président des USA, dont on sait qu’il est lui-même Africain-Américain, dans cette affaire : «In a statement on Tuesday, Barack Obama described Brown's death as “heartbreaking”. Noting the FBI investigation, the president appealed for calm. “I know the events of the past few days have prompted strong passions, but as details unfold, I urge everyone in Ferguson, Missouri, and across the country to remember this young man through reflection and understanding. We should comfort each other and talk with one another in a way that heals, not in a way that wounds.” The [Obama’s] official response to Brown's death has been rejected as insultingly inadequate by many African American residents of Ferguson, a city of about 21,000 people where 67% of the population is black, yet 94% of the police force – and prominent figures in local government, such as the mayor – are white.» (ZeroHedge.com, le 13 août 2014.)

• ... Mais ce qui a d’abord frappé dans ces quatre-cinq jours d’émeute, après un début classique mettant en scène les cops en tenue courante, c’est l’impressionnante apparition du phénomène de la “militarisation” de la police. On en avait eu un avant-goût lors de l’affaire de Boston, en avril dernier (voir le 23 avril 2013), mais on pouvait arguer qu’il s’agissait, sinon de terrorisme, dans tous les cas de pseudo-terrorisme, argument qui justifie toutes les outrances de postures bellicistes. Cette fois, ce n’est pas le cas, et ainsi a-t-on un défilé d’observations inquiètes et furieuses sur ce phénomène.

The Wire cite notamment, le 13 août 2014, Radley Balko, auteur fameux à propos de cette sorte de problème, qui dononce dans un tweet ce qu’il nomme la scary shit, – difficilement traduisible (“cette merde de panique” ?), et pour laquelle il faudrait trouver une sorte de néologisme comme “paniquation” pour désigner une incitation à la panique sécuritaire (le mot est déjà employé par des originaux)  : «Summary of scary shit: Heavily militarized police presence in Ferguson. Protests banned. Journalists threatened. News helicopters barred.» Plus loin, The Wire cite encore Balko : «Unnecessary? Absolutely, says Washington Post reporter and author of Rise of the Warrior Cop Radley Balko, who told NBC's Chris Hayes the following: “The militarization itself is part of a larger trend... That is a willingness or a policy among domestic police in the United States of using more force more often for increasingly, you know, petty offenses. It is a mentality that sees the people they are supposed to be serving not as citizens with rights but as potential threat...»

Armstrong Economics dénonce le même danger, le 11 août 2014, en estimant qu’il s’agit du véritable problème que posent ces émeutes de Ferguson. L’idée est reprise d’une police équipée, conditionnée, préparée, etc. pour défendre le gouvernement contre toutes les pressions et revendications populaires, jusqu’aux plus fondées, et non plus une police faite pour défendre le citoyen.

«Riots are have erupted with hundreds of protesters gathering at a suburban St. Louis police station on Monday demanding murder charges against an officer who shot to death an unarmed black teenager over the weekend. Looting just went nuts like the ’60s. While this is being painted as a race issue, there is yet another issue that is not being addressed – that is the militarization of the civil police forces around the country... [...] This is a problem that is brewing and is extremely dangerous to say the least. Examples of police abuse are all over the internet. There has been a loss of respect for the people and there seems to be no way to reverse this process... [...] The protests over land was yet another example. The police showed up with weapons and told the people they would shoot to kill. The police are being transformed from protecting the public into protecting government from the public. Most do not even see what transformation they have gone through.»

... Dans tous les cas, l’effet général est garanti. Les citoyens de la Grande République se sentent chez eux comme s’ils étaient dans un pays occupé. La police déguisée en garde prétorienne martienne, figurant l’occupant, bardée de protections comme un chevalier du Moyen-Âge et d’armes follement sophistiquées du type-Guerre des Etoiles, entassée dans des monstres d’acier, établissant un barrage infranchissable de violence entre elle-même et les citoyens... Cela nous vaut ce rappel de Paul Szoldra, dans Business Insider du 12 août 2014. Szoldra est un ancien Marine et il nous fait part de son expérience d’Afghanistan ; il compare effectivement la position et le comportement de la police à ceux des Marines en Afghanistan, les citoyens de Ferguson devenant les Afghans de la police de Ferguson.

«While serving as a U.S. Marine on patrol in Afghanistan, we wore desert camouflage to blend in with our surroundings, carried rifles to shoot back when under enemy attack, and drove around in armored vehicles to ward off roadside bombs. We looked intimidating, but all of our vehicles and equipment had a clear purpose for combat against enemy forces. So why is this same gear being used on our city streets? [...]

»Let's be clear: This is not a war zone — even if the FAA banned flights under 3,000 feet. This is a city outside of St. Louis where people on both sides are angry. Protesters have looted and torched a gas station, and shots were fired at police, according to The Washington Post. The scene is tense, but the presence of what looks like a military force doesn't seem to be helping. “Bring it. You fucking animals, bring it,” one police officer was caught on video telling protesters. In Ferguson and beyond, it seems that some police officers have shed the blue uniform and have put on the uniform and gear of the military, bringing the attitude along with it. [...]

»In Afghanistan, we patrolled in big, armored trucks. We wore uniforms that conveyed the message, “We are a military force, and we are in control right now.” Many Afghans saw us as occupiers. And now we see some of our police officers in this same way. “The militarization of law enforcement is counter-productive to domestic policing and needs to stop,” tweeted Andrew Exum, a former Army infantry officer. If there's one thing I learned in Afghanistan, it's this: You can't win a person's heart and mind when you are pointing a rifle at his or her chest...»

• Enfin, s’il en faut un pour nous rappeler dans quelles conditions nous vivons, ce sera Michael Snyder, de The Economic Collapse, le 11 août 2014. Bien entendu, ce climat économique catastrophique, hors des considérations statistiques sans intérêt puisque constamment faussaires, engendre un climat social à mesure ... «Even though the economy has somewhat stabilized (at least for the moment), levels of anger and frustration have continued to grow in this country. We have been taught to hate one another and to blame one another for our problems, and so now the U.S. is more divided than at any other point in recent memory. [...] We live at a time when things are so tense that even a small spark can light an absolutely huge fire. America has become a tinderbox. Next time it might not be a racially-charged shooting. Next time it might be an Ebola outbreak that sparks looting and panic. Or it might be some sort of financial collapse. We just don't know.

»But what we do know is that there are lots and lots of people that are willing to riot and loot and commit unspeakable crimes given the right circumstances. Decades of social decay have gotten us to the point where the thin veneer of civilization that we all take for granted every single day is wearing dangerously thin. The truth is that it is not going to take much to push this nation over the edge. If this kind of rioting can take place in a community with just over 20,000 people, what would a full-blown riot look like in a city with millions of people? That is a very sobering thing to think about.

»Once upon a time in America, you could leave your doors unlocked at night and you could let your kids play in the streets without ever having to worry. But now we are a sick, decaying nation that has millions of people ready to riot and loot at the drop of a hat. Is there any hope for us?»

... Tous ces éléments rassemblés donnent la surprenante évolution de la manufacture d’une crise, qui semblerait à première vue complètement artificielle, qui revient finalement lorsque l’esprit s’y attarde à faire apparaître ce que, par ailleurs, le Système cherche constamment à dissimuler. On a alors un extraordinaire paradoxe, une sorte de double inversion animant des dynamiques en sens contraires. Le Système lui-même, qui travaille avec une puissance extrême (surpuissance) à la dissimulation de sa propre crise catastrophique (au niveau de l’économie, des conditions “sociétales” avec la suspicion des conditions de racisme, etc.), suscite par cette activité d’autres crises qui finissent par révéler effectivement les caractères de sa “propre crise catastrophique”.

• On sait que le Système n’est pas plus puissant, c’est-à-dire surpuissant, que dans le bloc BAO, et singulièrement aux USA. Pour cela, il dispose d’un formidable appareil sécuritaire, que ce soit dans le domaine du système du technologisme avec une organisation policière hyperpuissante et disposant d’équipements extraordinairement sophistiqués, que ce soit dans le domaine de la communication avec une presse-Système totalement alignée, comme on le voit par exemple à propos de l’Ukraine, et cette presse-Système qui ne cesse d’activer une propagande en faveur de l’“idéologie de l’optimisme” qui tend simplement à faire accepter la situation comme une pseudo-réalisation de l’American Dream. Pour compléter ce volet entraînant et optimiste, on trouve, avec les mêmes acteurs-Système, un volet de “paniquation” comme nous proposions plus haut le mot, ou de scary shit comme dit Balko, qui consiste à dénoncer jusqu’à l’hystérie tous les dangers imaginables et pouvant être inventés, et à justifier d’autant mieux l’hystérie sécuritaire évoquée plus haut. Tout cela forme autant de logiques circulaires...

• Ces structures enfantées par le Système recèlent elles-mêmes des effets pervers, illustrant parfaitement le mécanisme surpuissance-autodestruction. Le processus de Ferguson est caractéristique à cet égard... En temps normal, un incident de cette sorte, tout regrettable qu’il soit, se réglerait à la fois grâce à un peu de doigté de la part de la direction et des forces de l’ordre, une communication ouverte, certaines mesures apaisantes, etc. Ici, c’est parfaitement le contraire. Comme prises elles-mêmes à leur propre jeu de la “paniquation”, comme si le Système finissait par croire lui-même à ses propres arguments de la surpuissance, les forces de l’ordre se surarment devant le spectre grossièrement outré de l’agitation et déploient d’extraordinaires capacités jusqu’à des occurrences où l’on trouve presque autant de policiers venus des unités d’élite et de répression type-SWAT que de manifestants, cette présence développant évidemment au sein de tel ou tel rassemblement plutôt pacifique des réflexes de rage et des provocations. Le déploiement de ces forces extraordinairement excessives, l’interdiction de survol de Ferguson pour empêcher des hélicoptères de presse d’opérer, des arrestations de journalistes, provoquent des effets extraordinairement contre-productifs. En trois-quatre jours, l’“incident mineur” devient une crise nationale, avec une couverture intense de la part du système de la communication, d’autant plus intense que des entraves ont été dressées sur sa route. (Complètement alignée lorsqu’il s’agit de l’Ukraine, la presse-Système tend à devenir contestataire lorsqu’il s’agit de Ferguson par la seule importance de la couverture accordée à l’événement, par nécessité de “sensationnel”, par popularité des sujets locaux aux USA, etc. Même l’interdiction de survol devient un argument de contestation du fait de la presse-Système elle-même.)

• Il est caractéristique qu’un officier de police de Ferguson, dirigeant une unité SWAT, interrogé par un journaliste (on ne les arrête pas tous !) à propos de l’utilité de ce déploiement de force, et précisément placé devant la question “Qui en a donné l’ordre ?”, en arrive à répondre “Je ne sais pas, personne ne le sait exactement”. La militarisation de la police US est un processus de type-automatique, à la fois de technologisme et de communication, destiné à provoquer la “paniquation” de la population pour l’empêcher de développer tout projet de contestation et de révolte, mais qui obtient cette “paniquation” essentiellement dans le sens grotesque qui caractérise les forces armées modernes, à la façon décrite par l’ancien Marine Szoldra («In Afghanistan, we [...] conveyed the message, “We are a military force, and we are in control right now.” Many Afghans saw us as occupiers. And now we see some of our police officers in this same way. [...] If there's one thing I learned in Afghanistan, it's this: You can't win a person's heart and mind when you are pointing a rifle at his or her chest...»). Ce processus est un automatisme du Système répondant à la nécessité de sa surpuissance, qui conduit à considérer les personnes qu’on est censées protéger et gagner à sa cause, à Ferguson ou en Afghanistan, comme des suspects, puis des adversaires, dès lors que ces personnes se montrent en état d’insécurité et de crainte. Le processus surpuissance-autodestruction dit à peu près ceci : “Nous nous surarmons et nous montrons agressivement notre force pour vous protéger et vous amadouer selon notre affirmation de communication, mais puisque vous montrez insécurité et crainte à cause de ce déploiement de force c’est que vous êtes hostile, que vous êtes un ennemi, et nous agissons en conséquence...” Effectivement, le Système a bouclé la boucle : exsudant partout, pour protéger son domaine, sa surpuissance suscitée par l’attaque 9/11 contre son domaine, que ce soit en Irak, en Afghanistan et ailleurs, il en arrive en bout de course à exprimer cette surpuissance pour la protection théorique de sa population, en exerçant cette surpuissance contre cette population. La boucle est bouclée, – Full Circle...

Ce processus absurde est effectivement une fatalité du Système... Le Système ne peut se développer que par le biais de paroxysmes et de crises, et il en arrive au bout d’un parcours d’un certain nombre de crises, ayant “épuisé” toutes ces crises, à susciter lui-même les crises dont il a besoin, et de plus en plus souvent et bientôt nécessairement des crises qui le mettent en cause lui-même.


Mis en ligne le 14 août 2014 à 15H36

Donations

Nous avons récolté 607 € sur 3000 €

faites un don