L’ukrainisation de l’Europe

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4490

L’ukrainisation de l’Europe

La France est en flammes. Je ne vous ennuierai pas avec des statistiques ; toutes les sources, fiables ou non, vous diront que cela va bien au-delà de l’émeute française habituelle. Certains des rebelles (quels qu’ils soient) prennent le contrôle des quartiers généraux de la police, armés d’armes que les pays de l’OTAN ont fournies aux Ukrainiens, qui les ont ensuite vendues sur le marché noir. Lorsqu’un camp est armé de pétards et de cocktails Molotov et l’autre de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes, on considère généralement qu’il s’agit d’une “manifestation essentiellement pacifique”(l’expression est de création américaine récente et a été utilisée pour la première fois pour décrire les émeutes de BLM) ; mais lorsque les deux camps disposent d’armes légères (mitrailleuses, grenades propulsées par fusée, missiles tirés à l’épaule capables de brûler des chars et d’abattre des avions – autant d’armes qui seront abondamment fournies par les Ukrainiens toujours reconnaissants et dont le prix est tout à fait raisonnable), cela ressemble davantage à une guerre civile. Nous ne savons pas encore si la France atteindra le stade de la guerre civile lors de ce round, mais il y aura toujours le prochain et celui d’après. Entre-temps, la contagion s’étend – correction ! – s’est déjà propagée aux régions francophones de Belgique et de Suisse.

Jusqu’à présent, il ne s’agit que d’observations et d’extrapolations plutôt timides. Essayons maintenant quelque chose de plus ambitieux : les émeutes franchiront à un moment donné la barrière de la langue et s’étendront à d’autres parties de l’Europe occidentale et se dirigeront vers un territoire en proie à une véritable guerre civile, à la manière du Donbass. C’est ce qu’on appelle l’ukrainisation de l’Europe. Les Ukrainiens ont scandé « Ukraina tse Europa ! » (l’Ukraine, c’est l’Europe). (l’Ukraine est l’Europe), mais la tendance inverse – « Europa tse Ukraina » – devient de plus en plus évidente.

Qu’est-ce que l’Europe et l’Ukraine ont en commun ? Faisons le tour de la question.

La dépendance à l’égard des sources d’énergie essentielles de la Russie, le pays le plus riche en ressources du monde, est maintenant perturbée ou détruite, et sans elles, tant les Ukrainiens que les Européens perdent rapidement leur statut de nations développées et industrialisées. L’Europe n’a pu trouver des substituts que pour environ la moitié du gaz naturel qu’elle avait perdu lorsque les Américains ont fait sauter le gazoduc de la mer du Nord, et ce à un coût exorbitant. Étant donné que le gaz de schiste atteint aujourd’hui son apogée aux États-Unis, cette moitié pourrait facilement se transformer en une fraction beaucoup plus petite. L’activité industrielle en Allemagne, qui était le moteur économique de toute la péninsule ouest-européenne, s’est déjà considérablement réduite. L’Ukraine, qui a été le patient zéro de la tendance suicidaire à rompre ses liens vitaux avec le continent russe, a maintenant une activité industrielle résiduelle à peu près nulle, ce qui montre la voie à suivre pour le reste de la « tse Ukraina ». En outre, l’Ukraine et l’Europe dépendent toutes deux du combustible nucléaire et de l’expertise technique de la Russie pour faire fonctionner leur nombre décroissant de centrales nucléaires et de la Chine pour tout ce qui concerne les installations éoliennes et solaires, dont aucune ne peut remplacer les sources d’énergie traditionnelles en raison du problème de l’intermittence. Ainsi, le premier grand point commun entre l’Europe et l’Ukraine est la pénurie d’énergie qui menace.

L’Ukraine a une population russophone très importante (certains parleraient d’une majorité décisive), dont la partie la plus concentrée a refusé d’avoir quoi que ce soit à faire avec le gouvernement ukrainien nationaliste que les Américains ont installé à Kiev en 2014, ce qui a donné lieu à une guerre civile qui a couvé pendant huit ans avant de déboucher sur une conflagration totale. Pendant ce temps, l’Europe a travaillé assidûment au développement d’une vaste population d’immigrants/réfugiés aliénés et de plus en plus radicalisés, issus de cultures incompatibles, qui ne veulent rien savoir des gouvernements centraux de Paris ou de Berlin, et encore moins des bureaucrates non élus de Bruxelles.

Une grande partie de cette population vient de pays qui ont été ravagés par les États-Unis, et parfois par les efforts conjoints des États-Unis et de l’OTAN, pour répandre la “liberté et la démocratie” à l’américaine dans des cultures traditionnelles qui les considèrent surtout comme de la “décadence et de la corruption”. Elles méprisent les indigènes européens et, habituées à souffrir sous les administrations coloniales blanches, considèrent que les gouvernements occidentaux ne sont pas très différents. Les colons blancs ont pillé leurs terres natales, mais maintenant qu’ils ont infiltré leurs pays d’origine, devraient-ils à nouveau souffrir sous leur domination ? Cela ne semble pas juste ! Leur tâche consiste donc à décoloniser l’Europe occidentale.

Qu’il s’agisse des séparatistes russes d’origine ukrainienne ou des séparatistes immigrés d’Europe, ils vont gagner. Ainsi, le deuxième grand point commun entre l’Europe et l’Ukraine est qu’elles ont toutes deux des mouvements séparatistes internes très importants et en bonne santé.

Selon la théorie de l’ethnogenèse de Lev Gumilëv, les populations autochtones d’Europe occidentale et d’Ukraine occidentale peuvent être classées dans la catégorie des “reliques ethniques”. Que le nom de Gumilëv déclenche ou non une cadence de cloches d’église dans votre tête, son livre ‘Ethnogenesis and the Biosphere of the Earth’ est un article de bureau essentiel pour moi, humble blogueur, jusqu’au président de la Russie, et pour la plupart des Russes intellectuellement curieux entre les deux. Dès que le nom de Gumilëv est prononcé, un certain nombre d’intellectuels occidentaux se lèvent pour déclarer que ses théories scientifiques ne sont pas scientifiques, mais pour moi, leurs opinions sur le caractère scientifique de l’ouvrage n’ont rien à voir. Sa théorie de l’ethnogenèse fonctionne et constitue un outil inestimable pour comprendre le monde.

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, selon la théorie de l’ethnogenèse de Gumilëv, un ethnos – diversement défini à l’aide de facteurs tels que la religion, la langue, l’habitat, le mode de vie ou une combinaison de ces éléments, et comprenant soit un seul pool génétique, soit un certain nombre de pools génétiques interconnectés – tout comme la plupart des êtres vivants, a une durée de vie limitée. Le temps alloué à un ethnos donné, depuis sa mystérieuse création jusqu’à ce qu’il atteigne un état quiescent et relictuel, est de l’ordre de 1 200 ans. Après cela, l’ethnie s’étiole et est soit absorbée par d’autres ethnies plus jeunes, soit laissée dans des poches isolées de médiocrité humaine, soit s’éteint tout simplement.

On ne sait pas très bien ce qui déclenche le processus. Les rayons spatiaux sont un bon candidat, mais comme ils frappent tous les quelques siècles et que les nouveaux ethni germent quelques siècles plus tard, bonne chance pour les prendre sur le fait ! Selon des données scientifiques plus récentes, le mécanisme mystérieux pourrait être lié à des mutations au sein du chromosome Y, que seuls les mâles de toutes les espèces de mammifères possèdent, et qui, étant un singleton, ne possède pas le mécanisme habituel de correction d’erreur dominant/récessif des autres chromosomes. L’idée est donc que lorsque les rayons spatiaux frappent les gènes, cela crée un certain nombre de spécimens masculins vraiment nouveaux et bizarres qui font des choses étranges ; plus précisément, ils se lancent dans des raids et des conquêtes, construisent des empires, érigent des pyramides et d’autres bâtiments grandioses et marquent généralement l’histoire du monde de leur empreinte.

Ces spécimens mutants se battent d’abord entre eux pour éliminer tous les inadaptés, puis produisent un grand nombre d’enfants bâtards, de sorte que leurs chromosomes Y sauvages se répandent rapidement dans la population. Le fait d’avoir une armée de leurs propres fils les aide apparemment dans leurs efforts de construction d’empires et de civilisations. Mais en un peu plus d’un millénaire, le processus de sélection (naturelle ou autre) fait disparaître les arêtes vives, provoquant une prolifération des chromosomes Y habituels et médiocres, qui sont bons pour donner des agriculteurs et des commerçants, ou du plancton de bureau docile et obéissant, en fonction de la demande du moment, et qui n’incitent pas à construire ou à maintenir des empires ou des civilisations.

Il est utile d’établir une distinction entre les empires multiethniques et monoethniques. La France et l’Allemagne sont toutes deux d’anciens empires monoethniques, qui se sont séparés après le grand effort de construction d’empire médiéval de Charlemagne, qui a vécu de 747 à 814 après J.-C. Ce fut la date de lancement de l’ensemble de l’empire. C’est la date de lancement de l’ensemble de l’effort de l’Europe occidentale ainsi que de l’ensemble du superethnos de l’Europe occidentale. Tout cela s’est passé il y a environ 1 200 ans et, selon les calculs de Gumilëv, cela fait des Français et des Allemands des reliques ethniques – trop vieux pour être aptes à remplir des fonctions héroïques de maintien de la civilisation.

Et puis il y a les empires multiethniques : La Chine, la Russie et l’Inde répondent à cette description. La Russie est une fédération composée de plus de 100 nations. La Chine et l’Inde présentent une diversité ethnique similaire. La Russie en particulier a été relancée, d’un point de vue ethnogénique, à la suite de la soi-disant invasion mongole (il n’y a pratiquement pas eu de Mongols) ; après la dissolution de la Horde d’or, un grand nombre de ses membres ont rejoint le nouvel empire de Moscovie, beaucoup devenant chrétiens, le reste demeurant musulman. La secousse ethnogénique qui a conduit à la formation de l’empire mongol a commencé à se faire sentir vers 1300, ce qui signifie que la Russie, d’un point de vue ethnogénique, a encore un demi-millénaire devant elle – à moins que les rayons spatiaux n’aient frappé une partie de son immense territoire dans l’intervalle, auquel cas elle sera à nouveau en pleine effervescence.

Pour en revenir à l’Europe et à son prolongement ukrainien, il s’agit d’États ethniques dirigés par leurs ethnies respectives : La France par les Français, l’Allemagne par les Allemands… L’Ukraine est un cas curieux en ce sens qu’elle est dirigée par des Américains (pas du tout avec succès, mais ce n’est pas une surprise) mais que son ethnie titulaire est l’ethnie ukrainienne occidentale. De beaux spécimens de cette sous-espèce ont pris le contrôle de Kiev après le putsch de 2014. Il s’agit d’un élément proto-slave qui a été occidentalisé très tôt (d’un point de vue occidental), ou perpétuellement coincé derrière les lignes ennemies si vous êtes russe.

Coincés dans un marigot stagnant et habituellement maltraités par tous leurs voisins (qu’ils soient roumains, hongrois, autrichiens ou polonais), ils ont manqué tous les événements formateurs du superethnos russe et ont développé un complexe d’infériorité qui les fait bouillir de haine à l’égard de tout ce qui est russe. C’est cet élément que les Américains ont décidé d’exploiter pour attaquer la Russie par procuration et qui constitue aujourd’hui l’ethnie titulaire qui gouverne nominalement l’Ukraine contemporaine. Il s’agit, vous l’avez peut-être déjà deviné, d’une relique ethnique. Ainsi, un autre grand point commun entre l’Europe et l’Ukraine est qu’elles sont toutes dirigées par des reliques ethniques.

Je pense que ces grands points communs permettent de raisonner par analogie et de comparer l’avenir actuel ou proche des parties non russes de l’Ukraine à l’avenir un peu plus lointain de l’Europe occidentale. Je laisse au lecteur le soin d’établir les détails de cette comparaison.

Le 5 juillet 2023, Club Orlov – traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 940 € sur 3000 €

faites un don