L'option “to kill BHO”, ou le commentaire d’un “idiot utile”

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 487

Un commentaire du 13 janvier d’une personne (Andrew Adler) qui est présentée comme l’“obscur” éditeur et directeur d’un tout aussi “obscur” Jewish Times d’Atlanta, secoue diablement les relations réelles entre l’Israël que dirige le sionisme extrémiste, la direction politique américaniste pourtant si complètement acquise aux intérêts de cet Israël-là, et, au-delà, la situation générale de la direction du bloc BAO. Chemi Shalev, de Haaretz, qu’on va citer pour un autre article, présente rapidement (le 21 janvier 2012) l’incident qui provoque des remous considérables. Il s’agit bien d’une des options présentées par Adler pour qu’Israël se débarrasse de cette “menace existentielle” (vocabulaire approuvé par le Système) qu’est la “menace nucléaire” iranienne. La troisième option est que Netanyahou forme une équipe de tueurs avec pour mission d’abattre (physiquement et mortellement) le président Obama…

«The owner and publisher of the Atlanta Jewish Times, Andrew Adler, has suggested that Israeli Prime Minister Binyamin Netanyahu consider ordering a Mossad hit team to assassinate U.S. President Barack Obama so that his successor will defend Israel against Iran.

»Adler, who has since apologized for his article, listed three options for Israel to counter Iran’s nuclear weapons in an article published in his newspaper last Friday. The first is to launch a pre-emptive strike against Hamas and Hezbollah, the second is to attack Iran’s nuclear facilities and the third is to “give the go-ahead for U.S.-based Mossad agents to take out a president deemed unfriendly to Israel in order for the current vice president to take his place and forcefully dictate that the United States’ policy includes its helping the Jewish state obliterate its enemies.”

»Adler goes on to write: “Yes, you read “three correctly.” Order a hit on a president in order to preserve Israel’s existence. Think about it. If have thought of this Tom-Clancy-type scenario, don’t you think that this almost unfathomable idea has been discussed in Israel’s most inner circles?”»

Adler s’est “rétracté” (?) après avoir écrit ce qu’il a écrit, d’ailleurs sermonné par l’une ou l’autre autorité pro-israélienne aux USA, notamment le directeur de l’American Jewish Committee d’Atlanta Dov Wilker, et le directeur national de l’Anti-Defamation League, Abraham Foxman. Sa rétractation vaut à peu près le démenti de Netanyahou (le 19 janvier 2012) d’avoir, selon Steve Linde du Jerusalem Post, traité les quotidiens Haaretz et New York Times de “pires ennemis d’Israël” («“Netanyahu said, ‘You know, Steve, we have two main enemies'. And I thought he was going to talk about, you know, Iran, maybe Hamas. He said, ‘It’s The New York Times and Haaretz.’ He said, ‘They set the agenda for an anti-Israel campaign all over the world. Journalists read them every morning and base their news stories … on what they read in The New York Times and Haaretz.’ ”»)… La “rétractation” de Linde nous confirme plutôt la chose : «The PMO [Prime Minister Office] asked Linde to publish a clarification, which he did, stating that his remarks at the Tel Aviv conference were his own analysis of the conversation with the prime minister.»

Par ailleurs, et pour montrer combien la “rétractation” d'Adler est douteuse, le même Chemi Shalev, du Haaretz, publie un autre article, le même 21 janvier 2912. Il y observe en substance qu’Adler est peut-être “un idiot” (d’avoir publié la chose ?) mais que son idée est partagée par un grand nombre de personnes…

»And while we might all stipulate that there is no Jew anywhere in the world who is currently contemplating any act of violence against President Obama, I know, and most of you know, that Adler’s crazy and criminal suggestions are not the ranting of some loony-tune individual and were not taken out of thin air - but are the inevitable result of the inordinate volume of repugnant venom that some of Obama’s political rivals, Jews and non-Jews included, have been spewing for the last three years.

»Anyone who has spent any time talking to some of the more vociferous detractors of Obama, Jewish or otherwise, has inevitably encountered those nasty nutters, and they are many, who still believe he is a Muslim, who are utterly convinced that he wants to destroy Israel, and who seriously debate whether he is more like Ahmadinejad than Arafat or – and I heard this one with my own ears – more like Hitler than Haman.

»Anyone who reads some of the opinion articles and blogs posted on the Internet by the more extreme Obama-hating writers and pundits – again, many of them Jews - cannot deny the wanton and inflammatory nature of much of their anti-Obama invective.

»And anyone who lived through the Israeli right-wing’s days of rage against Rabin and the Oslo Accords can never forget that this deluge of deadly toxins need trigger just one homicidal chemical reaction in just one fanatic brain for history to be changed forever.»

L’affaire est l’occasion pour Robert Parry, de ConsortiumNews, de mettre en perspective, le 21 janvier 2012, cet appel au meurtre d’Obama et, d’une façon plus générale, les interférences grossières des Israéliens et des pro-israéliens dans la direction politique américaniste et, plus précisément, dans le processus d’élection des présidents. Dans l’extrait ci-dessus, Parry introduit l’affaire de la défaite de Jimmy Carter en 1980, obtenue grâce à une intrigue commune des républicains et du Mossad avec l’Iran de l’Ayatollah Khomeiny, largement à l’initiative des républicains qui voulaient faire élire Ronald Reagan (ce qui fut fait). Parry est certainement celui qui a le mieux décortiqué cette affaires, “beyond raisonnable doubt”… Auparavant, il rappelle combien l’élection de 2012 est marquée par ces interférences, Gingrich étant sans aucun doute un candidat (républicain) des intérêts sionistes extrémistes.

«Though Adler’s remarks about employing what is sometimes called “executive action” to alter U.S. government policy toward Israel is surely outrageous, there has existed for several decades a more general perspective in some quarters that U.S. policy must move in accord with Israel’s desires and that any action deemed “anti-Israel” must be made politically unacceptable.

»U.S. neoconservatives, for instance, have argued that there should be no space between how Israel and the United States view security concerns in the Middle East. Many neocons favored invading Iraq in 2003 because it was a longtime enemy of Israel and many now call for attacking Iran because Israeli leaders claim its potential acquisition of a nuclear weapon represents an “existential threat.”

»In Campaign 2012, leading Republican presidential candidates have denounced Obama for allowing even a slight separation to occur in America’s shoulder-to-shoulder support for Israel. Former House Speaker Newt Gingrich has gone so far as to suggest that he would join Netanyahu in a full-scale invasion of Iran to achieve “regime change” if that was what the Israeli prime minister wanted.

»And the notion of Israel participating in efforts to change American political leadership is not as far-fetched as it might seem. There is extensive evidence that Likud Prime Minister Menachem Begin intervened covertly more than three decades ago to undermine President Jimmy Carter’s reelection hopes because Begin feared that Carter would push Israel into accepting a Palestinian state…»

Le “climat” psychologique entre Israël et les USA, au niveau des directions politiques et des groupes de pression, est d’une tension extraordinaire. Lorsque nous observions qu’elle est plus forte qu’entre les deux alliés et l’Iran, ce n’est pas simple ironie. Alors que le Congrès lui-même, malgré son pavlovisme pro-israélien grassement rémunéré, s’inquiète d’une guerre contre l’Iran, dont il ne veut pas, les partisans les plus acharnés d’Israël-Netanyahou, c’est-à-dire partageant l’obsession maniaque de Netanyahou, en arrivent à des extrémités également extraordinaires. Dans sa chronique du 20 janvier 2012, Justin Raimondo, cite un nommé Josh Block du Progressive Policy Institute («…there is no room for uncivil discourse or name calling, like ‘Israel Firster or ‘Likudnik’, and policy or political rhetoric that is hostile to Israel, or suggests that Iran has no nuclear weapons program, […] in the mainstream Democratic party discourse») ; d’où Raimondo déduit qu’affirmer la possibilité que l’Iran n’ait pas de programme militaire nucléaire constitue une affirmation “antisémite” : «So let’s get this straight: there is “no room” among those engaging in “civil discourse” to in any way cast doubt on the proposition that Iran has an active nuclear weapons program: to even suggest such a thing is prima facie proof of “anti-Semitism.”»

Tout cela s’accorde avec ce qu’on sait des relations de Netanyahou et d’Obama, de la position de Netanyahou tenant Haaretz et le New York Times comme “les pires ennemis d’Israël” parce que les deux journaux ne partagent pas tout à fait sa propre position obsessionnelle et maniaque sur la question iranienne et sur le reste. Dans ce cadre psychologique absolument déchaîné, l’intervention d’Andrew Adler, du Jewish Times d’Atlanta, n’est pas si folle qu’elle ne paraît, ou bien n’est folle que dans le cadre d’une pathologie psychologique collective qu'on peut rapidement décrire comme confinant à la folie, où le Premier ministre israélien est en très bonne place. Il n’est donc nullement impossible que la “suggestion” d’Adler, qui laisse tout de même le choix de leurs armes aux tueurs, corresponde au moins à un vœu secret, sinon, disons, à une “suggestion de communication”, sinon à la description d’une menace qui pourrait être fondée. Il est possible, selon nombre de circonstances, qu’Andrew Adler, dont l'“obscurité” n'a nullement empêché l'abondance des commentaires à propos de son écrit, soit pris au sérieux, non seulement du côté israélien, mais du côté US, du côté du président Obama, comme le porteur de circonstance d'un message d’une menace sinon réelle, du moins de la plus sérieuse des intimidations…

Il faut alors replacer cela dans le contexte électoral, notamment à la lumière de ce qu’écrit Parry, qui fut réellement un exemple fondamental d’interférence israélienne dans la politique intérieure US. (Mais pas seulement israélienne, iranienne également ; plutôt que voir l’influence juive-sioniste écrasante à Washington comme un événement unique et exceptionnel, il faut voir que le système politique US, par son absence totale de dimension régalienne et historique, est absolument pénétrable, donc continuellement “à vendre”, y compris à des intérêts étrangers  ; certes, il y a le lobby sioniste, ou lobby juif, mais l’on pourrait aussi parler du lobby chinois, du temps des chinois nationalistes, jusqu'à la fin des années 1980 : dans les années 1940, du temps de madame Tchang Kaï-check et du général Claire Chennault, il était bien plus puissant que n’importe quel autre lobby.) Cela signifie que cette menace de mort contre Obama, proférée par l’idiot de circonstance Adler, n’est pas un facteur accidentel ni négligeable, nullement une aberration, que c’est un facteur réel, de poids, et cela dans la campagne électorale US elle-même, avec des conséquences sur les candidats, sur les politiques, sur les électeurs, et peut-être comme source d’évènements dramatiques. Car monsieur Adler n’est pas loin d’exprimer le sentiment à peine secret de Netanyahou, qui peut paraître surréaliste quand on connaît la politique israélienne de BHO, mais qui est telle, sans aucun doute : une réélection d’Obama serait pour lui (Netanyahou), selon son analyse et sa psychologie, une catastrophe… (Où l’on voit, certes, que “le facteur de déstabilisation potentielle” dont nous parlons pour la campagne républicaine vaut pour toute la campagne présidentielle de 2012.)


Mis en ligne le 23 janvier 2012 à 04H58

Donations

Nous avons récolté 809 € sur 3000 €

faites un don