L’impasse mécaniste

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 343

L’impasse mécaniste


14 août 2007 — L’excellent historien Gabriel Kolko a publié un texte court, incisif, dépouillé de toute passion excessive et certainement marqué d’un fatalisme résigné. Cet adversaire de la politique interventionniste et belliciste des USA nous décrit une situation (celle des USA) qui est celle de la civilisation occidentale dans son système actuel, — évidemment largement inspiré des USA, mais nullement exclusivement. On dirait plutôt que les USA ont porté au comble et à l’extrême toutes les contradictions internes du système. Il est bien entendu question d’un système que les hommes ne contrôlent plus, et dont personne ne peut réellement être tenu pour le responsable central ou le manipulateur machiavélique, et qui est même l’objet de critiques constantes et lucides de l’intérieur de lui-même. Parlant des opérations militaires en cours et de la stratégie générale qui les anime, Kolko note:

«Some of the most acute criticisms made of the gross simplisms which have guided interventionist policies were produced within the military, especially after the Vietnam experience traumatized it. My history of the Vietnam War was purchased by many base libraries, and the military journals treated it in detail and very respectfully. The statement at the end of July by the new chairman of the Joint Chiefs of Staff, Admiral Michael G. Mullen, that “no amount of troops in no amount of time will make much of a difference” if Iraqi politics fails to change drastically reflects a current of realism that has existed among military thinkers for some decades (whether he acts on this assumption is another matter and depends greatly on considerations outside of his control). Like the CIA, the military has acute strategic thinkers, and the monographs of the U.S. Army's Strategic Studies Institute – to name one of many – are often very insightful and critical. Academics tend to be irrelevant and dull by comparison.»

C’est l’impasse de la destruction mécanique, — de notre destruction mécanique, exposée dans son texte «Mechanistic Destruction: American Foreign Policy at Point Zero», mis en ligne sur Antiwar.com le 10 août. Il n’y a pas de cause centrale (une cause centrale), de complot universel qui tourne mal, de manipulation, de grand projet stratégique trahi par une manœuvre délibérée. Il y a une mécanique désormais irrésistible, absolument destructrice de nous-mêmes. C’est pourquoi, — revenons un instant sur la chose, — alors que nous applaudissons à la description d’un establishment washingtonien complètement prisonnier de lui-même décrit par “Axel Brot” (notre F&C du 11 août), nous sommes en complet désaccord avec les perspectives destructrices de la politique que cet establishment engendre, selon “Brot”. L’efficacité est complètement absente de cette politique et l’erreur y est omniprésente. L’historique du “comment nous avons perdu l’Afghanistan” pourtant complètement “conquis” au printemps 2002, détaillé par un remarquable article du New York Times du 12 août, est une pièce de plus à verser à un dossier qui ne cesse de s’épaissir.

La situation est résumée par Kolko, toujours sur ce ton désabusé, implacable, sans espoir (le “it”, c’est le système, ou Washington, ou l’establishment) : «At the present time it is losing two wars and creating a vast arc of profound strategic and political instability from the Mediterranean Sea to South Asia, it has resumed the arms race in Europe, and it is making Russia an enemy when it could easily have been friendly. Economically, it has run up the biggest deficits in American history, brought on the decline of the dollar, and wherever one turns this administration has been at least as bad as any in two centuries of American history – perhaps even the worst. We now have an unprecedented disaster in the conduct of American power, both overseas and at home, in part because of the people who now rule – ambitious men and women who calculate only what is best for their careers – but also because the imperatives and inexorable logic of past policies and conventional wisdom have brought us to this critical juncture. All the old mistakes have been repeated; nothing had been learned from the past, and official myopia is timeless.»

… Et le phénomène vient de si loin effectivement, succession d’erreurs et de jugements faussés, animée par une vision du monde totalement prisonnière d’une mécanique et s’autorisant tous les actes séditieux et subversifs de l’intervention extérieure sans autre raison qu’une certitude de soi-même imposée par cette mécanique inéluctable: «There is nothing whatever that is unique in this regard in the present Bush Administration. This pretension, which first began during the 19th century and which Woodrow Wilson articulated, is simply not functional and it has led it into countless morasses, bad for the U.S. and far worse for the countries it has interfered with. The fact is that no nation has ever been able to assume such an international role, and those that have attempted to do so came to no good end – they exhausted their resources and passions and follies.»

Il y a une explication circonstancielle pour la séquence historique américaniste qui a commencé en 1945, en renouvelant le phénomène sans en modifier les fondements. C’est le complexe militaro-industriel, qui est une réalité nourrissant une perception mythique, devenue une contrainte, une obsession, — au bout du compte, bien sûr, une impasse. On y trouve toutes les erreurs et les folies, la croyance déraisonnable en la technologie, les moyens déterminant les fins, le destin historique réduit au goût du profit, la vision mécaniste du monde, l’obsession de la force et la constance de la peur comme marques principales d’une psychologie dévastée par sa pathologie.

«In part, expensive equipment and incredibly inflated military budget is premised on the traditional assumption that owning complex weapons gives America power, which is determined by arms in hand rather than what happens in a nation's politics and society. In fact, the reverse is often the case, especially when enemies find the weaknesses in this sort of technology and exploit it – as they increasingly have done over the past decades. Then the cost of fighting wars becomes a liability – and America's technological military an immense weakness when the government has huge deficits or lacks funds to repair its aging public infrastructure – a fact that was highlighted when the collapse of a bridge in Minneapolis earlier this month led to the striking revelation that 70,000 bridges in the U.S. are rated deficient. The Vietnam War should have resolved the issue of the relevance of technology to the America's military ambitions, but it did not. The real question is: why?

»To a critical but scarcely exclusive sense, the Pentagon's penchant for military toys makes an ambitious, aggressive foreign policy essential. Without enemies and conflicts, real or potential, there is no reason to spend money, and this reality often colored its definition of Soviet goals after 1947 – despite the objections of senior CIA analysts. But the Defense Department, and national security establishments in general, are immense and all kinds of constituencies exist in them: there are procurement experts who draw up budgets and go after equipment mindlessly, people who have always dominated its actions, but thinkers too. Each does their own thing and they are often very different. It has always had these contradictions.

»But that those who run military establishment have technological illusions, which many ordinary people share in this and other domains of human existence, keeps immense sums of money flowing to arms manufacturers and their minions. There is a very profound consensus between the two parties on arms spending, which began under the Democrats a half-century ago and it will not go away – no matter how neglected the bridges and infrastructure, health, or the like. Arms lobbies are not only very powerful in Washington but create crucial jobs in most states and military spending keeps the economy afloat. Weapons producers make money regardless of whether the Pentagon wins or loses its wars – and making money is their only objective. It is surely a key causal factor even if it is far from being the sole explanation of why the U.S. intervenes where it shouldn't.»

Ainsi la fin est-elle proche, qui est en train de se constituer dans l’impasse de nos illusions perdues; qu’elle prenne la forme d’une défaite catastrophique en Irak, d’une crise financière mondiale, d’un effondrement du système à Washington, — le champ de l’imagination est ouvert. Elle prend forme dans l’impasse américaniste, l’impasse de la modernité… Il est bien difficile, conclut Gabriel Kosko, de ne pas être pessimiste.

«We are at point zero in the application of American power in the world: the U.S. cannot win its extremely expensive adventures nor will it abstain from policies which increasingly lead to disasters for the nations in which it intervenes and for itself as well. All the factors I have mentioned – its myopia regarding technology, the policy consensus that binds ambitious politicians and often makes public opinion irrelevant, the arms makers and their local interests, or the limits of rational inputs – have all combined to deliver us to this impasse. It is difficult not to be pessimistic when – as it should be – realism rather than illusions guide our political assessments. But realism is the only way to avoid cynicism.»

La stratégie de l’écrevisse

Historien intelligent et d’esprit indépendant, adversaire éclairé et acharné de la politique de son pays, — acharné parce qu’éclairé, — Kolko ne se perd pas dans de vaines accusations et des enquêtes soupçonneuses. Il comprend qu’il n’a pas affaire à un parti, à une cabale, à un complot, — même s’il y a tout cela, greffés comme autant de parasites sur le monstre, — mais bien qu’il a affaire essentiellement au monstre, justement. En ce sens, son texte vient justement et heureusement équilibrer le texte de “Brot”, essentiellement en le limitant là où il doit l’être.

Kolko montre bien combien la plupart des hommes du système sont à la fois complices et exécutants du système, et critiques et accusateurs de lui. C’est un homme du système, ô combien puisque c’est le nouveau président du Joint of Staff, l’amiral Mike Muellen, qui vient affirmer lors de son audition devant les sénateurs de la commission des forces armées que l’outil principal du système, sa raison d’être, sa seule forme d’action, — la puissance brute, le nombre, le poids de la force, — ne sont d’aucune utilité dans le principal conflit où ce système est embourbé. Cette circonstance particulière, prise comme exemple, montre combien, paradoxalement, les hommes du système, à côté de leur fidélité conformiste au système mais confrontés aux échecs engendrés par le système, ne peuvent être qu’inefficaces et même contre-productifs, combien leur absence de conviction dans l’exécution de leur tâche ôte à leurs actes l’élan qui les rendrait irrésistibles, combien même, dans certaines occurrences, certains constituants du système agissent subrepticement contre les objectifs destructeurs du système (toujours ce cas de l’U.S. Navy, que commandait l’amiral Muellen avant d’être nommé à la tête du JCS). Les hommes du système, devant les outrances nihilistes désormais sans frein du système, sont nécessairement doubles.

A l’inverse quoique d'une façon complémentaire, on comprend évidemment que leurs velléités de résistance sont nécessairement insuffisantes. Le même Muellen n’empêchera pas la bureaucratie, si les besoins de relations publiques de la direction civile l’exigent, de recommander l’envoi d’unités supplémentaires en Irak. A ce point, on voit que les contradictions déjà identifiées se compliquent des intérêts divergents de différents groupes d’intérêt à l’intérieur du système. Eux aussi sont dans une impasse, celle de leurs actes contradictoires mais inefficacement contradictoires.

L’effet de ces diverses situations qui exercent constamment leur pressions contradictoires n’est nullement une extension apocalyptique des conflits mais plutôt un enlisement systématique de tous les conflits lancés dans les années 2001-2003. Le récit extraordinaire que rapporte le New York Times déjà cité des erreurs commises en Afghanistan montrent que l’inefficacité accouche d'un monstre aggravant toute situation, qu'on pourrait dsigner comme une “stratégie de l'écrevisse”: un pas en avant, — la conquête de l’Afghanistan, l’élimination du pouvoir taliban, — deux pas en arrière, — l’absence d’exploitation du succès initial, le retour des talibans, les armées de l’OTAN embourbées en Afghanistan et de plus en plus impopulaires. C’est loin d’être le déchaînement de puissance conquérante et irrésistible jusqu’à en être le contraire. Ce n’est pas une marche en avant d’une force sans frein mais l’enlisement de cette force dans une impasse totale.

De même pour les alliés du système, notamment les Européens que “Krol” décrit sur le point de succomber au même emportement nihiliste, destructeur et déstructurant. Eux aussi sont nécessairement doubles. En un sens, il faut les comprendre. D’un côté leur servilité, leur suivisme aveugle, leur intelligence mécaniste conduisant à une trahison des valeurs humaines et politiques fondamentales qui n’a pas, qui ne peut avoir de précédent dans l’histoire, avec des psychologies réduites à l’asservissement du conformisme. Il faut les comprendre parce que l’échec, l’effondrement de l’Amérique, c’est aussi, l’effondrement sans retour de leurs propres conceptions et qu’il faut donc tout faire pour empêcher cet échec, y compris dîner avec le diable. Il y a là tout le poids d’une fascination qu’exerce sur la psychologie occidentale le mot d’“Amérique”; comme disait Jacques Brel en parlant de son amour impossible et pourtant impossible à ne pas espérer, «Madeleine, c’est mon Amérique à moi».

D’un autre côté, ces mêmes Européens mesurent de plus en plus nettement les folies du système de l’américanisme, ses limites, sa décadence, son aveuglement et la construction systématique de l’impasse où il s’enferme. Eux aussi se trouvent dans une impasse dans l’élaboration de leur politique vis-à-vis des USA. Cela, plus que tout le reste, est la cause centrale d’une politique européenne anémique et insupportable de couardise vis-à-vis des USA, de la réduction de cette politique aux seuls sujets d’un consensus de type “plus petit dénominateur commun” d'une part, de sa “parcellisation” en sujets spécifiques de mésentente traités dans le cadre le plus strictement restreint de leur domaine d’autre part.

Nous n’avons pas, ni les uns ni les autres, de politique, fût-ce une politique honteuse et méprisable. Nous sommes prisonniers, enchaînés, malheureux. Nous sommes les jouets de notre peur, de nos croyances, de notre psychologie malade. Il nous reste notre jeu d’ombres, notre façon d’écoper au jour le jour l’eau qui monte dans l’esquif désemparé, à la lumière tremblotante du virtualisme qui est notre croyance folle en notre propre fiction, dernier tribut rendu à notre vanité.