Les BRICS en or

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4493

Les BRICS en or

Voici un exercice que vous pouvez facilement réaliser. Rendez-vous sur translate.google.com. Dans le volet de gauche, sélectionnez “English” et dans le volet de droite, “Chinese (Simplified)” (ou “Traditional” si vous aimez les traits supplémentaires).

Dans le volet de gauche, tapez BRICS. Voici ce que vous verrez dans le volet de droite : 金砖国家 (Jīn zhuān guójiā)

Profitez-en pour vous entraîner à la calligraphie : prenez du papier de riz, un pinceau de calligraphie et un bloc d’encre, et continuez à dessiner ces quatre caractères jusqu’à ce que tous vos traits soient parfaits. Allez sur strokeorder.com si vous n’êtes pas sûr de l’ordre des traits ; copiez et collez chaque caractère et regardez comment c’est fait. Ensuite, cliquez sur la petite icône du haut-parleur sous le chinois et entraînez-vous à chanter “Jīn zhuān guójiā” jusqu’à ce que vos sons soient parfaitement clairs et ressemblent à des cloches.

Vous êtes maintenant prêt à méditer sur la signification de chaque caractère.

  • 金 (jīn) = or
  • 砖 (zhuān) = brique
  • 国 (guó) = pays
  • 家 (jiā) = maison

En creusant un peu, on peut établir que 国家 (guó jiā) se traduit simplement par “pays”.

Et voilà : BRICS = “Pays en briques d’or”. N’est-ce pas joli ?

Tout ceci n’était qu’un échauffement pour discuter de l’éventuelle future “monnaie des BRICS”, sur laquelle, en préparation du prochain sommet des BRICS, qui se tiendra à Johannesburg, en Afrique du Sud (le “S” de BRICS), ce mois-ci, un grand nombre de spéculations sans fondement et fallacieuses seront observées sur les terres sauvages de l’internet.

Pour paraphraser Sherlock, le personnage de Doyle,

« Lorsque vous avez éliminé ce qui est complètement stupide et irréalisable, ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être le plan. »

Idée stupide n° 1 : une monnaie des BRICS adossée à l’or. Cette idée souffre de plusieurs lacunes fatales à la fois :

1.1 Il n’est pas possible d’imprimer de l’or. Il faut d’abord l’extraire, le raffiner et le frapper. À la fin de ce processus, on obtient une substance généralement inutile. Certes, il est très utile pour dorer les dômes en oignon des églises et des cathédrales et les intérieurs du siège exécutif de Trump. C’est aussi un métal de choix pour les alliances, les dents des voyantes gitanes et les fils de liaison des puces électroniques. Sans oublier les feuilles d’or utilisées pour envelopper les satellites, le placage d’or sur les connecteurs électroniques et le dépôt en phase vapeur sur les fenêtres bloquant les infrarouges. Mais il s’agit là d’applications de niche et l’or ne sert pas à grand-chose d’autre.

1.2 L’or peut être la cible d’une attaque spéculative où un nombre ridicule de morceaux de papier facilement imprimables (euros, dollars) peut être offert pour une qualité finie d’or, mettant une monnaie soutenue par l’or dans une situation d’étouffement. Si une ressource clé (le pétrole dans le cas des États-Unis) commence à s’épuiser, une ruée sur une monnaie adossée à l’or devient inévitable ; c’est ce qui a contraint Nixon à fermer le “guichet or” vers 1970. L’expression “étalon-or” peut sembler agréable, mais seulement jusqu’à ce que vous lisiez les petits caractères qui indiquent “premier arrivé, premier servi” et “jusqu’à épuisement des stocks”.

1.3 La finitude de l’or en tant que ressource limite la croissance économique. Certains pensent que c’est une bonne chose, mais ils devraient parler pour eux-mêmes. En ce qui concerne les Russes, une croissance économique infinie est tout à fait possible (pour le moment) dans leur pays presque infiniment grand et qui se réchauffe rapidement. La finitude de l’or et son utilisation comme support de la monnaie nationale ont entravé le développement économique des États-Unis et de l’Empire russe au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Cette leçon ne doit pas être oubliée.

Idée stupide n° 2 : formuler une nouvelle monnaie basée sur un “panier de monnaies”. Cela nécessitera de lier une monnaie forte (le yuan) à des monnaies relativement faibles (le rouble, la roupie, le rial), sans parler des futurs candidats des BRICS (l’Argentine, la Turquie, etc.) Cela reviendrait à calculer la moyenne d’un éléphant et de quelques souris. Bien sûr, on pourrait procéder à des ajustements en fonction de la taille de l’économie, de la population, des ressources, etc., mais ce sont là des questions politiquement litigieuses qu’il vaut mieux éviter.

Idée stupide n° 3 : formuler un modèle de monnaie basé sur les ressources. Ainsi, la Russie dispose d’énormes ressources naturelles, tandis que la Chine dispose d’énormes ressources productives. Le Brésil dispose d’une grande quantité de ressources naturelles et productives. La manière de les comparer est, une fois de plus, politiquement litigieuse et, une fois de plus, c’est la question qu’il vaut mieux éviter. Bien sûr, la seule raison pour laquelle les nations des BRICS ont jugé bon de se regrouper est qu’elles ont toutes beaucoup à offrir aux autres, mais tout cela est basé sur les intérêts nationaux des membres individuels et la formulation d’un ensemble commun de normes serait à la fois inutile et impossible.

Examinons maintenant ce qui est réellement nécessaire dans une “monnaie” commune des BRICS (si vous insistez pour l’appeler ainsi) :

• Une façon courante d’évaluer les transactions d’import-export sans référence à des devises toxiques telles que le dollar américain ou l’euro. Le mode de calcul peut être décidé bilatéralement par deux pays, mais étant donné que cela peut entraîner des distorsions du marché et offrir des possibilités aux spéculateurs d’arbitrage commercial, il serait préférable qu’un mécanisme soit mis en place à l’échelle des BRICS. Des accords bilatéraux pourraient constituer un début, puis d’autres mesures d’harmonisation pourraient être prises afin d’exclure les spéculateurs. Le résultat final serait une unité notionnelle (NU), qui n’est pas une monnaie mais une technique comptable, désignée par la lettre grecque nu, “ν”, à laquelle pourrait être attribué le symbole ci dessus pour la faire ressembler à un symbole monétaire.

• Une façon de régler les paiements dans le commerce international sans avoir à émettre des monnaies nationales pour les couvrir ou à détenir les monnaies nationales des autres pays (comme la Russie, par exemple, est actuellement obligée de le faire avec les roupies qu’elle gagne en exportant du pétrole vers l’Inde, que l’UE importe ensuite après raffinage en diesel et en essence, à un prix douloureusement élevé parce que les sanctions de l’UE sont stupides et parce qu’être stupide est douloureux). La méthode préférée pour éviter les monnaies toxiques est actuellement l’échange bilatéral de monnaies, mais cela nécessite d’émettre des monnaies supplémentaires pour les financer et de garder les monnaies de l’autre en réserve. Un meilleur système serait un système basé sur les chits, où chaque transaction commerciale internationale entre les membres des BRICS est enregistrée sous la forme d’un chit (un prêt à court terme à taux d’intérêt zéro, essentiellement)1. Les chits sont comptabilisés à la fin d’un cycle comptable convenu (jour, semaine, mois, trimestre, année) et sont soit mutuellement éteints (dans le cas d’un commerce équilibré), soit reconduits aux mêmes conditions (si un déséquilibre commercial est considéré comme transitoire), soit….

• ... un échange d’espèces, c’est-à-dire d’or. Après tout, le  金 (jīn) dans BRICS est là pour quelque chose ! Certaines personnes, lorsqu’elles entendent le mot “or”, ont tendance à se dresser sur leurs pattes arrière et à tirer la langue, en gémissant, en haletant et en salivant abondamment, mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. Chaque membre des BRICS s’engage à fournir une quantité d’or proportionnelle au volume de ses échanges avec les autres membres des BRICS. Cet or ne peut être échangé, loué ou mis en gage à d’autres fins que le règlement des déséquilibres commerciaux qui peuvent survenir de temps à autre. Et, bien sûr, l’or mis en gage serait désormais évalué en unités notionnelles (“ν”), comme un insecte pris dans l’ambre, et totalement détaché du marché toxique de l’or papier. Pour accumuler une quantité initiale d’or suffisante, les pays BRICS seraient invités à liquider leurs avoirs en bons du trésor américain et autres instruments financiers toxiques, et à utiliser le produit de la liquidation des devises toxiques pour acheter de l’or physique et le transporter hors des juridictions toxiques. Et si, malgré ces efforts, les réserves d’or s’avèrent insuffisantes pour couvrir les déséquilibres commerciaux, d’autres types d’actifs pourraient être mis en gage à la place (si toutes les parties sont d’accord).

Ce que je décris ici n’est pas un truc d’IA blockchain génial venu de l’enfer ; au contraire, cette façon de régler le commerce international est typique du 18e siècle et assez conservatrice. Le système s’appelait “chits and specie” et fonctionnait très bien. À l’époque, la monnaie était le dollar mexicain en argent, et non en or, mais il pourrait s’agir de n’importe quoi, en fait, sur lequel toutes les parties s’accordent. Il se trouve que l’or est un bon candidat.

Cela pourrait également répondre à la question stupide : “Quelle sera la nouvelle monnaie de réserve ?” La réponse serait : “Il n’y en aura pas”. Le monde s’est déjà pris les pieds dans le tapis suffisamment de fois pour en tirer la leçon. Aucun pays sain d’esprit ne devrait accepter de devenir le prochain cobaye de l’expérience de la monnaie de réserve, qui a échoué à chaque fois qu’elle a été tentée. Les seules personnes qui bénéficient de l’existence d’une monnaie de réserve sont les banquiers, les avocats et les spéculateurs suceurs de sang. Je pense que la bonne approche consiste à tuer le dollar américain (l’euro se flétrira tout seul et le yen est de toute façon mort comme un piquet de clôture) et d’en finir avec cette question gênante.

Le 9 juillet 2023, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 940 € sur 3000 €

faites un don