Le vrai mouvement perpétuel

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3726

Le vrai mouvement perpétuel

Les rêves d’une machine monétaire à mouvement perpétuel s’effondrent, pour être remplacés par la douleur et le désenchantement. Les États-Unis sont passés sous sédation monétaire lourde en 2020 et n’ont pas encore repris conscience. Ils ont tenté de créer l’illusion d’un mobile à mouvement perpétuel : un état de fait où il est possible d’inonder chaotiquement les marchés de liquidités illimitées sans en subir les conséquences, tout en jouissant d’un sentiment éphémère d’immortalité. Les marchés sont en ébullition, le déficit budgétaire est illimité, il n’y a pas d’inflation et tout est doux et léger !

À cette époque, le gouvernement fédéral américain, séduit par un sentiment d’invulnérabilité et souffrant d’une perte de raison permanente, a généré des plans de sauvetage sans fin. L’argent jeté par hélicoptère n’en finissait pas de voltiger : environ 1 000 milliards de dollars en mars-mai 2021 ; 1 200 milliards de dollars de plans d’infrastructure à partir du 7 novembre 2021. Il y a eu des dizaines de plans de ce type créés par Biden & Cie.

Lorsque leur foi en l’immortalité a atteint son apogée, la peur s’est estompée, les cerveaux se sont éteints et 6 000 milliards de dollars ont été distribués à tous ceux qui pouvaient les engloutir sous n’importe quelle excuse bidon. Les gens étaient littéralement forcés de se taire et d’accepter la fausse monnaie.

À l’époque, en 2020 et dans la première moitié de 2021, alors que l’inflation était encore faible, il semblait que cet état de fait allait durer éternellement. À l’époque, on disait que l’inflation était temporaire et qu’elle était causée par divers facteurs transitoires et non récurrents. Ces facteurs disparaîtraient, disait-on, et la situation se normaliserait. Maintenant, il y a un nouveau sujet pour ce badinage éhonté : il n’y a aucun risque de récession, aucun ! Ils essaient de manipuler l’opinion publique en utilisant les prévisions officielles idiotes d’une croissance du PIB de 2,5% pour 2022.

Dans les deux cas, ils ont eu tout faux. L’inflation est à son plus haut niveau depuis 40 ans, tandis que l’économie est entrée dans une crise terminale. Les procédures standard de réaction pour trouver une issue à cette crise seront inutiles.

Plus précisément, toute tentative de faire apparaître la demande des consommateurs à partir de rien est vouée à l’échec. Toutes les tentatives précédentes ont échoué. Les dépenses réelles de consommation des ménages par habitant aux États-Unis en mai 2022 ne sont supérieures que de 1,5% à celles de février 2022. Les revenus sont supérieurs de 0,6%, mais si vous soustrayez les aides gouvernementales, ils sont inférieurs de 0,6%.

L’inflation détruit tout, et la vague de destruction n’atteindra son apogée que lorsque chaque faux dollar dégorgé par la Fed sera brûlé dans un enfer inflationniste. Mais ce ne sera que le début. Depuis des décennies, les États-Unis se sont enrichis grâce à leur capacité à faire chanter la planète entière, ce qui leur permet d’importer toutes sortes de choses en échange de billets à ordre qui finissent par ne plus avoir de valeur.

Cette richesse mal acquise va maintenant être expropriée dans le cadre d’un processus connu sous le nom d’asset-stripping : tout ce qui n’est pas cloué au sol sera mis en caisse et expédié, juste pour que les lignes de vie des produits fonctionnent un peu plus longtemps. Et puis il y aura les réparations pour tous les crimes de guerre commis par les États-Unis au cours du dernier demi-siècle. Oh, et n’est-ce pas les États-Unis qui ont conçu le Covid-19 et l’ont lâché sur la planète ? A combien pensez-vous que s’élèvera la compensation pour cet acte odieux ? Beaucoup, je pense ! Mais n’oublions pas les petites choses, comme les coûts de nettoyage environnemental de toutes les bases militaires américaines dans le monde qui sont sur le point d’être abandonnées.

Payer pour cela avec de la fausse monnaie imprimée ne fonctionnera pas et il n’y a tout simplement pas beaucoup de demande d’organes internes pour les transplantations. Les Américains font un commerce florissant de cellules souches provenant de fœtus avortés, mais ce commerce est limité par le nombre de riches malades qui peuvent se payer une thérapie par cellules souches, et la récente décision de la Cour suprême sur les avortements va probablement faire dérailler ce commerce.

À mon avis, il n’y a aucun moyen pour les États-Unis de rembourser un jour toutes leurs dettes. Mais il devrait être possible pour les États-Unis d’effectuer des paiements perpétuels en devenant une sorte de puissance agraire et minière, en cultivant des champs et en déterrant des minéraux à la main et en les livrant aux quais de chargement dans des trains de mules.

Bien sûr, cela impliquerait le retour de l’esclavage, mais cela ne devrait pas poser de problème : à l’heure actuelle, il y a plus d’Afro-Américains qui travaillent dans les prisons américaines que de Nègres qui travaillaient dans les plantations avant la guerre civile. Pour rendre la chose politiquement acceptable, il serait préférable de ne pas l’appeler esclavage, mais de la déguiser en l’habillant de jolis symboles écologiques et de slogans accrocheurs tels que « vous ne posséderez rien et vous serez heureux ».

Et cela, mes amis, serait un véritable mobile à mouvement perpétuel : les États-Unis travaillant sans cesse à rembourser leurs dettes ; jusqu’à ce que la prochaine ère glaciaire arrive.

Le 5 juillet 2022, Club Orlov – Traduction Sakerfrancophone