Le songe d’Attali

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3341

Le songe d’Attali

5 juin 2022 (17H30) – Un peu de détente, avec Jacques Attali...  Sur la recommandation d’un ami dont je me demande encore s’il me veut du bien, j’ai lu une chronique de Jacques Attali, sur son site, en date du 25 mai. Ce  n’est pas du tout-frais ; mais avec cet homme au regard perçant et qui voit le monde plus loin que l’ombre de son ombre, chaque texte vaut pour les mille saisons qui viennent. C’est comme du Racine.

Or, il se trouve que le grand et vieil homme se livre à son sport favori qui est celui de la prédiction, et qu’il en est effondré, et qu’il me remplit d’une joie reconnaissante. Je lui reconnais ceci qu’il semble comprendre que le cœur, le nœud et l’issue de ce que je nomme avec emphase la GrandeCrise que nous vivons se trouvent aux USA, beaucoup plus qu’en Europe ou qu’en Ukraine. Moi de même, je pense cela ; ce qui nous sépare grandement, là-dessus, c’est que là où il geint j’ai du mal à cacher ma joie.

Mais laissons geindre l’oiseau sur sa branche, sur le thème de « Sommes-nous préparés à un retour au pouvoir de Donald Trump ? », – et que pas du tout, et que nous sommes impréparés au-delà de l’inconscience, et que nous ignorons complètement quelle catastrophe ce sera... Moi-même, par contre et m’extrayant du “nous-mêmes”, tout à fait prêt je vous l’assure, ne rêvant qu’à cela... Dans tous les cas, voici ce que nous dit le Grand Sachem sorti de sa consultation des augures :

« On me reproche parfois de mettre en avant les scenarii du pire. Les événements les plus récents, en France comme partout ailleurs dans le monde, auraient pourtant dû convaincre les plus optimistes que le pire n’est pas impossible, et que la meilleure façon de l’éviter est de s’y préparer.

» Ainsi n’est-il pas trop tard pour se préparer à une hypothèse chaque jour d’avantage vraisemblable : le retour de Donald Trump à la Maison Blanche, après l’élection prochaine, le mardi 5 novembre 2024.

» Pour comprendre l’importance d’un tel événement, il suffit d’imaginer ce que serait la situation mondiale d’aujourd’hui, s’il avait été réélu en novembre 2020 : les Etats-Unis n’auraient certainement pas infligé de sanctions à la Russie ; ils n’apporteraient aucun soutien militaire à l’Ukraine ; la Grande Bretagne, toujours suiveuse de son maitre américain, n’aurait sans doute pas fait mieux ; l’Allemagne aurait été ravie de sauver son approvisionnement en gaz et en pétrole russe et aurait fermé les yeux. Et on aurait trouvé bien des voix en France pour rappeler que le conflit en Ukraine n’est pas notre guerre, et que l’alliance russe est une base fondamentale de la géopolitique française.  Ce conflit se serait donc depuis longtemps déjà terminé par l’effondrement de l’armée et de l’économie ukrainienne, quels que soient le courage et la compétence des Ukrainiens. Dans bien d’autres domaines, la présence de Trump à la Maison Blanche aurait tout changé : il aurait continué de marquer son hostilité à tout ce qui peut être fait pour renforcer le projet européen ; la nouvelle doctrine de la Cour Suprême sur l’avortement serait depuis longtemps entrée en application. Ce n’est que sur la volonté farouche de contrer sur tous les terrains la puissance chinoise qu’il y a un accord entre les deux grands partis se disputant le pouvoir à Washington.

» L’hypothèse d’un retour de Trump dans le bureau ovale est aujourd’hui plus que vraisemblable : le président Biden est profondément impopulaire. Les démocrates vont perdre les élections  intermédiaires de novembre prochain. Le parti républicain est totalement entre les mains de Donald Trump. Il choisit déjà les candidats républicains aux divers postes de gouverneurs ou de sénateurs et il confie volontiers à ses plus récents visiteurs privés qu’il sera candidat en 2024.

» Il ne faut pas s’y tromper : un Trump président en 2025 serait très différent de qu’il a été la première fois : il aurait tout pouvoir sur les deux chambres de l’exécutif, sur la Cour Suprême et sur l’essentiel des médias ; et rien ne dit qu’il acceptera alors que ce deuxième mandat soit le dernier. On peut dire sans excès que les Etats-Unis auront cessé d’être une démocratie. Et même ceux qui aujourd’hui louent son bilan dans tel ou tel secteur ne pourront  plus le soutenir sans rompre avec les valeurs les plus fondamentales de la démocratie.

» Bien sûr, rien n’est joué, et il peut se produire bien des choses d’ici là : un candidat démocrate lumineux peut apparaitre, capable de réconcilier les deux Amériques d’aujourd’hui, profondément divisées, au bord de la guerre civile, même, comme le montre les fusillades, pour des motifs raciaux, qui se multiplient. Et même, qui sait, un autre candidat républicain, qui saurait montrer à l’Amérique profonde qu’un tel enfermement populiste est suicidaire.

» Bien sûr, nous Européens, nous ne pouvons pas intervenir dans une telle élection ; mais nous pouvons, nous devons, nous préparer à une telle éventualité. Ne serait-ce que parce que sa probabilité devrait pousser certains, en particulier au Kremlin, à faire durer le conflit actuel assez longtemps pour que Trump retire tout soutien au président Zelenski. Et parce que nous ne sommes absolument pas préparés à vivre dans un monde où les Etats-Unis seraient, deviendraient, un pays totalitaire, menacé de guerre civile, et refusant toute solidarité avec les autres continents, et en particulier avec l’Europe. Un pays qui pourrait même mettre à exécution la menace maintes fois formulée par Trump de quitter l’OTAN.

» Nous devrions alors nous débrouiller seuls face à toute menace extérieure. Et nous n’en avons absolument pas les moyens.

» Si nous attendons d’être devant le fait accompli, si là comme ailleurs, nous faisons un déni de réalité, il sera bientôt trop tard pour agir. La parenthèse Biden peut nous faire croire encore un moment que nous ne serons jamais seuls et que les Etats-Unis seront toujours là pour défendre la démocratie en Europe. C’est une illusion ; et il serait criminel, pour l’avenir de la prospérité et de la démocratie en Europe, de les faire dépendre des élections dans un autre pays, aussi amical soit-il, pour le moment. »

Vous admettrez que la prévision, si elle est corsée, a beaucoup d’atouts pour elle ; c’est dire, selon mon jugement, si je l’épouse à peu près complètement. Les “geignements” dont je parle à propos de “l’oiseau sur sa branche”, ce sont les commentaires absolument désolés et fort peu documentés et justifiés qui l’accompagnent, comme autant de réflexes nerveux mal maîtrisés. A aucun moment, Attali ne nous offre une alternative crédible, sinon des hypothèses absolument fantaisistes, fumeuses et vagues, telles qu’« un candidat démocrate lumineux [qui] peut apparaître, capable de réconcilier les deux Amériques d’aujourd’hui », ou bien « qui sait, un autre candidat républicain, qui saurait montrer à l’Amérique profonde qu’un tel enfermement populiste est suicidaire »... Bref, le Messie doublé d’un Jésus-Christ résurrectionné soudain éclos à “D.C.-la-folle”, sortant du marigot pour éclairer le monde. (Cela pourrait être l’explication de cette étonnante expression, de ce que c’est qu’un « candidat lumineux », – l’ai-je bien compris ?)

Pour le reste, Attali trace une ligne droite conduisant aux divers malheurs qui l’angoissent absolument, – une Amérique isolationniste laissée à son « enfermement populiste... suicidaire », l’OTAN abandonnée à elle-même, c’est-à-dire au Rien, une Europe laissée seule « face à toute menace extérieure », c’est-à-dire à ses propres fantasmes divers qui fabriquent des menaces aussi terribles qu’insaisissables. Ainsi Attali décrit-il, si l’on additionne tous ces malheurs dont Trump serait l’ordonnateur enthousiaste et satisfait de lui-même, le suicide crépusculaire de l’Occident, en précisant qu’il n’y a plus rien à faire qu’à attendre l’accomplissement de ce destin. Qui donc l’a adoubé d’une telle intuition visionnaire ?

Je crois que Jacques Attali s’est réveillé très tôt en cette nuit du 24 mai, comme il en a l’habitude (il dort peu), comme frappé par l’éclair d’une vérité-de-situation venue du Ciel, et qu’il a d’un trait écrit ce texte inspiré. Bien sûr, il n’a pu s’empêcher d’en rajouter, ici et là, d’un geignement l’autre, ici sur le cadavre à la bien mauvaise mine de notre-démocratie, là sur les restes des poussières inutiles de “nos valeurs”, mais c’était pour se faire pardonner auprès de ses amis les ‘ReSeteurs’. Pour le reste, le Prophète de Malheur nous montre la voie contre son gré, éclairée d’une resplendissante lumière qu’il maudit. Il rend soudain vivante et vibrante la phrase de Anouilh :

« Vous verrez, vous autres, au bout du désespoir il y a une blanche clairière où l’on est presque heureux. »

Les voies du Seigneur, surtout en fait de communication vers la modernité rencontrant son destin de la chute finale, sont impénétrables. Attali en est resté cafardeux et anéanti, prisonnier du songe d’une nuit d’orage des espérances perdues. Depuis, il rase les murs, attendant 2024.

Donations

Nous avons récolté 406 € sur 3000 €

faites un don