Le plan B de l’Amérique

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4788

Le plan B de l’Amérique

Les États-Unis ne sont pas une démocratie et… peu importe qui est président… ou pas ? Contrairement au président russe, par exemple, le président américain n’est qu’une marionnette en chair et en os. Il lit des discours rédigés pour lui par d’autres, le plus souvent selon un modèle préétabli. Il signe des documents rédigés par d’autres. Il participe à des réunions avec d’autres chefs d’État risiblement incompétents, tels que Macron ou Scholz, triés sur le volet par des entités occultes sur la base de leur incapacité à penser par eux-mêmes. De ce point de vue, le choix d’un président américain peut être considéré comme aléatoire et sans conséquence.

Il est évident que de nombreux Américains engagés politiquement ne seraient pas d’accord avec cela, mais cela ne fait que confirmer leur prise inexistante sur la réalité et leurs spasmes politiques aléatoires et sans conséquence. Ils ne sont que des participants involontaires à un stupide spectacle de carnaval appelé “démocratie américaine”, avec des nœuds et des rubans voyants, des confettis et des discours de bravoure. Ils sont organisés en deux équipes opposées, invitées à se battre l’une contre l’autre ; c’est quelque chose que les gens aiment faire de toute façon. Cela permet de se défouler et ne cause pas beaucoup de dégâts.

Mais le président américain est une sorte de marqueur, de mascotte ou de jeton placé sur un carré rouge ou bleu par des mains qui font de leur mieux pour rester invisibles (c’est-à-dire non visibles pour vous). Vu sous cet angle et replacé dans un contexte historique russe, nous pouvons prétendre, strictement pour les besoins de la discussion, que Joe Biden est Léon Trotski, le révolutionnaire globaliste, tandis que Donald Trump est Joseph Staline, l’homme d’État souverainiste qui a construit le socialisme soviétique en Russie et dans quelques pays voisins. Ainsi, Joe Biden voudrait que les États-Unis président une planète globalisée, homogénéisée et “démocratisée” à la manière américaine, et il aurait pu y parvenir s’il avait pu vaincre et soumettre la Russie et la Chine, avec l’Iran pour être complet, mais cela n’a jamais été autre chose qu’une chimère et le voyage de Joe Biden s’est donc terminé dans la proverbiale poubelle de l’histoire.

Trump, quant à lui, reconnaît que les États-Unis courent à la catastrophe et qu’ils doivent se débarrasser d’autant de charges que possible pour survivre en tant qu’union. C’est pourquoi il préconise d’abandonner “l’empire des bases militaires”, les innombrables services de “renseignement”, les programmes d’armement ratés, l’OTAN, la Corée du Sud, le Japon, Israël (ne soyez pas surpris) et tout ce qui n’est pas rentable, de réduire toutes les importations et de concentrer tous les efforts sur la reconstruction de l’économie des États-Unis continentaux, plus le Canada en tant que fournisseur de matières premières et le Mexique en tant que fournisseur de main d’œuvre bon marché. L’Australie et la Nouvelle-Zélande sont également riches en ressources, relativement dociles et peu exigeantes en tant que sujets, et peuvent servir de précieux compléments à ce nouvel empire américain réduit. Ce plan fonctionnera-t-il ? Probablement pas, mais cela n’a pas d’importance ; c’est le seul plan B possible, étant donné que le plan A a échoué.

Pourquoi le plan B ne fonctionnerait-il pas non plus ? Pour une raison très simple : les gens sont beaucoup trop gâtés et beaucoup d’entre eux le sont encore plus. Plusieurs générations vivant au-dessus de leurs moyens, consommant bien plus qu’elles ne produisaient et exigeant de moins en moins de jugement critique, d’autodiscipline, de connaissances pratiques et d’intelligence générale, ont engendré une race de nigauds obèses, dépressifs, égocentriques, complaisants et négligés. Sont-ils prêts à vivre dans des baraquements, à subsister avec une ration de bouillie et à travailler 12 heures par jour dans des usines froides et bruyantes ? Ont-ils l’autodiscipline nécessaire pour apprendre par eux-même de nouvelles compétences pratiques (puisqu’il n’y a plus de mentors parmi elles) ? Seront-ils capables de mettre au monde et d’élever des enfants sains et utiles, à raison d’une moyenne minimale de 2,5 enfants par femme ? Cela semble peu probable.

Il n’y a qu’un seul empire en faillite qui ait réussi ce tour de force de phénix, et c’est l’empire russe après la révolution russe. Après exactement une décennie de chaos, d’hésitations, d’expériences économiques ratées et d’une guerre civile désastreuse, la Russie est passée en mode Staline, a organisé une mini-révolution anti-gauche et, avec l’aide précieuse des États-Unis, a rattrapé les nations développées, dépassant ensuite la plupart d’entre elles dans des domaines tels que l’énergie nucléaire et l’exploration de l’espace. Certains diront qu’il s’agit d’une exception qui confirme la règle ; d’autres que cela montre simplement que l’Empire russe n’était pas vraiment un empire – il s’agissait plutôt d’une fraternité de nations, comme la Russie moderne. Mais il s’agit là d’un tout autre sujet.

Le 14 Octobre 2023, Club Orlov – Traduction du ‘Sakerfrancophone