Le judo ukrainien de Poutine

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1981

Le judo ukrainien de Poutine

Une terrible guerre est sur le point d’éclater à la frontière entre la Russie et l’Ukraine – ou pas – mais il est probable qu’un nombre important de personnes seront tuées avant que le projet Ukraine ne soit définitivement terminé. Étant donné qu’environ 13 000 personnes ont déjà été tuées au cours des sept dernières années – la guerre civile dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, dure depuis tout ce temps – il n’y a pas de quoi rire. Mais les gens se désensibilisent face à une guerre de faible intensité même si elle a tué plus de dix mille personnes. Au cours des deux dernières semaines, un grand-père a été abattu par un sniper ukrainien alors qu’il nourrissait ses poulets et un jeune garçon a été tué par une bombe larguée avec précision sur lui par un drone ukrainien.

Mais ce qui est sur le point de se produire maintenant est prévu à une échelle différente : les Ukrainiens déplacent des blindés lourds et des troupes jusqu’à la ligne de séparation tandis que les Russes déplacent les leurs de leur côté de la frontière ukrainienne, une position à partir de laquelle ils peuvent détruire toutes les troupes ukrainiennes directement, jusqu’à leur pool génétique, sans même poser le pied sur le territoire ukrainien – s’ils le souhaitent. Les Russes peuvent justifier leur engagement militaire par la nécessité de défendre leurs propres citoyens : au cours des sept dernières années, un demi-million de résidents de l’est de l’Ukraine ont demandé et obtenu la citoyenneté russe. Mais comment la Russie peut-elle défendre ses citoyens alors qu’ils sont pris entre les feux croisés des forces russes et ukrainiennes ?

La logique de la défense de ses citoyens a conduit au conflit dans la région d’Ossétie du Sud, brièvement géorgienne , qui a débuté le 8 août 2008 et a duré à peine une semaine, laissant la Géorgie démilitarisée de fait. La Russie est arrivée, les troupes géorgiennes se sont enfuies, la Russie a confisqué certains de leurs jouets de guerre les plus dangereux et elle est repartie. Les guerriers de papier de la Géorgie, leurs consultants de l’OTAN et leurs formateurs israéliens se sont retrouvés à essuyer les larmes des uns et des autres. Toute suggestion d’armer et d’équiper les Géorgiens depuis lors est accueillie par des grognements et des roulements d’yeux. L’événement à venir dans l’est de l’Ukraine sera-t-il similaire à la défaite rapide et relativement indolore de la Géorgie en 2008 ? Étant donné que les deux situations sont très différentes, il semble insensé de penser que l’approche pour les résoudre serait la même.

La situation est-elle différente cette fois-ci et la troisième guerre mondiale est-elle sur le point d’éclater, l’Ukraine orientale servant de déclencheur à cette conflagration ? Les diverses déclarations faites à différents moments par Vladimir Poutine constituent-elles une base suffisamment solide pour que nous puissions deviner ce qui va se passer ensuite ? Existe-t-il une troisième approche, typiquement russe et exaspérante, pour résoudre cette situation, où la Russie gagne, personne ne meurt et tout l’Occident se retrouve à se gratter la tête ?

L’armée ukrainienne est un peu comme tout ce que l’on trouve actuellement en Ukraine – le système ferroviaire, les centrales électriques, les réseaux de pipelines, les ports, les usines (enfin les rares qui restent) – un vestige rafistolé de l’époque soviétique. Les troupes sont pour la plupart des conscrits et des réservistes malheureux et démoralisés. La quasi-totalité des jeunes hommes les plus compétents ont quitté le pays pour travailler à l’étranger ou se sont arrangés pour éviter d’être enrôlés. Les conscrits restent assis à se saouler, à se droguer et à tirer périodiquement des coups de feu à l’intérieur et à l’extérieur de la ligne de séparation entre les territoires tenus par les Ukrainiens et ceux tenus par les séparatistes. La plupart des pertes qu’ils subissent sont dues à des overdoses de drogue et d’alcool, à des accidents d’armes, à des accidents de la route causés par la conduite en état d’ébriété et à des blessures auto-infligées par des armes défectueuses. L’armée ukrainienne s’efforce également de remporter un prix Darwin pour le plus grand nombre de victimes causées par le piétinement de ses propres mines terrestres. De l’autre côté, beaucoup de victimes sont des civils blessés et tués par les bombardements constants provenant du côté ukrainien du front qui tombe près de centres de population.

L’armée ukrainienne a reçu quelques nouvelles armes des États-Unis et une formation de l’OTAN, mais comme l’expérience en Géorgie l’a montré, cela ne les aidera pas. La plupart de ces armes sont des versions obsolètes et non mises à jour d’armements soviétiques provenant d’anciens pays du bloc de l’Est mais actuellement membres de l’OTAN, comme la Bulgarie. Elles ne sont pas vraiment utiles contre une armée russe presque entièrement rééquipée. Une grande partie de l’artillerie ukrainienne est usée et, étant donné que l’industrie ukrainienne (ce qu’il en reste) n’est plus en mesure de fabriquer des canons, des obus d’artillerie ou même des obus de mortier, cela fait littéralement de l’armée ukrainienne, une armée qui ne sait pas tirer droit. C’est un grand jour pour eux s’ils parviennent à toucher un jardin d’enfants ou une maternité, mais la plupart du temps, ils ne font que détruire la campagne vide et la recouvrir de métal carbonisé et tordu.

Outre les infortunés conscrits et réservistes, certains bataillons de volontaires sont composés de nationalistes ukrainiens purs et durs. Leurs esprits ont été soigneusement empoisonnés par la propagande nationaliste élaborée grâce à d’importantes infusions d’argent étranger (principalement américain). Certains d’entre eux ont été conditionnés à penser que ce sont les anciens Ukrainiens qui ont construit les pyramides égyptiennes et creusé la mer Noire (et empilé la terre restante pour construire la chaîne de montagnes du Caucase). Ils peuvent être plus aptes au combat que les autres ou pas (les avis varient) mais, plus important encore, ils constituent une force politique que le gouvernement ne peut ignorer car ils peuvent littéralement le prendre en otage. Ils sont connus pour avoir bombardé les bureaux d’une chaîne de télévision dont la politique éditoriale leur déplaisait et pour avoir agressé physiquement un bus rempli de militants de l’opposition.

Ce sont ces fanatiques ukrainiens-nazis qui font directement obstacle à tout règlement pacifique de la situation dans l’est de l’Ukraine et à un éventuel rapprochement inévitable entre les Ukrainiens et la Russie. Il y a une ironie profonde et durable dans le fait que ces ukro-nazis über-antisémites sont sur le point d’être commandés dans la bataille contre la Russie par un comédien juif (Vladimir Zelensky, président) qui a été élu grâce à un oligarque juif (Igor “Benny” Kolomoisky). Vont-ils être anéantis ? C’est fort possible, oui. Leur anéantissement fera-t-il de l’Ukraine et du monde un endroit meilleur ? À vous d’en juger. Pour les Russes, ces bataillons nazis ne sont qu’une bande de terroristes et, comme l’a dit Poutine, c’est à lui d’envoyer des terroristes à Dieu et c’est ensuite à Dieu de décider ce qu’il doit en faire. Mais il existe une stratégie plus efficace : les laisser là pour en faire le problème de quelqu’un d’autre. Après tout, ces bataillons nazis n’ont pratiquement aucune capacité pour menacer la Russie. Les Européens finiront par se rendre compte que l’Ukraine doit être dénazifiée, à leurs propres frais, bien sûr, la Russie leur offrant conseils et soutien moral.

Pour comprendre d’où vient cette menace nationaliste ukrainienne sans s’aventurer trop loin dans le trou de la mémoire, il suffit d’apprécier le fait qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de criminels de guerre ukrainiens qui ont combattu aux côtés des nazis et pris part à des actes de génocide contre des Juifs ukrainiens et polonais ont trouvé un foyer accueillant aux États-Unis et au Canada, où ils ont pu remplir leurs nids et élever les générations suivantes de nazis ukrainiens. Après l’effondrement de l’URSS, ils ont été réintroduits en Ukraine et ont reçu un soutien politique dans l’espoir d’éloigner complètement l’Ukraine de la Russie. Au cours de révolutions colorées en série et de bouleversements politiques incessants, ils ont réussi à s’imposer, puis à dominer la vie politique ukrainienne, à tel point qu’ils peuvent aujourd’hui prendre en otage le gouvernement ukrainien chaque fois qu’il ne se montre pas suffisamment belliqueux à l’égard de la Russie, maintenir une stricte censure anti-russe dans les médias et menacer physiquement quiconque exprime son désaccord avec eux.

La russophobie et la belligérance à l’égard de la Russie sont, à leur tour, tout ce qui est actuellement exigé de l’Ukraine par ses maîtres américains et européens, qui souhaitent présenter l’Ukraine comme un rempart contre une Russie prétendument agressive, mais souhaitent en réalité l’utiliser comme un irritant anti-russe et l’utiliser pour contenir (c’est-à-dire restreindre et frustrer) la Russie sur le plan économique et géopolitique. À cette fin, le programme scolaire ukrainien a été soigneusement remanié pour inculquer la haine de tout ce qui est russe. Ses mentors occidentaux pensent construire un culte totalitaire pseudo-ethnique qui pourrait être utilisé comme un bélier contre la Russie, à l’instar de l’Allemagne nazie, mais avec un contrôle politique externe beaucoup plus strict, ou, pour utiliser un livre de jeu plus récent et actualisé de la CIA, à l’instar d’Al-Qaïda et de ses diverses ramifications au Moyen-Orient.

Le raisonnement utilisé pour servir tout cela est de “contrer l’agression russe”. Mais il est inexact de décrire la Russie comme agressive. Il est beaucoup plus proche de la vérité de la décrire comme, tour à tour, assimilatrice, défensive et insouciante. Elle est assimilatrice en ce sens que vous pouvez vous aussi demander la citoyenneté russe sur la base d’un certain nombre de critères, dont le plus important est culturel : vous devez parler russe, et pour le faire de manière convaincante, vous devez vous assimiler culturellement. Si toute une région russophone commence à brandir le drapeau tricolore russe lors de rassemblements, à chanter l’hymne russe, puis organise un référendum où une majorité convaincante vote pour rejoindre la Russie (97 % en Crimée en 2014), alors la Russie annexera ce territoire et le défendra. Et si de nombreux habitants d’une région russophone demandent individuellement la citoyenneté russe, prêtent serment d’allégeance à la Russie et reçoivent des passeports russes, la Russie les défendra contre toute attaque.

Tout irait pour le mieux dans ce schéma d’adhésion volontaire si certaines régions russes ne commençaient pas périodiquement à réclamer leur indépendance ou si les Russes eux-mêmes ne se débarrassaient pas périodiquement de leurs dépendants imbus d’eux-mêmes et ingrats. Comme cela s’est produit, la Russie leur a accordé une souveraineté dont, le plus souvent, ils n’ont pas su quoi faire. À différents moments, la Russie a librement accordé la souveraineté nationale à toute une série de pays : Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Biélorussie, Ukraine, Moldavie, Bulgarie, Roumanie, Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Kirghizie, Ouzbékistan, Tadjikistan… Pour certains d’entre eux, elle leur a accordé plusieurs fois la souveraineté (la Pologne semble être la grande gagnante dans cette catégorie). Les élites politiques de ces pays, habituées à téter le sein généreux de la Mère Russie, cherchent naturellement quelqu’un de nouveau pour les envahir et/ou les libérer, puis pour les nourrir.

Après l’effondrement de l’URSS, leurs nouveaux maîtres sont naturellement devenus les États-Unis et l’Union européenne. Mais comme ces nations nouvellement souveraines l’ont rapidement découvert, leurs nouveaux maîtres n’ont pas fait couler autant de lait dans leur direction, et certaines d’entre elles ont recommencé à jeter des regards furtifs vers la Russie. Le vingtième siècle a été une période de confusion pour nombre de ces pays, et beaucoup d’entre eux ne savent toujours pas si, à un moment donné, ils ont été occupés ou libérés par la Russie. Considérons, à titre de mini-étude de cas, les trois mini-nations baltes que sont l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. À l’exception des Lituaniens, qui ont eu leur quart d’heure de gloire lors de leur brève alliance avec la Pologne à la fin du Moyen Âge, ces trois groupes ethniques n’ont jamais été de bons candidats pour être des nations souveraines. Ils ont d’abord été dominés par les Allemands, puis par les Suédois.

Pierre le Grand a ensuite acheté leurs terres aux Suédois avec de l’argent, mais ils ont ensuite continué à travailler comme serfs pour leurs propriétaires allemands. Mais au milieu du XIXe siècle, l’Empire russe a aboli le servage, en commençant par les serfs estoniens et lettons à titre expérimental. Il a ensuite introduit l’école obligatoire, mis par écrit les langues locales et a invité les fils autochtones les plus prometteurs à venir étudier à Saint-Pétersbourg. Cela les a mis sur la voie du développement d’une conscience nationale, et quel mal de tête cela a été !

Tant que l’Empire russe tenait bon, ils restaient sous contrôle, mais après la révolution russe, ils ont gagné leur indépendance et sont rapidement devenus fascistes. À l’approche de la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants soviétiques se sont inquiétés à juste titre de la présence de petits États fascistes pro-nazis à leur frontière et les ont occupés/libérés. Mais alors que les Allemands avançaient et que l’Armée rouge se retirait, ils ont été réoccupés par les fascistes/libérés des communistes. Mais ensuite, lorsque les Allemands ont battu en retraite et que l’Armée rouge a avancé, ils ont été réoccupés/libérés à nouveau et sont devenus, pour un temps, des communistes soviétiques exemplaires.

Et c’est ainsi qu’ils sont restés, occupés/libérés, remplis d’écoles, d’hôpitaux, d’usines, de routes, de ponts, de ports, de chemins de fer et d’autres infrastructures construits par les Soviétiques, jusqu’à l’effondrement de l’URSS. Ils ont été les premiers à réclamer l’indépendance, en chantant des chansons et en se tenant la main dans les trois républiques. Depuis lors, elles ont dilapidé tout cet héritage soviétique et ont progressivement perdu de la population tout en servant de terrain de jeu aux troupes de l’OTAN qui éprouvent un plaisir particulier, je suppose, à s’entraîner juste à la frontière de la Russie. Les élites politiques de ces pays ont fait de la russophobie une activité lucrative, qui a plu à leurs nouveaux maîtres occidentaux, mais qui a progressivement détruit leurs économies. Ayant atteint leur apogée à la fin de l’ère soviétique, ils ne sont plus que des coquilles vides.

Et maintenant, voilà qu’une grande partie de leur population se languit du bon vieux temps soviétique et souhaite de meilleures relations avec la Russie (qui, entre-temps, semble avoir largement oublié que ces petits États baltes existent). Leurs élites politiques ne demanderaient pas mieux que la Russie les occupe ou les libère à nouveau, car elles pourraient alors se débarrasser de leurs “électeurs sans-dents”  à eux et s’installer à Londres ou à Genève, d’où elles dirigeraient un gouvernement en exil et élaboreraient des plans pour la prochaine occupation ou libération.

À leur grande horreur, ces pays réalisent maintenant que la Russie n’a plus besoin d’eux, tandis que leurs nouveaux maîtres de l’UE s’enfoncent dans le bourbier de leurs propres problèmes, les laissant abandonnés sans maître bienveillant pour les soigner et les nourrir. Ils pensaient avoir signé pour administrer une nouvelle démocratie dynamique grâce à l’argent gratuit de l’UE, mais au lieu de cela, ils sont maintenant coincés dans l’administration d’un marécage dépeuplé, économiquement stagnant et peuplé de reliques ethniques. Dans le passé, ils n’auraient eu qu’à attendre la prochaine vague d’invasion barbare venue de l’Est. Les barbares auraient alors massacré tous les hommes, violé et/ou kidnappé toutes les jolies femmes, et le processus naturel d’ethnogenèse aurait recommencé. Mais maintenant, il y a une douzaine de fuseaux horaires russes à leur droite et aucun espoir d’une nouvelle invasion barbare, alors tout ce qu’ils peuvent faire, c’est boire beaucoup et, tour à tour, maudire les Russes et les Européens.

La situation est à peu près la même dans toute l’Europe de l’Est, dans un grand arc de nations semi-souveraines, pseudo-souveraines et (dans le cas de l’Ukraine) faussement souveraines, de la Baltique à la mer Noire, jusqu’à la mer Caspienne et au-delà. La longue liste d’occupations/libérations en série a donné à leurs élites politiques une merveilleuse qualité de girouette : un moment, ils portent des insignes nazis et saluent Hitler et le moment suivant, ils sont de bons communistes soviétiques récitant les 10 commandements des bâtisseurs du communisme. L’Ukraine (j’y reviens enfin) n’est pas différente à cet égard, mais elle l’est à un autre égard : l’Ukraine n’est en aucun cas une nation, ni une combinaison, un assemblage ou un groupement de nations ; elle est, à proprement parler, une agglomération territoriale accidentelle. En tant que tentative ratée de créer un État-nation mono-ethnique, c’est une chimère.

Le processus est nommé « Dynamique de l’agglomération des territoires ukrainiens ». Le toponyme “Ukraine” (“Ukraina”) est très probablement d’origine polonaise et signifie “zone frontalière”. Il semble être apparu pour la première fois en 1653, lorsque la région [Sud de la Pologne] a décidé qu’elle en avait assez de la domination et de la discrimination des catholiques polonais (ses habitants étant des chrétiens orthodoxes) et a choisi de rejoindre la Russie. La région fut alors connue sous le nom de Malorossia, ou Petite Russie, et des districts s’y sont ajoutés au fil du temps. Puis, après la révolution russe, le grand cadeau est arrivé : La Malorossia et les districts voisins ont été constitués en République socialiste soviétique d’Ukraine, et pour en faire quelque chose d’un peu plus qu’un simple trou perdu à la campagne, Lénine a jugé bon de regrouper avec elle un certain nombre de régions russes. C’est cette erreur qui a ouvert la voie à l’impasse actuelle dans ce qui est, mais n’aurait jamais dû être, l’Ukraine orientale.

Ensuite, juste avant et juste après la Seconde Guerre mondiale, Staline a regroupé les districts occidentaux qui faisaient auparavant partie de l’Empire austro-hongrois. Ses habitants étaient autrichiens, polonais, hongrois, roumains et la plupart des autres, bien qu’initialement russes, ayant passé cinq siècles sous domination étrangère, parlaient un dialecte archaïque distinctif qui a servi de base à la création de la langue synthétique connue aujourd’hui sous le nom d’ukrainien, tandis que le reste de ce qui est aujourd’hui l’Ukraine parlait le russe, le yiddish et un large assortiment de dialectes villageois. C’est ce groupe aliéné qui a servi de levain pour façonner un nationalisme ukrainien synthétique. Les dirigeants bolcheviques ukrainiens ont utilisé ce faux nationalisme pour faire de l’Ukraine un centre de pouvoir régional au sein de l’URSS.

Puis vint l’erreur finale, lorsque Nikita Khrouchtchev, qui était en grande partie un produit du centre de pouvoir régional ukrainien, lui a rendu la monnaie de sa pièce pour l’avoir aidé à accéder au poste suprême en lui donnant la Crimée russe – une décision illégale en vertu de la constitution soviétique en vigueur à l’époque, un exemple parfait de corruption politique bolchevique tardive, et qui a été annulée en 2014 avec une grande jubilation.

Il y a ceux qui pensent que la solution pour les ukrainiens est de démonter l’Ukraine de la même manière qu’elle a été assemblée. Regardez sur une carte : d’est en ouest, nous avons le drapeau russe sur la Crimée (le seul élément factuel jusqu’à présent), puis le drapeau de la Novorussie couvrant tous les territoires qui ont été arbitrairement regroupés dans la nouvelle République socialiste soviétique d’Ukraine par Lénine en 1922. Plus à l’ouest, nous avons le drapeau de l’État d’Ukraine et, à l’extrême ouest, le drapeau de Pravy Sektor, un parti nationaliste aux tendances nettement nazies, actuellement actif dans la politique ukrainienne.

Je pense que, à l’exception de la Crimée, ce rangement pourrait bien s’avérer être une absurdité totale. Il semble que cette folie ukrainienne, qui est en train d’être renversé sans ménagement par à peu près tout le monde, y compris la Russie, l’UE et les États-Unis, va se briser en morceaux bien rangés et historiquement justifiables. D’une part, les frontières nationales n’ont plus tellement d’importance une fois que l’on se trouve à l’est de la frontière russe, toute l’Europe n’étant plus qu’un grand désordre malheureux. Avec des millions d’Ukrainiens qui tentent de gagner leur vie en travaillant en Russie, en Pologne ou plus à l’ouest, les distinctions entre les différentes parties du territoire ukrainien dont ils sont originaires n’ont plus beaucoup de sens pour personne.

D’autre part, toute l’Ukraine appartient désormais à la même bande d’oligarques dont les fortunes sont étroitement liées à celles des sociétés transnationales et des institutions financières occidentales. Aucun d’entre eux ne se soucie des peuples qui ont habité cette région, de leurs histoires variées et de leurs préférences linguistiques. Ce qui les intéresse, c’est de traduire directement le contrôle économique et financier en contrôle politique avec un minimum de politesse diplomatique. L’Ukraine est dépouillée de tout ce qui a de la valeur depuis 30 ans maintenant, y compris de son sol fertile, et lorsqu’il ne restera plus rien à piller, elle sera abandonnée comme un champ en friche, largement inhabité.

Mais nous n’en sommes pas encore là, et pour l’instant, la seule carte qui compte vraiment est la carte suivante, qui montre les deux régions séparatistes de Donetsk et de Lougansk, collectivement connues sous le nom de Donbass, abréviation de Donetsk Basin, une province houillère prolifique qui était principalement responsable de l’alimentation de l’ancienne puissance industrielle de l’Ukraine, et qui produit encore aujourd’hui de l’anthracite, un charbon précieux et riche en énergie qui est désormais rare dans le monde. Cette bande de terre relativement minuscule mais densément peuplée le long de la frontière russe, d’une largeur de moins de 100 km en de nombreux endroits, est le baril de poudre qui, selon certains, pourrait déclencher la troisième guerre mondiale.

L’armée ukrainienne a rassemblé des troupes et des blindés le long de la ligne de séparation, tandis que l’armée russe a replié ses forces de son côté de la frontière. Les tirs d’obus, les tirs de sniper et autres provocations du côté ukrainien s’intensifient, dans l’espoir de pousser les Russes à déplacer des forces sur le territoire ukrainien, ce qui permettrait au collectif occidental de crier “Haha ! agression russe !”. Ils pourraient alors mettre un terme au gazoduc Nord Stream II, marquant ainsi une victoire géopolitique majeure pour Washington, et enchaîner avec de nombreuses autres manœuvres belliqueuses destinées à nuire à la Russie sur le plan politique et économique.

Pour les Russes, il n’y a pas de bons choix qui soient évidents. Ne pas répondre aux provocations ukrainiennes et ne rien faire pendant que les forces ukrainiennes bombardent et envahissent les villes de Donetsk et de Lougansk, tuant les citoyens russes qui y vivent, ferait paraître la Russie faible, minerait la position du gouvernement russe sur le plan intérieur et lui coûterait beaucoup de capital géopolitique sur le plan international. Répondre aux provocations ukrainiennes par une force militaire écrasante et écraser l’armée ukrainienne, comme cela a été fait en Géorgie en 2008, serait populaire à l’intérieur du pays, mais pourrait conduire à une escalade majeure, voire à une guerre totale avec l’OTAN. Même si, sur le plan militaire, le conflit est contenu et que les forces de l’OTAN restent en retrait, comme elles l’ont fait en Géorgie, les ramifications politiques causeraient des dommages considérables à l’économie russe en raison du renforcement des sanctions et des perturbations du commerce international.

Ces choix étant les mauvais, d’évidence, quels sont les bons, s’il y en a ? Ici, nous devons prêter une attention particulière aux déclarations officielles que Poutine a faites au fil des ans et les prendre pour argent comptant. Premièrement, il a déclaré que la Russie n’avait pas besoin d’un territoire supplémentaire ; elle dispose de toutes les terres qu’elle pourrait désirer. Deuxièmement, il a déclaré que la Russie suivrait la voie de la libéralisation maximale en accordant la citoyenneté à ses compatriotes et que, par conséquent, la sauvegarde des citoyens russes était une priorité absolue. Troisièmement, il a déclaré que la résolution du conflit dans l’est de l’Ukraine par des moyens militaires était inacceptable. Compte tenu de ces contraintes, quelles sont les possibilités d’action qui restent ouvertes ?

La réponse, je crois, est évidente : l’évacuation. Il y a environ 3,2 millions de résidents en République populaire de Donetsk et 1,4 million en République populaire de Lougansk, soit un total de quelque 4,6 millions de résidents. Ce chiffre peut sembler énorme, mais il est modéré par rapport à l’ampleur des évacuations de la Seconde Guerre mondiale. N’oubliez pas que la Russie a déjà absorbé plus d’un million de migrants et de réfugiés ukrainiens sans trop de problèmes. En outre, la Russie connaît actuellement une importante pénurie de main-d’œuvre, et un afflux de Russes valides serait le bienvenu.

Sur le plan national, l’évacuation serait probablement très populaire : La Russie fait du bien à son peuple en le mettant à l’abri des nuisances. La base patriotique serait dynamisée et le mouvement bénévole russe, déjà très actif, entrerait en action pour aider le ministère des Situations d’urgence à déplacer et à réinstaller les personnes évacuées. Les élections qui doivent avoir lieu plus tard dans l’année se transformeraient en une fête de bienvenue à l’échelle nationale pour plusieurs millions de nouveaux électeurs. L’évacuation du Donbass pourrait ouvrir la voie à d’autres vagues de rapatriement susceptibles de suivre. Quelque 20 millions de Russes sont dispersés dans le monde et, à mesure que le monde extérieur à la Russie s’enfonce dans la pénurie de ressources, ils voudront eux aussi rentrer chez eux. S’ils sont actuellement réticents à le faire, le fait de voir l’exemple positif de la façon dont les personnes évacuées du Donbass sont traitées pourrait les faire changer d’avis.

L’aspect négatif de la cession d’un territoire peut être contré en ne cédant aucun territoire. En tant que garant des accords de Minsk, la Russie devrait refuser de céder le Donbass au gouvernement ukrainien tant qu’il n’aura pas respecté les termes des accords de Minsk, ce qu’il n’a montré aucune intention de faire depuis sept ans maintenant et qu’il a récemment répudié complètement. Il est important de noter que l’armée russe peut tirer à travers tout le Donbass sans poser le pied sur le sol ukrainien. Si les forces ukrainiennes tentent de pénétrer dans le Donbass, elles seront traitées comme indiqué dans cette vidéo. Notez que la portée maximale du système Tornado-G présenté dans la vidéo est de 120 km.

Et si les Ukrainiens se soucient de répondre en attaquant le territoire russe, une autre déclaration de Poutine nous aide à comprendre ce qui se passerait ensuite : en cas d’attaque, la Russie répondra non seulement contre les attaquants mais aussi contre les centres de décision responsables de l’attaque. Le commandement ukrainien à Kiev gardera probablement cette déclaration à l’esprit lorsqu’il réfléchira aux étapes suivantes.

L’évacuation du Donbass devrait trouver un écho plutôt favorable au niveau international. Il s’agirait d’un coup de judo typique de Poutine, qui déséquilibrerait l’OTAN et le département d’État américain. Comme il s’agit d’une vaste mission humanitaire, il serait ridicule de tenter de la dépeindre comme une “agression russe”. En revanche, la Russie serait tout à fait en droit de lancer des avertissements sévères selon lesquels toute tentative d’interférer avec l’évacuation ou de lancer des provocations pendant le processus d’évacuation serait traitée très durement, ce qui lui permettrait de se libérer les mains face aux berserkers des bataillons nazis d’Ukraine, dont certains n’aiment pas particulièrement suivre les ordres.

L’Occident se retrouverait avec le statu quo suivant. Le Donbass est vide de ses habitants, mais interdit d’accès pour eux ou pour les Ukrainiens. L’évacuation ne changerait en rien le statut ou la position de négociation des personnes évacuées et de leurs représentants vis-à-vis des accords de Minsk, bloquant cette situation en place jusqu’à ce que Kiev entreprenne une réforme constitutionnelle, devienne une fédération et accorde une autonomie complète au Donbass. L’Ukraine ne pourrait pas rejoindre l’OTAN (une chimère dont elle a stupidement votée pour son intégration dans sa constitution) car cela violerait la charte de l’OTAN, étant donné qu’elle ne contrôle pas son propre territoire.

De nouvelles sanctions contre la Russie deviendraient encore plus difficiles à justifier, car il serait intenable de l’accuser d’agression pour avoir entrepris une mission humanitaire visant à protéger ses propres citoyens ou pour avoir assumé ses responsabilités en tant que garant des accords de Minsk. Le Donbass resterait une zone de harcèlement parcourue par des robots de combat russes tirant sur les maraudeurs, avec quelques bus d’écoliers en excursion pour déposer des fleurs sur les tombes de leurs ancêtres. Ses bâtiments de l’ère soviétique en ruine, que trois décennies d’abus et de négligence de la part des Ukrainiens n’ont pas rendu plus neufs, témoigneront en silence de l’ignominie perpétuelle de l’État ukrainien défaillant.

L’histoire est aussi souvent guidée par l’accident que par la logique, mais comme nous ne pouvons pas prévoir les accidents, la logique est le seul outil dont nous disposons pour essayer de deviner la forme de l’avenir. Pour reprendre les termes de Voltaire, c’est donc le mieux que l’on puisse espérer dans le meilleur des mondes possibles.

 

13 avril 2021, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancophone