Le JSF victime du “privilège blanc”

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2654

Le JSF victime du “privilège blanc”

27 mai 2021 – J’ai hésité à propos du titre : pourquoi pas “Seuls les Black Lives Matter peuvent sauver le JSF” ? Vous savez, cette époque est SUBLIME dans la dévastation extraordinaire de tout ce qui est mesure, jugement, raison (même elle, la raison malgré sa subversion, nous manque). L’extraordinaire connerie qu’enfante cette intelligence plongée dans la potion magique de la démence pour enfanter son contraire nous conduit à constater que ce mot vulgaire de “connerie” est bien insuffisant, et qu’il faut le bannir absolument comme “raciste”.

Cette super-bêtise, comme une sorte de bêtise thermonucléaire, extraordinairement étendue et créatrice de multiples autres bêtises dans la plus complète diversité, c’est à la fois un vertige d’ivresse et un colossal éclat de rire à secouer le cosmos lui-même qui doivent nous venir. Nous sommes devant le spectacle de ce qui devait nous transformer en esclaves, – La société du spectacle elle-même, – mais ce sont les auteurs, le metteur en scène et les acteurs de la pièce subversive qui sont devenus complètement fous et déments. Ils sont ivres de leur spectacle portant destiné à enivrer les autres, outre d’être hypermaniaque et hyperactifs avec la recommandation de l’équipe parent-1/parent-2 qui a pour mission de les éduquer au vaste monde ; à la fois dément d’être enfermé dans leur délire sur scène, et tout-petit enfant balbutiant ses premiers mots qui sont ceux que lui enseigne le Lapin-Blanc d’Alice, devenue elle-même puéricultrice-folle, wokenisée en LGTBQRSTUYW.

Ne m’en veuillez pas, c’était une réaction du premier degré, du premier abord, de la première lecture ; j’ai décidé lui laisser passer la censure par esprit libéral et tolérant, pour monter que je suis du “camp du Bien”.

...Car le sujet du jour est une fable du type de La Fontaine qui pourrait bien s’appeler “Le JSF et le wokeniste”. L’affaire vient d’une révélation via une série de tweets de Christopher F. Rufo, activiste anti-wokeniste en pleine activité. (Rufo diffuse dans ses tweets l’essentiel du matériel qu’il a reçu de ses sources.)

Le premier d’entre ces tweets nous dit :
« SCOOP: @LockheedMartin, le plus grand conglomérat de l’industrie de la défense du pays, a envoyé des cadres-clef dans un camp de rééducation pour hommes blancs de trois jours afin de déconstruire leur “culture d’homme blanc” et d'expier leur “privilège d'homme blanc”. J'ai obtenu des documents internes qui vont vous choquer. »

Donc, Lockheed-Martin (LM) fait passer ses cadres supérieurs à la moulinette-wokeniste, d’abord pour qu’ils soient dans le “camp du Bien”, ensuite et peut-être, – je fais l’hypothèse, – pour que le F-35, en cessant d’être raciste avec ses “privilèges stealth”, se décide à jouer sérieusement à l’avion de combat. Rufo nous apprend en effet que Glenn David Wood, vice-président chez LM et chargé du programme JSF/F-35 a été en 2020 envoyé dans un camp de rééducation, – pendant trois jours tout de même, ce n’est pas encore le Goulag ni les camps nord-coréens pour pilotes US abattus. Avec Wood, il y avait Aaron Huckaby (directeur opérationnel  de chaîne d'approvisionnement mondiale), David Starr, colonel USAF à la retraite (directeur du programme C-130) et le général USAF à la retraite Bruce Litchfield (VP, opérations de soutien). LM est une sinécure pour les anciens officiers de l’USAF, mais la sinécure a désormais des obligations vis-à-vis du Parti, because “le camp du Bien”. Il était temps.

Le programme des camps de rééducation : “déconstruction du privilège de l’homme blanc”. RT.com nous en fait une tartine là-dessus, et citant Rufo qui parle du Complexe Industriel Woke (je dirais aussi, plus complet : Complexe Militaro industriel-Woke, ou CMIW, chose à laquelle Eisenhower n’avait pas pensé).

Texte de RT.com sur les détails exaltants et très sexy transmis par l’affable Rufo...

« La retraite [autre terme scout/moinillon] était organisée par “White Men as Full Diversity Partners” [WMFDP], une organisation d'hommes blancs qui se consacre à l'amélioration “de la marque, de l'image et de la réputation des hommes blancs”, selon des documents de formation. Le groupe compte parmi ses clients des méga-corporations comme Intel et Coca-Cola, des fabricants d'armes comme Lockheed, Boeing et BAE Systems, ainsi que Colonial Pipeline, dont les oléoducs de carburant ont été coupées à la suite d'un piratage au début du mois.
» Le groupe a également organisé l'année dernière des séances de formation pour le personnel de Sandia National Laboratories, qui élabore les armes nucléaires américaines.
» Selon les documents de Rufo, les participants au cours ont d'abord été invités à associer librement les connotations qui leur viennent à l'esprit lorsqu'ils entendent le terme “hommes blancs”. Les formateurs leur ont proposé une liste pratique, comprenant notamment : “vieux”, “raciste”, “privilégié”, “anti-femmes”, “en colère”, “nation aryenne”, “KKK”, “Pères Fondateurs”, “armes à feu”, “coupable” et “ne sait pas sauter”.
» Les formateurs, qui demandent à leurs clients de “travailler dur pour comprendre” leur “privilège blanc”, “privilège masculin” et “privilège hétérosexuel”, se sont ensuite mis au travail pour “déconstruire” ce prétendu privilège. Les directeurs de LM ont été invités à répéter une série de déclarations dévalorisant leur propre race, notamment : “Ma culture m'apprend à minimiser les perspectives et les pouvoirs des personnes d'autres races” et “Je peux commettre des actes de terrorisme, de violence ou de crime et omettre de les attribuer à ma race".
» Des mantras apologétiques similaires sur le genre et la sexualité ont ensuite été répétés, avant que les participants ne soient invités à lire une série de protestations du type “J’en ai marre” venues des femmes et des minorités, comme “J’en ai marre des protestations de ceux [“les mâles blancs”] qui se plaignent d’une discrimination à rebours” et “J’en ai marre de l’idée que nous devrions être ‘daltoniens’ [plaindre un blanc comme s’il était un Noir parce qu’on ne comprend rien aux couleurs]”.
[...]
» Lorsque l’existence des séances de théorie de “Racial Critical Theory” [RCT, théorie wokeniste] chez Sandia a fait l'objet d'une fuite l'année dernière, Rufo a révélé des dizaines de séances de formation similaires dans les écoles, les entreprises et les agences gouvernementales, y compris le FBI. Son travail a directement conduit le président de l'époque, Donald Trump, à interdire l'enseignement de la théorie de la race critique au sein du gouvernement fédéral. Le président Joe Biden a annulé l'interdiction de Trump dès son premier jour de mandat en janvier. »

D’abord, j’aimerais connaître les tarifs de WFMDP pour ses séances d’incarcération et de blanchement de conscience. (de defensa.org va-il s’y inscrire ?, interroge un bel esprit du “camp du Bien”. Cela dépendra du résultat de notre donation mensuelle mais on doit vertueusement y songer.)

Ensuite, je reviens là-dessus : je ne vois vraiment pas pourquoi les produits LM, – et particulièrement j’insiste le JSF, et comment ! – n’auraient pas droit eux aussi à de telles séances de rattrapage du “camp du Bien”. Vous n’avez pas été sans remarquer, je l’espère pour vous, certaines attitudes racistes du JSF depuis qu’il est devenu F-35, non ? D’autre part, l’utilisation de ses capacités-stealth contre une défense aérienne où les servants seraient des non-“mâles blancs” et fiers membres de la diversité a quelque chose d’insupportablement raciste, là aussi. Je me demande si on ne devrait pas demander à LM de se demander, avec le soutien du Pentagone et des Black Lives Matter, si une rééducation-maxi du JSF, puis du F-35, ne permettrait pas de résoudre les problèmes de l’avion. Je pense, c’est un conseil d’ami, que le Pentagone devrait débloquer 2-3 $milliards de plus par an pour le programme F-35, pour un stage prolongé. Je suis sûr que WFMDP serait ravi, je veux dire pour le “camp du Bien” avec factures.

Croyez-moi, avec cet effondrement-là de cette civilisation-là, on ne s’ennuie ni ne nous ennuierons jamais. Je le répète avec une nuance, Hollywood ayant tellement donné au genre : c’est “The Circus World” (“Le plus grand cirque du monde”), avec le saut de l’ange non-stealthy parce que “racisé” du JSF. Séance à ne pas rater.