Le ‘Global South’, – ou le sacrilège !

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 6327

Le ‘Global South’, – ou le sacrilège !

4 juin 2023 (13H40) – D’abord il y eut ce tweet, de Javier Blas, journaliste de Bloomberg.News. Lisez-le en anglais, langue suprême de la globalisation, puis sa traduction française, pour bien enfoncer le couteau dans la plaie, et tourner, tourner, tourner pour chercher à faire vraiment très mal, mœurs de barbare...

« A First ! », – “Une première !”, le sacrilège dans toute son horreur d’apostasie ultime...

« In 23 years covering OPEC, this is a first.

» Under pressure from Saudi Arabia, OPEC has banned journalists from Reuters, the Wall Street Journal, and Bloomberg (including myself) from attending the group’s ministerial meeting in Vienna this weekend #OOTT. »

« En 23 ans de couverture de l'OPEP, c'est une première.

» Sous la pression de l'Arabie saoudite, l'OPEP a interdit aux journalistes de Reuters, du Wall Street Journal et de Bloomberg (dont moi-même) d'assister à la réunion ministérielle du groupe à Vienne ce week-end #OOTT. »

Il faut bien comprendre ce que cela signifie ! L’on parle de journalistes de la presse anglo-saxonne, et surtout américaniste, – qui plus est avec un intérêt et un sujet financier et global. La première presse du monde, la presse exceptionnaliste, au-dessus de toutes les autres et même d’une toute autre nature, quasiment divine, détentrice de toute la Vérité à 120%, totalement indépendante, libre, sans aucune pression d’aucune part, indifférente aux injonctions du Système et de ses porte-chèques, reflet absolu de la vérité de la modernité, qui fait trembler les forts et les non-anglo-saxons, qui règle la marche du monde, qui fait respirer et éjaculer Wall Street. Tout ce qui met en question et agresse cette presse est sacrilège pur, et devrait être puni comme tel.

Un sacrilège, vous dis-je en me répétant d’une voix tonnante et tonitruante ! Une civilisation qui s’effondre sous les coups des barbares... Et quels barbares, Jesus ! Et toi, Mahomet ! Les Saoudiens, à notre service depuis 1945, au garde-à-vous, voilà nos barbares agresseurs du Système et de l’excetionnel ! Mais quoi, le monde est-il devenu fou ?

Là-dessus, bien entendu RT.com en fait une tartine avec des tonnes et des tonnes de fiel, savourant son miel ... Les Russes, toujours les Russes ! Encore un complot des Russes ! Lisez donc leur prose empoisonnée, jalouse, faussaire, menteuse, achetée, corruptrice, tout cela d’un coup !

« L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a refusé d'inviter des journalistes de Bloomberg News et de Reuters à un événement prévu en Autriche dans le courant de la semaine, ont annoncé les deux organismes mercredi.

» Les correspondants du Wall Street Journal ont également été écartés, selon Reuters et Bloomberg.

» Bien que le personnel des trois agences de presse couvre généralement les principales réunions de l'OPEP, Bloomberg a déclaré que cette fois-ci, les organisateurs avaient décidé d'envoyer des invitations directement aux journalistes, au lieu de fournir une accréditation à tout journaliste souhaitant assister à un événement.

» “Nous sommes déçus que Reuters n'ait pas été invitée”, a déclaré un porte-parole, ajoutant que l'agence avait “contacté l'OPEP pour obtenir des éclaircissements sur la question”.

» “Nous pensons qu'une presse libre sert les lecteurs, les marchés et l'intérêt public”, a ajouté le porte-parole. Bloomberg a déclaré avoir contacté le secrétariat de l'OPEP, mais n'avoir reçu aucune réponse. »

“Aucune réponse”, vous vous rendez compte ? Même pas polis malgré tout ce qu’ils nous doivent ! On dit même que ‘Dow Jones’ n’a pas été autorisé... L’outrage est consommé, le verre jusqu’à la lie, les barbares sont à nos portes.

Et là-dessus, bien entendu, les Russes en ont remis une couche... Les Russes, vous dis-je ! Les Russes, inspirateurs des barbares, ce peuple primitif, ces paysans de la Volga ! Les journalistes de l’Occident-significatif se sont vus subir l’affront complémentaire d’un refus d’accès au SPIEF (‘St-Petersburg Interational Economic Forum’).

Encore les vipères de RT.com :

« Les organes de presse de pays "inamicaux" ont été interdits d'accès au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), a déclaré le Kremlin samedi, confirmant ainsi des informations antérieures.

» “Il a été décidé cette fois-ci de ne pas accorder d'accréditation aux publications de pays hostiles", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à l'agence de presse TASS.

» “L'intérêt pour le SPIEF est toujours grand, et d'autres journalistes travailleront donc à l'événement”, a ajouté le porte-parole.

» Selon Reuters, son bureau de Moscou a été informé par les organisateurs vendredi que son accréditation avait été révoquée. »

Voilà à peu près les différents éléments retrouvés sur les scènes des crimes qui ne sont en fait qu’un seul crime, tant il est évident que l’un et l’autre ont agi par imitation. (Je ne fais même pas l’hypothèse d’une coordination, la vilenie est tellement forte qu’elle n’a nul besoin d’organisation.)

J’avoue ma surprise particulière pour un des “éléments du crime”, que ce soit l’Arabie qui ait été l’initiatrice de la chose à la réunion de l’OPEP. Les Saoudiens savent sans aucun doute, parce qu’ils les connaissent bien, combien cette décision était et reste susceptible d’être vécue comme un affront irrémédiable par US-UK. Cette surprise dont je vous parle, c’est de voir les Saoudiens aussi vindicatifs, aussi audacieux, eux que nous nous étions habitués depuis des décennies à juger comme des lâches corrompus, enfouis dans leur graisse, leurs $milliards et leur trouille des ricains. Il faut croire que l’acte de se faire antiaméricaniste comme on est désaméricanisé est une démarche magique, une sorte de rupture, un exorcisme comme l’on écarte une malédiction et une renaissance comme l’on relève de cette malédiction de la paralysie provoquée par le poison de la soumission à l’américanisme.

Ne croyez pas que je m’emporte à vil prix. Je les connais un peu, de mon expérience du temps où j’étais journaliste, notamment accrédité à l’OTAN. L’arrogance et la suffisance de la presse US-UK étaient une sorte de caractère acquis, génétique, auquel les autres étaient également soumis en se soumettant. Cela faisait partie de la soumission, et  surtout cette façon que les esclaves soumis avaient d’adorer la lumière dispensée par leurs maîtres. La presseSystème US-UK n’était pas encore celle d’aujourd’hui, pas encore complètement soumise au Système, extraordinaire comploteuse de simulacres sans fin, menteuse plus vite qu’elle ne respire, – mais déjà, comme depuis l’origine, complètement américaniste.

De toutes les façons, absolument de toutes les façons, elle était et elle reste l’étendard qui proclame l’exceptionnalité américaniste et globaliste : indépendance, liberté, démocratie & respect des droits de l’homme, du Pentagone et de la CIA. Cela vaut toujours aujourd’hui, même s’il y a des imbéciles pour geindre qu’elle ment, censure, fabrique, se soumet, applaudit les assassins et dénonce les victimes, dissimule le réel pour alimenter le simulacre comme une plante vénéneuse, pour garder le peuple dans son enclos de moutons, – qu’importe tout cela, je vous le dis, au regard de la Grandeur et de la Gloire ?

Eh bien non... A cause d’un cheikh en vraie ripaille au milieu d’une OPEP en fausse chamaille, tout cela c’est terminé ! Kaput, Out, KO !

Qui dira encore que ce n’est pas une révolution ?

Tiens, le même jour nous entendîmes notre duo Mercouris-Christoforou rigoler franchement en rapportant les dernières précisions des coulisses du G7 d’Hiroshima qui fut l’occasion de bien curieuses aventures. Modi faisant la leçon à ses hôtes du G7 pour leur dire qu’ils ne prendrait jamais à son compte les sanctions antirusses, que pour lui la guerre Russie-Ukraine était une simple question humanitaire ; et disant la même chose en tête-à-tête avec un Zelenski qu’il jugea franchement insupportable... Et Zelenski, furieux et piteux, se tirant sans honorer son rendez-vous avec Lula parce qu’il n’avait pas envie d’être chapitré de la même façon ; et Lula faisant dire qu’il n’était pas seulement « irrité » par le lapin de Zelenski comme il avait été dit par son service de presse, mais franchement et carrément « furieux », et répétant cela dans un coup de fil à Poutine. Et Mercouris-Christoforou de carrément se tordre de rire.

Vous sente bien combien toutes ces “petites choses“ prennent une amplitude colossale pour devenir des symboles du complet basculement du monde, à une vitesse qui nous laisse tous pantois, ébahis. Je veux bien écouter ceux qui me disent que ce sont les hommes qui font l’histoire, mais là je leur demande de m’oublier avec leurs histoires à dormir debout. Les ricains disent : « Give me a break ». Le fait est que les dieux se débrouillent bien mieux que nous, et sans nous.

Ainsi restai-je, songeur, et constatant pour moi-même... “Jamais, jamais”, – je n’aurais cru que le ‘Titanic’ puisse couler aussi vite, comme un savon mouillé échappant à la main trempé et glissante du Progrès humain devenu matière informe et inutile, – “Jamais, au grand jamais, absolument en aucun temps”. Nous sommes dans un Temps d’au-delà des temps.