Le frimeur postmoderne

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4330

Le frimeur postmoderne

• Portrait d’un président réél et conforme d'une Vème République extrêmement tardive. • On notera d’ailleurs que Macron ne dépare pas ses petits camarades des terres extérieures. • Contributions : dde.org et Régis de Castelnau

J’ai entendu plusieurs fois le mot sans m’y attarder, mais puisqu’il entre dans l’arsenal de notre ‘Ouverture Libre’... On note poar conséquent que le mot “kéké” est ainsi présenté dans le ‘Wikitionnaire’ :

« Peut-être à rapprocher du terme d’origine occitane cacou (variantes cagou, quèque, cake) de même sens, à l’origine “chef des voleurs” puis, par glissement de sens, “voyou” puis “frimeur”. »

En effet, Macron vaut bien une citation si c’est pour le bien définir. Régis de Castelnau se charge de peaufiner le portrait à la lumière des dernières performances-‘com’ du personnage, – et c’est une sacrée charge ! Rien n’est assez cinglant pour ce simulacre de président, qui semble se bonifier dans la performance de l’inversion absolue de la fonction qu’il a usurpée.

Cela est pour dire que Macron mérite absolument tout ce que Castelnau déverse sur lui, mais qu’il n’est pas le seul, dans nos contrées-BAO, à mériter un tel hommage. Disons simplement que, pour la France si prestigieuse, à une fonction si prestigieusement élevée par de Gaulle, on aurait pu pour espérer que le mimétisme de cette hauteur inspirerait même les plus médiocres. Espirs envolés, illusions perdues.

Donc, malgré toute l’attention que nous nous devons de porter à la France et à son président, nous devons répéter qu’il n’est pas le seul dans cet emploi extraordinaire qui est celui, aujourd’hui, des figures les plus éminentes des directions politiques des pays du bloc-BAO. Par exemple, lorsque Castelnau écrit ceci :

« Les choses se sont depuis malheureusement aggravées, comme par exemple le voyage assez ridicule en train à Kiev, où il a trouvé le moyen de nous rappeler aussi qu’il était le roi de la papouille, en se jetant sur Zelenski pour le couvrir de baisers. Lequel Président ukrainien tout à fait conscient du caractère grotesque des emportements de son homologue français se débrouillait par ses mimiques pour montrer ce qu’il en pensait.... »

Castelnau a bien entendu raison pour Macron mais il n’ignore certainement pas que Zelenski a, de son côté, d’incontestables qualités de “kéké”. Disons que Macron, ce sont les “papouilles”, et Zelenski les postures en T-shirt de combat, avec toutes les nuances du kaki et la barbe de 4-8 jours... Et que dire du minet-Trudeau, du clown-BoJo, dit-Johnson (tant qu'il tient!), ou de Biden le zombie chuchotant dont son ami Obama qui l’eut comme vice-président précise qu’« on ne doit jamais sous-estimer la capacité de Joe à foutre la merde ».

On vent dire par là que Macron est finalement la version française, d’autant plus basse et lui exsudant la bassesse que la fonction est haute et pleine de hauteur, d’une crise affectant le caractère et la psychologie des directions de la civilisation occidentale en cours d’effondrement. C’est comme s’il y avait un modèle-type du dirigeant-BAO actuel, mais avec des couleurs différentes, des comportements diversifiés, des habitudes et des postures différenciées, mais tous suivant avec une assurance sans limite la pente des sous-sols de tous les éviers du monde.

Ce qui est sans doute le plus remarquable, comme une sorte d’émulation sans limites, c’est que leur proximité, du fait des téléconférences, des conférences tout court, l’UE, l’OTAN, les “G” divers et variés, n’assure absolument pas une amélioration puisque tous suivent cette pente de l’inversion. Au contraire, cette proximité renforce la dictature de la posture, de l’inutilité, du bouffe sans limite annulant (“cancellant”) toute “tentation” d’en revenir à cette chose enfuie depuis longtemps qu’est “la politique” avec toutes ses finesses, son respect des règles de logique et des principes, ses “nécessités”. La communication règne, et c’est une communication du pire, venue de bureaucraties qui sont elles-mêmes totalement infectées par cette atmosphère absolument catastrophique, pleine de moraline et d’irresponsabilité sans limites.

Le plus extraordinaire dans les pitreries transnationales dont nous a gratifiés Macron et que Castelnau décrit avec une horreur indignée absolument justifiée, c’est que tout le monde s’y prête. Les petites vidéos auto-promotrices que Macron nous a fabriqués au cours de ces rencontres internationales montrent bien que les autres tiennent volontiers leurs rôles... Sauf Biden l’automate, diront certains, mais nous mettrons cela sur l’endormissement ahurie du personnage qui ne dispose pas (pas encore ?) d’un téléprompteur portable pour lui dicter sa conduite et ses paroles relevant de toutes les façons des plus grossiers mensonges, et de mensonges si difficilement proférés du fait de sa sénilité qui est, elle, portable et constante.

Il y a donc quelque chose qui relève de la fatalité dans le comportement-“kéké” de Macron. Rien ne le tempèrera, tout pousse à penser qu’il ne fera que s’amplifier, de plus en plus grotesque, bouffe, insupportable, etc. Dit-il, tel qu’on l’aurait remporté comme son commentaire le soir du deuxième tour des législatives : « On rentre dans le bizarre » ? En vérité, avec lui nous y sommes depuis longtemps, dans le bizarre, et nous y serons de plus en plus et de plus en plus profond. Le seul espoir qu’il nous reste, c’est que le réel (notre vérité-de-situation), à un moment, ne supporte plus cette pantomime ; on peut d’ailleurs dire que cela est déjà arrivé à l’une ou l’autre occasion ; mais on peut croire, cette insupportabilité ne cessant de grandir à mesure inverse de la pantomime, qu’à un moment justement, la réaction sera si terrible que cette pantomime en sortira complètement désintégrée. Certains parleront de “la colère du peuple”, d’autres de l’effondrement accompli du Système, – on verra, et on verra sous quelle forme, – mais cela se produira.

En attendant, lisez le texte de Régis de Castelnau, mis en ligne sur son site ‘VuDuDroit’ le 5 juillet 2022.

dde.org

_________________________

 

 

Macron, le kéké-président

On raconte que lorsque le 19 juin au soir, il a appris les résultats des élections législatives qui le privaient d’une majorité parlementaire, Emmanuel Macron aurait dit : « On rentre dans le bizarre ». Si cette anecdote est vraie, elle en dit long sur qui est aujourd’hui à la tête de l’État français. Dont nous avons eu confirmation avec la nomination du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne, lequel témoigne de la véritable infirmité politique de Macron. Il est complètement étranger dans sa pratique à ce que préconisait Richelieu, « la politique c’est de rendre possible ce qui est nécessaire ».

Cela implique de connaître son pays, de bénéficier d’une certaine expérience sociale, de savoir gérer les hommes autrement que par la schlague, d’appréhender les conflictualités inhérentes à la chose publique, en particulier dans une république parlementaire, toutes qualités dont Emmanuel Macron est parfaitement dépourvu. Ce nouveau gouvernement n’est pas une provocation, contrairement à ce que l’on entend beaucoup, mais la conséquence du fait que le Président de la République n’est pas capable d’en composer un autre. Car bien sûr le résultat du 19 juin dernier n’a rien de « bizarre », c’est au contraire celui du 24 avril qui l’est. En lui accordant 58 % des suffrages, après son refus arrogant et méprisant de mener une campagne électorale considérée comme indigne de lui, et grâce à la trahison de Jean-Luc Mélenchon, ce scrutin a masqué la réalité des divisions de notre pays, et l’importance, quoi qu’on en dise du rejet politique dont il est l’objet.

L’arrivée au pouvoir en 2017 grâce à une opération digne d’un coup d’État d’un parfait inconnu totalement dépourvu de la moindre expérience politique, et bénéficiant ensuite d’une Assemblée nationale croupion, a masqué ce qui constitue pourtant aujourd’hui une évidence, depuis le printemps 2017 la France n’a pas à sa tête ce que l’on peut appeler un homme d’État.

J’avais dit dans ces colonnes que face à la nouvelle composition de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron était comme une poule qui aurait trouvé un couteau. Malheureusement je pense que les choses sont beaucoup plus graves.

On va quand même rappeler que depuis le 24 février, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les conséquences géostratégiques, économiques et politiques qui s’en sont suivies, l’Occident en général et l’Union européenne à laquelle nous appartenons, se trouvent dans une situation extrêmement délicate. Dès avant le déclenchement de la guerre, Emmanuel Macron nous a fait la démonstration que pour lui, diriger un pays c’est se mettre en scène, se faire filmer et photographier pour ensuite contempler son image boursouflée et parfaitement ridicule.

On se rappelle les reportages photographiques à l’Élysée où on le voyait prendre la pose d’un air pénétré, ce que la presse système chez nous se gardait bien de moquer, au contraire de la presse internationale, même occidentale, qui le tient pour un pitre. Les choses se sont depuis malheureusement aggravées, comme par exemple le voyage assez ridicule en train à Kiev, où il a trouvé le moyen de nous rappeler aussi qu’il était le roi de la papouille, en se jetant sur Zelenski pour le couvrir de baisers. Lequel Président ukrainien tout à fait conscient du caractère grotesque des emportements de son homologue français se débrouillait par ses mimiques pour montrer ce qu’il en pensait. N’importe quel citoyen français ne pouvait qu’être humilié par cet exhibitionnisme. Il y a eu ensuite la calamiteuse séquence du sommet du G7 où on l’a vu tout agité, pitoyable mouche du coche, passer de l’un à l’autre des chefs d’État afin d’être sûr d’être dans l’objectif. Le pire c’est quand on a vu grossièrement interrompre une conversation entre Biden et ses collaborateurs, parlant fort pour être sûr d’être enregistré et faire croire que lui aussi avait la moindre importance dans la conduite des affaires du monde. Indifférence ou sénilité, le président américain l’a regardé d’un œil torve sans rien répondre et l’a planté là.

Macron a quand même fait réaliser et diffuser une vidéo sonorisée du sommet, histoire une fois de plus de se contempler et d’assouvir ainsi son narcissisme pathologique. En nous collant la honte.

L’épisode qui vient de le voir rendre publics des échanges diplomatiques entre chefs d’État procède des mêmes motivations : se mettre en scène en mode petit coq qui se rengorge. En méconnaissance totale des devoirs de sa charge, en violation de tous les usages diplomatiques, Emmanuel Macron a rendu public unilatéralement ses échanges avec le chef d’État russe à propos de l’Ukraine. Il s’agit là d’un précédent invraisemblable qui anéantit, et pas seulement vis-à-vis des Russes, la confiance que l’on peut faire au président français dans les négociations internationales ! Et plus grave encore, avant de publier, il a sélectionné les interventions dont il pensait qu’elles le mettaient en avant et montraient qu’il avait mouché Vladimir Poutine. Au-delà de la grossièreté du procédé, le pauvre Macron n’a fait que se ridiculiser. Dûment chapitrée, la presse système a d’abord souligné le tutoiement inconvenant utilisé, pour ensuite reproduire avec gourmandise la fameuse phrase : « je ne sais pas où ton juriste a appris à faire du droit ». La vidéo nous restituant l’image des deux collaboratrices ricanant de la saillie de kéké de cour d’école qui leur sert de patron. On l’imagine auprès de ses collaborateurs disant : « vous avez vu, je ne lui ai pas envoyé dire au Poutine ». Prononcée alors que le président russe considérait que pour modifier les accords de Minsk, il fallait prendre l’avis des républiques autoproclamées du Donbass, cette réplique macronienne est une double et scandaleuse insolence. Tout d’abord Emmanuel Macron n’a jamais fait de droit dans sa vie. Contrairement à ce que l’on imagine, on ne fait pas de droit à l’ENA, et Macron nous fait une nouvelle fois la démonstration de sa nullité. les républiques séparatistes sont signataires des accords de Minsk et tout ce qui concerne leur application impose de solliciter leur avis. Le chef de l’État français profère une énormité juridique, fait publiquement ricaner ses collaborateurs et tient absolument à s’en vanter aux yeux des Français. Ensuite, il dit implicitement que des accords internationaux signés garantis par la France sont des chiffons de papier et que lui, peut unilatéralement les remettre en cause. Mais ensuite et c’est bien pire, on a appris que Porochenko, l’oligarque mis en place par le coup d’État du Maïdan et signataire des accords de Minsk a explicitement reconnu qu’il n’avait jamais été dans leurs intentions de les appliquer et de les respecter ! Qu’il s’agissait de gagner du temps afin d’équiper leur armée en coopération avec l’OTAN et rendre inévitable l’intégration à l’alliance Atlantique. Cette information a été confirmée par Stoltenberg le secrétaire général de l’OTAN. Qui a confirmé que les huit ans avaient été mis à profit pour atteindre cet objectif. Il n’y a qu’une seule question à se poser et si notre pays disposait de journalistes dignes de ce nom, ils devraient interroger à la fois Emmanuel Macron et François Hollande pour savoir si la France avait couvert cette escroquerie diplomatique internationale.

Cette séquence lamentable exprime dans sa totalité la personnalité de ce président simulacre. Narcissisme pathologique, incompétence politique, et absence de principe.

La composition du nouveau gouvernement, reconduite caricaturale du pire de la période précédente, témoigne de l’impuissance politique d’Emmanuel Macron qui confine à l’infirmité. Il ne faut pas se tromper, s’il n’y a aucune personnalité nouvelle, aucune tentative d’élargissement, ce n’est pas parce que le Président aurait essuyé des refus, c’est parce qu’il n’a même pas essayé.

Le ciel au-dessus de l’Union européenne est lourd de nuages d’orage. Notre pays ne va pas y échapper, le boomerang des sanctions anti-russes, l’inflation galopante, la récession économique, la crise énergétique, la crise sociale, la crise administrative et maintenant la crise politique promettent des lendemains très difficiles.

Avoir un bateleur à la tête de l’État n’est pas le meilleur moyen de les affronter.

Régis de Castelnau