Le “complot” de Baltimore

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 207

Le “complot” de Baltimore

Il y a eu quelques évènements assez incompréhensibles de la part des autorités de Baltimore, sans doute avec l’aval des autorités fédérales, lors des premiers jours des troubles dans la ville. Les interprétations qui en sont données font état d’une poussée d’exploitation de ces troubles, sinon de leur alimentation pendant une phase de la crise, pour pouvoir mieux démontrer la nécessité d’un renforcement d’une police déjà militarisée, avec comme but général la transformation en une entité “fédéralisée” de toutes les polices des États de l’Union. Il est vrai que cela fait partie de l’exploration, au niveau fédéral, d’un projet de l’administration Obama allant dans ce sens, où la maire de Baltimore est elle-même partie prenante. On peut admettre, pour alimenter cette théorie d’un “complot” qui s’avèrerait en fait être une manœuvre de ce qu'on nommerait “politique hybride active”, qu’il y a de la logique dans cette hypothèse substantivée par quelques faits inexpliqués ; et si nous nommons cela “politique hybride active”, c’est en référence à un terme, – “hybride”, – largement employé par les analystes américanistes pour qualifier l’action supposée des Russes, conforme à la narrative du bloc BAO, en Ukraine. Il s’agit du mélange opérationnel de plusieurs dimensions d’une politique activiste d’État, où les dimensions militaire, ou militarisée pour le cas de Baltimore et des polices des États de l’Union, intervient à part égale avec l’interprétation d’une communication avec toutes ses manipulation, cette communication devenue un facteur essentiel de l’opérationnalisation de la politique en question.

On cite ici un extrait important d’un texte de l’analyste US Jay Johnson notamment publié par Sputnik.News le 30 avril 2015 sous le titre de «Connecting the pieces», qui pourrait s’interpréter plutôt que se traduire comme “mise en place des pièces du puzzle”. L'auteur décrit ce qui semble être des actions de provocation durant les évènements de Baltimore, en même temps qu’est rappelé l’extraordinaire effort de militarisation de nombre d’agences fédérales agissant à des niveaux locaux intérieurs des USA ... Hypothèse du Police State, certes, comme opération menée par le “centre” pour acquérir la complète maîtrise centralisé d’un appareil policier-militarisé embrassant toutes les capacités policières des États de l’Union.

«... Enter Freddie Brown. The young man was taken in police custody and then turned up dead. As a result, the city of Baltimore has been up in flames for several days now. And the riots seem to be spreading to other cities. But, once again, there seems to be something strange going on. A story at foxnews.com noted that- “An analysis of social media traffic has unearthed striking connections to the protests in Ferguson, Mo. The firm found between 20 and 50 social media accounts in Baltimore that were also tied to the peak period of violence in Ferguson…it suggests the presence of "professional protesters" or anarchists taking advantage of Freddie Gray's death to incite more violence.” As further proof this, Fox analyst and former NYPD detective Bo Dietl connected the murder of NYPD officers by a man from Baltimore earlier this year and “outside agitators” instigating protests. Specifically, he said —“ It was the usual suspects, the ones who come into New York here. The agitators were there. And I saw — it's just funny to see — these white guys, six-foot tall white guys with bandanas over their faces. They're trying to hide their faces, what are they doing there? One thing. They're trying to stir up the young kids, and make it like [this is] right.” So, who are these professional provocateurs?

»The Baltimore Sun reported on another strange occurrence —“it started with word on social media of a “purge” — a reference to a movie in which crime is made legal. It was to begin at 3 p.m. at Mondawmin Mall, then venture down Pennsylvania Avenue to the Inner Harbor.” However, motherjones.com reported that — “…the police were stopping busses and forcing riders, including many students who were trying to get home, to disembark. Cops shut down the local subway station. They also blockaded roads…and essentially corralled young people in the area. That is, they did not allow the after-school crowd to disperse.” It went on to quote an eyewitness — “The riot police were already at the bus stop on the other side of the mall, turning buses that transport the students away, not allowing students to board. They were waiting for the kids…Those kids were set up, they were treated like criminals before the first brick was thrown. With police unloading busses, and with the nearby metro station shut down, there were few ways for students to clear out.”

»Zerohedge.com published an article which asked —“Why were so many police vehicles conveniently parked along the street in areas where the worst violence happened? After the destruction of a number of police vehicles on Saturday night, the Baltimore police had to know that they were prime targets. So why were there even more police vehicles available for rioters to destroy on Monday? And where were the cops that should have been protecting those vehicles? Mayor Stephanie Rawlings-Blake might have provided the answer. She was quoted as saying — “…We also gave those who wished to destroy space to do that as well.” Why would a Mayor seemingly condone violence and destruction of her city?

»To answer this question, we should examine the Mayor herself. Infowars.com notes that —“Rawlings-Blake was one of three mayors who provided broad input into President Obama’s Task Force on 21st Century Policing, which advocates the federalization of police departments across the country.” Infowars.com went on to note —“This could explain her inaction to stop the rioting when it began: by allowing it to spiral out of control, the mayor and her friends at the Justice Dept. could use the unrest to justify the expansion of federal power into local law enforcement, which would also allow her to receive more funding.” Let’s not forget that the city of Baltimore is basically broke.

»And maybe this is the big untold story. The federalization of the local police force aka the rise of the police state. Not only have the Feds given surplus military gear such as machine guns, drones and even MRAPS, which are basically light tanks, but over the last few years media has run numerous stories about how various government agencies are suddenly being militarized. Everyone from the Department of Agriculture, the Railroad Retirement Board, the Tennessee Valley Authority, the Office of Personnel Management, the Consumer Product Safety Commission, the U.S. Fish and Wildlife Service and the Education Department now have SWAT units. Even the IRS, the Social Security Administration, and the National Oceanic and Atmospheric Administration, which oversees the National Weather Service, are also among the federal agencies which have taken to purchasing ammunition and weaponry in bulk. In fact, forbes.com notes that as of 2008, “73 federal law enforcement agencies… [employ] approximately 120,000 armed full-time on-duty officers with arrest authority.” Four-fifths of those officers are under the command of either the Department of Homeland Security (DHS) or the Department of Justice...»

Jay Johnson poursuit en faisant une référence qui nous intéresse particulièrement puisqu’elle concerne un document du US War College dont nous avions justement parlé six ans auparavant ... «Seven years ago, the U.S. Army War College issued a report calling on the military to be prepared should they need to put down civil unrest within the country. Summarizing the report, investigative journalist Chris Hedges declared, “The military must be prepared, the document warned, for a ‘violent, strategic dislocation inside the United States,’ which could be provoked by ‘unforeseen economic collapse,’ ‘purposeful domestic resistance,’ ‘pervasive public health emergencies’ or ‘loss of functioning political and legal order.’ The ‘widespread civil violence,’ the document said, ‘would force the defense establishment to reorient priorities in extremis to defend basic domestic order and human security.’” Is this why operation Jade Helm is to begin in just a few weeks time?»

»As the Washington Post recently noted, America’s economy continues to collapse and people are starting to realize the men behind the curtain are running out of tricks. Civil disobedience has devolved into outright rioting and calls for the State to normalize the situation are growing louder. Although medical issues seem to be ok, things could change in an instant. With the rising corporatocracy on one hand and the shrinking job market on the other, things aren’t looking good for the little guy in the near future.»

Un texte publié sur ce site le 24 décembre 2008 avait évoqué en détails ce rapport du 15 décembre 2008, du Strategic Studies Institute (SSI), un département dépendant de l’US Army War College. Il s’agit du rapport «Known Unknowns: Unconventional “Strategic Shocks” in Defense Strategy Development”, de Nathan Freier, un lieutenant-colonel qui avait récemment quitté l’U.S. Army et était alors professeur au même War College. Nous remarquions combien ce rapport s'intéressait à une évolution vers des tensions extrêmes de la situation intérieure US et une situation générale décrite comme une “dislocation stratégique”, et les mesures à éventuellement considérer du point de vue des autorités centrales pour contrôler ou empêcher cette évolution. Que Baltimore et les évènements qui y conduisent et l'accompagnent représentent ou pas cette situation de “tensions extrêmes”, cela reste une question ouverte ; que les autorités du Système (la précision importe plus que jamais) considèrent les choses de cette façon, cela semble une hypothèse tout à fait acceptable ... Ci-après, des extraits de notre texte de décembre 2008.

« Ce rapport est présenté dans le contexte de l’élection du nouveau président, comme une contribution à la réflexion que doit entreprendre la nouvelle équipe de sécurité nationale qui arrive au pouvoir (selon la présentation du SSI: «The author provides the defense policy team a clear warning against excessive adherence to past defense and national security convention»). WSWS.org le commente dans le sens voulu par son analyse, qui est l’hypothèse de l’établissement d’une dictature militaire aux USA. Ce qui nous apparaît important dans ce rapport est certainement l’hypothèse de “dislocation stratégique” appliquée aux USA, notamment mais d’une façon appuyée, à partir de troubles nés de la situation de crise économique («“violent, strategic dislocation inside the United States,” which could be provoked by “unforeseen economic collapse” or “loss of functioning political and legal order”»). L’hypothèse est évidemment particulièrement éclairée, sinon étayée par la situation de crise présente, et son importance, sa mise en évidence sont évidemment suscitées par cette situation. La réaction rapide de la réflexion de l’équipe stratégique derrière le rapport à la crise financière et économique mesure la préoccupation à propos de ce sujet.

» Il s’agit d’un exemple convaincant de l’évolution de la réflexion stratégique. La forme de la “surprise stratégique” pour la période considérée a ses racines dans l’attaque du 11 septembre 2001, mais les hypothèses concernaient essentiellement des causes d’une telle surprise qui viendraient de l’extérieur. L’ouragan Katrina et ses conséquences ont commencé à modifier cette perception. La crise actuelle achève cette modification, au point qu’on peut parler de transformation de la perception stratégique. L’hypothèse de troubles intérieurs US restaient jusqu’alors, justement, du domaine de l’hypothétique liée à une pensée spéculative sinon exaltée; désormais, elle est directement liée à des événements en cours.

» On observera que l’hypothèse concerne des événements auxquels les pays européens sont habitués, comme, aujourd’hui, les événements en Grèce. Cette sorte d’événements est complètement inhabituel pour les USA, qui se présentent comme une société de grande cohésion civique, – en réalité un ordre maintenu autant par le conformisme des conceptions que par l’absence d’unité sociale éventuellement contestatrice et une forte présence de la loi. Ce caractère rigide de l’ordre public dans les domaines social et politique est d’autant plus important que le pays est fragile et vulnérable du point de vue de sa structure et de sa cohésion. On voit que certaines réactions à la situation économique impliquent déjà des références à la guerre de Sécession. Le document du SSI nous indique que, plus que l’idée précise d’une dictature militaire, c’est à notre sens la crainte de la vulnérabilité structurelle des USA qui s’empare des esprits des stratèges (US mais aussi occidentaux dans un sens plus large). La notion de “surprise stratégique”, qui est la marque du temps, se détache de l’agression extérieure, du mythe du terrorisme, pour parvenir au stade ultime qui est la cohésion structurelle des USA. La crise est passée par là et elle ne va plus cesser de renforcer cette hypothèse, d’entretenir cette crainte. Il s’agit sans aucun doute de la crainte ultime de la pensée stratégique occidentale depuis la Deuxième Guerre mondiale. Si la cohésion du “centre” est mise en cause, c’est l’intégrité fondamentale du système qui est mise en cause. Le cas central de la puissance de notre système se trouve concentré effectivement dans la question de la “cohésion stratégique” des USA, menacée par le risque de “dislocation stratégique”. La crise financière et économique a ouvert la boîte de Pandore. »


Mis en ligne le 4 mai 2015 à 06H25

Donations

Nous avons récolté 277 € sur 3000 €

faites un don