Le bombastique triomphe de la sottise

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2329

Le bombastique triomphe de la sottise

Cela fait un certain temps déjà que la sottise triomphe à l’Ouest, dans les pays du  bloc-BAO, et particulièrement, trônant comme un empereur de pacotille à Rome en pleine décadence, la sottise américaniste de quelque côté que l’on se tourne à “D.C.-la-folle”. Outre les binettes de Pompeo et de Bolton, un signe de cette sottise dans cette bombastique capitale, ce sont les  attaques incessantes dont Tulsi Gabbard (démocrate, et démocrate de gauche sur les matières sociales) est l’objet parce qu’elle est la seule candidate aux présidentielles USA-2020 à dénoncer clairement l’un des principaux effets en terme de cruauté et de désordre de cette sottise, – les guerres absurdes, illégales et monstrueuses que conduisent les dirigeants washingtoniens. On aborde désormais beaucoup ce thème de la sottise dont diverses personnalités de l’administration Trump sont des pratiquants émérites, sans pourtant déclasser les spécialistes du domaine dans le camp adverse ; on peut dire qu’il s’agit désormais d’un facteur important sinon primordial de la situation stratégique à l’échelle des relations internationales. (Sur ce site, récemment, le  18 mars 2019, le  29 mars 2019, le  11 avril 2019, le 14 avril 2019, le  30 avril 2019.)

Disons que ce thème triomphant de la sottise s’est installé au début de cette année 2019, certainement l’un des plus beaux millésimes de l’Histoire à cet égard. Il y a deux façons de commenter cette sottise : la façon tragique, qui est de montrer et de dénoncer les effets cruels et terribles de cette sottise ; la façon ironique, qui est de montrer et de moquer les aspects ridicules de cette sottise ; parfois même, ces deux façons peuvent-elles être mélangées. Il faut également garder à l’esprit que cette sottise est clairement un des signes les plus marquants de ce que l’on peut qualifier d’une façon générale et selon le sens commun de rien de moins qu’une “folie” collective, – telle que nous la caractérisions le 18 janvier 2019, pour justement caractériser (répétition incluse) le comportement général et donc collectif des dirigeants du bloc-BAO (les plus proches, les intimement liés au Système).

Le texte ci-dessous de Paul Craig Roberts (PCR) est intéressant à plus d’un titre. Il est intéressant en tant que tel, puisque PCR est un des commentateurs-pilotes renommés dans le champ de la dissidence antiSystème ; mais il l’est également dans ce qu’il montre d’évolution, de tendance de la pensée de PCR, – et il s’agit bien d’une illustration parmi d’autres parce que la tendance est apparue depuis plusieurs mois, chez PCR et chez d’autres, confirmant qu’il s’agit bien du constat d’une vérité-de-situation. On se rappellera cette évolution marquante (textes de PCR et autres) :

dans les années 2014-2015, avec la crise ukrainienne (surtout) et la crise syrienne à son apogée, les prévisions impliquaient la très forte possibilité d’un affrontement entre les USA et la Russie avec une forte possibilité d’évolution vers un conflit nucléaire ;

à partir de 2016-2017, enchaînant là-dessus, le constat de l’absence de réaction marquée de la Russie face aux attitudes de plus en agressives des USA et du bloc-BAO prit le dessus dans les commentaires ; c’était une époque où l’on, critiquait ouvertement Poutine, avec des arguments très sérieux, pour sa faiblesse de réaction vis-à-vis du bloc-BAO.

Aujourd’hui, comme on le voit, ce qui domine c’est la puissance extraordinaire du spectacle des catastrophiques effets de la politique complètement stupide et absurde des USA, avec un maximalisme effréné, un mépris total de la légalité internationale, l’emploi massif de mesures couardes et iniques de sanctions, et l’accumulation paradoxale et presque ironique à force de maladresse d’échecs qui sanctionne le déploiement de cet arsenal. Il apparaît clairement qu’à ce point, la stupidité des hommes est en cause. Le comportement de Pompeo dans le rôle extrêmement délicat et nuancé de secrétaire d’État constitue une caricature du pirequ’on puisse imaginer dans ce domaine. Le résultat de cette étrange équipe d’hyperfaucons-aux-piedsnickelés, d’ailleurs avec un chef qui montre l’exemple plus qu’à son tour, est une avalanche de menaces et de mesures indirectes aboutissant à des actions directes ou des absences d’action directes qui se soldent par de piteux échecs ou jouent ce rôle in absentia.

Le spectacle qu’offre aujourd’hui la crise vénézuélienne, où la CIA a sans doute réussi à dénicher l’oiseau rare en fait de fatuité, de sottise et d’impuissance dans la personne de Guaino, est exemplaire de la stupidité caractérisant l’action de l’administration Trump, une stupidité dans toute sa puissance, dans toute sa force, sans retenue, sans la moindre capacité d’autocritique, de champ ouvert à l’enseignement de l’expérience, – rien, l’abrutissement de la brute, ou de la Brute Force... L’affaire Assange est un autre exemple d’un autre type, tout aussi stupide, montrant une cruauté aveugle et un sens aigu de l’irresponsabilité dans la poursuite inlassable d’une vengeance devenue contreproductive. Comme l’écrit Orlov, « De ce point de vue, la libération d’Assange de l’ambassade équatorienne et son incarcération dans une prison britannique pour violation de la liberté sous caution pour un motif d’arrestation pour lequel il n’a pas été reconnu coupable depuis, commence à ressembler à un succès majeur [pour les antiSystème]. Il est une fois de plus sous les feux de la rampe, avec de nombreux supporteurs dans le monde entier. Si tout se passe bien, il sera libéré et redeviendra une personnalité médiatique de grande envergure. Et si tout va mal et que les Américains mettent la main sur lui et le torturent à mort, il mourra en martyr et vivra à jamais dans la mémoire publique. »

De ce point de vue de la dénonciation de la stupidité du gouvernement et de la politique US, PCG n’y va pas de main morte. Du coup, il abandonne toutes ses réserves concernant l’attitude de la Russie (et de la Chine) et estime que les Russes (et les Chinois, et d’autres) pourraient bien riposter si nécessairedevant la maladresse et l’affirmation stridente des menaces et des intentions d’attaque des USA. Il est vrai qu’il y a une sorte de “ligne rouge”au-delà de laquelle tant d’arrogance, d’anathèmes, de mépris pour la bonne coopération internationale, mises au service de tant de maladresses et de ratages, finissent par donner aux plus prudents une certaine tentation d’agir préventivement et rapidement si une menace se précise. Il est vrai que la situation actuelle a introduit une nouvelle dimension, également stratégique, dans le catalogue des attaques nucléaires (auxquelles tout le monde pense) : outre l’attaque par volonté d’agression, l’attaque par erreur, l’attaque par accident, il y a maintenant l’extension du catalogue à la possibilité du chef d’œuvre stratégique que serait “l’attaque par sottise”.

Dans tous les cas, PCG estime que le crédit des USA, donc son influence, donc ses intérêts, se trouvent en chute libre en raison de la perception que les autres pays ont de cette attitude absolument bornée de la direction américaniste, en même temps du mépris complet des relations avec les autres sinon celles du canon du pistolet posé contre la tempe. Sa dernière remarque qui porte sur  les conséquences de ce qui devient une sorte d’“isolement de la décadence” des USA, nous semble plus discutable et un peu trop optimiste : « La conséquence en sera une tyrannie croissante dans notre pays. » “Optimiste” parce qu’une telle dérive supposerait le maintien en bon ordre de l’existence des États-Unis tels qu’ils sont aujourd’hui ; à notre sens, ce n’est pas du tout le chemin qui semble se dessiner, mais bien plutôt un avenir de désordre chaotique entre des forces de plus en plus antagonistes et de plus en plus polarisées. Le dynamisme haineux et déconstructeur de l’extrême-gauche sociétale-progressiste (souvent baptisée “Marxisme culturel”) peut difficilement être réduite dans l’atmosphère de bienpensance et d’absence totale de pensée critique aux USA (comme dans le bloc-BAO) ; pour autant, nous voyons mal cette force réussir à se saisir des mécanismes du pouvoir, face à des forces armées et policières décidées à écarter toute possibilité de ce genre.

Il faut dire que la stupidité produite par les folies collectives aux USA répond parfaitement à l’encadrement que le Système impose à la pensée et à l’action qui s’ensuit ; que ce soit la bienpensance, le “politiquement-correct”, l’hybristout concourt à enfermer la perception dans des simulacres produits à la chaîne, et à favoriser l’ascension de ceux qui sont les plus prédisposés à l’exercice de la sottise. Même les crapules les plus habiles dans une spécialité y perdent cette habileté, comme Trump se faisant “doubler” par son subordonné Bolton sabotant l’accord que ce Master of the Deal (Trump) avait réussi à composer avec le Nord-Coréen Kim. 

Nous voulons dire par là que non seulement le Système a tendance à favoriser les plus stupides quand le choix existe, mais qu’il a tendance à accroitre la stupidité de tout un chacun, même les moins stupides etv sans aucun doute les plus stupides... Décidément, nous renforçons notre jugement principal : plus le Système développe sa surpuissance, plus il rend, non pas les citoyens ni les gens qu’il exploite, mais ses serviteurs les plus directs, les dirigeants et les élitesSystème, à la fois moutonniers et en mode constant de détérioration de leur intelligence et de leur caractère, à la rencontre de la sottise la plus conformiste. Le Système aujourd’hui, c’est La Boétie à l’envers et c’est Orwell à contre-sens ; en cela, bien entendu, la surpuissance produit de l’autodestruction ... 

...En attendant, ou “en même temps”, voyons et lisons ce que Paul Craig Roberts nous dit du monde actuel, sur son site, le 30 avril 2019. Le titre nous a posé un problème, au point que nous envisagions “Bouvard & Pécuchet à la barre”. Finalement Humpty-Dumpty étant un personnage très intéressant des aventures d’Alice au Pays des Merveilles, nous avons choisi se garder le nom original. 

(Comme le note le Wikipédia du personnage : « Humpty-Dumpty discute du sens des mots avec Alice. “Quand j'utilise un mot, dit Humpty Dumpty avec un certain mépris, il signifie exactement ce que j'ai décidé qu'il signifie, ni plus, ni moins” ; à l'objection d'Alice qui demande si on peut donner autant de sens différents à un mot, Humpty Dumpty répond “la question est de savoir qui est le maître”. Ce dialogue, où un œuf posé sur le sommet d'un mur étroit parle comme une personne de grand pouvoir, est devenu un lieu commun dans les discussions politiques, juridiques et académiques britanniques, voire américaines, et, à un moindre degré, françaises ou d'autre pays, où l'on a pu faire un parallèle entre le propos de Lewis Caroll et la méthode socratique. »)

dedefensa.org

_________________________

 

 

Humpty Dumpty tombe de haut

Alors que les fous et les corrompus composant le Parti démocrate et la presseSystème américaine continuent d’affirmer que Russiagate existe bel et bien, une menace très réelle se profile en Russie, en Chine, en Corée du Nord et en Iran. La menace vient du fait que Washington a convaincu chaque pays de n’accorder aucune crédit à la “sincérité” des USA et les gouvernements des quatre pays ont donc compris que tout ce que Washington dit doit être pris comme un mensonge.

Ces mêmes pays ont compris que Washington n’accepte pas leur souveraineté et nie par conséquent leur existence. Chacun des quatre pays a subi et subit des sanctions destinées à susciter une opération de “regime change” ou à les amener à se soumettre à la volonté de Washington.

Il y a longtemps que Moscou a compris d’évidence le caractère fallacieux et trompeur de l’affirmation de Washington selon laquelle l'anneau de missiles antimissiles déployés autour de la Russie est défensif et dirigé contre des missiles iraniens qui n’existent pas. Poutine a répété à plusieurs occasions que les batteries de ces missiles “défensifs” peuvent facilement et rapidement être rechargés en missiles nucléaires offensifs qui ne laisseraient qu’un temps de réponse très réduit à la Russie. J'ai toujours été étonné de la stupidité totale des gouvernements polonais et roumain d’avoir accepté ces batteries américaines. Il ne fait aucun doute que les fonctionnaires polonais et roumains ont reçu de plantureux pots-de-vin, mais l’argent ne vous est d’aucune utilité si vous êtes mort. Vous pouvez parier sur votre tête que les Russes ne permettront pas que de telles armes se trouvent aux frontières russes pendant une de ces périodes de fortes tensions comme il en existe aujourd'hui entre l'Occident et la Russie.

Non contents de cette provocation imprudente lancée aux Russes, les imbéciles qui composent le gouvernement américain ont annoncé un programme d'armement dans l'espace qui peut neutraliser la dissuasion nucléaire de la Russie et de la Chine. Ce plan imprudent et irresponsable n'est pas passé inaperçu en Russie. Le général de corps d'armée Viktor Poznikhir, chef adjoint du commandement opérationnel de l'état-major général russe, a déclaré la semaine dernière que le programme d’“interception au démarrage” de Washington révèle que Washington prépare une attaque nucléaire préventive contre la Russie et la Chine. Vous pouvez parier sur votre tête que la Russie et la Chine n'attendront pas l'attaque de Washington, d'autant plus que la Russie est en train de déployer des missiles hypersoniques impossibles à intercepter par aucun moyen connu.

Ce que Washington et ses vassaux européens corrompus préparent, c’est l’enterrement du monde occidental et c’est bon débarras pour le reste du monde.

Aux États-Unis, la propagande politique des intérêts particuliers a réussi à écarter toute l’attention des problèmes réels, tels que le déplacement massif des emplois à cause de la robotique, le réchauffement climatique quelle qu’en soit la cause, le risque croissant de guerre nucléaire. Lorsque le reste du monde regarde l’Occident, il voit un asile de fous pour lesquels les deux plus graves menaces pesant sur la sécurité nationale américaine seraient le Venezuela et un agent russe dans le Bureau ovale.

Il est impossible de prendre un pays aussi stupide au sérieux. Par conséquent, le pouvoir américain s'effondre, au grand soulagement de tous les autres. Même les marionnettes rétribuées de Washington en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France montrent des signes d'indépendance qui n'ont pas été vus depuis l'époque de Charles de Gaulle.

Les Russes, les Chinois, les Iraniens et les Nord-Coréens savent qu'ils ont affaire à des imbéciles et ils ne vont prendre aucun risque avec eux. Ils savent qu'aucun accord avec l'Amérique n’a de sens et que Washington parle avec une langue fourchue. Washington sera de plus en plus frustré à l'étranger à mesure que disparaîtra la volonté de coopérer avec l'asile de fous. La conséquence en sera une tyrannie croissante dans notre pays.

Paul Craig Roberts

(Adaptation à partir d’une traduction  www.DeepL.com/Translator.)

Donations

Nous avons récolté 392 € sur 3000 €

faites un don