La trêve de Noël qui ne devait pas avoir lieu

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2672

La trêve de Noël qui ne devait pas avoir lieu

Le 4 janvier, Poutine annonçait une trêve de Noël dans le conflit ukrainien. Le Noël orthodoxe a lieu le 7 janvier, selon le calendrier julien, en vigueur depuis l’an 45 avant Jésus-Christ, plutôt que selon le calendrier grégorien, plus couramment utilisé et plus précis sur le plan astronomique, introduit en 1582 par le pape Grégoire XIII. Le décalage entre les deux est maintenant de 13 jours, mais il est dans la nature de l’orthodoxie de ne pas changer, quoi qu’il arrive, encore moins pour suivre ce que dit le pape. Poutine a pris la décision d’annoncer la trêve sur la base d’une demande du patriarche Kirill, chef de l’église orthodoxe russe. La plupart des Russes ont pensé qu’il s’agissait d’une idée stupide, estimant que cela ne ferait que donner aux Ukrainiens l’occasion de se regrouper et de se réapprovisionner. La question est de savoir si c’était vraiment stupide, ou si c’était en fait très intelligent ? Regardons de plus près…

Les critiques russes de Poutine soulignent qu’il était insensé de faire confiance aux Ukrainiens pour honorer un cessez-le-feu, compte tenu de leurs performances antérieures. Il y a eu les huit années d’accords de Minsk, minutieusement négociés et garantis par l’Allemagne et la France dans le but de résoudre pacifiquement la guerre civile en Ukraine, après quoi Angela Merkel, Petro Porochenko et, plus récemment, François Hollande, qui ont tous participé aux négociations, ont ouvertement admis qu’il ne s’agissait que d’un écran de fumée pour donner aux Ukrainiens le temps de se réarmer, de recruter et de s’entraîner en vue de futures attaques contre leur population russe.

Mais Poutine ne s’est jamais attendu à ce que la partie ukrainienne respecte son cessez-le-feu, puisqu’elle ne pouvait tout simplement pas le faire. Les nazis ukrainiens qui continuent de bombarder les écoles, les jardins d’enfants, les centres communautaires, les hôpitaux et les complexes d’appartements du côté russe n’avaient aucun intérêt à une trêve de Noël, étant des adorateurs du diable plutôt que de fervents chrétiens. Et Zelenski et son équipe ne les contrôlent pas, de sorte que si Zelenski devait essayer de faire respecter la trêve, il se rendrait simplement faible et ridicule.

Zelenski est chargé de mendier, d’emprunter et de voler ; il ne contrôle pas ses troupes, les mots qui sortent de sa bouche, sa garde-robe ou sa consommation de cocaïne. Les signes de malaise psychologique extrême qu’il a montrés lors de son récent voyage à Washington en disent long sur ces faits. Il n’est qu’un comédien qui a joué le rôle du président à la télévision ukrainienne, dans un spectacle intitulé « Serviteur du peuple », et qui a ensuite été propulsé à ce poste parce que c’est exactement ce dont l’Ukraine avait besoin – un clown en chef. Le bouffon de la cour devenant roi est un cas unique dans les annales de l’histoire mondiale, mais c’est ainsi.

On s’attendait à ce que la réponse ukrainienne à la trêve soit de commencer immédiatement à bombarder les civils de Donetsk, juste pour montrer aux civils et aux troupes du côté russe l’ineptie et l’incompétence de leurs commandants et pour ajouter des preuves à l’argumentaire continuellement présenté dans la presse occidentale selon lequel Poutine est faible et que la Russie est en train de perdre. En fait, c’est exactement ce qui s’est passé : Donetsk et d’autres villes russes de l’ancienne Ukraine ont été bombardées avec des armes fournies par les États-Unis, des civils ont été tués et blessés, et les troupes russes ont été contraintes de riposter.

Ce qu’elles ont fait avec une grande vengeance et une furieuse colère dès que la trêve a pris fin. Non seulement elles ont réussi à détruire plusieurs des systèmes d’armes fournis par les États-Unis et responsables de la rupture de la trêve, mais elles ont également vengé un précédent incident odieux. Quelques instants après minuit le 1er janvier, quelques secondes avant le début de la nouvelle année, les Ukrainiens ont bombardé les troupes russes à Makeevka, en République populaire de Donetsk, tuant 89 militaires.

Ils étaient relativement novices et ont défié leurs ordres en allumant leurs téléphones pour appeler et féliciter leurs familles et amis, comme ils le feraient normalement, le Nouvel An étant la plus grande fête russe. Bien sûr, leur position a été immédiatement repérée et ciblée par un système de renseignement du champ de bataille fourni par l’OTAN. Huit roquettes de 155 mm ont été lancées à partir de lanceurs mobiles HIMARS fournis par les États-Unis, dont deux ont été abattues, tandis que les autres ont atteint leur cible avec un effet dévastateur.

Et, bien sûr, la vengeance ne s’est pas fait attendre : peu après l’expiration de la trêve de Noël, les Russes ont frappé deux dortoirs à Kramatorsk, dans la partie de la DNR tenue par les Ukrainiens, qui abritaient 700 hommes dans le dortoir n° 28 et 600 autres dans le dortoir n° 47, tuant au moins 600 d’entre eux au total. Les Russes ont également abattu cinq chasseurs à réaction ukrainiens (ils ne semblent pas durer longtemps) et détruit un grand nombre d’autres équipements et de munitions. Au final, la trêve n’a rien fait pour ralentir sensiblement la démolition en cours des troupes et des équipements ukrainiens.

Mais quelque chose de bien plus significatif a été réalisé. Une fois de plus, Poutine s’est montré beaucoup plus intelligent que ses détracteurs. Il a utilisé son offre de trêve de Noël pour démontrer l’ouverture russe à une fin de conflit, mais le régime Zelenski a rejeté l’offre. De plus, certains idiots au sein de l’OTAN (qui semble regorger d’idiots) ont jugé bon de condamner l’idée. Entre-temps, l’ONU, et même le Vatican, ont prononcé quelques mots en sa faveur.

Et donc, en fait, il n’y a pas eu de trêve, mais Poutine a prouvé qu’il était un homme de paix par sa volonté d’arrêter les hostilités, pour une journée, pour commencer, sans aucune condition préalable, alors que c’était Kiev et l’OTAN qui insistaient pour les poursuivre. Le récit de “l’agression russe”, si cher aux propagandistes occidentaux, en a pris un sacré coup.

Mais c’est loin d’être tout. La trêve a également feint la faiblesse russe aux yeux des ennemis de la Russie, les incitant à poursuivre le combat, qui se passe très bien en ce qui concerne la Russie. La ligne de front est stable et progresse vers l’ouest à un rythme glacial (quelques centaines de mètres par jour) tandis que la Russie renvoie les troupes ukrainiennes à leur créateur par milliers et transforme les systèmes d’armes fournis par l’OTAN en ferraille, tout en maintenant un moral élevé et des réserves abondantes. La Russie développe, teste et déploie également rapidement de nouveaux systèmes d’armes et des modifications d’anciens systèmes, assurant ainsi sa supériorité dans tout conflit futur.

Paradoxalement, plus ce conflit se poursuivra sous sa forme actuelle et limitée, mieux ce sera pour la Russie. Pour comprendre pourquoi il en est ainsi, il est nécessaire d’envisager ce à quoi doit ressembler la victoire de la Russie dans ce conflit. Si le régime de Kiev demandait soudainement la paix et que ses alliés de l’OTAN cessaient de le soutenir et exprimaient leur intérêt pour le rétablissement de relations normales avec la Russie, le processus de démilitarisation et de dénazification de l’ancienne Ukraine serait figé dans le temps et le processus de détournement de la Russie de l’Occident vers l’Orient et le Sud resterait incomplet. Et l’histoire se répéterait alors.

Si, en revanche, les forces russes devaient exercer une pression un peu trop forte et que le régime de Kiev, ainsi que son armée, s’effondraient de l’intérieur et battaient rapidement en retraite, la Russie n’aurait plus que deux choix, tous deux mauvais : occuper le reste de l’ancienne Ukraine ou ne la laisser que partiellement dénazifiée et démilitarisée – une zone de catastrophe humanitaire chaotique et en détresse serait une énorme menace pour sa sécurité. Planter le drapeau russe au sommet du Reichstag ukrainien à Kiev pendant que Zelenski se tire une balle dans son bunker n’équivaudrait pas à une victoire ; Zelenski et son équipe, ou leurs remplaçants, se déplaceraient simplement plus à l’ouest, à Lvov, puis en Pologne, et continueraient à menacer la Russie tout en étant sur le territoire de l’OTAN et donc intouchables.

Ce qui conviendrait peut-être le mieux à la Russie serait une avancée progressive vers ses frontières nouvellement déclarées des régions de Lougansk, Donetsk, Zaporozhye et Kherson, absorbant en outre les régions de Nikolaev et Odessa. Cela lui donnerait un pont terrestre vers la Transnistrie russe, tout en laissant l’ancienne Ukraine comme un État croupion enclavé, largement dépeuplé et économiquement dévasté, criblé d’une lourde dette et abandonné par ses amis et alliés, qui ne seraient alors plus en mesure de représenter une menace pour la sécurité de la Russie.

La trêve de Noël a envoyé un message totalement différent aux alliés et amis de la Russie : les hostilités en cours dans l’ancienne Ukraine ne sont pas à l’initiative de la Russie ; la Russie a été attaquée et ses ennemis poursuivent l’objectif ultime de la détruire. Si la Russie devait être vaincue, leur tour viendrait ensuite ; ils devraient donc aider la Russie, qui les sauve d’un ravage par les Occidentaux rapaces. Ce message passe très bien dans tous les pays qui ne font pas partie de l’Occident collectif : La Chine, l’Inde, la plupart des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, une grande partie de l’Amérique latine et de l’Asie du Sud-Est.

Même la Turquie, membre de l’OTAN et prétendument alignée sur l’Occident, vient de recevoir poliment une dure leçon. Le président turc Erdogan avait récemment demandé à Poutine d’ordonner unilatéralement un cessez-le-feu en Ukraine et de démontrer ainsi la volonté de la Russie de mettre fin au conflit. C’est ce que vient de faire Poutine, démontrant ainsi à Erdogan que son idée n’avait aucun mérite. La Turquie est un partenaire important de la Russie (pour le tourisme, le gaz naturel, l’énergie nucléaire, les ventes d’armes et bien d’autres choses encore), même si elle n’est jamais tout à fait une amie, mais les partenaires doivent parfois être persuadés de garder leurs mauvaises idées pour eux.

Le reste du monde n’a plus beaucoup de patience pour les absurdités de l’Occident (la démocratie libre, le politiquement correct, les absurdités liées au genre, la main invisible du marché que Biden ne cesse d’essayer d’ébranler, ou d’autres inepties de ce genre) et est heureux de voir la Russie prendre la tête du mouvement et mettre l’Occident au pied du mur. Le dernier soulier à tomber sera l’effondrement du pétrole et du gaz de schiste aux États-Unis. Leur production a déjà atteint un plateau et, compte tenu des taux d’épuisement très élevés de ces puits, un plateau laisse présager un effondrement.

Une fois cet effondrement survenu, les États-Unis deviendront des indigents en matière d’énergie, tout comme l’Europe et le Japon le sont déjà, et l’ensemble de l’Occident collectif se transformera en une collection de « pays de merde », comme l’a dit un jour Donald Trump de façon imagée. Pendant ce temps, le nouveau super-amas eurasien, composé de la Russie, de la Chine, de l’Iran, de l’Inde et de nombreuses nations du Sud qui souhaitent déjà les rejoindre, continuera d’être le nouveau projet civilisationnel de la planète.