La “loi Ron Paul” votée en octobre?

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 640

D’une façon assez discrète, et, également, fort discrètement rapportée par la presse-Pravda, le député démocrate Barney Franks, président de la Commission des Finances de la Chambre des Représentants, a annoncé que la loi HR 1207, que nous désignons volontiers sous le surnom de “loi Ron Paul”, devrait être votée en octobre. (La loi HR 1207 constitue une loi d’audit de la Federal Reserve, destinée à rendre publiques les activités et les diverses initiatives de cet organisme tout-puissant, particulièrement secret dans ses activités alors qu’il régule fondamentalement la politique monétaire des USA en soutenant Wall Street. Il s’agit du rôle classique de Banque centrale alors qu’il s’agit dans les faits d’une institution privée, que ses activités sont totalement incontrôlées par le pouvoir législatif et totalement dissimulées au public.)

L’annonce a été faite lors d’un meeting régional sur la question des soins de santé, dans le Massachusetts, donc d’une façon anodine, en réponse à une question de l’auditoire. Franks a précisé qu’il avait l’intention de pousser fortement pour le vote de cette loi, qui dispose d’ores et déjà du soutien de plus de la majorité de la Chambre.

L’intervention de Franks est rapportée par Ryan Grim, dans HuffingtonPost, le 28 août 2009. L’intervention de Franks montre une réelle chaleur de ses relations avec Ron Paul, qui a acquis, avec cette loi, une popularité et une autorité incontestables au sein de la Chambre, dépassant largement ses appartenances partisane et idéologique.

«The bill to audit the Fed, H.R. 1207, was introduced by libertarian Fed critic Rep. Ron Paul (R-Texas) and is backed by well over a majority of the House. Frank's comment suggests it won't just be left to languish in committee.

»“I want to restrict the power of the Fed in a number of ways,” said Frank in response to a question about the bill. “They have had since 1932... the right to intervene in the economy almost whenever they” wanted to, Frank said, noting that the Fed relied on its extraordinary lending power to forward billions to financial institutions last fall. He intends to curtail that lending power, he said.

»“Finally we will subject them to a complete audit,” he said. “I have been working with Ron Paul, the main sponsor of that bill. He agrees that we don't want to have the audit appear as if it is influencing monetary policy, because that would be inflationary and Ron and I agree on that.” […]

»“One of the things the audit will show is what the Federal Reserve buys and sells, and that will be made public,” Frank said. “But not instantly, because... you would have a lot of people trading off of that, and you would have too much impact on the market. Again Ron agrees with that, so we will probably have that data released after a time period of several months, enough time so it wouldn't be market-sensitive. That will be part of the overall Fed regulation that we are inducting.”

»The questioner followed up: “By the end of the year?” “The House will pass it probably in October,” said Frank.»

• Un vote par la Chambre d’une loi de cette importance devrait avoir des conséquences très rapides sur le Sénat, où une loi du même type est en discussion, sous la férule d’un sénateur “socialiste”, Sanders du Vermont… «House passage will put pressure on the Senate to act. The upper chamber has had a similar bipartisan coming-together, with Sen. Bernie Sanders of Vermont, a socialist, and Sen. Jim DeMint (R-S.C.), as far from a socialist as imaginable, cosponsoring a version of Paul's bill.»

• L’opposition à cette loi, toujours aussi feutrée tant la question est délicate et d’une sensibilité extrême, est toujours aussi forte. Elle vient des mêmes milieux – les banques, Wall Street, la finance et, bien entendu, la Fed elle-même. Tout cela se fait dans un climat par ailleurs tendu par certaines tentatives de la justice d’entamer le monopole d’absolue opacité de la Federal Reserve. «Wall Street has been pushing back against opening up the Fed. A federal judge recently ordered it to disclose who the bank is lending to and what collateral it's getting in return. The Fed is appealing, arguing that such disclosure would damage it and the banks receiving the loans. The Clearing House Association, a coalition of financial industry players, joined the Fed in protesting the decision….»

Il est vrai que, dans ce système, le silence et la discrétion sont les indices les plus assurés de l’importance d’une affaire, lorsque cette affaire affecte une institution de l’importance de la Fed. La “loi Ron Paul”, qui progresse sans tapage, a un potentiel révolutionnaire. Son soutien à la Chambre est l’une des marques des marges imprévisibles et incontrôlables des activités de cette assemblée. La Chambre, effectivement, peut s’emporter pour des cas qui apparaissent soudain révolutionnaires par rapport aux normes du système, et Ron Paul a su parfaitement jouer de ce réflexe à l’avantage de son initiative. HR 1207 n’a plus rien d’une loi partisane (d’un parti), ni d’une loi d’une conception idéologique. Elle est soutenue par un éventail partisan et idéologique le plus large possible. L’habileté de Ron Paul est d’être à peu près parvenu à faire de HR 1207 un projet de loi où la Chambre des Représentants engage sa spécificité et ce qu’elle prétend être son originalité, son côté “populiste”. Cette situation est pour l’instant fort peu répercutée, comme on l’a noté, mais si HR 1207 est votée on entendra parler de la chose.


Mis en ligne le 31 août 2009 à 04H53