La fureur post-impériale de Zbigniew Brzezinski

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 823

Certains esprits mal intentionnés vont jusqu’à avancer que l’article publié par Zbigniew Brzezinski dans le Financial Times du 5 décembre reflète également une certaine frustration de cet expert prestigieux (conseiller de sécurité nationale du président Carter, 1977-81), devenu “vieux sage” entre temps, de n’avoir pas été choisi pour faire partie de l’Iraq Study Group (ISG) de James Baker. Il faut dire que “Zbig” n’est pas spécialement tendre pour l’exercice de style de l’ISG (noter la remarque de la fin de cette citation): «a lengthy compromise statement reflecting a typical, middle-of-the-road consensus among an elite Washington "focus group", composed of esteemed individuals not handicapped by much historical or geopolitical familiarity with the region's problems».

Il n’empêche. L’article est court, percutant, bien fait, et il va au fond des choses dans son aspect critique. Il met en évidence aussi bien la catastrophique situation où se trouvent les USA en Irak, que la catastrophique méthode actuellement suivie pour tenter d’en sortir. On appréciera cette brève et coupante leçon de l’exercice du pouvoir par ce que devrait être un homme d’Etat, et l’on appréciera la référence faite à un homme et à une nation que la mode courante recommande de vilipender et de considérer comme quantité négligeable ou quantité dépassée. (Zbig écrit ce passage à propos du rapport de l’ISG et du mémorandum de Rumsfeld exposant la situation très difficile en Irak et recommandant un changement de stratégie.)

«The combination of the two [documents] has already elevated Iran's geopolitical power in the region. Hence the need of the moment is not for tactical tinkering or long consensus reports. Can one imagine Charles de Gaulle in the late 1950s waiting weeks for a long study by French public figures on how to end the Algerian war that was damaging France's national unity and international reputation? Leadership derived from a sense of history requires sometimes the cutting of Gordian knots, not tying oneself up in knots.»

Zbigniew Brzezinski ne peut donc que poursuivre désormais dans son rôle de Cassandre, bien loin des ivresses rationnelles du temps des espérances impériales, lorsqu’il décrivait, dans les années 1990, dans ses articles et dans ses livres, la façon dont les USA allaient assurer leur hégémonie sur le monde.

«The president, and America's political leadership, must recognise that the US role in the world is being gravely undermined by the policies launched more than three years ago…»


Mis en ligne le 6 décembre 2006 à 09H54