La “destinée manifeste” de GW

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 686

La rubrique de l’état d’esprit de GW et des conséquences politiques à en attendre est alimentée d’une façon régulière et révélatrice. La chroniqueuse US Georgie Anne Geyer, qui s’effraie de l’affaire du camp palestinien du Liban Nahr el-Bared et de l’apparition du groupe Fatah al-Islam comme d’un signe de l’expansion du terrorisme à partir de la catastrophe irakienne, nous donne quelques indications de plus sur la forme de GW, — dans sa chronique du Dallas News, du 31 mai.

Voici le passage en question où, après avoir exposé combien elle constatait que l’action US en Irak fabriquait littéralement des terroristes, elle observe :

«This, of course, is not the way the Bush administration sees it.

»The White House sees terrorists as born, not created by history, bearing the mark of Cain, not the mark of circumstance. There is a scarlet “T” written on their foreheads at birth and the only answer is to destroy them. This kind of thinking, of course, relieves the thinker of any responsibility for the presence of the insurgent-terrorist-whatever in our innocent midst.

»What's more, there is not much real give in the administration's policies. True, Secretary of State Condoleezza Rice and other American diplomats met Memorial Day weekend with the Iranians in Baghdad (a good first move but limited, since the Iranians have most of the power because of our incredible stupidity in Iraq). But by all reports, President Bush is more convinced than ever of his righteousness.

»Friends of his from Texas were shocked recently to find him nearly wild-eyed, thumping himself on the chest three times while he repeated “I am the president!” He also made it clear he was setting Iraq up so his successor could not get out of “our country's destiny.”»

On en tirera les conclusions qu’on veut concernant GW et l’état de sa psychologie. Pour le reste, il faut bien admettre la valeur de la thèse d’un GW plus que jamais assuré de la justesse de ses choix et de la grandeur de sa destinée, auxquelles il ajouterait éventuellement la sainteté du martyre de l’incompréhension et de la solitude à mesure où il baisse dans les sondages, acquérant ainsi une dimension de prophète contre la sottise et l’aveuglement des Pharisiens divers. Cela conduit à prévoir effectivement que sa politique sera de rester à tout prix en Irak, jusqu’au terme de son mandat, pour aider son successeur à poursuivre la “destinée manifeste” des USA.


Mis en ligne le 3 juin 2007 à 14H32