La dernière croisade

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4702

La dernière croisade 

Il existe une divergence d'opinion marquée sur la manière de caractériser l'action militaire qui se déroule actuellement dans ce qui reste de l'ancienne République socialiste soviétique d'Ukraine : s'agit-il d'une opération militaire spéciale russe visant à démilitariser et à dénazifier l'ancienne Ukraine, ou d'une invasion russe non provoquée menant à la troisième guerre mondiale, à un échange nucléaire et à la fin du monde tel que nous le connaissons (TEOTWAKI pour faire court) ? C'est peut-être un peu de tout cela, ou peut-être rien de tout cela...

La Russie gagne-t-elle ou l'Ukraine perd-elle ? D'un côté, la Russie vient d'étendre officiellement son territoire souverain d'une centaine de milliers de kilomètres carrés et de quelques millions de citoyens, et elle s'est lancée dans une vaste campagne de construction, remettant en état ses nouveaux territoires, qui sont un peu délabrés après des décennies de négligence soviétique et post-soviétique, suivies de neuf années de bombardements ukrainiens. Cela indiquerait que la Russie est en train de gagner.

D'autre part, les États-Unis viennent de promettre de donner aux Ukrainiens des batteries de défense aérienne Patriot (ou pas, les détails varient...). S'agit-il des mêmes batteries Patriot qui ont connu un échec si embarrassant au-dessus de l'Arabie saoudite, lorsqu'elles n'ont pas pu abattre les anciens missiles SCUD soviétiques tirés par les Yéménites ? Et s'agit-il des mêmes batteries Patriot dont les opérateurs, en Pologne, n'ont récemment pas vu les missiles ukrainiens en approche (qui étaient également de vénérables missiles soviétiques) et n'ont appris leur existence que plus tard, dans les médias ? Peu importe ! Elles coûtent 1 milliard de dollars par lanceur et 3 millions de dollars par fusée, donc elles doivent être bonnes pour Raytheon, et ce qui est bon pour Raytheon est bon pour l'Amérique, ou quelque chose comme ça. Et si elles n'avaient aucune chance contre les armes russes de pointe ? Ne soyez pas négatif !

Alors que les arguments fusent, Henry Kissinger, le vétéran de la géopolitique occidentale, sort la tête de l'œuf de dinosaure dans lequel il se cache depuis 70 millions d'années et déclare que le conflit ukrainien doit être réglé à la table des négociations. Peu importe que tout ce qu'il a proposé soit du pur charabia et un échec ; ce qui est important, c'est que pour qu'il émette cette opinion à ce moment précis, ses poils de nez géopolitiques délicatement frémissants doivent lui avoir dit que les États-Unis ne vont pas l'emporter dans ce conflit, quoi qu'il arrive, et qu'il est donc temps pour eux d'arrêter de se battre et de commencer à discuter. Il est clair que personne, et surtout pas le régime ukrainien, ne s'est soucié de savoir si l'Ukraine elle-même allait réussir ou échouer, elle était vouée à l'échec depuis au moins la révolution orange de 2004, ou, plutôt, à être sacrifiée sur l'autel de l'hégémonie américaine en étant jetée en pâture à la Russie.

Si nous ignorons tout ce qu'il convient d'ignorer dans les paroles de sagesse infinie de Kissinger, il ne reste plus qu'à dire que le conflit ukrainien "doit être conclu" et qu'il doit être conclu "à la table des négociations". Mais il s'avère que ces deux pépites de la pensée profonde sont également très discutables. Premièrement, pourquoi la Russie se précipiterait-elle pour conclure le conflit ? Elle a établi un modèle d'attente favorable et une domination de l'escalade selon tous les paramètres possibles : militaires, économiques, politiques et culturels. Deuxièmement, avec qui la Russie peut-elle négocier ? Les mêmes personnes qui avaient promis que l'OTAN ne s'étendrait pas d'un pouce à l'est si la Russie autorisait la réunification de l'Allemagne ? Eh bien, faites-le, et ensuite nous parlerons !

Sur le plan militaire, la Russie a établi des frontières défendables dans l'ancienne Ukraine et avance lentement vers les frontières de ce qu'elle considère désormais comme son propre territoire souverain. Elle a établi des pipelines pour les hommes et les armes qui peuvent lui permettre de soutenir simultanément plusieurs conflits de la taille de l'Ukraine pratiquement à l'infini. Elle peut infliger des dommages précis à l'approvisionnement énergétique et aux autres infrastructures de l'Ukraine à volonté et sans risque pour elle-même, réduisant progressivement la capacité de l'Ukraine à soutenir toute sorte de campagne militaire et menant finalement à une démilitarisation complète (pas d'industrie, pas de potentiel de guerre) et à la dénazification (tous les nazis sont morts ou se sont enfuis en Europe ou en Amérique). Entre-temps, la capacité et la volonté de l'Occident de continuer à fournir des armes à l'armée ukrainienne (dont les deux tiers disparaissent en cours de route à cause de la corruption) s'amenuisent. Et puis il y a les nouveaux jouets de la Russie : la dernière génération de ses armes stratégiques, contre lesquelles les États-Unis n'ont pas de contre-mesures, commence à être déployée, et si la doctrine russe de non première frappe nucléaire reste en place, il est entendu qu'elle pourrait être revue si la situation le justifie : “Les enfants, soyez sages !”

Sur le plan économique, l'économie russe a été touchée de 2,5% au cours de l'année 2022, mais la majeure partie de cette perte a été enregistrée au cours des deux premiers trimestres, avec une reprise régulière par la suite. Bon nombre de ses concurrents internationaux s'étant impoliment excusés en raison des sanctions, l'industrie nationale russe, de l'automobile à l'espace aérien en passant par la construction navale, est appelée à s'épanouir. Les exportations d'énergie, qui sont très importantes pour remplir les coffres fédéraux, ont été réorientées des nations hostiles de l'UE et du G7 vers les nations amies d'Asie du Sud-Est et d'ailleurs. Les volumes d'exportation sont restés stables, mais les recettes se sont améliorées en raison de la hausse des prix, ce qui permet à la Russie de maintenir un ratio dette/PIB très faible et un excédent commercial sain, et d'investir massivement dans des projets d'infrastructure sans s'endetter. Alors que la planète se dirige vers la prochaine ère glaciaire (il est trop tôt pour dire s'il s'agira d'une mini ère glaciaire d'un siècle ou d'une véritable ère glaciaire d'une centaine de milliers d'années), la Russie devrait bénéficier grandement de ses énormes réserves d'hydrocarbures et de son industrie nucléaire saine.

Sur le plan politique, la Russie est enfin en mesure de se débarrasser de la gueule de bois de la lassitude soviétique tardive, de la dissipation et de la corruption des années 1990 et de l'abandon consumériste des années 2000, et de revenir à son communautarisme normal, à savoir un pour tous et tous pour un. Elle redécouvre rapidement son histoire millénaire de défense héroïque de la patrie sur le champ de bataille. Les démons de l'émasculation et du féminisme sont exorcisés ; les hommes sont à nouveau des guerriers et les femmes des gardiennes du foyer familial. Pour les hommes, il existe deux options honorables - la victoire et la mort, toutes deux héroïques - et plusieurs options déshonorantes : la lâcheté, la trahison... Le caractère national de la Russie est déterminé par la nature de la Russie : le paysage vaste et inhospitalier, la frontière immense et vulnérable, la multitude de tribus, distinctes mais combinées de manière fractale - mais ce qui la maintient en bon état de marche est un accès périodique de guerre. Normalement, un hégémon mondial en puissance, qu'il s'agisse du pape Urbain II, de Gengis Khan, d'Hitler, de Napoléon ou (ne riez pas !) de Joe Biden, se bat contre la Russie, parfois en dernier recours.

Sur le plan social, depuis la révolution russe de 1917 (et bien avant à Saint-Pétersbourg, Moscou et dans plusieurs grandes villes de province), la Russie penche vers l'Ouest. La Russie a été le premier pays à introduire l'égalité des droits pour les femmes et les minorités. Au cours du XXe siècle, la Russie a libéralisé les lois sur le divorce et le remariage et a fini par décriminaliser l'homosexualité et l'avortement. En cours de route, la Russie a adopté de nombreuses tendances modernistes et postmodernistes, allant parfois trop loin, trop vite, puis reculant d'horreur. Et, peut-être le pire de tout, la Russie a été infectée par l'idéologie occidentale la plus pernicieuse, le marxisme. Marx a formulé une critique valable du capitalisme tel qu'il existait à l'époque, mais au-delà de cela, sa théorisation est peut-être l'exemple le plus flagrant d'échec intellectuel à grande échelle qui ait jamais existé.

Pendant ce temps, en Occident, la tendance vers les droits individuels est allée jusqu'à l'extrême, non seulement en tolérant mais en approuvant et en célébrant l'homosexualité et d'autres types de comportements sexuels aberrants (non reproductifs), et en insistant désormais sur la castration chimique et chirurgicale des enfants. Un courant transhumaniste distinct mais connexe cherche à effacer la frontière entre l'homme et la machine. L'Occident s'oriente également vers la légalisation de la pédophilie ; l'euthanasie est déjà légale dans de nombreux pays et activement promue comme solution à la pauvreté des personnes âgées au Canada. Il ne reste plus qu'à légaliser le cannibalisme et les sacrifices humains. Ce qui a été perdu parmi tous ces droits individuels, c'est le droit des communautés à faire entendre raison à ces individus.

En un sens, la légalisation du cannibalisme ferait une différence en degré, pas en nature. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis ont enfermé des enfants russes dans des camps de concentration et les ont saignés à mort pour fournir des transfusions aux soldats allemands blessés. Aujourd'hui encore, des gériatres privilégiés aux États-Unis et en Grande-Bretagne vivent jusqu'à un âge obscène grâce à des transfusions secrètes de sang d'enfants. Et le flux constant et abondant de soldats ukrainiens mortellement blessés fournit une ressource abondante d'organes de donneurs aux cliniques d'Europe et d'Israël. Ce genre de pratiques fait partie intégrante de l'humanisme occidental.

Au fur et à mesure que ces développements sont devenus plus extrêmes, les demandes d'acceptation universelle de ces "valeurs occidentales" sont devenues plus stridentes et accablantes - et de plus en plus offensantes pour les 85% de la population mondiale, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Occident, qui sont socialement conservateurs. Dans une grande partie du monde, les relations sexuelles avant et après le mariage sont des crimes et les enfants nés hors mariage sont encore appelés "bâtards", le mariage est encore "jusqu'à ce que la mort nous sépare", le respect de ses aînés est inconditionnel et "la mort avant le déshonneur" est la loi non écrite. Ce sont tous des universaux évolués de la culture humaine, et tout écart par rapport à ces principes est temporaire et entraîne une extinction biologique. Cette leçon a été formalisée dans Romains 6:32 : « Car le salaire du péché, c'est la mort. » Mais la mort est parfois lente à venir et les gens ont tendance à s'impatienter en attendant que la peinture de l'écriture sur le mur sèche et à prendre les choses en main.

C'est là que la Russie joue un rôle clé : elle a jeté le gant à l'Occident collectif, lui disant en substance qu'il peut devenir aussi dégénéré qu'il le souhaite, mais qu'il n'a pas le droit d'imposer ses nouvelles règles étranges et tordues aux autres. Dans ce processus, la Russie est devenue le champion et le défenseur mondial de la société et de la culture conservatrices. Certains autres pays, en particulier les pays islamiques, se sont montrés tout aussi inflexibles ; par exemple, l'Indonésie vient de criminaliser l'adultère : n'allez pas à Bali sans votre conjoint de sexe opposé légalement marié, ou vous risquez d'être enfermé ! Mais l'approche islamique manque d'universalité, car elle se fonde sur ce qui est défini comme "haram" au sein de l'Islam, alors que la Russie revendique une souveraineté universelle et une liberté vis-à-vis de l'oppression culturelle occidentale.

Il est clair qu'il ne s'agit pas d'un conflit à propos de l'Ukraine, qui n'est que le dernier pion, et peut-être le dernier, d'un jeu beaucoup plus vaste. Il a certainement commencé bien avant le 22 février 2022, lorsque la Russie a annoncé le début de son opération spéciale de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine. Il n'a pas non plus commencé le 22 février 2014, lorsque le président ukrainien Ianoukovitch a été contraint de fuir l'Ukraine pour se réfugier en Russie à la suite d'un coup d'État violent et illégal fomenté et encouragé par le département d'État américain. À ce moment-là, comme Victoria Nuland s'en est vantée à l'époque, les États-Unis avaient déjà dépensé 5 milliards de dollars pour déstabiliser politiquement l'Ukraine et en faire un pays anti-Russie. Il est impossible de préciser la date, mais le processus a peut-être commencé dès 1945, lorsque des nazis ukrainiens, ainsi que d'autres nazis, ont été emmenés et ont trouvé refuge et soutien aux États-Unis et au Canada.

On peut affirmer que le conflit entre la Russie et l'Occident remonte à plus loin que l'on puisse voir dans l'histoire, avec des interruptions mineures. Il y a eu un bref interbellum entre le jour de la Victoire, le 9 mai 1945, et le discours de Winston Churchill sur le "rideau de fer", le 5 mars 1946 - moins d'un an ! Un autre interbellum, plus long, a existé après la dissolution (illégale) de l'Union soviétique par Eltsine et ses sbires à Belovezhskaya Pushcha le 8 décembre 1991 (le président George Bush senior ayant été le premier à être informé de ce fait par un appel téléphonique d'Eltsine) et le début de la guerre mondiale contre la terreur, commencée en grande pompe le 11 septembre 2001 par la destruction de trois gratte-ciel new-yorkais lourdement surassurés à l'aide de deux Boeing.

On ne sait pas non plus jusqu'à quel point il faut se projeter dans l'avenir pour comprendre comment la phase actuelle du conflit pourrait se terminer. Il est certain que la suggestion de Kissinger selon laquelle le conflit peut être simplement négocié n'est rien d'autre qu'un leurre, surtout après la révélation par l'ancienne Bundeskanzlerin Angela Merkel que les accords de Minsk entre Kiev et Donetsk/Lugansk n'étaient qu'un stratagème pour donner à Kiev le temps de se regrouper et de se réarmer afin d'être mieux à même d'attaquer Donetsk et Lugansk. Pourquoi la Russie souhaiterait-elle négocier si l'objectif déclaré de la négociation est une tactique de retardement - et une tactique qui a échoué, puisque les Russes ont vu clair dans cette ruse et ont utilisé les huit années écoulées pour... se regrouper et se réarmer afin de mieux démilitariser et dénazifier l'Ukraine le moment venu.

Il est clair que le délai en question devrait s'étendre bien au-delà du moment où l'Ukraine orientale fera à nouveau partie de la Russie (enfin, c'est déjà le cas pour une partie d'entre elle !) tandis que le reste sera transformé en une terre désolée inoffensive, largement dépeuplée, parsemée de cadavres pourris de mercenaires polonais et patrouillée par des robots de combat russes. Il se passe quelque chose de plus important : les États-Unis ont faim et doivent manger quelqu'un tout de suite, sinon leur château de cartes financier va s'effondrer.

Les États-Unis sont constitutionnellement incapables de vivre selon leurs moyens, mais comme la pompe à richesse des pétrodollars ne fonctionne plus et qu'une grande partie du reste du monde a déjà été saignée à blanc par un capitalisme vampirique, que reste-t-il à manger aux États-Unis ? L'Union européenne, bien sûr ! La base de la prospérité européenne a été l'approvisionnement régulier en énergie relativement bon marché en provenance de Russie, et en le coupant, les États-Unis ont rendu l'économie européenne non fonctionnelle et prête à être pillée à loisir. Maintenant, la Russie devrait-elle vouloir interférer avec ce processus ? Bien sûr que non ! Si l'Occident collectif souhaite ronger ses propres membres, pourquoi cela poserait-il un problème à la Russie ? "N'interrompez jamais votre ennemi lorsqu'il fait une erreur, ce sont de mauvaises manières", disait Napoléon à la bataille de Waterloo.

Si l'on remonte assez loin dans le temps, on constate que la toute première Drang nach Osten a été déclenchée par le pape Urbain II le 27 novembre 1095, ouvrant la voie aux croisades en appelant tous les chrétiens d'Europe à la guerre contre les musulmans afin de reconquérir la Terre sainte, au cri de "Deus vult !" ou "Dieu le veut !". C'était à peu près une façon pompeuse pour lui de dire "J'ai faim ! Apportez-moi quelqu'un à manger !" Bien sûr, en 1147, les Allemands ont attaqué les Slaves, qui étaient loin de la Terre sainte mais qui devaient sembler savoureux à l'époque, et ils ont continué à les attaquer pendant plus de deux siècles !

Les Suédois n'ont rien lâché jusqu'à ce que Pierre le Grand les batte à Poltava (aujourd'hui en Ukraine) le 27 juin 1709. Ils ont été tranquilles comme des souris pendant les trois derniers siècles, mais maintenant ils font du bruit pour rejoindre l'OTAN (l'actuelle alliance des croisés) et il est peut-être temps de les renvoyer en 1709 à l'aide de quelques fusées, les débarrassant d'extravagances telles que l'électricité, le chauffage central, l'eau courante et le transport automobile. À l'heure où nous écrivons ces lignes, les Suédois ont encore le temps de se décider. Il en va de même pour les Finlandais qui, au fil des siècles, ont été conditionnés à faire tout ce que les Suédois leur disent de faire, sauf lentement.

Cela fait six siècles de croisades par intermittence ! Il y a des monastères en Russie qui ont été pillés et réduits en cendres par ces "chrétiens" déchaînés quatre ou cinq fois. Et puis Napoléon a attaqué une centaine d'années plus tard, et Hitler un peu plus d'un siècle après... et maintenant ceci... Mais nous n'avons pas besoin de regarder si loin dans le passé pour prédire avec une certitude raisonnable que ce quasi-millénaire de croisades occidentales touche à sa fin. Pour ce faire, il suffit de remonter jusqu'au 11 septembre 2001 et au lancement de la guerre mondiale contre la terreur. À ce jour, tous les stratagèmes et toutes les manœuvres que les États-Unis ont essayés dans cette guerre ont échoué, l'Ukraine étant leur dernier rempart. Ces échecs sont très peu connus ou compris en Occident, où les médias de masse sont experts dans l'art de cacher tout ce qui ne correspond pas au récit gagnant.

La semaine prochaine, nous passerons en revue les développements des dix dernières années. Ce n'est qu'un clin d'œil dans le balayage de l'histoire, mais parfois l'effondrement se produit assez soudainement, et nous devrions nous sentir privilégiés d'être les témoins d'une série d'événements aussi importants.

 

21 décembre 2022, Club Orlov – Traduction de L’EchelledeJacob