Guerre mondiale du gaz : que la fête commence !

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1851

Guerre mondiale du gaz : que la fête commence !

Le prix au comptant du gaz naturel en Europe vient de franchir le seuil psychologiquement important de 1000 dollars par millier de mètres cubes, soit un dollar par mètre cube. Cela a déjà eu des conséquences importantes dans toute l’Europe. Au Royaume-Uni, les usines d’engrais ne peuvent pas fonctionner à de tels prix et ont fermé leurs portes. Cela entraînera plus tard une inflation des prix des denrées alimentaires, mais l’effet immédiat est de priver les consommateurs de viande emballée et de bière en raison d’une pénurie de glace carbonique qui est un sous-produit de la production d’engrais. Pendant ce temps, de l’autre côté de ce qui reste de l’Union européenne, dans les petits États baltes, les prix de l’électricité sont désormais dix fois plus élevés que de l’autre côté de la frontière, en Russie. Bien sûr, ils sont les bienvenus pour acheter de l’électricité bon marché et abondante à la Russie, mais celle-ci doit passer par le Belarus et la Lituanie et les Lituaniens ont stratégiquement brisé les relations avec le Belarus en hébergeant la fugitive Tikhanovskaya, la reine des côtelettes, qui est une sorte de Juan Guaidó belarusse.

De l’autre côté du Belarus se trouve l’Ukraine, où les choses sont encore plus amusantes. Au printemps 2019, l’Ukraine a refusé l’offre gracieuse de la Russie de lui vendre du gaz à 240-260 dollars par millier de mètres cubes (un quart du prix spot actuel) et a préféré l’acheter sur le marché spot. Le résultat est que l’Ukraine a besoin de 13 milliards de mètres cubes de gaz en stockage pour passer la saison de chauffage mais en a moins de 5. Mais elle peut toujours acheter ce dont elle a besoin sur le marché au comptant, non ? C’est faux ! L’Ukraine est fauchée et n’a rien prévu dans son budget à cet effet. Heureusement, elle peut encore acheter de l’électricité bon marché à la Russie, du moins jusqu’à ce que les nationalistes ukrainiens décident de faire sauter les lignes de transmission vers la Russie, comme ils l’ont fait avec celles qui mènent à la Crimée russe il y a quelque temps, provoquant des pénuries d’énergie dans cette région et forçant les Russes à construire un pont énergétique depuis le continent, un processus qui a pris près d’un an.

Mais contrairement à l’Ukraine, qui est en faillite, les pays de l’UE n’ont pas à geler leur approvisionnement car ils peuvent simplement acheter le gaz dont ils ont besoin sur le marché spot, sous la forme de gaz naturel liquéfié, n’est-ce pas ? C’est faux ! Le marché du GNL est mondial, et les concurrents de l’Europe en Asie de l’Est – la Chine, la Corée du Sud et le Japon – peuvent toujours surenchérir sur l’offre disponible. Ces trois pays enregistrent des déficits structurels avec les États-Unis depuis des décennies et ont accumulé des quantités malsaines de dette fédérale américaine. Alors que les États-Unis sont sur le point de faire faillite et/ou de déclencher une hyperinflation du dollar en laissant leur dette nationale dépasser le seuil des 30 000 milliards de dollars, ils sont impatients de se débarrasser de la plus grande partie possible de ce magot, en l’échangeant contre des produits de base nécessaires tels que le gaz naturel. Ils ne se soucient guère du prix du gaz, car le prix final de la dette américaine sera nul et quelque chose est toujours mieux que rien. Ainsi, il y a de fortes chances que l’UE tremble dans le noir cet hiver par solidarité avec l’Ukraine.

Mais les choses vont beaucoup mieux aux États-Unis qui, après tout, sont un fier exportateur de gaz naturel grâce à ce qui reste de leur industrie de fracturation hydraulique. Encore faux ! L’Industrial Energy Consumers of America (IECA), un groupe de pression de l’industrie chimique et alimentaire, vient d’exiger que le ministère américain de l’énergie impose des limites aux exportations de GNL. Sinon, disent-ils, les prix très élevés du gaz naturel rendront de nombreuses entreprises américaines non compétitives et les obligeront à fermer leurs portes. Les prix ont déjà augmenté de 41% au cours de l’année dernière. Mais cela ne suffit pas à stimuler la production : la production de gaz naturel aux États-Unis diminue en même temps que le nombre d’appareils de forage et la quantité de gaz stockée est actuellement inférieure de 7,4% à la moyenne des cinq années précédentes. Toute tentative de limiter les exportations de GNL fera hurler les lobbyistes de l’industrie de l’énergie, qui ont beaucoup d’influence au Capitole, et entraînera de longues batailles politiques au sein d’un Congrès américain déjà très divisé et désagréable.

Pendant ce temps, dans l’UE, il y a une chose que l’on peut faire immédiatement pour éviter cette crise : mettre en service NordStream2, qui vient d’être achevé, en mettant de côté les protocoles bureaucratiques européens qui font traîner en longueur le processus de certification et en rejetant la restriction vraiment idiote selon laquelle il ne peut être utilisé qu’à 50% de sa capacité. La société russe Gazprom serait parfaitement disposée à signer un accord d’approvisionnement à long terme à un prix raisonnable, comme elle l’a fait avec la Hongrie il y a quelques jours à peine. Mais pour l’instant, un tel revirement semble peu probable. D’une part, les fondamentalistes du marché libre sont encore pleins d’une foi aveugle dans le fait que le marché libre empêchera d’une manière ou d’une autre leur peuple de geler ; d’autre part, les écologistes semblent croire que le gel serait un acte vertueux qui aiderait à sauver la planète de la surchauffe. Au printemps prochain, la fonte des neiges pourrait révéler un paysage politique jonché des cadavres gelés des écologistes et des fanatiques du marché libre. Nous devrions tous leur souhaiter bonne chance, bien sûr, qu’ils le méritent ou non.

28 septembre 2021, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone

Donations

Nous avons récolté 195 € sur 3000 €

faites un don