Guerre et châtiment

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 1702

Guerre et châtiment

“Guerre et châtiment” n’est pas seulement un grand roman du grand auteur russe Tolstoïevski, c’est aussi la politique étrangère de la Russie. Supposons que vous déclenchiez une guerre à la frontière de la Russie dans l’espoir de la détruire – et que vous la perdiez. Que pensez-vous qu’il vous arrivera ensuite ? La paix ? Non, vous serez puni.

À des fins didactiques, cette punition peut être divisée en cinq catégories : financière, économique, politique, sociale et culturelle :

  • Financièrement – vos institutions bancaires seront bannies et vos monnaies seront exclues de la circulation internationale, ce qui vous privera des bénéfices bancaires, des avantages du seigneuriage et de la possibilité de continuer à enregistrer des déficits commerciaux et budgétaires structurels et à vous endetter.
  • Sur le plan économique, vous paierez le double ou le quadruple pour des ressources essentielles sans lesquelles votre industrie ne pourra pas fonctionner – des ressources telles que le gaz naturel, l’uranium enrichi, le titane pour la construction aéronautique, les terres rares et les gaz nobles pour la fabrication de semi-conducteurs et bien d’autres choses encore. Votre industrie s’étiolera, ce qui rendra impossible le maintien de vos infrastructures civiles et militaires.
  • Sur le plan politique, vos hommes politiques deviendront si impopulaires qu’ils seront démis de leurs fonctions. L’ensemble de l’élite politique s’effondrera et sera remplacée par des gens de la rue, choisis au hasard, qui continueront à aggraver la situation, voire à l’aggraver considérablement. À chaque nouvelle itération, les démagogues seront remplacés par des charlatans, les charlatans par des mafiosi et les mafiosi par des monstres.
  • Sur le plan social, vos sociétés se diviseront entre ceux qui ne peuvent s’empêcher de mentir et ceux qui ne supportent plus d’entendre des mensonges, ce qui entraînera des luttes et des conflits sociaux. La guerre civile de faible intensité s’embrasera périodiquement en une conflagration, engloutissant telle ou telle grande ville jusqu’à ce qu’il n’en reste que des ruines et des cendres.
  • Culturellement – votre culture sera considérée comme basée sur des mensonges, donc dégénérée et toxique, et sera exclue par une grande partie du reste du monde comme une maladie dangereuse et contagieuse. Votre scène culturelle sera dominée par des monstres, qu’il s’agisse de reines de beauté souffrant d’obésité morbide ou de “musiciens” dont l’art consiste à hurler des flots d’obscénités. Votre langage deviendra si vulgaire que le reste du monde zappera vos moindres tentatives de communication.

Passant du général au particulier, parlons de l’ancienne Ukraine à la lumière du récent discours de Poutine devant le ministère des affaires étrangères. Le texte intégral est disponible ici [http://en.kremlin.ru/events/president/news/74285] et je vous recommande vivement de le lire dans son intégralité. Dans ce discours, Poutine a donné des instructions précises à ses collègues du ministère des affaires étrangères, détaillant ce qu’ils sont autorisés à communiquer à leurs homologues d’autres pays.

Ces fonctionnaires du ministère des affaires étrangères ont été chargés de briser le chœur des mensonges répétés inlassablement par les médias et les responsables occidentaux. L’énorme mensonge au centre de tout cela est l’affirmation, sans cesse répétée, selon laquelle l’opération militaire spéciale (OMS) de la Russie visant à démilitariser et à dénazifier l’ancienne Ukraine est “un acte d’agression non provoqué”. Comme l’a expliqué Poutine, il s’agit en fait d’une action de police visant à prévenir une catastrophe humanitaire.

En février 2022, les troupes ukrainiennes étaient massées à la frontière des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, bombardant les zones civiles et se préparant à l’invasion. La réaction rapide de la Russie a permis d’éviter une catastrophe humanitaire de grande ampleur. Étant donné que Donetsk et Lougansk sont habités par des Russes qui ne sont guère différents de ceux qui vivent de l’autre côté de la frontière dans les régions de Rostov, Belgorod et Voronej, la Russie a sauvé la vie à son propre peuple.

Ne confondez pas l’OMS avec le stratagème favori des Washingtoniens qu’ils appellent “responsabilité de protéger” ou R2P, défendu par l’hypocrite de classe mondiale Samantha Power. Ce stratagème consiste généralement à utiliser une fausse crise humanitaire pour déclencher une agression non provoquée comme celle contre la Serbie, l’Irak, la Libye ou encore la Syrie. Notez également que l’Ukraine avait perdu sa souveraineté lors du renversement violent du gouvernement en 2014 et que son armée opérait sous le contrôle à distance de Washington, de sorte que les plus de 6 000 civils assassinés et les plus de 13 500 civils blessés dans le Donbass par l’armée ukrainienne depuis 2014 sont le génocide de l’Amérique.

La première tâche de la Russie est de gagner sur le champ de bataille – ensuite viendra la punition. Les crimes de guerre ne connaissent ni frontières juridictionnelles ni prescription. Chaque crime de guerre a un nom, un grade et un numéro de série. Chaque crime de guerre est passible d’une peine de prison à vie ou (si la législation locale le permet) d’une exécution. Il existe actuellement un moratoire sur la peine capitale en Russie, mais à l’avenir, à la demande de la population, il pourrait être levé pour les criminels de guerre.

L’exécution par peloton d’exécution est considérée comme la manière honorable de mourir. Un simple coup de pistolet dans la tête (ce que les Russes appellent un “tir de contrôle”) est relativement rapide et indolore. La pendaison publique était le sort réservé aux criminels de guerre condamnés après la Seconde Guerre mondiale. Mais que faire, je vous prie, des meurtriers de cette jeune femme, Christina, surnommée la Madone de Gorlovka, tuée à l’artillerie ou au mortier ? Pourquoi ne pas être un peu plus créatif ?

Comme toujours, il peut y avoir des circonstances atténuantes. Supposons que vous soyez un pauvre garçon ukrainien semi-lettré (l’enseignement primaire et secondaire ukrainien est plutôt lamentable) à qui la propagande américaine a lavé le cerveau sans relâche pour qu’il haïsse les Russes de manière irrationnelle, au point d’en devenir fou. Le fait d’être jugé non compos mentis ferait de ce pauvre garçon un piètre candidat à un procès pour crimes de guerre.

Ou que dire d’un père de famille qui a été enrôlé de force dans l’armée ukrainienne, sa famille étant retenue en otage par le régime de Kiev, et qui serait gravement maltraité s’il refusait d’obéir aux ordres criminels du régime ? Un procureur soutiendrait qu’un crime de guerre reste un crime de guerre, qu’il ait été commis sous la contrainte ou non, mais un jury pourrait hésiter à rendre un verdict de culpabilité.

Que dire alors des fonctionnaires américains qui ont conçu le brillant projet de transformer l’Ukraine en un pays anti-russe et d’utiliser les pauvres Ukrainiens involontaires comme de la chair à canon à jeter sur la Russie dans une tentative ratée de l’affaiblir fatalement ou, idéalement, de la détruire ? Pour eux, des méthodes de torture et d’humiliation véritablement médiévales viennent inévitablement à l’esprit de certaines personnes.

Cela peut sembler une digression complaisante par rapport au sujet sérieux du discours de Poutine devant le Ministre des Affaires Étrangères, mais je pense qu’il est important de comprendre l’état d’esprit des partisans moyens de Poutine qui travaillent dur et qui ont fait de la Russie une grande nation à nouveau. À la télévision russe, les talk-shows discutant de l’utilisation d’armes nucléaires pour détruire l’Amérique sont devenus nettement plus populaires ces derniers temps. Détruire l’Amérique, disent les experts aux téléspectateurs, n’est pas si difficile.

Il suffit de détruire quatre grands ports maritimes à l’aide d’armes nucléaires tactiques relativement petites… et d’attendre un mois ou deux. Étant donné que les États-Unis ne produisent même plus la moitié de ce dont ils ont besoin pour survivre, y compris la nourriture, ils ne persisteront pas trop longtemps après cela. En d’autres termes, ils existeront toujours, comme de nombreux pays vraiment misérables, mais pas en tant que pays dont la Russie, ou le reste du monde, devrait s’inquiéter, c’est du moins ce qu’assurent ces experts à l’auditoire. Mais le risque de déclencher une grande et mauvaise guerre nucléaire suscite toujours un certain malaise.

D’autres experts sont heureux d’annoncer que les États-Unis sont de toute façon à bout de souffle et qu’une combinaison de facteurs, certains financiers, d’autres physiques, leur donnera un coup de grâce assez rapidement sans qu’il soit nécessaire de risquer de déclencher une grande et terrible guerre nucléaire. Le malaise terminal des États-Unis va bien au-delà de l’incapacité évidente à gouverner dont font preuve les gériatres qui sont censés les gouverner, ou du fait que chaque nouvelle génération d’Américains est moins capable que la précédente. Il s’agit plutôt d’une question de chiffres, et plus précisément de milliers de milliards de dollars. Les intérêts de la dette fédérale s’élèvent aujourd’hui à mille milliards de dollars par an. Le déficit du budget fédéral a atteint deux mille milliards de dollars par an. Pour rester solvable, le gouvernement fédéral américain doit emprunter un autre millier de milliard de dollars tous les trois mois.

Poutine semble être d’accord avec le second camp ; il a retardé le lancement de l’OMS aussi longtemps que possible et n’est pas pressé de l’achever, très probablement pour faire coïncider cet événement avec la chute des États-Unis, qui se sont assommés eux-mêmes avec une plume. Une grande majorité de Russes font confiance à son jugement et ont suffisamment de patience pour attendre la fin des États-Unis. Les vidéos de Biden se figeant chaque fois qu’une carte perforée se coince dans son chargeur de cartes perforées ou déféquant dans sa couche alors qu’il se tient à côté du président français lors d’une cérémonie solennelle, ou de sa charmante assistante Kamala débitant du charabia et gloussant follement, créent l’image d’un ennemi que l’on peut éloigner par quelques coups de poing judicieux et quelques coups de bâton plutôt que de le tenir en échec avec des armes nucléaires.

Dans son discours, Poutine a énoncé certaines conditions pour la cessation du conflit armé dans l’ancienne Ukraine. Certains ont considéré ces conditions comme des points à discuter ou à négocier, ce qui n’est pas le cas. Ces conditions doivent être acceptées – auquel cas il pourrait y avoir la paix – ou rejetées – auquel cas l’action militaire se poursuivra et un grand nombre d’Ukrainiens continueront à mourir. Puis viendra la prochaine série de conditions, qui seront pires que les conditions actuelles. Aujourd’hui même, lors d’une conférence de presse au Viêt Nam, Poutine a gentiment rappelé que les conditions actuelles ne resteraient pas longtemps en vigueur et qu’elles seraient modifiées en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain.

Certains ont pris les conditions de Poutine pour une sorte d’ultimatum. Il est clair qu’ils auraient intérêt à consulter un mot de vocabulaire aussi important que “ultimatum” dans un dictionnaire. Un ultimatum est “une demande finale ou un énoncé de conditions, dont le rejet entraînera des représailles ou une rupture des relations”. Un ultimatum ne peut pas contenir des mots tels que “devrait”, comme dans “l’Ukraine devrait adopter un statut neutre et non aligné, être dénucléarisée et subir une démilitarisation et une dénazification”.

Il ne peut pas non plus inclure des conditions ou des offres de négociation basées sur de telles conditions, comme “…une fois que Kiev aura accepté la ligne de conduite proposée aujourd’hui, y compris le retrait total de ses troupes de la RPD, de la RPL, des régions de Zaporozhye et de Kherson, et qu’elle aura entamé ce processus avec sérieux, nous sommes prêts à entamer des négociations rapidement et sans délai”. Et voici l’ultime “condition” : “Naturellement, cela implique également la levée de toutes les sanctions occidentales à l’encontre de la Russie”.

Ceux qui demandent avec insistance que Zelensky, ou Biden, ou qui que ce soit d’autre négocie avec Poutine sur ses conditions manquent un point important : à l’heure actuelle, il n’y a vraiment personne avec qui Poutine puisse négocier. Selon la constitution ukrainienne, Zelensky n’est plus président : son mandat de cinq ans a expiré en mai et pour obtenir un nouveau mandat, il doit remporter des élections, qu’il a annulées. Zelensky n’est plus président, selon la constitution ukrainienne, et le pouvoir est automatiquement dévolu au président du parlement, la Verkhovna Rada ; sauf que son président, un champion de l’amaigrissement du nom de Ruslan Stefanchuk, a refusé de prendre les rênes. Ensuite, en l’absence de nouvelles élections, le mandat de la Verkhovna Rada elle-même expire le 11 août, date à laquelle le pouvoir dans l’ancienne Ukraine revient aux régions, dont certaines seraient alors libres d’organiser un référendum public et de voter en faveur de l’adhésion à la Russie.

Ainsi, quiconque pense que les conditions actuelles de Poutine, qui expireront bientôt, sont inacceptables, ne devrait pas attendre le prochain tour, car la prochaine série de conditions sera inacceptable à la puissance N. En d’autres termes, chaque nouvelle série de conditions est garantie d’être pire que la précédente, et on ne sait tout simplement pas ce qu’il restera de l’ancienne Ukraine, le cas échéant, si l’on laisse l’OMS suivre son cours jusqu’au bout. Il s’agit d’une prédiction basée sur un modèle établi.

  • Rappelons qu’au début de l’affaire Ukraine/États-Unis, la Russie était heureuse de louer la base militaire de Sébastopol à l’Ukraine. Mais les États-Unis et l’OTAN ont ensuite planifié l’expulsion de la marine russe et la transformation de Sébastopol en une base navale de l’OTAN (et ne l’ont pas caché). Ce n’est pas un hasard si, après le putsch de Kiev en 2014, la Crimée a voté pour devenir russe.
  • Les habitants de Donetsk et de Lougansk n’aimaient pas le nouveau régime de Kiev contrôlé par les États-Unis et se sont rebellés contre lui. En réponse, le régime de Kiev a lancé une campagne de terreur pendant neuf ans contre ces deux régions. La Russie a réagi en négociant les accords de Minsk, qui accordaient l’autonomie à ces régions tout en les maintenant au sein de l’Ukraine.
  • Le régime de Kiev (ou plutôt les Américains qui le contrôlent) n’avait pas l’intention de respecter les termes des accords de Minsk et s’est préparé à attaquer et à détruire les deux enclaves séparatistes de Donetsk et de Lougansk. La Russie a contrecarré leur attaque en reconnaissant l’indépendance de ces régions et en répondant à leur demande d’aide par le lancement de l’OMS. Dans le même temps, la Russie a entamé des négociations avec Kiev qui ont abouti aux accords d’Istanbul. Ceux-ci prévoyaient le maintien de la Crimée, de Donetsk et de Lougansk au sein de la Russie, mais autorisaient Kiev à contrôler Zaporozhye et Kherson (contrôlés par les forces russes à l’époque) si Kiev accordait à la Russie un accès terrestre à la Crimée. Kiev a refusé d’accepter cet accord.
  • Les conditions actuellement proposées stipulent que la Crimée, Donetsk, Lougansk, Zaporozhye et Kherson sont des territoires russes souverains, mais que Kiev peut conserver le reste à condition de désarmer et de poursuivre ses criminels de guerre nazis. Oh, et le russe doit redevenir une langue officielle, enseignée dans les écoles et les universités. Oh, et l’Ukraine doit rester neutre. Oh, et toutes les sanctions à l’encontre de la Russie doivent être abandonnées.
    Mais il est peu probable que les marionnettistes américains de Kiev acceptent cette offre.
  • Ce qui nous amène à l’offre suivante : Les régions de Khargov, Dniepropetrovsk, Nikolaev et Odessa organisent des référendums et votent pour rejoindre la Fédération de Russie. Hourra ! Toujours pas de preneur ?
  • L’offre suivante : Les régions de Tchernigov, Sumy, Poltava et Kirovograd reviennent à la Russie. Ce n’est toujours pas assez doux pour les Américains ?
  • Alors, d’accord ! Et si la Russie prenait les régions de Tcherkassy, Vinnitsa, Zhitomir et… la région de Kiev ? Cela donnerait à la Russie une belle frontière, presque droite, hautement défendable. L’ancienne Ukraine (quel que soit le nom qu’on lui donnera) pourra garder le reste. La Pologne, la Hongrie et la Roumanie se disputeront sans doute diverses parties de ce territoire ; qu’elles en fassent leur problème pour le siècle ou les deux siècles à venir. Ce sera une sorte de réserve de gremlins pour les vieux criminels de guerre nazis ukrainiens, comme la province d’Idlib, dans le nord de la Syrie, l’est aujourd’hui pour les vieux mécréants d’ISIS, maintenant que leurs maîtres du Pentagone et de la CIA les ont abandonnés.

Mais si les États-Unis sont de toute façon à bout de souffle, pourquoi leur faire des offres qu’ils ne sont manifestement pas prêts à accepter ? Pourquoi ne pas les ignorer pendant toute la durée de l’opération ? La réponse n’est pas à chercher du côté des États-Unis ou de l’Occident, mais du côté du reste du monde, qui constitue aujourd’hui une majorité globale, comprend toutes les nations en développement économique et entretient des relations généralement amicales ou neutres avec la Russie. Devant ce vaste public, la Russie s’efforce d’apparaître comme une nation pacifique essayant de mettre fin à un conflit armé qui lui a été imposé par des États-Unis hostiles qui cherchaient à lui infliger des dommages afin de la voler.

Mais la Russie n’est pas une victime ; elle a relevé le défi et contré cette menace, devenant ainsi le champion du Sud dans ses efforts pour mettre fin à l’héritage de l’oppression occidentale. En tant que championne du monde hors Occident, la Russie ne doit pas apparaître comme égoïste ou cupide, mais très morale. En tant que nation chrétienne à 75 % (et musulmane à 25 %), la Russie doit faire ce qui est chrétien : offrir aux pécheurs la possibilité de se confesser, de se repentir et, en fin de compte, d’être pardonné et sauvé.

Si les Américains qui ont fomenté le désordre ukrainien ne parviennent pas à accepter et à expier leurs crimes avec contrition et humilité, ils iront certainement directement en enfer, mais tant que certains d’entre eux sont encore en vie, la voie de la rédemption doit leur être ouverte. En tant que chrétien orthodoxe, Poutine doit croire que “le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont il est le premier” [1 Timothée 1:15] et s’abstenir de juger les autres en leur offrant plutôt une chance de se repentir et de se sauver.

Si la poursuite de l’action militaire est, à ce stade, inévitable, la Russie aspire à la sécurité, non seulement pour elle-même, mais aussi pour l’ensemble de l’Eurasie. Poutine l’a exprimé dans les termes les plus clairs possibles : “…la future architecture de sécurité devrait être ouverte à tous les pays d’Eurasie qui souhaitent participer à sa création”. Le terme “pour tous” peut également inclure les pays européens et les pays de l’OTAN. Ou non, leur participation étant entièrement volontaire.

Quelle est la menace la plus grave pour la sécurité de l’Europe ? “La principale menace pour les Européens est leur dépendance critique et croissante à l’égard des États-Unis dans les domaines militaire, politique, technologique, idéologique et informationnel”. La Russie veut aider l’Europe à se libérer de l’occupation américaine, un héritage de 80 ans datant de la Seconde Guerre mondiale qui aurait dû prendre fin il y a 35 ans avec la fin de la guerre froide. Quel rôle Poutine voit-il pour les États-Unis à l’avenir ? “…il est nécessaire, à long terme, de réduire progressivement la présence militaire des puissances extérieures dans la région eurasienne.” C’est probablement la façon la plus douce et la plus polie de dire “Yankee, rentre chez toi !” que l’on puisse formuler.

Le 20 juin 2024, Club Orlov – Traduction du ‘Sakerfrancophone