Grève à cause d’Ukrisis

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 2650

Grève à cause d’Ukrisis

7 avril 2022 (13H30) – Dans ces temps d’angoisse, de colère, de frustration, j’ai trouvé très rafraichissant et détendant le texte de Michael Brenner, qui pourrait aussi s’intituler : “Pourquoi j’en ai marre d’Ukrisis (et du reste)”. Parfois, et même souvent, j’éprouve le même sentiment tant le poids de l’hégémonie globale et globalisante des imbéciles et de leur stupidité est un fardeau lourd à porter. Je crois bien qu’Hercule lui-même, lui qui la ramène pour un rien, à peine un globe, n’y serait pas parvenu ; car le poids des imbéciles et de leur idiotie que nous a légués la modernité ajouté à celui du monde, – non, décidément c’est trop !

Ainsi Michael Brenner livre-t-il à ‘ConsortiumNews’ un texte intitulé “Jerks”. C’est un terme aux multiples traductions, allant de “secousse” (de mon temps, le jerk avait suivi le rock, le twist et le madison) à “connard”. Le traducteur automatique a choisi “secousses” pour le titre et a généralisé la traduction “imbécile” dans le texte (avec parfois une incursion vers “con” et “connasse”).

J’ai pensé audacieusement qu’employer les deux pour le titre donnait une signification assez élégante, – “Secousses d’imbéciles” [‘Jerks of jerks’ ?], – comme si l’imbécilité régnant d’une manière totalement hégémonique dans et sous l’Empire américaniste en mode complet de démence crisique, pouvait être figurée comme une immense secousse sismique ébranlant le monde jusqu’à ce qu’enfin la GrandeCrise fasse son office, ce qu’elle doit faire, – proclamant du haut des cieux, avec une fureur carnassière et sublime : “Caltez volailles !”, “Valsez saucisses !”. Ainsi aurions-nous cette dimension symbolique nécessaire pour cligner de l’œil vers la métahistoire qui est ma compagne favorite, car évidemment cette image irait bien dans le sens de la symbolique poétique et métaphysique : la tellurique de l’imbécillité secouant le monde pour faire enfin éclater la GrandeCrise ! Dieu ne pouvait mieux trouver...

Bref : on peut se moquer et caricaturer sarcastiquement, on n’en reste pas moins poète et philosophe aspirant aux plus grandes hauteurs.

Ainsi Brenner nous signifie qu’il en a marre et qu’il “fait grève”. Depuis Ukrisis, effectivement, l’imbécillité démente du simulacre d’adolescent aux rêveries humides a pris des envolées insupportables. Tout le monde a ressenti cela, et notamment votre serviteur, le 4 mars 2022, où il m’a fallu consacrer un texte à ma situation de commentateur, de “soldat de la communication” bombardé dans ses tranchées de toutes choses improbables, mensongères, orientées, foldingues, ‘fakenewseuses’, avec de quoi vous décourager à mort... C’était « Ukrisis-1 : Face à la folie et au Système », avec cette description de départ, qui n’a fait que s’aggraver, empirer, et tout et tout, comme une pierre qui roule, et qui roule, ‘rolling stone’ de leur sublime néant :

« Il importe désormais de s’adapter, et je parle ici, de nous et de moi, à ‘dde.org’, comme doit le faire tout organe de communication. Avec la guerre de l’Ukraine, la communication est désormais la “communication-devenue-folle”, ce qui correspond à notre expression de ces “temps-devenus-fous” pour désigner l’actuelle séquence temporelle. La ‘subcrise’ ukrainienne devenue quasiment la Grande Crise tout court a déclenché ce nouveau degré, extraordinaire d’abondance et de puissance, dans la folie de la communication, bien au-delà de la (des) propagande(s). » 

Voici donc le texte de Brenner, que j’ai, ici et là, retouché un peu, manière de faire, malgré la qualité en général de la traduction automatique. (Pour mon compte, voyez ‘Deepl/com’, vraiment excellent.) Et, au fait, en plus de l’excellente démarche qui habite ce texte, qui est comme une révolte contre la “communication-devenue-folle”, il y a une excellente initiative de ‘ConsortiumNews’, qu’il faut saluer parce qu’étendant considérablement le champ de la presse dissidente, je veux dire dans le sens donné à l’initiative... ‘ConsortiumNews’ offre désormais la possibilité de faire traduire automatiquement ses textes en 104 langues ! Venue de citoyens américains (point trop américanistes) qui nous ont tant habitués à nous imposer leur sabir d’‘international english’, il faut saluer.

C’est ce qui m’a donné l’idée, tombant sur Brenner et l’aspect inhabituel de la chose, de faire traduire automatiquement son texte par un seul clic sur un bouton ‘translate’ orange placé à gauche sur la page du site, de le lire tranquille, d’y trouver mon agrément, de le reprendre, de le retravailler un peu, – et voilà le travail ! Avec une forte signification sur ces “temps-devenus-fous” et sa fucking ‘communication-devenue-folle’, je salue amicalement ‘ConsortiumNews’, qui fait avancer le schmilblick de la presse antiSystème, des dissidents de tous les pays.

Place à Brenner, taillant une croupière aux imbéciles et aux connards qui nous dirigent dans notre chute finale. C’est encore la meilleure voie pour en être quitte, car là-bas, au bout du chemin, le ridicule tue encore pour crime de déshonneur...

PhG, Semper Phi

_________________________

 

 

Secousses d’imbéciles

Michael Brenner explique pourquoi il s'abstiendra de tout autre écrit sur les sujets de l'Ukraine et des relations des États-Unis avec la Russie, la Chine ou les îles Salomon.

Il n'y aura plus rien de moi au sujet de l'Ukraine ; ni sur nos relations avec la Russie, la Chine ou les Îles Salomon.  

Plusieurs raisons expliquent cette abstention.

Premièrement, j'ai dit à peu près tout ce que j'avais à dire sur les problèmes macroéconomiques et je ne vois aucune raison de répéter ou d'examiner les événements quotidiens que d'autres font extrêmement bien. (Moon of Alabama ; Alexander Mercouris sur YouTube). 

Deuxièmement, il est manifestement évident que notre société n'est pas capable de tenir un discours honnête, logique et raisonnablement informé sur des questions importantes. Au lieu de cela, nous faisons l'expérience de la fantaisie, de la fabrication, de la stupidité et de la fulmination. Sur un plan plus personnel, cette impression est renforcée par des messages de personnes que j'ai connues et respectées me disant que je suis à la solde du président russe Vladimir Poutine, “fou”, “un peu trop intelligent”, “Furtwaengler fan” (Netrebko = Furtwaengler = Hitler), “bolchevique de placard”, “marchand de conspiration”, “n’a jamais rencontré de paie” (Quid ? Ne me demandez pas) et/ou “a franchi une ligne”, – rouge, ambre, vert ou n'importe quelle autre putain de couleur. 

Troisièmement, il va de soi que nos dirigeants nationaux, élus ou nommés, sont également incapables de délibération sobre, d'honnêteté intellectuelle (avec eux-mêmes comme avec nous), de logique élémentaire, voire de reconnaissance des réalités factuelles. Par conséquent, le comportement qui en résulte défie toute analyse rationnelle. La pierre angulaire de ces désordres est venue du discours décalé du président américain Joe Biden sur Varsovie et de la tentative bâclée qui a suivi pour nettoyer le gâchis.

Franchement, un président des États-Unis doit être assez idiot pour parler d'éliminer le chef d'un gouvernement ennemi fort et volontaire. Le président John F. Kennedy est descendu dans ce tunnel sombre et a payé de sa vie, – et Castro ne possédait pas 3 800 ogives nucléaires (il a ensuite dû les emprunter au premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev). Le changement de régime à Moscou, bien sûr, a été l'objectif de l'administration depuis le premier jour ; comme un rêve humide d’un adolescent fantasmant de couper le nœud gordien d’un coup de baguette magique? Mais seul un chef téméraire et irresponsable proclame cette intention tout en rendant visite au voisin hostile de sa cible. Ainsi, il a été laissé à notre ambassadeur à l'OTAN, puis au secrétaire d'État américain Antony Blinken, puis au responsable des relations publiques du département d'État de “revenir en arrière”.  

[En relation: Biden confirme pourquoi les États-Unis avaient besoin de cette guerre ]

L'utilisation habituelle de ce terme débile lui-même est un indicateur de notre vanité et de notre arrogance. Ce n'est pas une excuse, ni un aveu d'erreur. Ce que cela signifie vraiment, c'est : “Regardez. J'ai glissé en disant ce que je pense vraiment, – peut-être le décalage horaire; mais maintenant celui-ci me cause des brûlures d'estomac. Alors, détendons-nous et effaçons simplement tout ça de notre mémoire”. 

Revenir en arrière

Pourtant, vous ne pouvez pas simplement effacer des choses comme ça. Les gens au-delà de la presseSystème l’ont entendu – comme le type à qui vous passez la patate chaude. Pour ajouter l’injure à l’insulte, Biden nous a dit le lendemain (ainsi qu’au “tueur”/“criminel de guerre” Poutine) qu'il n'avait pas vraiment “fait marche arrière” ; c'était plutôt une sorte de “retour en arrière”, vous voyez ? 

Au cours de sa promenade, il a fait plusieurs arrêts aux stands pour émettre des accusations selon lesquelles le gang de Poutine en Ukraine était les mêmes Russes qui ont réprimé les Hongrois en 1956, les Tchèques en 1968 et les Afghans dans les années 1980. C'était dans leur ADN, dit-il, recopiant ainsi James Clapper et Wendy Sherman, entre autres.

Bien sûr, si cette logique impeccable nous était appliquée, il devrait lier son gouvernement aux Américains qui ont ethniquement nettoyé les 10 millions d'indigènes de son territoire, conquis le Mexique et volé la moitié de son territoire, causé la mort de 400 000 des Philippins qui se sont rebellés contre le joug impérial yankee, ont incendié Hambourg/Dresde/Tokyo, bombardé Hiroshima et Nagasaki, semé la mort et la destruction au Vietnam, financé et fourni des “escadrons de la mort” à travers l'Amérique centrale, envahi illégalement l'Irak avec les lourdes conséquences que nous subissons toujours endurant, a été un complice actif dans le massacre de Houthis, a commis des atrocités à Abu Ghraib, Camp Bucca, Guantanamo et des “sites noirs” de la CIA.

Et, il y a quelques mois à peine, Biden a personnellement volé 8 milliards de dollars appartenant aux Afghans affamés dont nous occupions le pays au motif spécieux que nous allions les escorter jusqu’au paradis du lait & du miel qu’est la démocratie. 

[Connexe: la punition de Biden contre l'Afghanistan désespéré ]

C'est un dossier qui devrait inciter à la prudence avant de lancer des demandes de procès pour crimes de guerre. Là encore, étant oint par le ciel en tant que nation sauveuse de l'humanité, nous n’avons pas besoin de dire “désolé”, – ou même de revenir en arrière.  

Quoi qu’il en soit, de retour de sa promenade, Biden s’est vu demander s’il avait trouvé la solution à l’affaire “débarrassons-nous de Poutine”. “Qu’est-ce que tu racontes ? fut sa réponse. Il n’y a rien à reculer ou à corriger n’importe quelle démarche. Je maintiens ce que j'ai dit à Varsovie : ‘Personne ne me débarrassera donc de ce prêtre encombrant !’”

Pour décrire avec précision ce genre de vaudeville, nous devons revenir au vocabulaire familier de la rue. Pour être franc, Biden découvrait simplement son “imbécile” intérieur.

C'est un terme émotif unique avec des connotations et des images inégalées. Ses synonymes ne sont pas “stupide, ignorant, idiot, gaffeur, sourd”. Vous pouvez être tout ou partie de ces choses ainsi qu'un imbécile, –  OU même, ne pas être nécessairement un imbécile. De plus, vous pouvez être intelligent, informé, beau-parleur et non-imbécile ou imbécile. Exemples : l’omniprésent Michael McFaul, l’homme d'Obama à Moscou, est par excellence de ce type, une  référence pour apprécier tous les autres. Le sénateur américain Ted Cruz, qui auditionne actuellement pour une nomination à un poste de bouffon à la Cour Suprême américaine, est un modèle alternatif pour ceux qui préfèrent savourer l’audition des imbéciles formés à Harvard.

En revanche, Victoria Nuland est une idéologue et une provocatrice impitoyable, mesquine, dogmatique et impolie sans vergogne. Mais ce n’est pas une imbécile (une connasse). D'un autre côté, considérons Tony Blinken. Il a un grand potentiel et a fait des progrès remarquables dans cette direction au cours des derniers mois, mais a peut-être besoin d'un peu plus d'assaisonnement pour établir pleinement ses références ; ou bien, faire une sélection parmi le défilé de sommités, d'aspirants et d'anciens “experts” - en particulier, ceux de l'armée/du renseignement dont l'étonnant divorce d'avec la réalité met en lumière nos échecs en série dans l’utilisation coercitive de la force durant toutes ces longues années — qui polluent les ondes radiophoniques et télévisuelles. 

(L'espèce ‘imbécile’ n’est pas limitée aux États-Unis. Sa prolifération  dans des lieux agréables à l'étranger a vu des spécimens de premier ordre apparaître dans un certain nombre de pays : par exemple, le Premier ministre britannique Boris Johnson avec ses acolytes, la ministre des Affaires étrangères Liz Truss et le secrétaire d'État à la Défense Ben Wallace.)

Les imbéciles ont tendance à avoir un comportement erratique, des pensées décousues, une grande tolérance à l'incohérence, incapables de soutenir un projet et sujets aux accidents. Ils prospèrent dans des sociétés nihilistes et narcissiques comme la nôtre où la gêne n'existe pas. L’imbécile (ou connard) a une préférence naturelle pour un processus de décision fluide et une politique ambiguë. Cela lui épargne le besoin de discipliner ses propres pensées, de peser systématiquement ses choix et de s'engager à poursuivre une ligne d'action définie.

Ces circonstances, bien sûr, jouent également à l’avantage des acolytes qui connaissent l’esprit de la chose, ont un objectif fixe de suivisme et sont prêts à les promouvoir en dehors de toute délibération formelle. Dans un gouvernement comme celui de Biden où les deux types prédominent, il n'y a donc aucune pression interne pour qu'un président déjà faible se ressaisisse et redresse les choses. 

Exemple : le lendemain du jour où Biden a entamé une conversation téléphonique cordiale avec le président chinois Xi Jinping où il exprime le désir d'éviter un conflit grave et réaffirme l'engagement continu des États-Unis envers le principe d’“Une Seule Chine”, les responsables du Département d'État rencontrent leurs homologues taïwanais à Vienne pour arranger de nouvelles ventes d'armes et la promotion de l'adhésion de Taiwan aux agences spécialisées de l'ONU.

Cela a ‘annulé’ la confiance qui restait entre Pékin et Washington. Pourtant, les hauts fonctionnaires ne s’embarrassaient nullement de voir l’évidence. Quelques mois plus tard, Blinken et Nuland demandaient au ministre des Affaires étrangères Wang Yi de
a) réduire les importations de gaz liquéfié afin que davantage de cette matière soit disponible pour l’Allemagne qui venait de fermer NordStream II, et
b) de se joindre à la campagne de sanctions contre son proche allié et partenaire, la Russie, sinon les États-Unis se fâcheraient.

Cela après un an de dénonciations, de sanctions et de menaces, – y compris des mesures encourageant l'indépendance de Taiwan. Comme on pouvait s'y attendre, Yi n’a pas mâché ses mots en rejetant du revers de la main les propositions américaines et a profité de l'occasion pour faire entendre aux deux imbéciles de très sévères vérités sur les méfaits américains. Le point général à souligner est que le modèle de définition d'un imbécile inclut un mépris des événements passés et de la teneur des relations passées – il/elle considère la vie comme une série d’épisodes distincts non encombrés par ce qu’on nomme “l’histoire”.

Ce comportement absurde peut être compris comme une manifestation, au plus haut niveau du gouvernement américain, de l'attitude “J’ai besoin, je veux : le monde est là pour s’exécuter”, qui imprègne notre culture narcissique. Comportement immature mais fécond dans sa production, et l’encouragement faite aux imbéciles de poursuivre leurs entreprises.

Les pitreries des imbéciles seraient amusantes à observer, pour ceux qui ont un sens de l'humour sardonique de toutes les façons, si les circonstances n’étaient pas si périlleuses. Ainsi, essayer d’analyser les conditions kaléidoscopiques qu’ils produisent est profondément frustrant et décourageant. J’abandonne. Cela ne fera aucune différence dans un sens ou dans l’autre. Cela permettrait une visite tranquille à Montevideo pour écouter la soprano russe Anna Netrebko chanter ‘Un bel dì, vedremo’ (‘Un beau jour, nous verrons”).

[Connexe : guerre, conflit et ennemis de la vérité ]

Enfin, après avoir distribué les remarques ci-dessus, la question de la poursuite des commentaires pourrait bien devenir sans objet alors que le public se réduit très rapidement, à la mesure des reportages fondés sur les faits dans les rédactions fiévreuses de CNN et du New York Times. 

Michael Brenner

Donations

Nous avons récolté 305 € sur 3000 €

faites un don