Gaza, ou les embarras de Joe Biden

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 5041

Gaza, ou les embarras de Joe Biden

• Le plus grand enjeu de l’attaque contre Gaza, c’est l’extraordinaire acrobatie dialectique que font tous les protecteurs du vieux débris pour éviter des accusations embarrassantes. • Plume acérée de Caitline Johnstone.

_________________________


Nul ne peut prétendre que Caitline Johnstone, dont le talent d’écriture est indéniable, n’a rien d’une polémiste. Au contraire, elle en est une et le revendique sans hésitation. Cette vigueur de la polémiste apparaît très fortement dans certains passages de ce texte sur Gaza et l’attitude de l’administration Biden par rapport à ce qui s’y passe mais il est absolument nécessaire et juste de lui reconnaître un recours massif à des sources absolument honorables sinon grandioses (NYT, WaPo, NBC) pour étayer la démonstration qu’elle entend exposer dans ce texte ; nous ne sommes pas dans “la polémique pour la polémique”, mais également et surtout dans la démonstration objective à l’aide de larges citations venues de sources qui sont en général les ennemis jurés de Johnstone.

De quoi s’agit-il, puisque c’est l’objet du texte, qu’il y a l’affirmation que l’administration Biden ne peut pas faire grand’chose pour freiner sinon arrêter un déchaînement israélien qu’elle désapprouve à pas comptés et fort aimables ? Il s’agit de l’affirmation, via la vigueur de Johnstone textes à l’appui, qu’au contraire l’administration Biden peut faire beaucoup, sinon énormément, et qu’elle s’en garde bien. Accessoirement, – mais ce n’est pas rien, – il nous est signalé que tous les efforts massacreurs des Israéliens ne font pas grand’mal au Hamas, au contraire de celui qui est causé aux petits enfants, – ce qui n’est pas excessivement glorieux... S’est-on trompé de théâtre d’opération ?

Peut-être la vraie guerre se passe-t-elle à Paris, où l’on s’entretue (c’est une image, c’est une image) dans l’asile psychiatrique de nos élites ?

Note de PhG-Bis : « Tiens, je me demande si cette sortie remarquable de vigueur mais u peu énigmatique de PhG ne concernerait pas cette situation parisienne, dans le texte précédent qui nous entretenait de bien autre chose ?

» “...avant de déverser notre bile en tumultueux torrents d’indignation pour les folies américanistes-occidentalistes, soumises et consentantes, toutes fiérotes de cette génuflexion et autre enculage de mouches de type-collabos, de mes com-patriotes européens, et super-com nonpatriotes des restes puants de la France macaroniste.

» “Ma colère à cet égard n’a d’égale que mon immense et profonde tristesse, alors vous voudrez j’en suis sûr pardonner mes écarts de langage. ‘Mon pays m’a fait mal’, disait avant de passer au poteau d’exécution le collaborationniste... [...] moi, mon pays est devenue ma nausée...

» “Mais passons, PhG, la colère-tristesse t’égare...” »

Mais venons-en fait, pour mieux présenter l’intervention de Johnstone. Dans la terrible tragédie qui embrase les territoires de Gaza et à cause de la “doctrine LeMay” que suit la force aérienne israélienne, un mouvement extrêmement puissant et remarquablement organisé de réfactions populaires s’est levé, tandis qu’un certain nombre de gouvernements adoptaient des attitudes critiques et dures à l’encontre d’Israël, allant jusqu’à la rupture de relations diplomatiques. Dans ce cadre un peu inattendu, les USA se trouvent dans une posture embarrassante, – Johnstone vous explique le pourquoi et le comment. Ils essaient de s’en dégager, en empilant des mensonges sur des mensonges pour tenter de tisser une sorte de simulacre rapiécé où ils pourraient s’abriter. La réussite n’est pas évidente, justement parce qu’il y a cette abondance de mensonges où l’on se prend  aisément les pieds, et que la presseSystème d’habitude discrète jusqu’au silence doit ici réagir parce que son public avec les électeurs qui vont avec, et diverses autorités, aux USA même et dans le monde dans un déchaînement considérable, ne laissent aucune possibilité de choisir le silence. 

Biden et les USA ont beaucoup à perdre dans cette affaire, – et vraiment pas grand’chose à gagner, lorsqu’on mesure la faiblesse de leur influence. Cela est d’autant plus notable qu’on voit mal comment l’un et l’autre (Biden et Netanyahou) pourraient parvenir à trouver une “sortie de crise” qui ne soit pas sanglante, catastrophique et extraordinairement dommageable pour eux et l’Occident-dépressif. Tout dans cette nouvelle phase de la GrandeCrise est là pour accélérer vers l’issue fatale, y compris une campagne présidentielle totalement surréaliste aux USA. L’embarras extraordinaire que le texte de Johnstone décrit mesure l’incompétence vertigineuse de l’entourage du senile dementia qui fait office de POTUS absolument catastrophique.

Il est difficile de trouver une pente plus abrupte, plus fatale, plus cataclysmique pour la poursuite de l’effondrement. Quant à l’aspect moral qu’on nous distille à grandes lampées d’arguments eschatologiques dans les rédactions parisiennes, il faudra repasser par des temps meilleurs. Cette pourriture se dissout dans sa matière la plus ignoble du monde.

Que faire et dire de plus, pour notre compte, sinon observer ce phénomène impressionnant qui nous emporte chaque fois à vitesse redoublée, sans aucune pause ni cessez-le-feu, depuis 2015-2016 ?

... Et céder la plume à Caitline Johnstone, son texte initial étant repris sur ‘ConsortiumNews avant de venir jusqu’à nous.

dde.org

__________________________

 

Impuissance à arrêter le génocide à Gaza ?

Il s'agit d'un génocide que les États-Unis financent directement et pour lequel ils fournissent une couverture diplomatique, politique et militaire, écrit Caitline Johnstone.

Dans un nouvel article bizarre intitulé « La Maison Blanche est frustrée par l'attaque israélienne mais voit peu d'options », le ‘Washington Post’ rapporte que l'administration Biden estime qu'Israël est allé trop loin et tue trop de civils dans son assaut sur Gaza, mais qu'elle est impuissante à faire n'importe quoi à ce sujet.

Yasmeen Abutaleb, du Post , écrit ce qui suit, citant des responsables américains anonymes :

« Alors que l'invasion terrestre de Gaza par Israël s'intensifie, l'administration Biden se retrouve dans une position précaire : les responsables de l'administration affirment que la contre-attaque d'Israël contre le Hamas a été trop sévère, trop coûteuse en victimes civiles et manque d'une fin cohérente, mais ils sont incapables d'exercer une action significative. influence sur l'allié le plus proche de l'Amérique au Moyen-Orient pour qu'il change de cap.

» Les efforts américains pour amener Israël à réduire sa contre-attaque en réponse aux meurtres du 7 octobre perpétrés par le Hamas, qui ont fait au moins 1 400 morts parmi les Israéliens, ont échoué ou ont échoué. L’administration Biden a exhorté Israël à s’opposer à une invasion terrestre, lui a demandé en privé d’envisager la proportionnalité de ses attaques, a plaidé pour une priorité plus élevée visant à éviter la mort de civils et a appelé à une pause humanitaire – seulement pour que les responsables israéliens rejettent ou rejettent toutes ces suggestions. …

» Ces derniers jours, ont-ils déclaré, l’administration est devenue profondément mal à l’aise face à certaines tactiques israéliennes. La semaine dernière, Israël a bombardé le camp de réfugiés densément peuplé de Jabalya deux jours de suite, une attaque qui, selon Israël, a tué un dirigeant du Hamas, mais qui a également tué des dizaines de civils. Vendredi, une frappe aérienne israélienne a frappé près de l'entrée de l'hôpital Al Shifa dans la ville de Gaza, une frappe qui, selon l'armée israélienne, visait une ambulance « utilisée par une cellule terroriste du Hamas ». Et les autorités israéliennes ont récemment expulsé des milliers de Palestiniens qui travaillaient en Israël, les renvoyant vers Gaza alors même qu’elles continuent de bombarder l’enclave. »

Toutes ces conneries impuissantes sont exposées sous le poids de conneries ridicules qui se trouvent clairement quelques paragraphes plus bas dans le même article :

« Washington est le plus grand soutien militaire d'Israël, et la Maison Blanche a demandé au Congrès une aide supplémentaire de 14 milliards de dollars pour Israël à la suite des attaques du Hamas. Mais les responsables et conseillers de l’administration affirment que les leviers dont disposent théoriquement les États-Unis sur Israël, comme conditionner l’aide militaire à une campagne militaire plus ciblée, ne sont pas viables, en partie parce qu’ils seraient politiquement impopulaires dans n’importe quelle administration et en partie parce que, disent les collaborateurs, Biden lui-même a un attachement personnel à Israël.  »

Ainsi, l’administration Biden dispose en fait de nombreux moyens de pression qu’elle peut utiliser pour mettre fin au massacre génocidaire à Gaza, mais elle ne veut tout simplement pas le faire parce que cela serait « politiquement impopulaire » et parce que « Biden lui-même a un attachement personnel à Israël ». 

Le président américain a effectivement un attachement personnel à Israël. Biden s'est fièrement décrit comme un sioniste et a déclaré devant le Sénat (en 1986) que si Israël n'existait pas, les États-Unis devraient inventer un Israël pour faire avancer leurs intérêts au Moyen-Orient.

En résumé, cet article du ‘Washington Post’ nous dit que Biden est impuissant à arrêter le massacre génocidaire à Gaza parce qu’il aime vraiment les gens qui commettent le génocide et ne veut pas les empêcher de le faire.

On nous a demandé de croire beaucoup de choses très stupides depuis le début de cette attaque le mois dernier, mais l’idée selon laquelle l’administration Biden est impuissante à arrêter un génocide qu’elle arme et alimente directement doit être la plus stupide.

Bien entendu, les États-Unis peuvent arrêter cela. Bien sûr que c’est possible. Les États-Unis livrent actuellement des armes en Israël presque quotidiennement , injectent des milliards de dollars en Israël et se préparent à en injecter des milliards supplémentaires. Ils assistent actuellement opérationnellement les opérations israéliennes à Gaza avec des drones et des forces d'opérations spéciales pendant que les navires de guerre américains croisent en Méditerranée orientale.

Tout cela peut facilement être supprimé si Israël refuse de cesser de tuer des milliers d’enfants dans le cadre d’une campagne de bombardements aveugles qui, semble-t-il, ne cause même aucun dommage significatif au Hamas.

Qu'est ce à dire ? Vous ne saviez pas que cette campagne de bombardements meurtrières ne cause aucun dommage significatif au Hamas ? Eh bien, clarifions cela.

Un nouveau rapport du ‘New York Times’ cite un responsable militaire américain anonyme affirmant qu’Israël « n’est pas près » de détruire la direction du Hamas ou même son commandement de niveau intermédiaire.

« Un haut responsable américain de la défense, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat pour discuter de détails sensibles, a déclaré que les opérations menées jusqu'à présent n'ont pas réussi à détruire les hauts et les moyens dirigeants du Hamas. »

Cette révélation est dévastatrice pour la narrative israélienne sur ce qu’il se passe actuellementy à Gaza. Israël a déclaré jeudi qu'il avait bombardé quelque 12 000 cibles à Gaza depuis le 7 octobre, et que ce nombre serait encore plus élevé d'ici là, en particulier avec des niveaux de frappes sans précédent signalés désormais par les personnes sur le terrain.

Le Hamas ne compterait que 20 à 25 000 membres, ce qui signifie que le nombre de frappes aériennes se rapproche rapidement du nombre total de membres du Hamas . Pourtant, d’après ce rapport du ‘New York Times’, aucun dommage significatif n’a été causé au Hamas lui-même.

.... Tout cela malgré le fait qu’on nous dit que le Hamas utilise très souvent des “boucliers humains”, cachant ses unités dans des groupes de civils pour se protéger. Comment Israël a-t-il réussi à tuer quelque dix mille Palestiniens à Gaza sans parvenir à causer de réels dégâts au Hamas si les combattants du Hamas se cachent parmi tous ces civils ? On pourrait penser que, selon la simple loi des moyennes, ils auraient éliminé certains dirigeants importants avec tous ces massacres de civils ?

Peut-être que le Hamas utilise des boucliers humains de très haut niveau, du genre de ceux qui ne cachent même aucun combattant du Hamas derrière eux. Il s'agit d'un bouclier humain à 100 % avec zéro combattant – le type de bouclier humain le plus sécurisé qui soit !

Le rapport du ‘Washington Post’ sur l'impuissance imaginaire de Biden à arrêter ce massacre a un peu plus de sens si l'on lit un article de NBC News paru quelques jours plus tôt, qui rapporte que les dirigeants de la Maison Blanche sont préoccupés par une “narrative” émergeant selon laquelle Biden soutient la tuerie à Gaza.

NBC News rapporte ce qui suit :

« Biden et ses principaux collaborateurs ont ajusté au cours de la semaine dernière le message public de l'administration pour mettre l'accent sur l'inquiétude concernant les civils palestiniens et les efforts américains pour leur apporter une aide humanitaire. Ce changement fait suite aux critiques croissantes, dans le pays et à l’étranger, à l’égard de la décision de Biden de soutenir rapidement et fermement la réponse militaire d’Israël au Hamas, tout en parlant initialement avec moins de force de la protection des Palestiniens ; Pendant ce temps, les images des victimes civiles à Gaza continuent de ricocher dans le monde entier.

» “Si les choses tournent vraiment mal, nous voulons pouvoir rappeler nos déclarations passées”, a déclaré un haut responsable américain. Le responsable a déclaré que l’administration était particulièrement préoccupée par la narrative selon laquelle Biden soutient toutes les actions militaires israéliennes et que des armes fournies par les États-Unis ont été utilisées pour tuer des civils palestiniens, dont beaucoup de femmes et d’enfants. Le ministère de la Défense a déclaré que les États-Unis n’imposaient aucune limite ou restriction aux armes qu’ils fournissent à Israël. »

Il y a donc fort à parier que les responsables américains anonymes qui ont parlé au ‘Washington Post’ de la « frustration » de la Maison Blanche face au caractère meurtrier effréné d’Israël sont des responsables de la Maison Blanche qui tentent de gérer le discours public sur Biden. Ils essaient de faire en sorte que la Maison Blanche se lave les mains de ce massacre génocidaire comme Ponce Pilate, même si elle soutient ce massacre jusqu’au bout.

Je l'ai déjà dit et je le répète : les États-Unis sont tout aussi coupables du meurtre de tous ces civils qu'Israël. Ne laissez pas les gestionnaires narrativistes de l’empire essayer de vous dire le contraire.

Caitline Johnstone