Étouffer le bruit au sujet de l’Ukraine

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4583

Étouffer le bruit au sujet de l’Ukraine

Il y a des choses plus intéressantes à écrire que ceci, et j’y travaille, mais en attendant, voici une note rapide sur les événements en Ukraine qui contrediront très probablement ce que les gens peuvent glaner en écoutant les médias occidentaux. Non seulement cela, mais certains idiots utiles à l’intérieur de la Russie ont commencé à hyperventiler dès que les troupes russes se sont retirées de la région de Kharkov, affirmant que “c’est maintenant une guerre !”. Ils devraient aller lire la résolution 3314 de l’Assemblée générale des Nations unies du 14 décembre 1974. Cela devrait tempérer leur enthousiasme à déclarer des guerres. Il s’agit d’une opération spéciale ; si vous l’appelez autrement, non seulement vous vous trompez, mais vous commettez un crime en vertu de l’article 207.3 du code pénal russe.

Je me contenterai d’énumérer quelques faits concernant le conflit et vous laisserai le soin de tirer vos propres conclusions.

Ce matin, le ministre russe de la défense, Sergei Shoigu, a donné une interview dans laquelle il a déclaré que les pertes de la Russie sur le champ de bataille au cours de l’opération militaire spéciale (un secret d’État jusqu’à présent) s’élevaient à 5 937 morts. Il a également déclaré que 90 % des blessés ont été soignés et ont repris le service actif. On donnera leur sens à ces chiffres en notant que cela représente 0,004 % de la population russe. Au cours de la même période, la Russie a perdu environ 5 600 personnes dans des accidents de voiture, plus de 10 000 du fait d'overdoses de drogue et plus de 50 000 du fait de l’alcoolisme.

Pour mettre les choses en perspective, Shoigu a également mentionné quelques chiffres concernant les pertes du côté ukrainien. Les pertes du côté ukrainien s’élèvent à 61 270 morts, soit environ la moitié de l’armée ukrainienne initiale. Le rapport de pertes est donc supérieur à 10:1, et il faut fouiller dans les annales de l’histoire militaire pour trouver une force d’invasion qui ait obtenu des résultats aussi spectaculaires. Les Ukrainiens sont en train de racler le fond du baril et les derniers 300 000 soldats qui sont en train d’être enrôlés dans l’armée, sans réelle expérience militaire, seront probablement aussi peu efficaces dans les combats que les précédents apports de ce type, contre des soldats russes aguerris.

Plus tôt ce matin, Vladimir Poutine a donné l’ordre de rappeler les réservistes de l’armée. Selon lui, la nature et les objectifs de l’opération militaire spéciale en Ukraine restent les mêmes. Les réservistes recevront des contrats (ils deviendront en fait des employés salariés). Seuls ceux qui ont une expérience et une formation militaires pertinentes seront appelés. Shoigu est entré dans les détails : seuls 300 000 réservistes seront appelés dans la première phase (environ 1 % du total des réservistes russes), qui coïncidera avec l’entraînement annuel normal et régulier des réserves. Ils seront équipés, entraînés et envoyés sur le terrain avec pour mission de consolider et de redresser le front. Bien entendu, Ils seront également appelés à assurer la sécurité et à réprimer l’activité de l’ennemi des deux côtés de la frontière.

Étant donné la configuration actuelle du front de bataille, qui comprend une emprise sur la région de Kharkov, l’ensemble de Lougansk, la plus grande partie de Donetsk, la plus grande partie de Zaporozhye et la plus grande partie de Kherson, leur mission pourrait inclure l’expulsion des forces ukrainiennes du reste des régions de Donetsk et de Kherson et peut-être la mise en place et le maintien d’une zone tampon pour empêcher l’artillerie ukrainienne d’atteindre ce qui deviendra bientôt le territoire de la Fédération de Russie.

À cLe 21 septembre 2022, Club Orlov – Traduction du SakerfrancophoneLe 21 septembre 2022, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophoneette fin, des référendums seront organisés à partir de ce vendredi dans toutes les régions anciennement ukrainiennes susmentionnées, à l’exception de Kharkov, qui est exclue. Selon les derniers sondages d’opinion, l’idée de rejoindre la Fédération de Russie est très populaire dans toutes ces régions : 94 % d’opinions favorables à Donetsk, 93 % à Lougansk, 87 % à Zaporozhye et 80 % à Kherson. Et pourquoi ces personnes ne voudraient-elles pas faire partie d’un État pacifique, stable et prospère où leur langue maternelle est la langue officielle plutôt que de rester dans un État en déliquescence qui leur livre une guerre civile depuis neuf ans ? Les célébrations qui suivront l’adhésion de ces régions à la Russie seront probablement massives : Crimée 2014 fois dix.

Enfin, j’aimerais ajouter une remarque sur le retrait russe de la majeure partie de la région de Kharkov. La région en elle-même est sans conséquence pour la Russie, alors que la ville de Kharkov, avec sa population restante d’environ deux millions d’habitants et avec les blindés lourds et l’artillerie ukrainienne qui se cachent dans les gratte-ciel et utilisent les civils comme boucliers humains, serait soit une cible difficile, soit un désastre humanitaire, soit les deux, si les Russes tentaient de la conquérir. De plus, bien que Kharkov soit en grande majorité russophone, il s’agit de quelques-uns des russophones les plus manipulés, occidentalisés et nazifiés de la planète et, du point de vue russe, cela ne vaut pas la peine de s’en préoccuper. Ainsi, le retrait russe vers des positions défendables derrière la rivière Oskol, à l’est de la région, était la bonne décision.

Une question majeure qui demeure dans mon esprit est de savoir ce qu’il adviendra des régions de Nikolaev et d’Odessa. Elles sont toutes deux très précieuses pour la Russie, et l’absorption d’Odessa fournira à la Russie un pont terrestre vers la Transnistrie, une autre région russe qui s’est retrouvée hors de Russie et où les forces de maintien de la paix russes maintiennent la paix depuis un peu plus de trois décennies. Je m’attends à ce que ces régions soient laissées à elles-mêmes pour mûrir et tomber dans le panier de la Russie, tandis que le reste de l’ancienne Ukraine s’enfoncera dans un état d’échec et que l’Occident s’en désintéressera totalement, préoccupé par ses propres crises économiques et politiques, qui sont bien plus intéressantes et bien plus importantes que toute l’ancienne Ukraine réunie.

Le 21 septembre 2022, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone