En attendant les Russes

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2174

En attendant les Russes

Lorsque le bataillon ukrainien Azov (des nazis tatoués et drogués) a finalement été chassé des rues de Marioupol, une ville russe d’un demi-million d’habitants située sur les rives de la mer d’Azov, pour se réfugier dans les sous-sols caverneux de l’usine métallurgique, les habitants, qui avaient été contraints de se cacher des mitrailleuses et des bombardements dans les sous-sols de leurs propres immeubles, ont d’abord hésité à quitter leurs abris. Puis certains d’entre eux, en écoutant le bruit à l’extérieur, ont entendu de puissants « Allahu akbar ! » (« Gloire à Dieu !»), ils ont poussé un profond soupir de soulagement – “les Russes sont enfin là !” – et ont envahi les rues pour accueillir leurs libérateurs russes, qui étaient, dans ce cas, les forces spéciales tchétchènes.

Cette petite vignette de la vie réelle peut vous laisser perplexe. Comment vos vaillants amis ukrainiens peuvent-ils être des nazis ? Votre gouvernement leur a prodigué d’innombrables milliards d’euros d’aide militaire, qui ont rapidement disparu dans une sorte de trou noir sans que rien ne soit montré, si ce n’est une suite ininterrompue de retraites militaires, de défaites et d’humiliations. Pendant ce temps, de plus en plus de vos concitoyens n’ont même pas les moyens de chauffer ou de refroidir leur maison ou de nourrir correctement leurs enfants. Cela doit vraiment faire mal ! Et comment Marioupol, un important centre industriel ukrainien qui représentait autrefois environ un dixième du PIB de l’ancienne Ukraine, peut-il se révéler être habité presque exclusivement par des Russes patriotes, brandissant le drapeau blanc-bleu-et-rouge ? Et comment les Russes peuvent-ils se sentir heureux d’être libérés par des combattants musulmans criant « Allahu akbar ! » – ne sont-ils pas des chrétiens orthodoxes, et non des musulmans ?

Les nazis ukrainiens sont des nazis parce que leur idéologie est nazie. Selon cette concoction diabolique, les Ukrainiens sont racialement supérieurs et distincts de tous les autres Russes parce qu’ils sont de purs Slaves, alors que les autres Russes sont un mélange de Slaves, d’Ugro-Finlandais, de Turcs et d’autres groupes ethniques. Leur pureté et leur supériorité raciales supposées leur permettent de tuer et de torturer tous ceux qui ne sont pas eux – les Polonais, les Russes et surtout les Juifs. Ils se sentent parfaitement justifiés de bombarder les quartiers résidentiels peuplés de ces Untermenschen et d’utiliser ces civils comme boucliers humains. Et lorsque cette tactique échoue et qu’ils sont contraints de battre en retraite, ils bombardent des écoles, des hôpitaux et des jardins d’enfants dans les quartiers qu’ils ont abandonnés. Rien qu’à Donetsk, plus d’une centaine de bâtiments doivent être réparés avant le début de l’année scolaire. Il est beaucoup plus sûr de bombarder des malades et des enfants que de bombarder les troupes russes, qui ripostent immédiatement.

Si les Américains et autres Anglos, ainsi que les divers otages de l’UE, ont du mal à comprendre que les Ukrainiens sont des nazis, c’est peut-être parce qu’ils sont eux-mêmes atteints de la maladie nazie. Après tout, cela fait maintenant neuf ans qu’ils financent les nazis et permettent leurs crimes de guerre – suffisamment longtemps pour que le poison mental se répande et s’infiltre. À leur tour, les nazis ukrainiens se sentent très proches des Anglos, comme ils l’étaient des nazis allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, et ce sentiment n’est guère déplacé, car les Anglos sont aussi de grands massacreurs et tortionnaires de peuples, comme en témoignent d’innombrables témoins oculaires survivants en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Syrie et au Yémen, entre autres. Au-delà des sentiments meurtriers, ils seraient bien avisés de ne pas faire confiance aux Anglos, car il n’y a pas d’honneur parmi les criminels de guerre. À titre d’exemple, il y a actuellement 74 274 Afghans qui ont travaillé pour les Américains pendant l’occupation et qui attendent toujours, et probablement pour toujours, la permission de venir aux États-Unis. Il en sera de même avec les Ukrainiens : une fois qu’ils ne seront plus utiles à leurs maîtres anglo-saxons, ils seront abandonnés et oubliés.

De nos jours, le politiquement correct exige des Occidentaux qu’ils refrènent leur appétit pour désigner les Noirs et les Asiatiques par des appellations aussi démodées que Négros, Kaffirs, Coolies ou Orientaux. Mentionnez que Poutine est l’un des dirigeants nationaux les plus populaires de tous les temps, ou qu’il réussit plutôt bien selon la plupart des critères de bien-être de la société, et on vous demandera de partir. D’autre part, les Russes peuvent être caricaturés à l’infini en ours assoiffé de sang et déshumanisés de toute autre manière, à tel point que les Occidentaux sont incapables de voir qu’un génocide est perpétré dans l’ancienne Ukraine de l’Est depuis neuf ans maintenant parce que, voyez-vous, les gens qui sont génocidés ne sont pas tout à fait humains – ce sont de simples Untermeschen russes.

Une caractéristique intéressante du fait d’être russophobe est que cela fait automatiquement de vous un antisémite. Comment cela ? Les Russes et les Juifs ne sont-ils pas ethniquement et religieusement distincts ? Eh bien, pas du tout ! Les Juifs russes, qui sont plus d’un million en Russie et jusqu’à 10 millions dans le monde, ne sont pas du tout distincts sur le plan ethnique en raison des nombreux mariages mixtes et la grande majorité d’entre eux sont culturellement et linguistiquement russes. Alors qu’en vertu de la loi hébraïque, les Juifs doivent être nés d’une mère juive, en vertu de la loi russe, c’est un choix libre : tout Russe d’ascendance juive peut choisir de faire enregistrer sa nationalité comme juive – ou simplement comme russe. Il n’est pas non plus obligatoire pour un Juif russe d’épouser le judaïsme (ou, comme c’est plus souvent le cas pour les Juifs, l’athéisme) et il y a beaucoup de Juifs russes qui sont russes orthodoxes. Ainsi, être russophobe fait automatiquement de quelqu’un un antisémite, à deux pas du nazi. Les russophobes juifs ne sont pas exempts, le sionisme ayant été assimilé au racisme selon la résolution 3379 de l’ONU de 1975.

Les Russes peuvent être toutes sortes de combinaisons intéressantes de choses, voyez-vous. Ils parlent des centaines de langues différentes, de l’abkhaze au yakout, mais utilisent invariablement le russe comme lingua franca. Ils sont très diversifiés sur le plan religieux, et si beaucoup sont chrétiens orthodoxes, environ un quart d’entre eux sont musulmans. À l’intérieur, la Russie est merveilleusement complexe et diverse ; à l’extérieur, tout le monde est russe. Puisque la Russie est unique sur notre planète à bien des égards, il n’y a aucun intérêt à l’assigner à une classe. S’agit-il d’un empire, d’une civilisation, d’une communauté de nations ou d’une autre chose qui correspond au modèle anglais d’appartenance à une classe “X est un Y” ? On s’en fiche ! La Russie est la Russie. Cela n’est pas du goût de certains Occidentaux qui rêvent toujours de découper la Russie en petits morceaux qu’ils pourraient ensuite analyser pour en faire quelque chose qu’ils pourraient comprendre et utiliser.

Hélas, il n’en est rien. La Russie, en tant qu’organisme vivant, respire. Lorsqu’elle inspire, elle s’agrandit, s’étendant pour englober diverses régions le long de ses frontières sans fin ; lorsqu’elle expire, ces régions frontalières tentent souvent de revendiquer leur souveraineté – et échouent invariablement, devenant rapidement une possession coloniale de quelque grande puissance du jour. En ce moment, la Russie est en train d’inhaler, et lorsqu’elle aura terminé, elle s’étendra pour atteindre une taille comprise entre celle de l’URSS et celle de l’Empire russe. La Finlande et la Pologne redeviendront-elles russes ? La Russie récupérera-t-elle l’Alaska, Hawaï et la Californie du Nord ? Seul l’avenir nous le dira, mais le temps est propice à un changement majeur.

L’inspiration actuelle de la Russie ne pouvait pas mieux tomber (pour la Russie). Son ennemi juré, à savoir les États-Unis, se ratatine en temps réel. Ses appétits démesurés ne peuvent être alimentés que par une expansion continue de la dette, alors que sa dette, qui éclipse désormais toutes les autres pyramides de dettes que le monde ait jamais vues par ordre de grandeur, commence à céder. Un tiers de la dette est détenu par des étrangers, qui s’en débarrassent aussi vite qu’ils le peuvent (la Chine s’est débarrassée de 100 milliards de dollars le mois dernier ; le Japon, un peu plus). Un autre tiers est détenu par la Réserve fédérale (qui se trouve au sommet d’un tas de déchets financiers en décomposition, cachés derrière des écrans de fumée) et la majeure partie du dernier tiers est détenue par des entités financières de toutes sortes qui subsistent grâce à un afflux continu de liquidités émises par la Réserve fédérale et qui se ratatinent instantanément lorsqu’elles en sont privées. La capacité de l’Amérique à escroquer la planète avait reposé sur sa puissance militaire, mais la fin humiliante de son occupation de l’Afghanistan a montré que cette puissance était largement fictive. Si les États-Unis perdent maintenant l’Ukraine, cela pourrait bien donner le coup de grâce à leurs rêves de domination à spectre complet.

Pendant ce temps, les dirigeants de l’Occident collectif sont composés de nains politiques mal éduqués qui font de leur mieux pour ignorer le dénuement rapide de leurs électeurs, mais ce qu’il n’est plus possible d’ignorer, c’est que l’Occident ne présente plus une image positive du bien-être de la société lorsqu’on le compare à une Russie stable et de plus en plus prospère. Les populations vivant dans les vastes franges de la Russie se demanderont : voulons-nous grelotter dans le noir en mangeant des insectes comme les Allemands, ou voulons-nous nous prélasser en lingerie alors qu’il fait -40ºC dehors et qu’il y a du blizzard, et manger des brochettes de porc quand nous le voulons, comme le font les Russes ? Lorsqu’on leur demande s’ils veulent être pauvres et malades ou riches et en bonne santé, la plupart des gens optent naturellement pour la seconde solution. Si tout va bien, la Russie les aspirera ; dans le cas contraire, ils seront laissés à eux-mêmes.

Pour en revenir maintenant à l’ancienne Ukraine et à ce qu’elle va devenir, le tableau est désormais assez clair. La Russie peut poursuivre son opération spéciale de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine aussi longtemps qu’il le faudra, mais cela ne devrait pas prendre trop de temps. Les Occidentaux ont déjà commencé à se rendre compte de ce que l’Ukraine, qui ne cesse de rétrécir, est devenue : un État failli infesté de criminels de guerre. Certains ont commencé à la qualifier de trou noir : l’argent et les armes y entrent et rien n’en sort. Mais c’est une erreur : il ne s’agit pas d’un trou noir mais d’une passoire. L’argent afflue et se dépose sur les comptes offshore de la junte de Kiev. Des armes sont expédiées et sont soit vendues à la Russie ou à divers groupes terroristes en Europe et ailleurs, soit détruites à l’aide de roquettes russes ou abandonnées lorsque les forces ukrainiennes battent en retraite.

La démilitarisation est en cours ; à l’heure actuelle, environ 80% de toutes les armes dont disposait l’armée ukrainienne au début de 2022 ont été détruites ; les armes expédiées par l’OTAN sont détruites peu après leur arrivée. La dénazification va bon train également ; 80 % des bataillons nazis d’origine, fortement endoctrinés, ont déjà été décimés. Les pertes du côté ukrainien se comptent en centaines par jour, tandis que les Russes font leur travail en toute sécurité, à distance, et n’interviennent que lorsque la situation est sûre. L’armée ukrainienne est contrainte de rassembler des réservistes et des recrues sans formation (y compris des femmes) et de les envoyer au front où ils sont tués, se rendent, font défection ou tentent de s’échapper.

Il est encore trop tôt pour décrire l’état final général, mais certains éléments sont déjà visibles. Les provinces historiquement russes, qui comprennent tout le sud-est de l’ancienne Ukraine, de Kharkov au nord à Odessa au sud et tout ce qui se trouve entre les deux, se retrouveront à nouveau à l’intérieur des frontières de la Russie. Personne ne sait encore ce qu’il adviendra de Kiev ou de l’ancienne Ukraine occidentale. Kiev est précieuse pour la Russie en tant que ville historiquement russe ; le reste l’est beaucoup moins. Elle pourrait finir comme un analogue de la province d’Idlib en Syrie – une réserve de gremlins.

En attendant, de grandes parties de l’ancienne Ukraine attendent que les Russes arrivent et les libèrent. Le rythme de l’avancée s’accélérera lorsque l’Occident se rendra compte que son trou noir préféré est bien trop vorace pour ses budgets de plus en plus serrés et lorsque la junte de Kiev réalisera qu’il ne lui reste plus rien à voler et décampera vers des régions inconnues (ses membres sont actuellement interdits de voyage à l’étranger par crainte de désertion). Cela pourrait prendre des semaines ou des mois, mais probablement pas des années. En attendant, le trou noir restera là, engloutissant des milliards de dollars et d’euros et des milliers de systèmes d’armes et de mercenaires – pour que les Russes les fassent sauter à l’aide d’artillerie et de roquettes. Les politiciens occidentaux, qui continuent de gaspiller des ressources pour la junte de Kiev, attendent toujours quelque chose… mais quoi ? À ce stade, la seule réponse qui semble avoir du sens est qu’ils attendent eux aussi les Russes.

Le 20 juillet 2022, Club Orlov – Traduction du Sakerfrancophone