Effondrement du “modèle de l’effondrement” 

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4089

Effondrement du “modèle de l’effondrement” 

Cela fait 14 ans que j’ai écrit l’article « Les cinq étapes de l’effondrement », que j’ai ensuite transformé en livre, qui a été publié dans une douzaine de langues. L’idée a été généralement bien accueillie. C’était une façon de systématiser ce qui, pour la plupart des gens, était et reste un processus imprévisible et chaotique. Il s’agissait également d’une idéalisation (ce qui est le langage de l’ingénierie pour une simplification excessive faite dans le but d’expliquer un concept ou de faire un calcul rapide, bien qu’inexact).

J’ai basé mes cinq étapes d’effondrement (financier, commercial, politique, social et culturel) sur les cinq étapes du processus de deuil d’Elizabeth Kübler-Ross (déni, colère, marchandage, dépression et acceptation), mais la similitude est superficielle : oui, il y en a cinq et oui, ce sont des choses tristes ; comptez-les et pleurez. Mais c’est aussi comme le modèle en cascade, aujourd’hui dépassé, du développement de logiciels (recueillir les besoins, rédiger la conception, coder, tester/déboguer, lancer) – et, là encore, pleurez, car lorsque vous aurez terminé, les besoins auront certainement changé.

Tout en pleurant abondamment et en maudissant leur sort, les gestionnaires de projets logiciels ont mis au point des mesures palliatives : développement progressif, versions bêta, lancements progressifs, etc. Mais la mode est finalement passée au développement agile, où les équipes de développement mettent en œuvre un ensemble limité de fonctionnalités avant une certaine date, puis recommencent. Au fur et à mesure que les exigences changent et que de nouvelles fonctionnalités sont greffées sur les anciennes, le logiciel accumule des résidus, ou tissus cicatriciels, sous la forme de code mort, d’énormes bibliothèques de fonctions qui sont à peine utilisées, d’autres d’une inefficacité flagrante et généralement avec une manière stupide de faire les choses. Tous ces éléments doivent être éliminés par un processus minutieux appelé ‘refactoring’, qui devient de plus en plus complexe et source d’erreurs au fil du temps.

Le système logiciel finit par former une grosse boule de boue où de subtils bugs se cachent partout et où tout est connecté à tout le reste de manière inexplicable. Il est alors temps de réécrire l’ensemble du système à partir de zéro, mais comme personne ne sait plus vraiment ce que ce logiciel est censé faire, cela ne peut pas non plus être fait. Et il est alors temps pour les chefs de projet de retourner pleurer abondamment en maudissant leur sort.

J’aimerais développer un modèle d’effondrement plus agile que le cadre plutôt rigide des cinq étapes, basé sur l’examen des synergies de la décomposition et des écosystèmes de l’effondrement. En attendant, le modèle d’effondrement par étapes semble toujours avoir du mérite :

1. Financier. En ce moment même, l’ensemble de l’establishment financier américain est au bord de la défaillance du système. L’impression d’énormes quantités de dollars, dont la moitié est détenue en dehors des États-Unis, tout en maintenant les taux d’intérêt en dessous de zéro (ajustés pour l’inflation) a conduit la Réserve fédérale dans un cul-de-sac qu’elle a elle-même créé. Elle tente maintenant de relever les taux d’intérêt de manière infime (moins de 1% à la fois) alors que l’inflation des prix à la production atteint déjà 20% et est prête à se propager au marché de la consommation.

2. Commercial. Pendant ce temps, les entreprises ont accumulé des dettes à taux zéro, qu’elles ont utilisées pour racheter leurs propres actions afin de maintenir leurs valorisations élevées (ce qui leur a permis de s’endetter encore plus) et maintenant, chaque petite hausse des taux d’intérêt envoie une vague géante de douleur dans le domaine commercial, les coûts du service de la dette engloutissant les revenus et poussant les entreprises à la faillite. Alors que de plus en plus de sociétés se trouvent dans l’impossibilité de continuer à fonctionner en raison de l’inflation élevée des producteurs et des coûts élevés du service de la dette, les gens commencent à connaître des pénuries de nombreux produits essentiels tels que les aliments pour bébés et les articles d’hygiène féminine, tandis que la flambée des prix de l’essence provoque des vagues de douleur et de colère dans la population.

3. Politique. Cette colère se manifeste dans les sondages d’opinion et, le moment venu, dans les urnes, rendant nécessaire de continuer à se moquer complètement des processus démocratiques afin de maintenir au pouvoir l’élite politique auto-élue, profondément impopulaire et systématiquement corrompue. De larges infusions d’idéologie totalitaire, sous forme de culture de “cancellation” et d’emprisonnement politique, et de mauvaise orientation politique (tout mettre sur le dos de Poutine) complètent le tableau épouvantable du dysfonctionnement politique.

4. Social. Puisqu’il est devenu traditionnel de diviser et de conquérir la population en utilisant des sujets brûlants comme l’avortement et le contrôle des armes à feu (avec la pédophilie et la castration des enfants récemment ajoutées pour épicer le mélange), la population se retrouve de plus en plus en guerre contre elle-même, s’auto-séparant selon des lignes idéologiques. En parlant d’idéologie, l’ensemble de la population, y compris les élites politiques et économiques, a subi un lavage de cerveau intensif par l’idéologie fondamentaliste du marché libre, ce qui les empêche de comprendre et d’accepter leur situation difficile. Ayant absorbé le dicton idiot de Milton Friedman selon lequel « L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire… », ils sont incapables de comprendre la signification du terme « inflation structurelle », qui est ce à quoi ils sont confrontés actuellement. Ils écoutent avec une incompréhension insensible les nouvelles selon lesquelles l’inflation en Russie est maintenant de 0 % (malgré une escarmouche mineure en Ukraine et des sanctions – shmanctions infernales) et, comme vous l’avez peut-être deviné, ils accusent Poutine. Aucun d’entre eux n’est capable de comprendre un fait simple : la seule force capable de maîtriser l’inflation structurelle est… le gouvernement, en subventionnant ou en nationalisant les industries clés. “Eh bien, certainement pas ce gouvernement!” expliqueraient beaucoup de gens, et ils auraient raison ; le gouvernement russe, chinois ou indien, certainement ; le gouvernement américain, pas tellement vous savez. Alors, quel choix avons-nous? Et bien, se refaire une guerre civile, bien sûr! Cette fois, il ne s’agirait pas tant de préserver l’Union que de la briser.

5. Culturel. Comme je l’ai écrit en 2018, aux États-Unis et, à des degrés divers, dans différentes parties de l’Union européenne: une tentative de saper et de détruire la société cohésive et la culture commune avant l’effondrement financier, commercial et politique à venir. Cela peut sembler étrange comme objectif, mais considérez ceci : si la société et la culture sont détruites à l’avance, lorsque l’effondrement se produira, il n’y aura plus de communauté humaine intacte pour l’observer et comprendre ce qui se passe. Avec les capacités de raisonnement de chacun suffisamment entravées, il sera trivial de diffuser la responsabilité lorsque le reste de la séquence d’effondrement se produira, d’amener les gens à se blâmer eux-mêmes ou à désigner des boucs émissaires, ou de simplement l’ignorer parce que la plupart des gens ont des problèmes plus importants que l’effondrement, qu’il s’agisse de leurs familles dysfonctionnelles, de leurs diverses dépendances, de leur zèle religieux ou de leurs politiques extrémistes.

Les approches adoptées pour détruire la société et la culture peuvent sembler disparates et manquer d’unité de but… jusqu’à ce que vous compreniez que leur but est de détruire la société et la culture. Dans le domaine de l’éducation, l’accent mis sur l’entraînement à passer des tests standardisés en excluant tout apprentissage réel, prétendument motivé par le désir d’inclure les minorités défavorisées et intellectuellement déficientes, crée cohorte après cohorte des jeunes qui ne sont plus capables d’une pensée indépendante et rationnelle.

• En politique, les vraies préoccupations sont remplacées par de fausses, centrées sur des croquemitaines comme “l’agression russe” ou “l’ingérence russe”, renforcées sans cesse par la répétition sans qu’aucune preuve réelle ne soit jamais apportée, jusqu’à ce qu’il devienne impossible de prendre des positions politiques raisonnées et motivées.

• Dans la politique sociale, la substitution du genre au sexe, censée lutter contre la discrimination mais niant en fait les impératifs biologiques, dénature la nature humaine au point que les gens deviennent de moins en moins utiles les uns aux autres.

• Dans la politique d’immigration, l’inclusion d’une large population de migrants issus de cultures incompatibles crée une sorte de conflit ethnique qui ne sait pas dire son nom : souligner que les migrants issus de pays islamiques sont responsables d’une très grande partie de la criminalité est considéré comme politiquement incorrect et a même été rendu illégal en Suède.

• Dans les relations internationales, nous avons assisté à un effort concerté pour détruire la souveraineté nationale et vider de leur sens les frontières nationales, transformant des nations autrefois fières en groupes de migrants parlant un anglais approximatif.

• En économie, tout est fait pour démanteler et supprimer le pouvoir des syndicats, pour ouvrir le marché du travail aux migrants économiques et pour supprimer les entreprises locales au profit des sociétés transnationales.

En résumé, le modèle d’effondrement en cascade peut encore avoir du sens, et plus en 2022 qu’au cours des années précédentes. La Réserve fédérale continuera de se diriger lentement vers des taux d’intérêt plus élevés dans le but de contenir l’inflation qui, étant structurelle plutôt que monétaire, ne fera qu’empirer. Mais même une légère hausse des taux d’intérêt videra le Trésor américain et mettra en faillite de nombreuses entreprises américaines, aggravant encore les pénuries de produits essentiels. Tout cela fera que les taux d’approbation des politiciens passeront de très bas à négatifs. Et il sera alors temps pour la société de s’autodétruire. La culture s’est déjà autodétruite, alors ne nous en préoccupons plus.

Alors, y a-t-il de bonnes nouvelles ? Bien sûr qu’il y en a ! Les représentants de 69 pays sont actuellement présents au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, et nombre d’entre eux sont impatients de signer des accords de coopération et de développement économiques. Un nouveau modèle de développement économique post-capitaliste est en cours d’élaboration, dans lequel l’objectif n’est pas l’accumulation de capital mais le bien-être de la société. Pendant ce temps, la Troisième Guerre mondiale se termine non pas par un coup d’éclat, mais par un gémissement. Elle sera menée jusqu’au dernier Ukrainien (nazi), tandis que les non-nazis attendent de passer dans le camp russe. L’Ukraine se dénazifie rapidement en envoyant tous ses nazis dans des endroits où ils sont massacrés par l’artillerie russe. En prime, la Russie a commencé à démilitariser uniquement l’Ukraine, mais elle démilitarise maintenant toute l’OTAN en détruisant les armes que l’OTAN envoie en Ukraine à l’aide de ses nouveaux missiles. La récolte de céréales de la Russie devrait être la plus importante jamais réalisée, ce qui devrait contribuer à atténuer la famine qui menace dans les régions du monde qui sont amies de la Russie. Oui, les bonnes nouvelles semblent toutes se trouver en Russie, alors que tout semble plutôt mauvais pour les États-Unis, mais s’il vous plaît, ne dites pas que vous n’avez pas été avertis, parce que vous avez été avertis, par moi.

21 juin 2022, Club Orlov– Traduction de Sakerfrancophone