Des mots pour mettre les consignes dans nos cervelles

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 498

Cet article du New York Times du 14 août, rédigé par Mr. Warren Hodge, nous retrace le mois d’activités diplomatiques à l’arrache-pied pour arriver au cessez-le-feu au Sud Liban. Article classique, qui se veut d’information, avec les sources et les citations ad hoc. Rien à redire.

… Sauf la première phrase. Lisez, et savourez le mot souligné par nous :

« When Israel began its counterattack on Hezbollah one month ago, the Bush administration backed the Israeli plan to destroy the militia and its arsenal of rockets, resisting efforts by France and other allies to call for a cease-fire. »

C’est une remarque sémantique, selon laquelle les mots forgent les pensées et selon laquelle les pensées, surtout lorsqu’elles sont inspirées par les consignes, ont besoin des mots comme on s’accroche à une bouée de sauvetage. Nous voulons bien accepter la thèse d’une “provocation”, voire d’une “machination” du Hezbollah, avec les deux soldats israéliens capturés initialement. Mais en faire implicitement une ”attaque” justifiant directement en volume d’action militaire, de destruction, de puissance de feu, etc. la riposte israélienne (autour de mille morts civils, destructions colossales, au Liban en plus, qui n’en peut mais, etc.) — puisque cette riposte est décrite simplement comme une “contre-attaque”, — cela, c’est un peu gros, Mr. Warren Hodge.

Ainsi en est-il de la ”Pravda américaniste”, auréolé de sa vertu bien-pensante et libérale, la plume en cul de poule, la liberté en sautoir et l’objectivité aux couleurs américanistes. Elle l’est tellement, vertueuse, qu’elle le reste même dans les plus grossiers détournements de la vérité, faits par inadvertance, comme on détourne les yeux, en un seul mot. C’est l’acte d’un esprit assez pauvre, assez timoré, qui n’a même pas le courage de son mensonge, ou l’hystérie de son mensonge, ou la conscience de son mensonge. Devant lui, après tout, les neocons nous paraîtraient sympathiques, eux ils appellent un chat un chat.


Mis en ligne le 14 août 2006 à 13H58